Séance ciné: Zootopie

Pour cette fin de cemaine, j’ai profité d’un vendredi après-midi particulièrement pluvieux pour me faire une petite séance ciné: Zootopie de Byron Howard et Rich Moore (de qui on doit Raiponce !)

ZOOTOPIE

Résumé:

Zootopie est une ville qui ne ressemble à aucune autre : seuls les animaux y habitent ! Lorsque Judy Hopps fait son entrée dans la police, elle découvre qu’il est bien difficile de s’imposer chez les gros durs en uniforme, surtout quand on est une adorable lapine. Bien décidée à faire ses preuves, Judy s’attaque à une épineuse affaire, même si cela l’oblige à faire équipe avec Nick Wilde, un renard à la langue bien pendue et véritable virtuose de l’arnaque…

 

Mon avis:

C’était couru d’avance : j’ai adoré ! Zootopie est une petite cure de bonne humeur qui épingle avec justesse nos petits travers humains !  

Nous y suivons les aventures de Judy Hopps, une jeune lapine campagnarde qui rêve d’un monde meilleur: pour ça, elle est bien décidée à devenir policière !  Ayant grandi auprès de parents aimants mais angoissés, elle devra faire preuve de courage et de ténacité pour leur prouver qu’on n’est pas obligés de suivre un chemin tracé d’avance. Dès le début, elle en bave: dans sa campagne, où elle se fait huer par ses camarades; dans son école de police, où elle peine à suivre les entraînements; et dans sa brigade, où elle se coltine les contraventions au lieu de suivre des enquêtes.

Mais qu’à cela ne tienne ! Aidée de Nick Wilde, un renard arnaqueur et trafiquant de …glaces à la framboise, elle enquête sur l’affaire en cours qui stagne depuis des semaines: des habitants de Zootopies sont portés disparus et redeviennent sauvages pour une raison inconnue…

J’ai trouvé l’intrigue très intelligente et bien aboutie, avec une réflexion sur l’évolution animale, son instinct primitif, le combat proie/prédateur…et les préjugés des uns sur les autres.  Cette morale m’a rappelé les fables de La Fontaine mais dans un contexte beaucoup plus moderne !

C’est aussi une jolie histoire d’amitié entre deux animaux supposés se détester dans la nature: un renard et un lapin.  Judy est pleine de peps, de courage et d’une naïveté désarmante qui la rend juste craquante ! Quant à Nick, c’est un renard ironique et charmeur qui sait rester loyal derrière ses sarcasmes et coups fourrés. J’ai adoré leur équipe, assez complémentaire. 

Les personnages secondaires sont tout aussi attachants: Le chef de brigade, un taureau blasé et bourru. Un léopard grassouillet et tout guilleret en guise d’agent d’acueil. Et, (le meilleur moment du film !), les postiers qui vont à deux à l’heure et pour cause: ce sont des paresseux ! 

Le graphisme est génial, coloré sans être criard, joyeux sans être niais. Même si on a plus l’impression de voir des marionnettes que de vrais animaux ! L’humour est léger, sans jamais tomber dans le bâteau ou le ridicule. 

La meilleure animation que j’ai pu voir depuis Légo Aventure: c’est drôle autant que ça fait réfléchir !

Publicités

coup de coeur PIXAR: Brave

J’ai enfin découvert cette petite merveille ! Rebelle (Brave en VO) est un film d’animation réalisé par Mark Andrews pour les studios Pixar, sorti en 2012. Si la bande-annonce ne m’avait pas plus attirée que ça, je dois admettre que le film est un petit coup de coeur !

Résumé:

Mérida, fille du roi d’Écosse, est une jeune fille impétueuse et échevelée, qui préférerait être archère. À la suite d’une dispute avec sa mère, la reine Élinor, elle fait un choix désespéré qui va avoir de grandes conséquences sur le royaume de son père et sur la vie de sa mère. Pour remettre les choses en ordre, elle va devoir braver les forces de la nature, de la magie et d’une malédiction.

