La spiritualité et moi: une quête personnelle

Depuis toute petite, je me suis souvent posé des questions sur la religion. Et c’est seulement aujourd’hui, à 37 ans, que j’ose enfin explorer cette partie de moi: la croyante. 

Je vous propose une réflexion sur la Foi, et la force d’Âme qu’elle procure. 

La Foi au fond, qu’est-ce que c’est? « Avoir foi » en quelqu’un, c’est lui faire confiance. Une personne « de bonne foi », elle est honnête. Mais « avoir foi » en un dieu, quel qu’il soit, qu’est-ce que ça représente?

J’ai toujours été impressionnée par les hommes et femmes de foi:

Que ce soit l’abbé Pierre, Soeur Emmanuelle, dite « La petite soeur des pauvres » mais aussi Mathieu Ricard, Ani Choyin Drolma ou encore Amma, l’Hindoue qui prend les hommes du monde entier dans ses bras…

Enfin, ma dernière découverte est musulmane: Seydi Diamil Niane, dont je vais me procurer l’ouvrage ! Car l’Islam aussi a ses hommes de paix ! On ne le dit pas assez !

C’est le dénominateur commun de ces belles personnes: L’Amour et la Paix.

Ils dégagent tous (quelle que soit leur religion) une joie calme, un optimisme indéfectible et ne restent jamais passifs. Ils continuent de voir la beauté du monde et de l’âme humaine, même dans les cas extrêmes.

J’ai appris récemment l’étymologie du mot « religion' »: il viendrait du latin « religare » qui veut dire « relier ». Pour moi la Foi, c’est cela. Se sentir « relié » à quelque chose de plus grand, plus beau que soi. Je trouve que c’est une belle définition !

Car l’important, ce n’est pas le nom du Dieu ou ses coutumes. C’est que Son Message d’Amour soit entendu, donné et compris !

Parmi les livres qui me paraissent intéressants sur le sujet:

« L’art du bonheur » de Sa Sainteté le Dalaï-Lama

« L’Amour est contagieux » du Pape François

« Le Prophète » de Khalil Gibran

« Chemins spirituels » de Mathieu Ricard

« La richesse de la pauvreté » de Soeur Emmanuelle

« Moi musulman, je n’ai pas à me justifier » de Seydi Diamil Niane

« Jésus m’aime ! » de David Safier

Après la belle surprise qu’à été « Sors de ce corps, William », j’étais curieuse de découvrir d’autres livres de l’écrivain allemand David Safier. Et là encore, c’est une bonne pioche !

Résumé:

Grand, chevelu, une barbe soigneusement taillée et des yeux très doux: quand Marie croise Joshua, elle est irrésistiblement attirée par ce charpentier au look de Bee Gees. Mais elle devra attendre pour rencontrer ses éventuels beaux-parents : il dit être Jésus. Est-ce pour cela qu’il veut chanter des psaumes à une soirée karaoké ? Qu’il tend l’autre joue quand l’ex de Marie en vient aux mains ? Qu’il propose de rompre le pain -une pizza en l’occurrence- avec le premier SDF venu ? Pas de doute, s’il est vraiment Celui qu’il prétend être, Joshua a un profond retard à rattraper après plus de 2000 ans d’absence…

Mon avis:

Je crois que j’ai trouvé mon auteur anti-déprime ! « Jésus m’aime«  est une vraie comédie, irrévérencieuse et pétillante ! Un peu comme si vous croisiez Bridget Jones et Bruce Tout Puissant

Marie est une trentenaire un peu paumée dans sa vie sentimentale. Son petit ami, Sven, semble parfait. Mais Marie garde pour elle une blessure due à son ex, Marc, qui l’a trompée et depuis, elle doute. Bien sûr, elle n’ose pas en parler à Sven. Jusqu’à ce qu’elle craque: elle dit non devant l’autel à son mariage !

En retournant vivre quelques jours chez son père, Marie va faire la connaissance d’un nouveau charpentier: Joshua. Un homme doux, gentil, idéal… Malheureusement, il dit être Jésus ! Commence alors une aventure étrange, drôle et imprévisible !

J’ai adoré l’idée du retour de Jésus à notre époque ! Les situations sont aussi drôles qu’improbables. Jésus qui chante (des psaumes) au Karaoké? Qui danse la salsa? Qui n’est jamais bourré et découvre avec délice la pizza, le Banana-Split et le Mojito ? 

