The Social Dilemma (Netflix)

En ce moment, j’aime de plus en plus regarder des documentaires en tout genre ! Et je devais absolument regarder The Social Dilemma, de Jeff Orlowski sorti sur Netflix sous le titre Derrière nos écrans de fumée. Pourquoi me direz-vous? Tout simplement parce que le sujet me parle. Je suis en effet en pleine « détox » digitale depuis le dernier confinement. Ce documentaire est donc en plein dans mon état d’esprit du moment !

R.ef7d6c91d5d0d34885474ba77909b37a

Dans ce documentaire inédit, des spécialistes, des militants et surtout des anciens employés des géants de la technologie nous ouvrent les yeux sur la vérité cachée derrière nos écrans. Ils sonnent l’alarme concernant certaines de leurs inventions, qui provoquent des addictions et déstabilisent les démocraties.

 Les réseaux sociaux ont profondément changé notre société…et surtout notre comportement ! Certains aspects sont indéniablement positifs: on a pu retrouver des personnes disparues, trouver des donneurs d’organes, rapprocher des familles éclatées autours du monde. Mais toute téchnologie a ses failles et celles des réseaux sociaux est particulièrement perverse !

Je n’ai pas grandi avec twitter, Tik Tok ou Instagram. Et je n’ai Facebook que depuis à peine deux ans. Pourtant, je comprends très bien le cri d’alarme de ces spécialistes ! Malgrès son côté mélo-dramatique, ce film a au moins un mérite: celui de nous inciter à avoir plus de discernement. Car le vrai problème, ce ne sont pas les plateformes mais la façon dont elles sont utilisées: fake news à tout va, publicité à outrance,  algorithmes de plus en plus intelligents, cyber-harcèlement , stress, dépression et surtout manipulation passive… Sans parler de l’addiction numérique qui prend de plus en plus d’ampleur, notamment chez les jeunes. 

On peut, de ce fait, trouver ce film un peu trop « pathos » ou « alarmiste », notamment avec la partie « fiction », qui nous montre une famille qui se brise peu à peu à cause d’un emploi maladif du téléphone… mais personnellement, je ne l’ai même pas trouvée exagérée. Comme je l’ai dit, j’ai moi même traversé une période sans écran et j’ai été sidérée par la sensation de « manque » ! Exactement comme si j’arrêtais de fumer ! 

J’ai trouvé admirable que ce documentaire donne la parole à des professionnels de ces plateformes que nous utilisons si souvent. C’est justement ce qui donne la pertinence au film et d’un certain point de vue, le dédramatise un peu sur la fin.

Car le message est plus positif que l’on pourrait le croire: Gardons notre libre-arbitre et ne laissons pas un outil nous utiliser. 

La zone de confort

Aujourd’hui,  je voudrais faire une petite réflexion sur une expression qui m’a été sortie à toutes les sauces durant une bonne partie de ma vie: « Sors de ta zone de confort ! »

Attention danger ! Cette situation est bien trop confortable !

Pendant longtemps, j’ai entendu cet argument débile. Comme quoi, si je ne sors pas de mon « confort », je ne peux pas évoluer ! Or, si je cherche la définition de cette zone, voilà sur quoi je tombe:

« La zone de confort est un état psychologique dans lequel une personne se sent à l’aise. Dans cette zone, elle peut garder le contrôle tout en éprouvant un faible niveau de stress et d’anxiété. Dès lors, un niveau constant de performance est possible. »

Une question s’est alors posée : pourquoi vouloir en sortir ? Est-ce que l’on déménage dès que l’on se sent bien installé chez soi? Non ! On entretient sa maison , on l’aime, on la modifie, on l’agrandit au fil du temps. C’est exactement ce que j’ai fait avec ma zone de confort. Elle est mon alliée, pas mon ennemie !

En étant confortable dans mon corps, mon esprit et mon âme, je gagne confiance en moi. Et donc en mes capacités et mes prises de risques.  Je vous mets en illustration de mes propos la vidéo de la coach youtube Natalie Martin, qui va encore plus loin dans cette réflexion !

