Phaenomen (Erik L’Homme)

Ça faisait un moment que je voulais parler d‘Erik L’Homme. Je l’ai découvert grâce à une conversation avec un ami lycéen qui m’a vraiment intriguée. Alors que ses camarades ne juraient que par Harry Potter, Percy Jackson ou Katniss Everdeen, mon ami ne parlait que d’une autre saga: Phaenomen. Si la première édition n’attirait pas vraiment l’oeil avec sa couverture immonde, la version intégrale, parue récemment chez Folio SF, est bien plus jolie et mystérieuse !

 

Résumé:

« Fous? Idiots? Bons à rien? Aux yeux du personnel de la Clinique du Lac, Violaine, Claire, Nicolas et Arthur sont un peu tout ça à la fois. Pas vraiment des héros. Et pourtant…

Quand le seul médecin qui se soucie de leur sort disparaît, enlevé par de mystérieux agents, ses jeunes protégés n’hésitent pas : ils se lancent sur ses traces. Sans se douter qu’ils sont aussi sur la piste d’un des plus grands secrets du XXe siècle. Leur vie ne sera plus jamais la même.

L’histoire de l’humanité non plus. Une course poursuite haletante, où quatre adolescents vont puiser dans leur handicap la source de pouvoirs surnaturels. »

Mon avis:

Nettement moins connue que sa saga A comme Association ou encore Le livre des Étoiles, la trilogie Phaenomen mérite vraiment d’être (re)découverte ! Mais de quoi ça parle?

Nous suivons les aventures de quatre adolescents « à problèmes ». Il faut en effet les mettre ce mots entre guillemets, car ils ont la particularité d’avoir certains pouvoirs. 

Tout d’abord Arthur, qui a la faculté de se souvenir de tout. Ce qui sera très utile lors de leur aventure. Mais ce don est à double tranchant : son pouvoir le rend très nerveux et irritable. Noyé par ses souvenirs, Il peut faire des crises de panique. Pour se calmer, il dessine les trois « singes de la sagesse » sur tout ce qu’il peut trouver.

Nicolas est un peu comme Cyclope dans les X-Men: son pouvoir est la vision thermique. Hyper-sensibles, ses yeux ont donc constamment des lunettes de soleil. Mais ça ne l’empêche pas d’être drôle Il essaie sans cesse de dénouer les situations délicates. C’est l’optimiste de la bande !

Claire est sans contexte la plus mystérieuse: pâle, presque fantomatique, elle a des difficultés à se déplacer. Ses parents l’ont internée car elle se proclame l’enfant d’une fée ! Et au fil des événements, on se rend compte que c’est effectivement le cas ! Mais on est loin de la Fée de conte avec baguette magique… Elle serait plus proche de Vif-Argentqui se déplace plus vite que la lumière en cas de danger ! Elle se sent hors du Temps et du Monde, comme un animal qui ne sait pas s’adapter à son environnement. 

Enfin, je termine avec Violaine ma préférée: la meneuse du groupe. Son don est de pouvoir voir et contrôler l’âme des gens, représentée sous forme de dragon, alors que sa propre âme est représentée par un chevalier. Un don original et particulièrement puissant. Elle peut voir si l’âme d’une personne est bonne ou mauvaise, en fonction que leur « dragon » soit blanc ou noir. Sauf qu’elle va rencontrer un homme qui va la chambouler.  Clarence est un agent secret particulier qui a échangé son âme: il n’a donc PAS de dragon, ce qui trouble beaucoup la jeune fille ! 

Phaenomen est une histoire unique qui mixe les genres de façon brillante ! Il peut être lu comme un policier ésotérique teinté de fantastique ; l’intrigue est un vrai jeu de piste avec une confrérie malveillante qui traque nos anti-héros. Il y a aussi un complot historique assez improbable mais qui a le mérite de soulever de grandes questions: Que savons-nous de notre Histoire, et comment les images nous manipulent? 

J’ai été bluffée par le culot de l’auteur, car il a osé remettre en question un événement reconnu de tous. Et y repenser est extrêmement troublant !

