playlist (et clips) du moment

Parce que ça faisait bien longtemps que je n’avais pas posté mes musiques du moment, je choisis le thème des clips forts (dans l’esthétique ou leur message)

On commence avec la sublime estonienne Kerli avec son envoûtant « Feral Heart« : Un univers féérique et une artiste encore trop méconnue en Europe !

 

Plus fantasque et bubble gum, le sympathique Thunderclouds de Sia, avec la jolie Maddie Ziegler, que j’aime de plus en plus !

 

Dans un registre plus dark, (Halloween est passé par là), Florent Dorin et Eléonore Coste (Le Visiteur du Futur) luttent contre les zombies … avec leur musique ! Une fantaisie rock appelée Rock Macabre !

 

Je n’étais pas fan de Vitaa jusqu’à ce superbe duo avec Slimane ! Très touchée par le clip, avec une histoire douce et originale !

 

Et je termine en force avec « Le pire » de Maître Gims, un clip engagé et puissant sur l’indifférence humaine et le désastre écologique de notre planète: le clip m’a fait pleurer !

Et vous, qu’est-ce qui passe dans vos oreilles, en ce moment?

Publicités

Les filles sauvages (Pat Murphy)

Aujourd’hui, place à une jolie lecture qui s’est révélée bien plus surprenante que prévue ! 

Résumé:

Joan vient d’emménager avec sa famille près de San Francisco, à la lisière d’un bois. Là, elle rencontre une fille étrange qui prétend s’appeler Renarde et vit seule avec son père dans une maison délabrée, au cœur de la forêt. Les deux filles deviennent amies et participent ensemble à un concours de nouvelles. Elles remportent le premier prix et sont invitées à suivre un stage d’écriture pendant l’été. La porte d’un nouveau monde s’ouvre alors pour Joan : un monde merveilleux, plein d’ombres et de contradictions, mais aussi de lumières et de possibles…Un roman sur l’amitié et le pouvoir de l’imagination, où les deux héroïnes séduisent par leur audace, leur volonté de s’affirmer, de comprendre et de créer.

Mon avis:

Quelle belle découverte !

Pat Murphy va bien plus loin qu’une simple amitié entre deux ados !

Joan est une jeune fille en plein conflit avec son père, qu’elle ne comprend pas. Lors de son déménagement, elle fait la connaissance d’une autre jeune fille de son âge…qui dit s’appeler Renarde !  Si leur rencontre a lieu dans une forêt, leur amitié va grandir grâce à un stage d’écriture durant l’été. 

Grâce aux histoires qu’elles s’inventent, elles s’évadent d’un quotidien familial tendu et morose. Surtout Renarde, (Sarah de son vrai nom), une vraie sauvageonne qui ne se sent bien que dans la nature et ses fables. J’ai adoré la façon dont elles se forgent leur petite bulle dans cette forêt. 

Mais l’évolution la plus spectaculaire est chez Joan, qui, grâce à sa prof d’écriture, va changer son regard sur son père et tenter de le comprendre plutôt que de s’énerver contre lui, comme elle le fait d’habitude ! Leur relation tendue m’a beaucoup intéressée ! Surtout ce père colérique, totalement dépassé par sa fille qui pose des questions au lieu de le craindre ! La communication et les explications, très peu pour lui !

Bref, on ne peut pas dire que la famille brille par son côté chaleureux ! Et ce, des deux côtés, car Renarde aussi a ses propres difficultés familiales !

Au final, ce stage d’écriture aura permis à nos deux amies, non seulement de mûrir, mais aussi de tracer leur propre route. Le roman se termine sur une note douce-amère, qui m’a laissée à la fois songeuse et admirative.

Un beau roman, tant dans sa couverture que par les sujets qu’il aborde ! 

Journal d’un vampire en pyjama (Mathias Malzieu)

Hello à tous ! Aujourd’hui, une jolie lecture d’un artiste talentueux ! Mathias Malzieu, c’est un peu notre Tim Burton à nous ! Ayant beaucoup aimé La mécanique du coeur, j’étais curieuse de découvrir son journal de vampire en pyjama !

Résumé:

« En novembre 2013, Mathias Malzieu, qui prépare alors la sortie de son film, Jack et la mécanique du coeur, apprend qu’il souffre d’une maladie auto-immune, rare et souvent mortelle, l’aplasie médullaire, qui détruit sa moelle osseuse. Pendant l’année que va durer sa maladie, entre chimio, chambre stérile et attente d’un donneur, Mathias Malzieu tient son journal, raconte son combat contre la mort, qu’il personnifie à travers un personnage, Dame Oclès. Cette histoire d’un enfer et d’une résurrection est avant tout un hymne à la vie, porté par la langue poétique et explosive de l’auteur. »

Mon avis:

Une fois de plus, le charme opère ! J’ai beaucoup aimé la façon dont Mathias se sert de son imaginaire pour lutter contre sa maladie ! C’est une plongée intime dans sa souffrance mais aussi sa force intérieure ! J’ai été très touchée par son courage, son humour en béton armé et sa tendresse.