Mon avis:

Comment ça se passe quand une princesse fait sa crise d’ado?  Voilà le vrai thème de l’histoire ! Et il est traité avec subtilité et une certaine modernité, j’ai trouvé ! Les dialogues sont les mêmes que pour une adolescente de notre époque. Mais les scénaristes les ont adapté aux us et coutumes d’une princesse: L’histoire du royaume a remplacé nos cours d’école; les chevauchées en forêt sont les seules sorties que Mérida peut s’accorder…

rebelle-queen-elinor

 

Le rôle de la reine Élinor est très complexe: à la fois dirigeante du royaume, éducatrice de bonne conduite d’une princesse…et mère complètement dépassée par l’attitude de sa fille !

Merida refuse de se plier aux règles de la cour et défie une tradition millénaire sacrée aux yeux de tous et particulièrement de sa mère. Dans sa quête de liberté, Merida va involontairement voir se réaliser un vœu bien malheureux et précipiter le royaume dans le chaos ! Car il ne faut pas confondre changement et…métamorphose ! La jeune fille l’apprendra à ses dépends! Mais ce sera aussi l’occasion d’enfin comprendre sa mère et l’importance de ce qu’elle lui a appris !

brave-disney-wallpapers-thumb

Pour ce qui est des personnages masculins…on est loin de cette profondeur ! Et ce n’est d’ailleurs pas plus mal ! C’est une façon comme une autre de ne pas tomber dans le mélodramatique ! J’ai particulièrement adoré les petits frères, trois petites terreurs aussi attendrissantes que des chatons ^^!

Bref, Brave est un conte intelligent sur la relation compliquée entre mère et fille,  où l’adulte comme l’ado peut se retrouver !

Dvd du week end: Là Haut de Pixar

Pour ce dimanche, un Pixar pour changer un peu ! Et oui, je n’avais jusqu’ici pas encore eu l’occasion de voir cette petite merveille ! Et ce fut un grand divertissement avec beaucoup surprises.

4b1fdfa19be5c

Résumé:

Carl est un monsieur de 78 ans, un peu bougon, qui a vendu des ballons toute sa vie. Aujourd’hui, il risque de perdre la petite maison qu’il a autrefois bâtie avec sa femme disparue. Aussi imaginatif et peu décidé à se laisser faire, il attache des milliers de ballons à sa maison qui s’envole. Enfin, Carl va vivre la vie d’aventures que lui et sa bien-aimée s’étaient promise !

Ce qu’il n’avait pas prévu, c’est qu’il emporterait un passager inattendu : Russel, un jeune garçon débordant d’énergie qui lui gâche la vie. Dans une incroyable odyssée qui les conduire en Amérique du Sud, Carl et Russel vont vivre mille péripéties jusqu’au coeur d’un monde perdu. Il est temps pour eux de découvrir le vaste monde et ce qu’ils sont vraiment…

Mon avis:

La bande annonce de ce film s’est avérée assez trompeuse en fait ! On croit avoir à faire à un film comique, mais au final, c’est l’émotion qui gagne ! L’histoire de Carl et Ellie est absolument magnifique, pleine de poésie et de tendresse. Cette partie m’a tiré quelques larmes, j’avoue !

Carl & Ellie 😦

 

La vie actuelle de Carl n’en est que plus triste, avec le changement de sa ville et le harcèlement qu’il subit pour aller en maison de retraite. Réalisant le rêve de sa femme décédée en allant en Amérique du Sud grâce au ballons qu’il a vendu toute sa vie, il se retrouve au coeur d’une aventure qui le dépasse, avec en ligne de mire, un magnifique oiseau coloré ! Mais ils sont poursuivis par un chasseur qu’il adulait enfant, mais qui ne s’avère être qu’un homme noir et cupide. Heureusement, il est aidé par Russel, un petit garçon rondouillard excité comme une puce, et Doug, un adorable chien sachant parler avec l’aide d’un collier spécial. 

La nouvelle famille de Carl: un oiseau exotique, un chien en manque d’affection et un gamin plein d’enthousiasme…

Visuellement, le graphisme est superbe, plein de couleurs joyeuses, comme pour compenser la mélancolie du héros, qui tente de s’accrocher coûte que coûte à ses souvenirs…

Un film touchant, intelligent, que certains ne qualifierait pas pour les enfants. Personnellement, je ne suis pas d’accord: il montre un lien inter-générationnel très fort, et qu’il ne faut pas perdre. L’amitié n’a pas d’âge et est à elle-seule une belle aventure !