Il y a aussi les « handicaps » et autres « différences » qui sont ici représentés par les enfants. Des cas, des « phénomènes » reclus dans une clinique en dehors de la société. Une façon judicieuse de dénoncer le comportement odieux, lâches ou juste effrayés de certains parents qui ne comprennent pas (ou ne veulent pas comprendre) leur enfant. J’ai aimé le fait que les handicaps soient en réalité des pouvoirs ! Un joli pied de nez aux apparences !

La grande qualité du livre est la façon dont nos 4 amis veillent les uns sur les autres. Suite à la mystérieuse disparition de leur médecin à la Clinique du Lac (en Suisse !!!) où ils sont internés, notre petite bande faire faire un long périple qui les fera voyager autour du monde. Malgré leurs différents, ils formeront une petite famille qui finira même par trouver un nouveau refuge…sous Paris !

Leur voyage leur mènera à une stupéfiante découverte qui risque de faire voler en éclat notre propre histoire et leurs ennemis sont prêts à tout pour les éliminer!

Moi, à la fin du troisième tome

La fin m’a juste scotchée ! J’étais à la fois triste effarée, et même en colère ! Car cette fin est digne d’un thriller pour adulte où on se demande juste: Mais Pourquoi?!!! Mais d’une certaine manière, c’était plus réaliste ! Nos jeunes héros sont trop différents et cette fin montre bien l’Aveuglement et l’Hypocrisie des adultes mais aussi du gouvernement.

En tout cas, c’est une trilogie encore trop méconnue ! Si vous aimez les mystères, l’action, l’amitié et les histoires originales, foncez !

EnregistrerEnregistrer

Publicités

Star Trek 2 : Into Darkness (2013)

Après un premier volet fort sympathique, j’étais curieuse de découvrir la suite de cette nouvelle version ! Alors, verdict?

Résumé:

« Alors qu’il rentre à sa base, l’équipage de l’Enterprise doit faire face à des forces terroristes implacables au sein même de son organisation. L’ennemi a fait exploser la flotte et tout ce qu’elle représentait, plongeant notre monde dans le chaos…
Dans un monde en guerre, le Capitaine Kirk, animé par la vengeance, se lance dans une véritable chasse à l’homme, pour neutraliser celui qui représente à lui seul une arme de destruction massive.
Nos héros entrent dans un jeu d’échecs mortel. L’amour sera menacé, des amitiés seront brisées et des sacrifices devront être faits dans la seule famille qu’il reste à Kirk : son équipe. »

 

Mon avis:

Une suite efficace, dans la lignée du premier, qui continue l’histoire « alternative » de Jim Kirk et de son équipage.

Après une attaque sur un centre d’archives à Londres, Starfleet est menacée par un terroriste du nom de John Harisson. L’individu est en effet persuadé que Starfleet est responsable de la mort de son équipage et de sa famille. Il est activement recherché.

L’amiral Marcus autorise le capitaine James T. Kirk à traquer celui dont la véritable identité est Khan Noonien Singh à bord de l’USS Enterprise jusque sur Kronos, planète-mère des Klingons. Kirk va devoir affronter un adversaire fourbe et intelligent. Mais aussi protéger son équipage dans un monde en guerre. 

Plus travaillé, Into Darkness montre une belle évolution de Jim Kirk. Fini l’étudiant dragueur et impulsif. Le jeune capitaine prend pleinement conscience de ses responsabilités dans l’Enterprise. Il gagne en maturité et en assurance. 

Chris Pine étoffe son personnage sans jamais copier William Shatner, donnant une nouvelle vision de Jim Kirk. On accroche ou pas. Mais j’ai très envie de le voir dans d’autres films ! Wonder Woman me tenterait bien !

Je suis aussi de plus en plus fan de Bones, qui me fait bien rire avec son caractère d’ours mal léché ! Sa camaraderie avec Kirk et les autres membres de l’équipage montre bien qu’il a bon fond ! Et je ne sais pas pour vous, mais je trouve Sulu super bad-ass ! Je suis curieuse de son évolution par la suite ! Ainsi que Chechov, qui a lui aussi bien grandi !

Mais que serait l’équipe sans notre (demi) Vulcain préféré?

