Distance médiatique

La vie continue. Ces trois mois étranges auront eu un impact sur chacun(e). Même moi. Pourtant, au départ, je n’y ai pas vraiment cru. Et puis, je suis sortie et là, je suis passée par plusieurs émotions :

Tout d’abord l’incrédulité. Voilà qu’un virus nous empêche de sortir, de faire nos courses. De voir nos proches. Peu de voitures, port de masque obligatoires dans les lieu public. Les gens, déroutés, voire en pleine panique, dévalisent les supermarchés comme si c’était la fin du monde. Impossible de discuter sans passer par ce nouveau mot: Confinement.

Et chacun y va de sa petite idée: entre peur et rire jaune, indiférence et rébellion, chacun réagit en fonction de son vécu, sa personnalité, sa sensibilité. Et c’est normal !

En ce qui me concerne, je suis d’un naturel casanière, donc j’ai continué ma vie « normalement ». Il n’y a que le port du masque et l’attestation obligatoire qui ont changé mon quotidien.

Non, ce qui m’a le plus marquée, c’est la façon dont les médias ont relié les infos. Au lieu de nous rassurer, ils n’ont fait qu’ajouter de l’huile sur le feu de la paranoïa.

Un jour, les masques sont inutiles, puis le mois d’après obligatoires, un jour c’est blanc, un jour c’est noir.  Le défilé des journalistes et scientifiques nous ont pressé le citron à un point tel qu’on ne sait plus quoi penser. Pour moi, une seule solution s’impose: la distance médiatique.

Enfin du Silence. Pour penser, pour observer. Pour respirer, aussi.

Et pour la première fois, je découvre que ce que je croyais un défaut est une grande qualité: vivre l’instant présent. Car ma vie n’était pas si différente avant. Je n’ai jamais fait de projet à long terme par prudence et j’ai bien fait. Hé oui, ça sert d’être une introvertie casanière !

Je dispose d’un temps illimité où je peux faire ce que je veux: lire un livre, écrire un texte ou un poème, créer, profiter la nature. Et ça fait du bien d’entendre les oiseaux chanter, de ralentir le rythme, de vivre pleinement.

Les médias nous maintiennent dans la méfiance, la peur de l’avenir, le jugement, et (pire) l’apathie. Mais ça, pour moi, c’est terminé.

Aujourd’hui, place au Réveil. J’ai bien l’intention de réaliser mes projets, d’aimer la vie et les gens. Je continue d’écrire car j’aime ça.  Je lis, peins, dessine.

Et surtout, j’aimerais laisser un peu de magie dans ce monde.  Au moins pour un temps.

Umbrella Academy (saison 1)

Parce que c’est LA série qui m’a fait m’abonner à Netflix ! Et honte à moi, je ne l’ai pas chroniquée ! Il est temps que je répare cette erreur !

Umbrella Academy est une série télévisée américaine développée par Steve Blackman pour Netflix.Il s’agit d’une adaptation de la série de bandes dessinées du même nom, créée par Gerard Way et Gabriel Bá et publiée par Dark Horse Comics.

Résumé:

En 1989, le même jour, quarante-trois bébés sont inexplicablement nés de femmes qui n’étaient pas enceintes et que rien ne relie. Sir Reginald Hargreeves, un industriel milliardaire, adopte sept de ces enfants et crée The Umbrella Academy pour les préparer à sauver le monde. Mais tout ne se déroule pas comme prévu. Les enfants devenus adolescents, la famille se désagrège et l’équipe est dispersée. Les six membres toujours en vie, désormais trentenaires, se retrouvent à l’occasion de la mort de Hargreeves. Luther, Diego, Allison, Klaus, Vanya et Numéro Cinq travaillent ensemble pour résoudre le mystère qui entoure la mort de leur père. La famille désunie se sépare cependant de nouveau, incapable de gérer des personnalités et des pouvoirs trop différents, sans même parler de l’apocalypse qui menace…

 

Mon avis:

Si les premiers épisodes m’ont parut un peu longs, la suite m’a totalement transportée !

Il faut dire que l’histoire , comme les personnages sont aussi denses que complexes. D’un certain point de vue, Umbrella Academy ressemble à l’école du professeur Xavier des X-Men, mais en plus sombre et ambigu.

Sir Reginald Hargreeves est un homme imprévisible, à la fois excentrique et rigide. Multi milliardaire , il décide d’adopter 7 enfants, nés dans des circonstances trop étranges pour être normales. Et chaque enfant se révèle avoir de prodigieux pouvoirs. Il décide donc d’en faire des armes pour « protéger le monde ».

Son éducation est dure, et d’autant plus compliquée que chaque enfant a un don particulier.

Allisonpar exemple, peut influencer les pensées des autres par une simple phrase; Diego est spécialiste des armes blanches et ne rate jamais sa cible; Luther est un colosse au grand coeur; Klaus peut communiquer avec les morts; Numéro Cinq peut se téléreporter dans le Temps, Ben;  Et Vania semble être la seule à n’avoir aucun pouvoir.