Et vous, quelle relation avez-vous avec votre « zone de confort » ? N’hésitez pas à dire votre avis en commentaire, je suis curieuse !

Le Bel Âge

Je n’ai jamais vraiment fait attention à mon âge.

Pour moi, ce n’est un facteur, ni bon, ni mauvais. Ni culpabilisant, ni spécialement avantageux non plus. Chaque âge a ses avantages et ses failles.

Et surtout, je n’ai jamais compris cette pression sociale qui, dès l’enfance, nous pousse à se faire des amis « de son âge » ! Ça m’énerve au moins autant que ceux qui ne croient pas en l’amitié homme et femme.

Mes premiers amis, je les ai rencontrés dans la cour de récré. Aucun n’étaient de mon âge. Je ne sais pas pourquoi.

Et là, le Miracle. Je me suis retrouvée dans une classe plus jeune que moi…et ça m’a donné le Déclic. Je me suis enfin ouverte aux autres; j’ai découvert le chant, le théâtre…  et surtout l’Amitié qui efface les différences d’âge, de culture, de genre, de religion…

Devenue adulte j’ai voulu garder ce melting-pot dans mes relations ; je me fie aux affinités, l’humour, la personnalité. J’ai connu des ados matures et des adultes gamins. Des célibataires heureux, des working girls comblées, des mères battantes et des papys dynamiques. TOUS m’ont fait grandir et apporté quelque chose.

Je vois la vieillesse comme un cadeau, une expérience en plus et des regrets en moins. La Vie n’est ni courte ni longue. Elle est imprévisible. Certains vieillissent dans la souffrance; d’autres sont fauchés en pleine jeunesse. On ne sait pas quand la Mort frappera. Alors, autant aimer la Vie, là tout de suite !

J’aime mes premières rides, les fils d’argent qui apparaissent, mon corps qui change. J’aime regarder les jeunes grandir et écouter les plus âgés. Et j’ai bien l’intention de profiter de ma vieillesse. J’aime ce mot, parce qu’il y a le mot VIE dedans.

Le bel âge c’est ici et maintenant.

 

Body Positive

S’il y a bien une chose qui me sort par les yeux à notre époque, c’est la pression sociale et psychologique sur le physique.

tumblr_mxrsm8i4aj1sm8jheo1_500

Toute l’année, les médiats nous pressent le citron avec leurs injonctions aussi énervantes qu’absurdes: plus mince. Plus jeune. Pas de cheveux blanc. Faites du sport….ect

Sans parler des images photoshopées et ses mannequins squelettiques qui ne font plus rêver depuis bien longtemps. 

C’est aussi pour ça que je ne regarde plus le défilé des Miss. Non pas que je les trouve laides ou sottes. Mais pourquoi se restreindre à une seule personne quand la féminité peut avoir tant de beautés diférentes ? 

Mais le pire concerne les commentaires et réactions, d’autant plus violents qu’ils sont cachés par l’anonymat des pseudos. 

Il suffit d’aller sur internet pour tomber sur des réflexions détestables, injustes, dégueulasses. 

L’humanité est belle par sa diversité, ses couleurs et ses « défauts » physiques. Et laide par sa méchanceté, son hypocrisie et son refus de comprendre. Je m’inclue dans le lot d’ailleurs, sinon je serai moi-même une hypocrite.

Car c’est un vrai défi de lutter contre ces pensées toxiques qui font tant de dégâts lorsqu’elles deviennent paroles. Pourquoi cette violence ? Qu-est-ce qui me dérange autant chez telle personne et pas une autre? 

Alors en 2017,  j’ai choisi de me chouchouter, mais aussi de changer mon regard sur moi comme les autres. Commencer par le « Body Positive » me semble être un bon début .

Il n’y a pas de « corps parfait ».  Mais de belles personnes.