Bienvenue au Paradis (Bernard Werber)

Hello à tous ! Aujourd’hui, je continue mon exploration sur le thème de l’au delà avec un livre de Bernard Werber !

Résumé:

« Le Paradis? Un jour, vous aussi, vous y viendrez. Alors préparez-vous au Jugement Dernier. Il y aura un avocat (votre ange gardien), un procureur, (votre démon) et un juge (de préférence impartial). Mais les valeurs au Paradis ne sont pas les même que sur Terre. Anatole Pichon va en faire l’amusante expérience. »

Mon avis:

Bernard Werber continue à me dérouter avec sa vision singulière de l’après-vie. C’est ce qui avait fait le succès des Thanathonautes ! Le lire en version théâtre est plutôt bien vu !

Anatole Pichon meurt lors d’une opération pour son cancer du poumon. Arrivé au portes du Paradis, il fait la connaissance de Caroline, son Ange gardien et de Bertrand, son Démon. Ils devront passer en revue toute sa vie pour savoir s’il doit se réincarner ou non.

Au départ, j’avais trouvé Anatole Pichon plutôt benêt et beauf. Mais comme Juste Leblanc du Dîner de cons, il a plus d’un tour dans son sac ! J’ai beaucoup aimé son évolution !

Son Ange et son Démon m’ont beaucoup fait rire ! En effet, avant leur métier céleste, ils ont été mariés/ Divorcés ! Ils passent donc la moitié du temps à s’envoyer des piques, ce qui donne un certain mordant à l’histoire !

Ma préférence va cependant au Juge: Gabrielle.

Arrivée au Ciel durant l’Antiquité, elle est completement perdue face à notre époque moderne et tout ses changements ! En plus du jugement, elle doit gérer les prochaines naissances terrestres et veiller à ce qu’elles soient toutes incarnées ! Un travail épuisant ! C’est une jeune femme qui se veut impartiale mais comment démêler le bien du mal avec toutes ces vies ? J’ai aimé sa maladresse, son écoute, mais aussi sa curiosité pour chaque âme !

J’ai aimé la façon dont est transposé le Jugement au Ciel. Les « valeurs morales » humaines sont complètement détournées. On y trouve aussi une certaine critique de la société: corps médical sous pression, différents conjugaux, misogynie, potentiel gâché…  Mais surtout, il y a le libre arbitre, et la façon dont on choisit son Destin.

Cette pièce aurait pu être ennuyeuse avec ses thèmes trop récurrents. Mais elle a le mérite d’avoir des dialogues savoureux. L’humour est acerbe, presque noir. Ce qui ne m’a au final pas déplu ! L’écriture passe bien et la fin est un joli twist !

Une lecture rafraîchissante et facile à lire ! 

 

soirée théâtre (2) : Paprika (Pierre Palmade)

Je continue ma découverte théâtrale avec une comédie de boulevard des plus sympathiques: Paprika, mise en scène par Pierre Palmade ! Merci le replay !

« Eva est une mangeuse d’hommes qui présente tous les soirs une revue de striptease dans un cabaret parisien. Boisson, rire et batifolages composent son quotidien. Un matin, un beau jeune homme sonne à sa porte affirmant être son fils. La jeune femme, d’ordinaire si légère, dessoûle très vite. Son passé, plutôt trouble, la rattrape. Improvisant une échappatoire, elle se rebaptise Paprika, femme de ménage d’Eva, et observe à loisir cet inconnu, le temps d’y voir plus clair. Son entourage, lui, nage en pleine confusion. Combien de temps Luc va-t-il être dupe ?… »

 

Mon avis:

C’est le duo qui m’a intriguée: la calliente Victoria Abril (de la série Clem) en tête-à tête avec Jean-Baptiste Maunier, qui a bien grandi depuis Les Choristes !

Paprika est une comédie pleine de peps qui raconte les « retrouvailles » mouvementées d’une mère fantasque et son fils de 28 ans.

Eva est une femme mûre qui présente un spectacle de cabaret. D’un caractère olé olé, elle mène une vie dissolue avec sa copine Clémentine, et ses aventures d’un soir. Le lendemain d’une soirée particulièrement arrosée, un beau jeune homme se présente à sa porte : Luc Sommelier, qui est en fait son fils. Sous le choc, Eva se fait passer pour la femme de ménage et s’invente un nom, Paprika.

Victoria Abril est juste épatante dans ce rôle sur-mesure ! Eva aime la vie, la fête et les hommes. Mais l’arrivée de son fils la chamboule bien plus qu’elle ne veut le reconnaître. En ce faisant passer pour la bonne, elle l’observe de loin pour faire sa connaissance. Mais évidemment rien ne va se passer comme prévu !