Entre éducation implacable et problèmes relationnels, le groupe de super-héro se dissout pour se retrouver des années plus tard à la mort de leur père adoptif. Mais est-il vraiment mort? J’ai beaucoup aimé l’ambiance, à la fois sombre (manoir inquiétant, pouvoirs étranges et/ou dangereux) et rock and roll (décors splendides, scènes bad-ass, et personnages de caractère).

Nos héros, devenus adultes ont fait chacun fait leur vie de leur côté.

Vania (Helen Page) est devenue Violoniste et donne des leçons à des particuliers, se contentant d’une vie simple et sans ambition autre que d’avoir un minimum d’attention de la part des autres enfants Hargreeves. Elle est selon moi, la plus humaine car elle a été exclue sous prétexte d’être « normale ». C’est aussi la plus sous-estimée. Elle est d’abord timide et dépressive. Elle pense trouver un soutien auprès d’un de ses élève, Leonard Peabodymais celu-ci ne pense qu’à la manipuler pour arriver à ses fins. Je l’ai dé-tes-té, ce mec ! C’était le personnage le plus cliché de la série !

Luther, lui, est un ours dont la force est plus handicapante qu’avantageuse. C’est aussi le plus doux en caractère. Contrairement aux autres, il est affecté par la disparition de leur père et veut comprendre ce qui s’est passé ! Dans le rôle, Tom Hopper, que j’avais remarqué dans la série Merlin ! J’ai beaucoup aimé son personnage !

Klaus est indiscutablement le plus déjanté et rock and roll de la troupe ! C’est aussi un rebelle car il se sert de la drogue pour ne plus parler au morts. Mais sous son cynisme, ce cache un homme torturé et terrifié par son pouvoir. 

J’ai aussi adoré l’évolution d‘Alison, qui a le don le plus subtil qui soit: changer les pensées de quelqu’un ! Ce pouvoir terrible l’a séparée de sa fille, ce qui la mine horriblement. Sous son vernis de star Hollywoodienne, on découvre une jeune femme blessée et amère. C’est aussi la seule qui se préoccupe de Vania, qu’elle aime beaucoup malgré ses maladresses.

Sa relation avec Luther est logique mais attendrissante ! Elle est interprété par la belle Emmy Raver-Lampmanque j’ai bien aimé découvrir ! 

La plus belle surprise est le mystérieux Numéro Cinq: en effet, c’est un adulte dans le corps d’un enfant ! Son histoire est tourmentée et troublante. En effet, il a vu le Futur ! et ce n’est vraiment pas beau à voir ! D’un caractère cinglant et sarcastique, il va tout faire pour empêcher la fin du monde, mais à sa manière. Le jeune acteurAidan Gallagher, est une révélation !

Le seul qui m’ait déçue a été Diego, interprété par David Castañeda. C’est un homme impulsif, rapide, mais aussi le moins convainquant. Pourtant le personnage a du potentiel ! Il a le sens de la justice mais déteste l’autorité. Il a une technique de combat rapide et musclée. C’est aussi le plus impulsif et colérique. J’espère qu’il sera plus développé dans la saison 2. L’acteur est bon, mais encore trop timoré, par rapport aux autres

L’intrigue de la série est bien ficelée, même si elle met du temps à se mettre en place. Il fallait planter le décor ! Le Manoir des Hargreeves est déjà un vrai mystère en soi, avec ses pièces sombre et son personnel…pour le moins inhabituel ! En effet, outre Reginald, il y a aussi une nourrice robot, et Pogo, un singe humanoïde qui tient lieu de valet, un peu à la Alfred (Batman). Ce personnage m’a énormément intriguée et j’espère vraiment savoir comment il a aterri là ! De même pour Mary J. Blige, qui se révèle excellente en agent secret blasé !

Il y a aussi une trame intéressante qui mélange voyage dans le temps, espionnage, amours et famille déglinguée ! Les acteurs sont tous très bons et chaque épisode s’affine dans les révélations.

Enfin, je tire mon chapeau à la magnifique bande originale de cette série que j’ai écouté en boucle pendant toute cette première saison.

Une première saison prenante, drôle et bad-ass ! Hâte de découvrir la suite

 

Coup de coeur du jour: Corine Sombrun

Bonjour à tous ! Aujourd’hui, place à la chronique d’un livre qui m’a pas mal secouée ! J’en parlais dans ce post ! 

Résumé:

« Dans son Journal d’une apprentie chamane, Corine Sombrun racontait l’incroyable aventure qui l’avait conduite, sur les traces d’un chamane péruvien, au fin fond de la forêt amazonienne. Elle a poursuivi sa quête spirituelle en Mongolie auprès des chamanes Tsaatanes, qui vont lui révéler qu’elle est elle-même chamane et doit suivre leur enseignement. C’est autant une vision décapante du monde de la steppe que le récit singulier d’une expérience intérieure. »

Mon avis:

Wow ! Je n’ai plus été aussi émue depuis Wild et Mange/Prie/Aime !

