Le Chaos en marche Tome 3: La guerre du bruit

2992750017_1_3_jbPTkDP8Résumé: 

Trois armées marchent sur New Prentissville, chacune prêtes à anéantir les autres. La première, celle des Spackle qui avancent par milliers, attaque pour se venger. La seconde dirigée par le Maire, qui s’imagine déjà maître de Nouveau Monde. Celle enfin de Mistress Coyle, la terroriste, qui continue sa lutte de pouvoir avec le Maire. Todd et Viola n’aspirent qu’à être ensemble et sont confrontés à la complexité des choix à faire. Rapports de force, trahisons, ambitions… Comment espérer la paix ? Faut-il tuer des milliers de vie pour en sauver une ? Alors qu’une paix est conclue, Todd est blessé.
Soigné par les Spackle, il semble revenir lentement à la vie tandis que les vaisseaux des colons s’apprêtent à se poser sur la planète Terre. L’avenir sera peut-être meilleur…

Mon Avis: 

Wow. Juste Wow. Ça, c’est de la dystopie sombre, prenante, et d’une belle continuité dans le style d’écriture. Le premier tome était écrit à une voix, le second à deux voix, le troisième tome se raconte (donc) à trois voix. Et celle-ci n’est autre que 1017, un Spackle, qui apparaît en toute fin du Cercle et la Flèche.

Dans La guerre du bruit, une immense guerre éclate entre les humains et les Spackles. Todd est obligé de s’allier avec le Maire Prentiss pour assurer une victoire. Viola, quant à elle, accueille Bradley et Simone, deux éclaireurs qui ont atterri sur Nouveau Monde.  Les personnages sont confrontés à des choix difficiles pour tenter de sauver leurs amis ou eux-mêmes: ainsi Todd et le maire se rapprochent de façon rapide, et il tente de résister au pouvoir que lui offre cette relation privilégiée. 1017, a rejoint son peuple et essaie de convaincre, par vengeance, son chef, « le Ciel », d’être sans pitié avec les humains. Maîtresse Coyle et le Président Prentiss sont obligés de former une alliance, et leurs stratégies militaires, ainsi que la puissance de leurs bombes leur permet de dominer la guerre contre les Spackles.  Un ultime combat par la pensée a lieu entre Prentiss et Todd. Car ce qui rend le jeune garçon si unique, c’est qu’il refuse de tuer, donnant à son Bruit beaucoup de puissance. J’adore la façon dont le Bruit se manifeste dans ce livre: la typographie des mots change pour devenir un truc un peu dans ce genre:

56258485_p

Ce qui permet vraiment d’imaginer comment cette télépathie (plus ou moins) incontrolable se manifeste. Le final est à la hauteur de mes espérances, très sombre et en même temps avec une note d’Espoir.  En tout cas, cette saga  a le mérite de faire réfléchir sur la place de chacun en ce monde et nous plonge en profondeur dans notre psychologie. Jusqu’où peut aller l’instinct de survie? La peur de la diférence? Où s’arrête notre territoire? Cette histoire m’a laissée la tête pleine de questions mais pas au mauvais sens du terme ! À découvrir, vraiment !

Le Chaos en marche, tome 2: Le Cercle et la Flèche

gallimardj061829-2011

Je continue avec enthousiasme la surprenante saga de Patrick Ness, qui n’en finit pas de m’étonner. Dans ce livre, il y a deux narrateurs: Todd et Viola.

Lorsque Todd et Viola arrivent à Haven, la principale ville de Nouveau Monde, ils découvrent que celle-ci est désormais aux mains de l’armée du maire (désormais « président ») Prentiss. Ils sont séparés, enfermés, et entraînés malgré eux dans des factions opposées. Todd va devoir s’occuper, sous les ordres de président Prentiss et son fils, des Spackles qui ont tous été emprisonnés et rendus inoffensifs, excepté un, qui porte le numéro 1017 et qui est particulièrement agressif. Sous l’influence de Todd, les comportements de Prentiss et son fils vont changer: Président Prentiss va commencer à être impressionné par les capacités de Todd, et va lui apprendre à maîtriser son bruit. Son fils, Davy Prentiss va s’adoucir et éprouver de l’amitié envers Todd.