Sans parler de sa manie de se laisser tabasser au lieu de se défendre, de marcher sur l’eau et de guérir les gens juste en les touchant ! Ce Christ est naïf comme un enfant, ne connais ni le mensonge, ni l’ironie mais ne manque pas d’humour !

J’ai trouvé Joshua/Jésus assez attendrissant en fait: pacifiste et (un brin) moralisateur mais complètement perdu dans notre époque moderne ! ( Le nom de Joshua n’est d’ailleurs pas choisi au hasard ! Pourquoi ? Réponse dans le livre 😉 )

Quant à Marie, elle devra se réconcilier avec son père, qui a refait sa vie avec une biello-russe. Heureusement, elle peut compter sur le soutien de sa soeur Kata, avec qui elle partage un lien très fort ! Marie est une jeune femme qui s’interroge beaucoup et son cerveau se transforme en Vaisseau Interprise, en cas de panique ! La fan que je suis a beaucoup apprécié ces passages !

Cependant, si Jésus est de retour sur Terre, ce n’est pas pour rien ! Car le Jugement approche ! Dieu (qui est une femme !) et le Diable (qui a le visage de Georges Clooney, rien que ça !) ne l’entendent pas de cette oreille ! Jésus a autre chose à faire que tomber amoureux ! Or, Marie le détourne de son chemin, et Gabriel a bien l’intention de le raisonner ! Mais Joshua veut vivre comme un être humain normal !  Sa relation avec Marie est assez touchante. Il découvre avec elle la vie humaine dans sa légèreté, sa bêtise mais aussi son humour, ses désillusions et ses lâchetés.

Marie, quant à elle, a du mal à croire, et ce, dans tous les sens du terme ! Elle manque de confiance en elle, est très maladroite et jusqu’au premier Miracle, ne voyait en Joshua qu’un homme charmant…mais bizarre. Lorsqu’elle prend conscience de la Vérité, elle oscille entre culpabilité et colère. Culpabilité d’aimer un homme inaccessible. Et Colère parce que c’est aussi un homme qui mérite une vie « ordinaire ». 

Enfin, il y a Kata, la soeur dessinatrice de Marie, dont les dessins apparaissent par intermittence dans l’histoire ! Ça c’est une belle surprise ! Les dessins ressemblent à ceux que l’on voit sur nos calendriers…sauf que les strips sont bien plus pertinents ! Au fil des dessins, on découvre qu’elle a aussi ses zones d’ombres…

L’écriture est très drôle et j’ai adoré les références, qu’elles soient bibliques ou autres ! Et bien que les événements partent un peu trop en sucette sur la fin, j’ai adoré le côté loufoque et improbable de cette histoire, qui m’a fait passer un très bon moment !

Une lecture fraîche et originale, parfaite pour se détendre sur la plage ! Le prochain livre de Safier que je vais lire m’a fait glousser rien qu’en lisant le titre !

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

L’Évangile selon Pilate (Éric-Emmanuel Schmitt)

Je continue ma découverte d’Eric-Emmanuel Schmitt avec cette lecture passionnante !

Résumé:

Première partie : Dans le Jardin des oliviers, un homme attend que les soldats viennent l’arrêter pour le conduire au supplice. Quelle puissance surnaturelle a fait de lui, fils de menuisier, un agitateur, un faiseur de miracles prêchant l’amour et le pardon ?
Deuxième partie : Trois jours plus tard, au matin de la Pâque, Pilate dirige la plus extravagante des enquêtes policières. Un cadavre a disparu et est réapparu vivant ! Y a-t-il un mystère Jésus ou simplement une affaire Jésus ? A mesure que Sherlock Pilate avance dans son enquête, le doute s’insinue dans son esprit. Et avec le doute, l’idée de foi.

Mon avis:

Le procès du Christ en roman, voilà une idée originale ! De sa belle écriture fluide et précise, Monsieur Schmitt nous fait (re)découvrir l’histoire de Jésus à travers deux hommes:

Yéchoua est le fils d’un charpentier, Yosef. Enfant aussi curieux que rêveur, il se met le rabbin sur le dos car non seulement il ose contester la Loi, mais il devient le confesseur des villageois en détresse, volant son rôle.