Comme Alice aux pays des merveilles, plus rien n’a de sens ! C’est la spirale de la maladie qui l’emporte dans son terrier de lapin maléfique. Pourquoi cette fatigue, ce froid continu ? Pourquoi l’enfermer dans une chambre stérile, alors que son projet artistique est à son point culminant ?  Entre frustration et angoisse, entre lassitude et espoir, Mathias Malzieu nous témoigne son magnifique combat contre la Dame Oclès, la Dame de coeur ultime, l’ange de la mort sournois qui le suit partout.

Comme toujours, sa plume pleine de poésie et de couleurs m’a conquise ! J’adore sa façon de jouer avec les mots comme il le fait pour sa musique ! Son récit n’est ni larmoyant, ni niais, ni condescendant. Il raconte avec son regard singulier une épreuve douloureuse et une prise de conscience sur la valeur inestimable d’être toujours en vie.

J’ai eu aussi la jolie surprise de découvrir une autre histoire: son voyage en Islande, pour fêter dignement son retour à la vie en réalisant un rêve d’enfant ! Comme Sylvain Tesson, c’est un carnet de bord où il parle des merveilles qui l’entoure; le tout agrémenté de jolies photos et des annotations pleine de joie ! 

Un très beau livre, touchant et intimiste, qui ne fait que renforcer mon admiration pour ce bel artiste ! D’ailleurs, j’ai rajouté le film « Jack et la mécanique du coeur » à ma Watch list !

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Babylon 5 (Joe Michael Straczynski)

Ça faisait une éternité que je n’avais pas vu cette série de science-fiction des années 90 ! Et Babylon 5 est pour moi, l’une des meilleures du genre avec Battlestar Galectica et Fascape !

Résumé:

Babylon 5 est une immense station spaciale, construite au XXIIIème siècle pour assurer la paix entre les peuples de toutes les planètes. Mais ce n’est pas chose facile tant les différences culturelles sont grandes, tant les atteintes à la sécurité de la station sont fréquentes, et tant les crises interstellaires sont régulières.

 

Mon avis

Une série plutôt bien exploitée dans ses thèmes abordés. J’ai bien aimé l’idée principale: Une population hétéroclite d’humains et extraterrestres de toute sortes qui doivent cohabiter au sein d’un même vaisseau. Le nom est d’ailleurs  plutôt bien choisi: c’est une belle référence à la ville de Babylone grande capitale de l’antiquité où de nombreux peuples partagèrent leurs idées et cultures.

Située dans une zone neutre de l’espace, le vaisseau Babylon 5 accueille les représentants des différentes races composant la communauté galactique, et regroupe au sein d’un Conseil les cinq principales puissances et la Ligue des mondes non alignés qui sont décidées à maintenir la paix et la prospérité dans la galaxie.

Le commandant de cet immense vaisseau, Jeffrey Sinclair est un militaire devenu officier par son travail et son mérite, et qui doit parvenir à gérer en diplomate une station cosmopolite et des relations conflictuelles avec les ambassadeurs de plusieurs mondes. Il est aidé par Michael Garibaldi qui est l’agent de sécurité de Babylon 5 . C’est un homme bourru et loyal, qui n’hésite pas à user de ses poings quand il le faut. Pour moi, c’est un peu le Han Solo du groupe ! 

Un travail complexe, dans cette communauté où les conflits internes se superposent aux attaques extérieures !  Sinclair est un homme  sur de lui, diplomate mais tellement calme qu’il en devient assez fade ! Heureusement, arrivera par la suite capitaine John Sheridan, bien plus actif et aventurier !

La diversité des Aliens est saisissante dans cette série ! C’est un florilège de créatures étranges, dérangeantes et même drôles ! Mention spéciale pour le Centauri Londo Mollari.  Sa relation avec l’ambassadeur de la planète Nam, G’Kar est la bouffée d’humour de la série ! Leur façon de s’asticoter l’un-l’autre me fait éclater de rire à chaque fois ! J’aime aussi beaucoup G’Kar, qui cache un coeur d’or et une grande spiritualité derrière son aspect étrange !

Mais parmi toute ces races et cultures différentes, les Minbaris ont une place assez spéciale.