Si dans le premier film, Spock était d’apparence froide, presque « robotique », il montre davantage d’humanité dans cette nouvelle aventure. Et ce, plus grâce à sa « Bromance » (voir article) avec Kirk, que sa romance compliquée avec Nyota. J’ai beaucoup moins accrochée à cette dernière dans cette suite. La jeune femme a du mal à communiquer avec son petit ami, provoquant des disputes feutrées mais bien réelles. Seul le capitaine sait faire ressortir sa part humaine. 

L’une des scènes marquante  les concernant (pas de spoilers) est un joli clin d’oeil au deuxième film Star Trek de 1982. Rien à envier à la scène d’origine côté émotion ! Si comme moi, vous êtes Team Spirk, vous allez sortir vos mouchoirs !

Autre duo qui m’a juste fait triper: Scotty et Keenser, l’alien le plus mignon depuis les Ewoks de Star Wars ! Je l’adore ! Ce personnage est très sous-estimé, je trouve !

Enfin, le méchant est incarné par un Benedict Cumberbatch subtil et glaçant à souhait ! Je le préfère en Khan qu’en Sherlock, personnellement !

Seul point noir: le personnage de Carol Chapel qui aurait pu être bien mieux travaillé ! C’est une femme brillante et belle mais un peu trop lisse. Et surtout, il y a eu ÇA:

Pourquoi est-qu’il faut toujours une fille à moitié à poil dans les films d’action ? Ça m’a d’autant plus agacée que cette scène dure quoi ? Trente secondes ? Et a été complètement inutile à l’histoire ! Je m’en serais bien passée !

Mise à part ça, j’ai passé un très bon moment ! L’histoire est prenante eles décors sont tout aussi réussis ! J’ai pensé au reboot Tron Legacy à cause de l’ambiance noire et bleutée, très moderne et plaisante à regarder ! Je serais presque curieuse de le voir du coup !

Un très bon deuxième volet, plus dynamique et complexe que le premier ! Très envie de découvrir le troisième: Star Trek Sans Limites ! Ainsi que la série préquel Star Trek Discovery !

Demain les chats (Bernard Werber)

C’est toujours avec un mélange d’enthousiasme et d’appréhension que je lis un Bernard Werber. Les thèmes paraissent intéressants mais ont parfois tendance à tourner en rond … Mais comme j’aime les histoires de chats, je n’ai pas pu résister !

Résumé:

A Montmartre vivent deux chats extraordinaires. Bastet, la narratrice qui souhaite mieux communiquer et comprendre les humains. Pythagore, chat de laboratoire qui a au sommet de son crâne une prise USB qui lui permet de se brancher sur Internet. Les deux chats vont se rencontrer, se comprendre s’aimer alors qu’autour d’eux le monde des humains ne cesse de se compliquer. A la violence des hommes Bastet veut opposer la spiritualité des chats. Mais pour Pythagore il est peut être déjà trop tard et les chats doivent se préparer à prendre la releve de la civilisation humaine.

Mon avis:

Si la trilogie Troisième Humanité m’a laissée sur ma faim, ce nouveau roman remonte l’auteur dans mon estime ! Les thème récurents sont certes toujours là, (évolution des espèces, histoire, opposition religion/sciences…)

Mais le point de vue félin est très intéressant, notamment le fait qu’ils nous voient comme leurs serviteurs. L’héroïne de l’histoire, qui porte le nom de la déesse égyptienne Bastet, est très déroutée par le comportement humain, surtout leur violence. Elle souhaite plus que tout les comprendre et s’est juré de réussir à entrer en contact télépathique avec eux !

Sa rencontre avec le mystérieux Pythagore, un chat de laboratoire dont la maîtresse a implanté une clé USB directement dans le cerveau va l’aider à mieux nous comprendre en lui racontant l’histoire de l’Humanité…et des chats ! Et il y a urgence !

Car l’Humanité devient folle et tombe dans une sorte de Troisième Guerre Mondiale, où la Peste fait son grand retour. Or les humains ont oublié que se sont les chats qui les ont sauvé de la dernière épidémie…en tuant les rats.