Loin d’être un « Prophète », Yéchoua (qui deviendra Jésus) est avant tout un homme révolté par la violence de son époque et ses loi absurdes; un peuple dominé plus par la Peur que l’Amour de son prochain. Un éclairage intéressant sur Jésus, en tant qu’homme, qui ici, est une personne rebelle qui refuse le statut-quo, l’hypocrisie et toute forme de violence. J’ai beaucoup aimé cette réécriture plus moderne, qui mets en avant un peuple manipulé par son gouvernement et salue le courage d’un homme qui ose faire changer les mentalités.

Pilate est lui aussi un personnage des plus singuliers:

Bien présent dans les Évangiles, Ponce Pilate est un Préfet Romain connu pour avoir ordonné la crucifixion de Jésus par le vote du peuple. C‘est un homme d’une certaine rudesse, droit et impatient de retourner à Rome, loin du bouillonnant Jérusalem.

Sa femme, Claudia est à la fois son épouse et son conseiller. J’ai beaucoup aimé leur relation, respectueuse mais cachée dans son « égalité ». Un homme qui demande conseil à sa femme est très mal vu ! C’est l’une des belles surprises de ce livre: Les femmes sont fortes et pleine de sagesse.  Mais là, Pilate est face au tour le plus bluffant (et dangereux) qui soit !  Et c’est lui qui endosse le rôle d’un Sherlock Holmes antique, imaginant tous les coups tordus possibles !

Judas était-il vraiment le traître de l’histoire ? Comment un corps torturé, crucifié, peut-il disparaître et revenir bien entier et vivant ? Qui était vraiment Jésus ? Un rêveur ? Un illuminé ? Ou le plus habile mystificateur de tous les temps ? J’ai juste adoré cette tournure « enquête policière », qui donne un coup de fouet après les délires « bibliques » de la première partie du roman !

À travers ce mystère, le scepticisme de notre Sherlock Pilate devient progressivement de la Foi, non pas en un Dieu cruel mais en un Homme qui a souffert pour ouvrir les yeux d’un peuple et l’inciter à rejeter un système qui l’emprisonne. Ainsi qu’un bel exemple de l’arme la plus pacifique, ancienne et efficace qui soit: la Rumeur !

C’est un livre qui interroge sur la personne « historique » de Jésus et du fondement même d’une religion. J’ai terminé ma lecture avec une autre vision du Christ, non en tant que Fils de Dieu mais en tant qu’homme révolté, moins lisse que ce que j’en ai appris au catéchisme !

Un livre passionnant, plus philosophique et politique que religieux, qui pose bien des questions. À découvrir !

Note: Sur le même thème mais dans un tout autre registre, j’ai prévu de lire « Jésus m’aime » du tordant David Safier !

Le sens de la vie

C’est rare que j’écrive des articles personels.

foi

Mais parfois, ça me taraude. Je me pose beaucoup de questions en ce moment. Quel sens donner à ma vie ? Comment trouver la force de voir le positif dans le malheur ? Et surtout comment agir pour changer les choses ? 

Je trouve que notre monde manque de valeurs, de sacré, d’ondes positives. Je n’ai jamais vraiment cru en Dieu ou une quelconque divinité. Mais il me manque une lumière à suivre. Donner un Sens à mon vécu et mes rencontres. Je ne méprise pas ceux qui sont athées pas plus que les fidèles à d’autres religions.

D’ailleurs, pour moi, la science et la religion ne sont pas si éloignés. Leur point commun, c’est le Sens justement: La science nous apprend comment le monde fonctionne « physiquement », dans quel « sens » il tourne. La religion nous aide à y attribuer une valeur  et lui donner un « sens ». Spirituel celui-là. 

mon_ami

J’espère un jour voir le monde sans lunettes noires ou rose. Le voir dans son ensemble avec ses imperfections. Et j’espère aussi, donner ma modeste contibution pour un monde moins égoïste, plus humain.

Sortir des chemins tout tracé et suivre mon coeur plutôt que les convenances. Sortir aussi des pseudo-philosophies et rester authentique, envers moi-même tant qu’avec les autres. 

Le sens de la vie est diférent pour chacun:

Pour certains, ce sera fonder une famille, gagner beaucoup d’argent ou avoir une vie sociale bien remplie. Pour d’autres, ce sera se relier à un dieu et y trouver la force et le réconfort qui lui convient. Bref, chacun trace son chemin. 

Peut-être que le vrai Sens, c’est surtout être bien dans sa vie, s’y trouver à sa place.

Ce sera ma prochaine étape: donner un Sens …sans partir dans tous les sens !