C’est suite à leur guerre contre les humains, dont ils voulaient envahir la planète qu’est né le projet Babylon : un vaisseau-refuge, une zone neutre où les humains et Aliens cohabitent au lieu de s’entre-tuer.

La planète tire son nom (d’après le créateur de la série Joe Michael Straczynski) de la chaire islamique, le «minbar». Leur langue est très proche du russe !

Parmi les habitants de cette planète, deux se démarquent du lot: Delenn et son assistant Lennier

Si au départ (dans la première saison notamment), Delenn était un personnage strict et inflexible, du à son éducation religieuse, sa collaboration avec les humains va la faire évoluer, la rendra plus douce mais aussi énigmatique. On ne sait jamais vraiment ce qu’elle pense, et ses réactions peuvent être violentes. 

D’abord agacée, elle finira par entrevoir tout le potentiel de l’espèce humaine grâce à une prophétie Minbarie. Elle ira même jusqu’à transformer son apparence en s’injectant de l’ADN humain, s’attirant les foudres de sa caste, le Conseil Gris, mais attirant de ce fait, le capitaine Sheridan, qui deviendra à la fois son allié diplomatique et son amour. D’ailleurs, sa transformation est assez saisissante, proche dArwen dans le seigneur des anneaux ! Ce qui donnera une toute autre envergure au personnage !

Sa relation avec le capitaine Sheridan est à la fois romantique et intense. En plus, le Capitaine est incarné par Bruce Boxleitner, acteur que j’aime beaucoup ! Leur couple est charismatique et très beau ! C’est personnellement mon « ship » préféré !

Quant à Lennier, c’est un croisement entre un assistant et un disciple. Il suit Delenn comme un serviteur et peut faire office d’espion en cas de force majeure. Un personnage assez mystérieux qui parle peu mais observe beaucoup. On ne sait pas vraiment ce qu’il pense. Comme Spock de Star Trek, il n’a pas beaucoup d’expression faciale et parait trouver les humains bien étranges…

Autre personnage fort, le lieutenant Susan Ivanova. Déterminée et d’abord assez froide, c’est une soldate redoutable quand il s’agit de repousser les vaisseaux ennemis. Mais côté relationnel, elle a des difficultés à montrer ses sentiments.  Elle vivra deux « romances » dans la série: l’une avortée avec Marcus, son second qui l’aime en silence et veille sur elle tel un chevalier servant. Et Talia, une femme télépathe avec qui sa relation est faite de fascination et de répulsion. Une relation très intéressante, toute en subtilité ! 

Entre conflits politiques, Amours inter-espèces et scènes d’actions musclées, Babylon 5 est une série palpitante et encore moderne dans ses sujets abordés: guerre, diplomatie, échanges de cultures et relations complexes.

Certes les effets spéciaux ont vieilli. Mais c’est compensé par un très bon jeu d’acteurs et des thèmes intemporels !

Une série riche dans ses personnages que j’ai juste adoré redécouvrir !

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Western Girl (Anne Percin)

Aujourd’hui, une très sympathique lecture estivale ! Ambiance « rêve américain » à la sauce Young Adult avec ce joli roman d’Anne Percin !

Résumé:

« Elise a deux passions : l’équitation et la musique country. Aussi, quand ses parents lui offrent trois semaines dans un ranch du Middle-West, c’est le rêve américain qui s’offre à elle. Mais la douzaine de jeunes qui partagent le voyage vont vite le lui gâcher. Ces snobinards parisiens la traitent comme une pestiférée et lui font subir humiliations et moqueries… simplement parce qu’elle ne leur ressemble pas.
Et peut-être aussi par jalousie amoureuse ? »

Mon avis:

Merci à Éléonore de m’avoir fait découvrir cet autrice ! J’ai pris beaucoup de plaisir avec cette lecture ! Je me suis bien reconnue chez Élise ! C’est une jeune fille qui ne suit pas vraiment la mode. La musique actuelle la saoule. Elle a son franc-parler et surtout des goûts bien à elle !