Malgré quelques incohérences, j’ai retrouvé avec plaisir l’ambiance si particulière de Bernard Werber, qui a le mérite de dérouter le lecteur ! Ce qui pour moi est positif ! J’aime les livre qui interrogent, nous renvoient à notre propre comportement. Dans ce livre, la fascination de la télévision et ses images chocs est particulièrement alarmante et m’a, de ce fait, beaucoup fait penser à Fahrenheit 51, dans le sens où les images bloquent tout raisonnement et esprit critique. 

Et quelle étrange relation entre les hommes et les chats ! Tantôt vénérés (Bastet et autres divinités similaires), et maudits (les feux de la Saint-Jean où l’on brûlait les chats vivants). C’est une relation Amour-Haine qui m’a beaucoup intéressée. Le Chat fascine l’homme depuis des millénaires !

Un bon cru Werberien, qui se lit vite et nous fait avoir une nouvelle vision de nos amis félins ! J’ai bien aimé pour ma part, même si ce n’est pas un coup de coeur !

Star Trek de J.J. Abrams (2009)

Ayant grandi avec les séries, j’étais curieuse de découvrir cette nouvelle version de l’un des plus célèbres univers de science-fiction !

Résumé:

« N’attendez plus pour découvrir le futur : embarquez pour l’aventure STAR TREK, le blockbuster incontournable de J.J. Abrams qui a transporté le public. Surgi du futur, Nero le Romulien, voyage dans le temps et n’a qu’un but : se venger de la Fédération en détruisant des planètes. Kirk et Spock, jusqu’alors rivaux, doivent s’allier pour empêcher l’inévitable. Scènes d’actions spectaculaires, humour, suspense et effets spéciaux époustouflants… les nouvelles recrues de l’U.S.S. Enterprise vont traverser des épreuves inimaginables. »

Mon avis:

Un blockbuster à l’univers très réussi, au casting plutôt agréable. Il s’agit plus d’un Star Trek alternatif qu’un reboot, ce que j’ai trouvé plutôt bien vu !

J’ai aimé le nouveau Capitaine Jim T. Kirk, incarné par Chris Pine: c’est un jeune homme rebelle et impulsif qui s’engagera dans Starfleet, plus par défi que par vocation. Son père est mort dans des circonstances étranges lors d’une mission incluant un trou noir. Notez que le père est incarné par Chris Hemsworth (Thor).

Il se liera vite d’amitié avec Léonard McCoy surnommé « Bones », jeune médecin soucieux d’échapper à ses dettes et à sa femme en s’engageant lui aussi dans Starfleet. J’ai juste adoré ce personnage, proche de la version série : bougon et sarcastique, avec une touche sexy en plus ! Ce qui est loin d’être désagréable !

Élève tricheur et dragueur, Kirk n’a pas une bonne réputation. Sa relation est particulièrement tendue avec Spock, un demi-Vulcain acerbe et froid qui le méprise ouvertement.

Si j’étais sceptique départ, je dois avouer que Zachary Quinto est au final…étrangement mignon en Vulcain ^_^! C’est quelqu’un d’assez torturé, tiraillé entre la Logique Vulcaine et les émotions humaines. S’il maîtrise  l’une, l’autre le met mal à l’aise. Sa relation avec Kirk est électrique, en grande partie à cause de Kirk qui s’amuse à le provoquer. Heureusement, il trouvera une allée précieuse en la présence de Nyota Uhura, avec qui il aura une jolie relation. J’ai aimé la façon dont il se soutiennent l’un l’autre. C’est la touche romantique du film !

Nyota est une femme forte qui observe beaucoup et n’agit jamais sans réfléchir ! Si Kirk ne lui a pas vraiment fait bonne impression au départ, elle finira tout de même par le tolérer, même si elle est loin d’approuver son comportement.

R.I.P Chekov 😦

Il y a aussi les autres membres de l’équipage qui sont tous très différents. J’aime beaucoup ce côté international. Avec une petite pensée pour Anton Yelchin, qui jouait Pavel Chekov. L’acteur est en effet décédé il y a 2 ans, dans un accident de voiture. J’ai beaucoup aimé sa version de Checkov, un jeune homme enthousiaste et un brin naïf, très consciencieux dans son travail. Son accent russe ajoute encore un charme supplémentaire, même si ses phrases sont parfois incompréhensibles !