 Entre l’amant pompier qui s’incruste, le concierge amoureux qui invente une vie d’institutrice à Eva, ou encore Clémentine, la fétarde un peu cruche mais qui a bon coeur, cette pièce a des personnages auxquels on s’attache tout de suite ! 

Jean-Baptiste Maunier incarne Luc, un étudiant au chômage, qui a grandi avec des parents aimants mais qui a tenu à retrouver sa mère, juste pour la rencontrer. Naïf mais avec un certain répondant, c’est un jeune homme perdu qui appréhende beaucoup ces retrouvailles inespérées.

Les dialogues sont mordants et super drôles ! Et il y a aussi une certaine émotion et une jolie réflexion sur le bonheur, la jeunesse et nos choix.

À l’origine, un autre titre était prévu mais il a été changé au dernier moment ! Et ce n’est pas plus mal étant donné que c’est meilleure réplique de la pièce !

Une très belle comédie, drôle et émouvante !

Soirée théâtre: Je préfère qu’on reste amis (Laurent Ruquier)

Hello à tous ! Aujourd’hui, place à une nouvelle rubrique: Soirée théâtre ! Parce que la comédie, ce n’est pas qu’au ciné, c’est aussi sur les planches ! Et hier soir, j’ai eu la bonne surprise de voir une pièce en entier sur youtube !

Résumé:

« Claudine, fleuriste quinquagénaire, a rendez-vous avec Valentin, son meilleur ami et confident. Elle souhaite lui dévoiler les sentiments amoureux qu’elle éprouve à son égard depuis cinq ans. Mais le jeune homme est un éternel séducteur. Il ne semble pas être sur la même longueur d’ondes que son amie. A sa déclaration, il lui répond «Je préfère qu’on reste amis». Claudine n’en peut plus d’entendre cette phrase. La soirée tourne au réglement de comptes entre aveux et révélations… »

Mon avis:

Quel régal ! Une comédie moderne et savoureuse avec deux comédiens de talent. La pétillante Michèle Bernier et le plus discret Frédéric Diefenthal. Les thèmes abordés me parlent beaucoup puisqu’il est question d’amitié homme-femme.

Michèle Bernier incarne Claudine, surnommée Clo-clo, une fleuriste pleine de répondant, fan de soirées karaoké et de bonne chère. Depuis 5 ans elle entretient une relation amicale avec Valentin, un homme plus jeune, fêtard et séducteur. Si le jeune homme apprécie son amitié, Clo-clo se languit d’espérer un peu plus. D’autant qu’elle en a marre de toujours rester « la bonne copine » !

Valentin est un jeune homme volage et immature, qui ne voit en Claudine qu’une bonne pote avec qui il aime délirer. Habitué aux aventures, son amitié pour Clo-clo est d’autant plus précieuse. Qui plus est, il a aussi ses secrets, dont certains sont vraiment surprenants Drôle, mignon mais pas prétentieux pour autant, j’ai vraiment apprécié ce jeune homme maladroit derrière ses vannes à deux balles.

Une confrontation aussi drôle que virulente va alors commencer entre nos deux fêtards.

Si je connaissais Michèle Bernier pour son super spectacle Le démon de Midi, c’est une bien agréable surprise de découvrir Frédéric Diefenthal sur les planches. La complicité entre les deux comédiens est aussi géniale qu’inattendue ! Je ne les aurait jamais imaginés ensembles ! 

Derrière l’humour, se cachent des sujets plutôt actuels, comme le chômage, les secrets, la complexité entre l’interaction physique, émotionnelle et surtout la complicité, avec ou sans jeu de séduction. Les dialogues sont excellents et la chanson a une place bien particulière. Michèle s’amuse comme une gamine sous le regard tendre et amusé de Frédéric. J’ai passé un très bon moment !

Une comédie tendre et drôle, à savourer à deux …ou entre potes !

Antoine et Cléopâtre (William Shakespeare)

Antoine et Cléopâtre … Encore une pièce méconnue du maitre William Shakespeare. C’est suite à un épisode de Miss Fisher enquête, qui y fait référence, que j’ai fini par tenter l’expérience.

 

Après la mort de Jules César, Marc-Antoine hérite d’un tiers du monde romain, dont l’Égypte. Las de la guerre, il tombe sous le charme de Cléopâtre. Cette dernière voue une passion peu commune au soldat romain, elle l’idolâtre, le met sur un piédestal.