Viola, quant à elle, s’échappe de Haven, et est enrôlée dans l’organisation de Maîtresse Coyle, « la Flèche ». Cette organisation terroriste a pour objectif de reprendre le contrôle de Haven en se débarrassant de l’armée de Maire Prentiss. 

fc8e835debbdf5de201c29885d7a909e

Magnifique montage trouvé sur Tumblr:  ça traduit bien l’ambiance très sombre de cette saga !

Un deuxième Tome raconté à deux voix, qui mêle manipulation, (physique et psychologique), jeu de pouvoir, mais aussi les sentiments. Le tout avec une violence très choquante par moment ! Le « président » Prentiss est fasciné par le pouvoir de Todd, au point de le considérer comme son « vrai » fils, et rejeter Davy qu’il ne supporte plus: il ne le voit qu’avec mépris et dégout. Ne désirant que le chaos de la guerre, il est près à tout pour la provoquer. 

Une suite de plus en plus sombre et dérangeante où personne n’est tout blanc ou tout noir. Les personnages sont complexes, fouillés, attachants malgré leurs paradoxes et leurs contradictions ! Génial ! En fait, je crois que c’est même meilleur qu’Hunger Games, parce que ce n’est pas une simple histoire de dictature-rebellion mèlée d’amour: il y a un vrai parcours chez chaque personnage et la suite promet d’être encore plus palpitante ! L’écriture est nerveuse, violente mais sans pour autant tomber dans de la vulgarité primaire. Très beau travail consernant la traduction ! 

Bref, un livre puissant et fascinant, que je range dans la même catégorie que Gueule de Truiemais version jeunesse ! À découvrir d’urgence, si vous êtes fans de dystopies ! Vivement le denier volet: La Guerre du Bruit !

Le Chaos en marche: La voix du couteau (tome 1)

logo-60_diap

Après la très jolie découverte de Quelques minutes après Minuit, il était logique que je m’intéresse à l’univers de Patrick Ness. J’ai ainsi pu me renseigner sur sa saga apocalyptique: Le Chaos en marche.

L’histoire se déroule à « Nouveau Monde », une planète où des colons terriens se sont installés. Cette planète est aussi habitée par des extraterrestres, les « Spackles »:

Todd Hewitt habite à Prentissville. On lui a appris qu’ils étaient les derniers habitants de la planète, et que lors d’une guerre contre les Spackles ,ceux-ci ont propagé un virus qui les a tué eux-mêmes, et toutes les femmes, et c’est à ce moment là que serait apparu le Bruit. Il est le dernier enfant de son village, mais va bientôt avoir treize ans et devenir adulte. Lors d’une balade dans le marais, avec son chien Manchee, il entend du « silence », c’est-à-dire un endroit où l’on n’entend pas le Bruit. Il pense alors que ce silence provient d’un Spackle, il tente de garder le secret, mais ses pensées le trahissent et ce sont ses parents adoptifs, Cillian et Ben qui l’apprennent en premier. Ceux-ci ordonnent à Todd de s’enfuir loin du village, grâce à une carte et des notes de sa mère, pour qu’il échappe au maire, David Prentiss, qui voudra le poursuivre après cette découverte.

Lors de sa fuite, il rencontre pour la première fois une fille, Viola, et va découvrir qu’en réalité les femmes et les Spackles existent toujours.  Et qu’une machination terrible pèse sur Prentissville: sa ville est maudite à cause de la folie du maire et du Prêcheur Aaron, pour qui Todd est le Sacrifice qui fera de lui un Saint… mais pas celui que l’on croit ! Car il est le dernier « garçon »: il aura treize ans dans une dizaine de jours.

Mon avis:

Ce premier volet au titre énigmatique m’a autant effarée que fascinée : Imaginez que vous pouvez entendre les pensées de vos semblables. Et quand je dis leurs pensées, ce sont toutes leurs pensées, bonnes et mauvaises, leurs peurs, leurs rêves, la vérité et ce qu’ils croient être la vérité, le tout dans un fouillis de mots, de cris et de plaintes comme dans une ruche.  Le Bruit c’est ça: entendre toutes nos pensées et celles des autres sans pouvoir faire un tri. Flippant, hein ? Voilà une façon originale d’aborder le thème de la télépathie ! À Prentissville, il se passe des choses bizarres depuis que le Bruit est apparu: des gens meurent ou « disparaissent » subitement. Un danger rode. Todd le sent se renforcer au fur et à mesure que son aniversaire approche: Et ce danger, c’est le maire de la ville,  David Prentiss, un homme froid sans scrupules, ainsi qu’Aaron, un homme d’église  dont la foi a viré au fanatisme. L’autre particularité de ce premier tome est le style d’écriture, âpre, aux fautes d’orthographes volontaires, pour bien se mettre dans la peau du personnage principal, Todd. Le couteau est également un grand symbole dans ce livre: une arme pour se défendre, ou pour tuer sans raison, le symbole du Sacrifice humain au nom d’un « Idéal ». Et enfin, vient la mystérieuse Viola, qui curieusement, n’a pas de « Bruit ». Car c’était elle, le « silence »… Autrement dit, tout ce qu’il croyait n’était que mensonges ! Avec la jeune fille, il apprendra à se battre pour de bonnes raisons, et découvrira que les ennemis ne sont pas toujours ceux que l’on croit… Manipulation des masses, folie,  parcours initiatique, les thèmes abordés sont durs et d’un réalisme décapant ! J’en ai eu la chair de poule !

Un premier tome d’une  noirceur étonnante pour de la littérature jeunesse ! Même Uglies  parait une gentille bluette à côté ! J’ai hâte de lire la suite: Le Cercle et la flèche !

Citation du jour

« – Je ne comprends pas. Qui est le gentil, dans l’histoire ?
 – Il n’y a pas toujours un gentil. Et pas toujours un méchant non plus. La plupart des gens sont entre les deux. »

Dialogue entre Conor et le Monstre, extrait de « Quelques minutes après minuit » de Patrick Ness. L’illustration est de Jim Kay. J’aurais pu citer au moins une dizaine d’autres phrases, tellement ce livre sonne juste. Mais celle-ci est, indéniablement, celle qui m’a le plus parlé.

PS: Pour ceux qui voudraient lire en anglais, le titre original du livre se nomme « A Monster Calls » ! Et il ressemble à ça ! Bonne lecture à tous ! 

Quelques minutes après minuit

Et voici LE coup de coeur de l’année ! Un livre absolument magnifique qui m’a tiré les larmes des yeux ! Un grand merci à Glow pour me l’avoir fait découvrir ! 

Déjà, l’histoire de ce livre est en elle-même très singulière: écrit à la base par Siobhan Dowd,  excelente écrivaine pour jeunes adultes, décédée d’un cancer, Patrick Ness reprend l’un de ses derniers récits jamais achevé, pour en faire une oeuvre… magistrale ! C’est un véritable hommage qu’il lui rend par ce livre.

Conor est un jeune garçon renfermé, triste, hanté par un cauchemar épouvantable dont il n’a jamais parlé à personne. Il a commencé à l’annonce de la maladie de sa mère, un cancer qui la ronge de plus en plus.  Son amie d’enfance, Lily, a cru bien bien faire en en parlant à l’école. Résultat, entre la cruauté de ses camarades de classe et la compassion maladive de ses profs, il a l’impression d’être sur le point d’exploser. 

Une nuit, à minuit sept très exactement, un monstre étrange, mi-homme, mi-arbre débarque dans sa chambre. Un monstre des temps anciens, sauvage, fait de vent, d’obscurité et de cris. La créature vient lui faire un marché: Elle va lui raconter trois histoires, et il devra lui raconter la quatrième. Mais pas n’importe quelle histoire: le Monstre veut la Vérité, Sa vérité. 

Ce livre est un croisement entre Mathias Malzieu et Neil Gaiman, avec un côté plus brut, plus profond. Les trois contes racontés par l’arbre sont aussi de petites perles en soi, avec des personnages humains, c’est-à-dire ni entièrement bons, ni entièrement mauvais. Quant à la vérité de Conor, elle est en fait, aussi simple que bouleversante. 

Je rajouterai que ce livre contient des illustrations absolument sublimes, sombres, inquiétantes. La bande-annonce qui en découle, est l’une des plus belles que j’ai pu voir pour un livre !!

Je vais de ce pas me renseigner sur les autres livres de Patrick Ness ! Voilà un écrivain qui promet !