L’histoire est assez bien construite et mélange humour, action mais aussi de beaux thèmes universels: l’héritage familial (au sens moral et génétique du terme), l’amitié, la rivalité, mais aussi la vengeance, le deuil, le sens moral et l’esprit d’équipe.

Autre surprise, le méchant Romulien, incarné par un Éric Bana…assez méconnaissable je dois dire ! Un bon gros méchant comme je les aime !

Visuellement, c’est aussi très beau, sans tomber dans le trop spectaculaire. Les événements s’enchaînent bien et j’ai adoré le clin d’oeil à la série d’origine, car le mythique Léonard  Nimoy y joue son rôle en version plus âgée. j’ai bien aimé sa relation avec Kirk et sa version jeune. Il les aidera à ouvrir les yeux sur leurs différents.

Même s’il ne révolutionne pas le genre, Star Trek reste un bon film à popcorn, distrayant et très agréable à regarder ! En tout cas, je suis curieuse de voir les autres volets du coup ! Le bêtisier du film est aussi à voir: il y avait une sacré ambiance sur le plateau de tournage ^^ !

 

La planète des singes (Pierre Boulle)

Oeuvre majeure de la science-fiction, La Planète des singes de Pierre Boulle a fait l’objet de beaucoup d’adaptations:

Le film de Franklin James Schaffner réalisé en 1968, que je recommande chaudement ! Cette adaptation est, de loin, la plus fidèle au livre ! En plus il s’y trouve dans le casting un certain Charlton Heston, vu dans les mythiques Dix Commandements ou encore le moins connu mais glaçant Soleil Vert !

Tim Burton a aussi tenté sa version en 2001, (sans grand succès d’ailleurs).

Se sera finalement Rupert Wyatt et Matt Reeves, qui donneront un nouveau souffle à cette histoire devenue culte. 

Le dernier volet, Suprématie étant sorti il y a peu, j’ai donc voulu remonter aux origines, donc au LIVRE !

Résumé:

« En l’an 2500, le professeur Antelle, Arthur Levain et Ulysse Mérou quittent la Terre. Ils s’embarquent sur leur vaisseau cosmique, direction la supergéante Bételgeuse. En la survolant, ils ont la surprise de découvrir des villes, des maisons, des forêts… Une planète jumelle de la Terre ? À une différence près : ici, les singes règnent en maîtres et les hommes vivent à l’état sauvage, quand ils ne sont pas en cage. Qu’est-il donc advenu de l’espèce humaine ? »

Mon avis:

Inspiré des travaux de Charles Darwin sur l ‘évolution des espèce, la planète des singes m’a fait me poser plein de questions ! Et je pense que c’est justement la justesse de ces questions qui fait que ce livre continue de fasciner et de traverser les générations !

Comment se passe l’Évolution? Comment un être qui au départ ne répond qu’à son « instinct primitif« , apprend à penser, parler, inventer des choses? Et si, au lieu des humains, c’était arrivé à nos cousins les singes?

Une réflexion aussi intéressante que dérangeante sur notre avenir et notre obstination à tout vouloir savoir et contrôler; tôt ou tard, le retour de bâton arrive. Et la révélation finale en est d’autant plus percutante ! 

Il y a aussi le thème de l’esclavage, l’instinct de survie, et les expériences scientifique (où l’homme a donc le rôle de l’animal). L’effet-miroir est d’autant plus saisissant que certains singes sont persuadés que « l’homme n’a pas d’âme » ! J’ai déjà entendu ça quelques part, pas vous?

Il y a aussi l’amour, car notre héros Ulysse(encore un, tiens !), va avoir les faveurs de deux femmes, l’une humaine…l’autre singe ! Et donc, fatalement, aura un rival ! Ce qui va beaucoup le dérouter !

C’est le genre de livre qui se relit bien différemment quand on connaît la fin ! Et jusqu’à présent, seuls Agatha Christie et Philippe Claudel m’avait fait cet effet-là !

C’est un livre glaçant, fascinant  et assez pessimiste car il pointe du doigt des thèmes encore d’actualité aujourd’hui ! Jusqu’où va aller l’humanité? 