Une passion réciproque qui se heurte aux conflits politiques et unions diplomatiques. Mais, plus que la guerre et ses enjeux, c’est vraiment cet amour exclusif, excessif, et brûlant qui ne trouve son apothéose que dans la Mort.

J’ai été frappée par le lyrisme, l’expansion du langage. C’est de loin la pièce la plus…érotique que j’ai pu lire de Shakespeare. Pas de place pour le tiède, la retenue ou la diplomatie. Tout est exagéré, parfois jusqu’au ridicule. La passion, la colère, le désespoir… En guerre comme en amour.

C’est particulièrement flagrant chez Cléopâtre, Reine sur le déclin, qui se consume pour Antoine, son soldat, son dieu Mars. J’ai tout de suite pensé à Richard Burton et Elizabeth Taylor dans le film de1963. Ils ont vraiment bien retranscrit cette relation scandaleuse et passionnée.

Il n’y a au final pas tant d’action dans la pièce. C’est surtout une réflexion sur les ravages des sentiment exclusifs et de ce déchirement entre amour et devoir. Mais aussi, entre l’image publique et les sentiments intimes.

Je n’irai pas jusqu’à dire que j’ai aimé mais j’ai été très intéressée par cette pièce, peu mise en avant par rapport à Roméo et Juliette, Hamlet ou Macbeth. Ce qui est dommage !

Pour le coup, j’ai très envie de revoir le film !

Hamlet (Wiliam Shakespeare)

Ça faisait bien longtemps que j’hésitais à lire Hamlet. Comme tous les classiques encensés par le public, je suis restée un temps sur la défensive, ayant peur de ne pas l’apprécier autant. Et puis finalement…

Hamlet est la plus longue et l’une des plus célèbres pièces de William Shakespeare.

Le roi du Danemark est mort. Et son spectre, avide de vengeance, hante les brumes du château d’Elseneur. Car si les rumeurs disent qu’il est mort d’un accident, il n’en est rien. C’est son propre frère Claudius, qui l’a empoisonné pour ensuite prendre sa place !

Sa confrontation avec le spectre de son père est à la fois un soulagement et une malédiction. Un soulagement car la mort de son père l’a profondément affligé et il a pu le revoir, même sous une autre forme. Mais lorsqu’il apprend la réalité, la colère le submerge.

L’étrangeté de son comportement plonge alors la cour dans la perplexité. On met cette folie passagère sur le compte de l’amour qu’il porterait à Ophélie, fille de Polonius, chambellan et conseiller du roi.

Mis en cause à mots couverts par Hamlet, Claudius perçoit le danger et décide de se débarrasser de son fantasque neveu.

Pris au piège dans son jeu trouble, Hamlet devient véritablement fou, tandis qu’autour de lui, les drames se multiplient, dont le suicide de la belle Ophélie.

Lyrique, dramatique, Hamlet demeure cependant plus accessible que Macbeth, que ce soit dans les dialogues ou son analyse qui dénonce autant les jalousies familiales que l’amour, la guerre et la trahison.

Une lecture que j’ai aimé et que j’aimerais relire juste pour la justesse des mots !

3000 façons de dire je t’aime (Marie-Aude Murail)

Et voici un livre que je voulais lire depuis très longtemps ! Et j’ai adoré !!!

Résumé:

« Chloé, Bastien et Neville ont eu en cinquième une professeure de français qui n’aimait que les livres qui finissent mal. Un soir, elle les a emmenés pour la première fois au théâtre voir une représentation de Dom Juan de Molière. Cette soirée a changé leur vie. C’est décidé, ils seront comédiens !
Six ans plus tard, leur désir de monter sur scène est intact et ils se retrouvent au conservatoire d’art dramatique de leur ville. Le professeur le plus réputé, Monsieur Jeanson, les prend tous les trois dans son cours.
Chloé va devoir concilier les cours de théâtre avec le rythme intensif de la classe préparatoire qu’elle vient d’intégrer. Bastien, prêt à tout pour faire rire, pense qu’il suffit de regarder une vidéo de Louis de Funès pour apprendre la tirade dHarpagon. Le beau et ténébreux Neville a peur de se donner les moyens de son ambition, d’être un autre pour savoir enfin qui il est. Comment le théâtre va-t-il lier pour toujours la jolie jeune première, le valet de comédie et le héros romantique que Jeanson a su voir en eux ? »

Mon avis:

Ah… ce livre ❤ ❤ ❤ !!!! Ayant moi-même pris des cours de théâtre à l’adolescence, je ne pouvait que m’attacher à nos héros ! J’ai retrouvé avec émotion cette période particulière de ma vie.