Alors que ses parents ont des « univers » bien différents (une mère hippie et un père geek), elle ne jure que par la country music, le western et l’équitation. Grande fan de Johnny Cash, elle est aussi fascinée par les grands espaces américains…

Son stage dans un vrai ranch aux States, c’est un rêve qui devient réalité. Elle devra cependant cohabiter avec des jeunes de son âge et là, ça va se corser ! Car Élise a beaucoup de mal à se faire des amis…

J’ai beaucoup aimé le cadre américain et ce groupe de jeunes devant cohabiter dans un pays étranger. Les références country et littéraires sont très sympas sans être redondants. Plus que la romance, c’est la façon dont Élise prend du caractère au fil de l’histoire qui m’a plu ! C’est le genre de fille que j’aurais adoré avoir comme copine ! J’ai trouvé amusant qu’elle ait découvert l’univers country, non pas grâce à Youtube ou les émissions télé… mais par Le Buffafo Grill ! C’est original ^^

Ses parents aussi sont très attachants ! Ils veillent au bonheur de leur fille tout en respectant assez son espace vital pour la laisser réaliser son rêve ! Tous les parents ne sont pas comme ça ! 

Parmi ses camarades, il y a l’envahissante Georgia, que j’ai juste détestée ! Pire qu’une rivale, c’est une fausse amie, hypocrite et jalouse. Dès le début, j’ai senti le coup fourré avec elle ! Un peu comme Sharon dans Miss Pain d’Épices ! En revanche, j’ai beaucoup aimé Louis, assez maladroit derrière ses fanfaronnades !

J’écriture est du point de vue d’Élise. En effet, elle décide de tenir un « carnet de bord » de son aventure américaine. J’ai adoré son caractère, son amour des chevaux et de la country, une musique qui l’apaise et lui parle. J’ai redécouvert Johnny Cash grâce à ce livre ! Pour le coup, je suis tentée par la biopic de l’artiste , « Walk the Line » avec Joaquin Phoenix et Reese Witherspoon !

Un roman frais, feel-good, qui nous fait découvrir la culture américaine !

Pour l’amour de l’Inde (Catherine Clément)

Ha ! L‘Inde ! Quel fascinant pays qui m’intrigue depuis l’enfance ! C’est pourquoi, dès que je trouve un roman qui s’y intéresse je n’hésite pas !

Résumé:

« 1947. Le dernier des vice-rois des Indes britanniques, Lord Mountbatten, est intronisé à New-Delhi. Lady Edwina, sa femme, est l’une des grandes dames de l’aristocratie anglaise, l’une des plus libertines, et sans doute la plus émancipée. Leur interlocuteur privilégié, le pandit Nehru, vient d’être libéré de sa prison. Bientôt, il deviendra le Premier ministre de l’Inde libre. Tout semble opposer Edwina et Nehru et pourtant, entre l’Indien rebelle à l’Angleterre et la lady anglaise naît une passion impossible que Lord Mountbatten, le mari, accepte avec noblesse. Ils se débattent dans les sanglants événements qui suivent le partage des Indes en deux pays, le Pakistan et l’Inde. En quelques semaines, massacres religieux et épidémies font plus de cinq cent mille morts dans les villages et sur les routes. Seul un vieil homme de soixante-quatorze ans a compris l’imminence de ce désastre: Le Mahatma Gandhi« 

Mon avis:

Quel roman ! Je m’attendais à une banale histoire d’amour entre une blanche et un indien. Mais ce livre est bien plus que ça ! En fait l’histoire d’amour est totalement secondaire. C’est avant tout l’histoire d’un pays vers son indépendance que Catherine Clément nous raconte. 

La première rencontre de l’histoire est de taille: Gandhi ! Un Gandhi vieillissant mais toujours debout, qui se bât (sans violence) pour la paix de son pays. Hélas, Les Musulmans se déchirent contre les Hindouistes. Le sang se répand dans les deux camps. Le peuple veut son indépendance et surtout se délimiter du Pakistan.

Au milieu de tout ça, le vice Roi des Indes britanniques, Lord Louis Mountbatten, et sa femme ont traversé les tourments de la seconde guerre mondiale pour tomber dans une troisième. Une guerre intestine, irréversible qui les laissent aussi impuissants que révoltés. 

J’ai beaucoup aimé Nehru, le premier ministre de l’Inde libre, qui a reçu une éducation anglaise mais dont la guerre a changé en résistant. Il sort de prison au début de l’histoire. C’est un homme enthousiaste, cultivé qui sera tout de suite intrigué par la jeune reine Edwina. Quant à Lord Mountbatten, c’est un homme assez désabusé, qui ne comprend pas les fantaisies de sa femme ainsi que ses prises de risques !

Edwina cache un beau caractère derrière son allure de jeune fille candide. Elle s’est occupée des blessés durant la guerre et est d’autant plus secouée par les meurtres qui deviennent peu à peu quotidiens. Si elle a aimé le « Roi des Indes » à une époque, il se mue progressivement en un mélange d’agacement et de frustration. En revanche son « amour » pour Nehru m’a beaucoup plu, parce que ce n’est pas une « passion exotique ». Elle admire l’enthousiasme et la la soif de justice chez le jeune Indien qui lui, est émerveillé par la beauté et la force intérieure de la jeune femme.