 

 

Le 13 ème Doctor

J’ai vu récemment la présentation du13e Doctor et voici ma réaction:

Je me suis déjà demandé ce que donnerait un Docteur féminin et mon voeu a été exaucé ! Chaque interprète a apporté quelque chose au personnage, que ce soit Christopher Eccleston, Matt Smith, David Tennant ou le récent Peter Capaldi ! C’est justement ce qui fait la richesse de cette série je trouve !

Je suis donc d’autant plus curieuse de ce nouveau regard ! Après tout, il y a bien Missy qui est une version féminine du Master ! Au final, c’est logique ! 

Bienvenue Jodie Whittaker ! J’ai hâte de faire votre connaissance !

Le Cas Jack Spark Saison 4: Printemps humain

YEAH !!! J’ai enfin fini !!! Le cas Jack Spark s’achève en apothéose !

Résumé:

« Tous les contes de fées ont une fin …Voilà un siècle que le Président-Mentor Jack Spark règne sur Concordiapolis, mégalopole utopique où les hommes coexistent avec les créatures fantastiques. Mais aujourd’hui, cet équilibre fragile est sur le point de se briser. D’un côté, 1% de privilégiés : les Fés immortels. De l’autre côté, 99% d’exploités : les humains surendettés. Insurgez-vous et rejoignez les rangs du Printemps humain ! »

Mon avis:

Génial !!! Moi qui avait peur d’être déçue par ce dernier tome sous prétexte qu’il se déroule bien après l’époque de Jack, je me suis inquiété en pure perte ! Ce livre est une excellente conclusion !

Car Jack Spark est devenu une vraie légende vivante. Après la Troisième guerre mondiale provoquée par l’Hiver Nucléaire, il a mis en place un projet fou: Concordiapolis, une ville-monde où cohabitent Humains et Fés en harmonie. 

Tout un gouvernement est mis en place et l’argent est remplacé par…le Flux humain. En effet, les hommes salarié de patrons Fés se font « ponctionner » l’Énergie Vitale tous les mois en guise de taxe ! L’électricité a été bannie, ainsi que le sel, mortel pour les Fés. 

Nous suivons en alternance deux nouveaux personnages:

Caleb, flic désabusé et son fils Tiago, ado rebelle qui ne supporte pas les Fés. Il va se relier aux Insurgés, un groupe de protestants contre le gouvernement actuel. Il   en a marre de voir son père trimer dans son emploi de misère alors que les « Sangsues bleues » comme il les appellent sont riches. Tout deux sont les descendants de Ti-Jean Robespierre, l’un des amis de Jack Spark.

Tout comme dans le premier volet (Été Mutant), il y a de vrais thèmes actuels en filigrane du fantastique: Le surendettement, la pauvreté, l’écart social, les « vampires de pouvoir » qui usent l’énergie vitale d’honnêtes citoyens… Mais aussi: le père de famille dépassé par la crise d’ado de son fils, la mère carriériste qui snobe son ex-mari, et tente (vainement) de ressembler à son nouveau compagnon en copiant son apparence.

Mais comme Tiago va s’en rendre compte, tous les Fés ne sont pas forcément des prétentieux/vampires qui dédaignent les humains. Tous comme les humains ne sont pas forcément pour la paix.

Il fera la connaissance d’une troublante jeune fille, trop belle et trop imprévisible pour être vraiment humaine: Onyx. Des yeux bleu marine, des cheveux noirs et une rébellion toute particulière contre le gouvernement…

Mais voilà que des meurtres viennent troubler la tranquillité de la ville. Des Fés sont retrouvés assassinés de façon étrange avec des crucifix imbibés de sel, sensé proscrits. Or, cette technique est celles des Exorcistes, qui ont aidé les humains lors de la troisième guerre mondiale. 

J’ai aimé ce nouvel univers, ainsi que la force de tous les personnages ! Le seul bémol est peut-être une certaine rapidité dans son dénouement !

Il y a aussi de belles références aux contes de fées, toutes très symboliques: les légendes arthuriennes, Robin des bois, La Fée Carrabosse… Le tout remixé avec la religion, la guerre et l’importance du combat pour la Justice.

Ce livre  est à la fois un terme et une renaissance. Le Printemps est une belle métaphore d’Espoir et de renouveau.

Une super saga fantastique, que je préfère à Phobos et Animale pour son univers original et les réflexions qu’il implique !