Je me suis beaucoup retrouvée chez Neville, l’amoureux de poésie ! J’ai aimé sa fougue, la façon dont il s’imprègne de chaque rôle. Un vrai tragédien ! Il y a aussi Bastien, le fanfaron, qui veut redonner le sourire à ses parents par la comédie. Mais il a beaucoup de mal à apprendre ses textes et à supporter toute forme de pression. Il est assez maladroit et s’énerve facilement.

Enfin, Chloé, qui trime comme une guerrière entre ses études et le théâtre. Ses parents oscillent entre admiration et inquiétude. Elle a en effet un emploi du temps de dingue !

Tous les trois vont s’aimer, s’épauler, se secouer, se disputer pour finalement se lier étroitement grâce à l’amour des mots. Et ce que j’ai vraiment trouver original, c’est qu’il n’y a pas de « triangle amoureux » comme souvent. Là c’est plutôt un « amour à trois » ! Chloé aime Neville pour sa beauté mélancolique et son lyrisme dans les héros qu’il incarne. Et elle aime Bastien pour son caractère, son humour et sa façon de tout prendre à la légère. Et il n’y a aucune rivalité ou jalousie entre Bastien et Neville. Du moins, pas concernant Chloé. Ce qui est rare dans une histoire !

J’ai moins accroché à leur mentor, Monsieur Jeanson. Tour à tour implacable, attentionné, sarcastique, puis encourageant, je n’ai jamais trop su sur quel pied danser avec lui.

Enfin, j’ai adoré toutes les références théâtrales: de Molière à Marivaux, de Shakespeare à Ionesco ou Alfred de Musset… Je suis particulièrement intriguée par « Lorenzaccio », de ce dernier !

Un très beau livre pour tous les amateurs de théâtre !!!

La Tempête (Shakespeare)

Je continue ma découverte des classiques de Shakespeare avec sa dernière pièce: La Tempête

9782253082484-t

Contrairement à d’autres pièces, la Tempête n’est pas une tragédie, ce qui m’a beaucoup surprise ! 

J’ai voulu découvrir ce livre suite à l’adaptaton théâtrale de Jeremy Herrin en 2013, avec Colin Morgan (Merlin) dans le rôle d’Ariel ! Déjà dans la série, je trouvais qu’il avait un physique de lutin mais là c’est encore plus flagrant avec son costume…assez spectaculaire je dois dire ! 

1c1c5b3a6346316f799501bd054ae5fd

Ariel est d’ailleurs un personnage plutôt attachant, à la fois naïf et maladroit, rien à voir avec la sirène du même nom ! La version de Colin est très dynamique et physique puisqu’il n’hésite pas à grimper un peu partout sur la scène ! 

Mais revenons à l’histoire:

Le duc de Milan, Prospero, après avoir été déchu et exilé par son frère, se retrouve avec sa fille Miranda sur une île déserte. Grâce à la magie que lui confèrent ses livres, il maîtrise les éléments naturels et les esprits ; notamment Ariel, esprit positif de l’air et du souffle de vie ainsi que Caliban, être négatif symbolisant la terre, la violence et la mort.

La scène s’ouvre sur le naufrage, provoqué par Ariel, d’un navire portant le roi de Naples, son fils Ferdinand ainsi qu’Antonio, le frère parjure de Prospero. Usant de sa magie et de l’illusion, Prospero fait subir aux trois personnages échoués sur l’île diverses épreuves destinées à les punir de leur traîtrise.

Gonzalo, un conseiller du roi de Naples, leur est secrètement venu en aide en approvisionnant leur bateau en nourriture, en eau et en vêtements, ainsi qu’avec les plus précieux des ouvrages de la bibliothèque de l’érudit Prospéro.

Sur l’île, Prospéro a libéré Ariel, un esprit emprisonné dans un arbre par la défunte sorcière Sycorax, et s’est ainsi acquis ses services. La situation n’enchante guère Ariel, à qui Prospéro promet régulièrement de rendre sa liberté. Le fils de Sycorax, une créature monstrueuse du nom de Caliban, vit également sur l’île.  

Lorsque celui-ci tente de violer Miranda, Prospéro le soumet et fait de lui son esclave. Caliban hait Prospéro et Miranda, qui n’ont que mépris et dégoût pour lui.

Mais ces épreuves aboutiront non pas à un drame familial mais bien une réconciliation, chaque personnage suivant son propre propre cheminement. 

Un classique étonnant et au final, assez méconnu de Shakespeare !