Le trio amoureux est cependant en retrait par rapport au reste de l’histoire.

Malgré tout ses efforts, Gandhi finira assassiné par son propre peuple qui va approfondir encore plus ses inégalités. Mais ce sera le prix à payer pour que l’Inde ait enfin son indépendance et la séparation définitive entre Hindouistes et Musulmans. Cette bataille entre monothéisme et polythéisme m’beaucoup rappelé celle de l‘Antiquité qui opposa les Romains aux Chrétiens ! Au fond, rien n’a tellement changé au fil des siècles…

On y parle aussi une autre religion indienne plus méconnue: Le Sikhisme. Cette religion monothéiste de l’Inde a été une totale découverte pour moi ! Lors du « partage » de lInde et du Pakistan, le territoire des Sikhs se retrouve coupé en deux ; leur peuple est massacré par les Musulmans comme par les Hindous. Habituellement réservés, ils sombrent à leur tour dans la spirale de la violence et des blasphèmes allant jusqu’a égorger un cochon dans une mosquée ! Bref, lInde va s’embraser jusqu’à la folie meurtrière, déchirée entre Musulmans, Hindouistes et Sikhs. Les derniers colons anglais finiront par rentrer chez eux, apeurés et impuissants dans un pays à feu et à sang.

Mais chaque personne aimera (je ne dis pas personnages parce que c’est une histoire vraie !) à sa façon ce pays si particulier qu’est l’Inde, que ce soit pour sa culture, sa richesse…ou ses hommes ! Pour ça, le titre du livre est très bien choisi.

Un livre passionnant, mais dont le résumé n’est pas fidèle à son contenu !

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Bonjour tristesse (Françoise Sagan)

Et voici le livre parfait pour les vacances ! Ça faisait des années que je voulais découvrir Françoise Sagan et ce livre a illuminé mon été !

Résumé:

« La villa est magnifique, l’été brûlant, la Méditerranée toute proche. Cécile a dix-sept ans. Elle ne connaît de l’amour que des baisers, des rendez-vous, des lassitudes. Pas pour longtemps. Son père, veuf, est un adepte joyeux des liaisons passagères et sans importance. Ils s’amusent, ils n’ont besoin de personne, ils sont heureux. La visite d’une femme de cœur, intelligente et calme, vient troubler ce délicieux désordre. Comment écarter la menace ? Dans la pinède embrasée, un jeu cruel se prépare. »

Mon avis:

Une parenthèse estivale subtile et très bien écrite ! 

Cécile, est une lycéenne parisienne qui vient de rater son baccalauréat. Elle passe l’été de ses dix-sept ans dans une belle villa de la Côte d’Azur avec son père Raymond et la maîtresse de ce dernier, Elsa. Cécile et son père qui ont une relation fusionnelle veulent faire du plaisir un programme et du bon temps un mot d’ordre en profitant du soleil, des joies de la baignade et de la lecture, des sorties et des discussions nocturnes.

Ce père âgé de quarante ans, veuf depuis quinze ans, est un homme plutôt riche et attirant qui enchaîne les conquêtes. Cécile et Elsa, jeunes, d’un caractère facile et surtout intéressées par la vie mondaine, s’entendent assez bien. Cécile tente de paraître adulte et apprécie la compagnie d’hommes du même âge que son père. Sa vie amoureuse est sans relief jusqu’à sa rencontre avec Cyril, un étudiant en droit.

L’ambiance change radicalement à l’arrivée d’Anne. Différente des autres conquêtes de Raymond, Anne est une femme stricte et moralisatrice qui apprécie la culture, les bonnes manières et l’intelligence. Dès son arrivée, un combat subtil commence entre les trois femmes pour garder les faveurs de Raymond.

Cécile voue une certaine admiration à Anne, mais en même temps elle ne veut pas perdre la complicité qui la lie à son père, ainsi qu’une liberté qui lui permet de négliger ses devoirs de vacances et plus généralement ses études, au profit de journées passées à la plage. Car Anne veut refaire toute son éducation, ce que la jeune fille est loin d’apprécier. 

Cette jalousie mal placée va tout gâcher, car sans le savoir, Cécile va provoquer la chute d‘Anne et se rendra compte (trop tard) que cette femme ne voulait que leur bien. Elle devra, avec son père, vivre avec la culpabilité d’avoir détruit un bonheur qui était à leur portée. 

Une superbe lecture, qui m’a fait penser à Expiation, pour sa langueur estivale et ses personnages passionnés.