C’est d’abord le pays qui m’a intriguée: La Mongolie est une culture très secrète et méfiante envers les étrangers. Ce qui n’est pas étonnant vu son passé communiste et le manque de respect d’étrangers soit-disant « civilisés » !

Qui plus est le chamanisme est une pratique singulière, très mal comprise par les autres cultures, et pas seulement occidentales: pour les mongols, un chaman est à la fois un médecin, un sage et un pont entre le monde terrestre et celui des Esprits.

Corine Sombrun nous livre un témoignage saisissant, puissant. Et en même temps, d’une légèreté et d’un humour qui fait chaud au coeur. 

Tout commence par un rêve de chant diphonique lorsqu’elle est encore en Amazonie. Corine décide de suivre ce rêve et se rend en Mongolie, sous couvert de reportage; elle travaille pour la BBC. Les paysages arides et la nature brute de ce pays la touche au coeur. Mais ce n’est par rapport à ce qu’elle va vivre lors de sa première cérémonie.

En plein tournage, voila que Corine se sent « happée », portée par le son du tambour, hors du temps et de l’espace, hors d’elle-même: elle vient de faire sa première transe ! Stupeur chez elle et colère chez les Mongols. Elle aurait pu prévenir ! Mais comment aurait-elle pu savoir? C’est ainsi que commence son initiation. 

Sa vision du chamanisme est loin de tout cliché mystique ou folklorique. C’est avant tout une Expérience. Un vécu. Une Renaissance aussi.

En effet, Corine traverse une période sentimentale très triste et j’ai été bouleversée par sa dignité, sa pudeur, face à cet événement. Elle ne se lamente jamais, est curieuse de tout, et continue son chemin en suivant son coeur. Sa personnalité est très bourrue, enthousiaste

Ce qui m’a émerveillée, c’est aussi l’ambiance chaleureuse de sa famille d’accueil . Tout le monde sourit, tout le temps, meme dans les pires moments. C’est commun à beaucoup de tribus « primitives ». J’admire cette façon d’être, en accord avec le temps, la nature. La vie est rude mais heureuse. Ces hommes et femmes nous offrent une leçon de bonheur simple.

Enfin, la dernière partie du livre m’a fait l’effet d’une claque ! À la fin, j’étais en larmes, chamboulée par les trésors de notre esprit. Par la sagesse de cette culture et son enseignement.

Un témoignage incroyable que je relirai certainement !

 

 

Dancing with the Birds (Netflix)

Depuis le mois de mars, je me suis fait une cure de nature: avec l’arrêt des voitures en ville, j’ai redécouvert le chant des oiseaux et ça fait un bien fou ! Alors quand j’ai vu que Netflix proposait un documentaire sur les oiseaux exotiques, j’ai foncé !

Résumé:

« De danses provocantes en étalage de plumes colorées, de majestueux oiseaux nous offrent le spectacle de leurs captivantes parades nuptiales. Film réalisé par Huw Cordey et raconté par Stephen Fry. »

 

Mon avis:

Mais quelle merveille ! Ce film n’est pas seulement un superbe hommage à la forêt tropicale et ses habitants. Ces oiseaux sont juste incroyables ! Les mâles redoublent de créativité pour attirer leur compagnes ! Chaque oiseau a son style, sa beauté et sa technique pour pécho !

L’un déploie ses longues plumes gracieuses, un autre fait du « pole dance » sur un tronc en frétillant de la queue, un troisième change littéralement de forme ! D’autres optent pour le travail d’équipe. À deux ou en bande, ils mettent toute leur énergie pour être remarqués: frétillements, chants lyriques ou danse synchronisée ! Tout est soigneusement préparé de façon maniaque, c’est juste impressionnant ! 

Les parades sont pleine de poésie, de couleurs et même d’humour ! Piste de danse impeccable, nid « romantique » fait de branchages et décoré de friandises, chants portant sur des kilomètres pour attirer la femelle… qui peut se révéler impitoyable et se casser avant la fin du show ! J’étais juste dépitée quand l’un deux se prenait un râteau ! 

Pour mettre du rythme dans tout ça, le réalisateur a opté pour une musique adaptée à chaque « artiste » et un narrateur de talent: Stephen Fry

J’ai aussi beaucoup aimé l’opening du film maçon dessin animé, qui donne la pêche et met instantanément de bonne humeur ! Le seul défaut de ce film: bien trop court, moins d’une heure ! J’en voulais encore ! Je vais m’en regarder d’autres, c’est certain !

Je recommande si vous aimez la nature et/ou passer un bon moment en famille ! Ça change des séries, c’est coloré et nous permet de nous émerveiller !

La famille Willoughby de Kris Pern

Hello à tous ! Aujourd’hui, place à une petite confiserie Netflix, qui a égayé  mon après-midi pluvieuse !

Résumé:

« Maltraités et délaissés par des parents particulièrement égocentriques, trois frères et une soeur décident de tout simplement s’en débarasser en les envoyant faire un voyage en amoureux. Mais leur liberté sera de courte durée. Entre une nouvelle gouvernante, un bébé farceur et un chat bleu, ils vont vivre plein de péripéties aussi rock and roll que dangereuses… »

 

Mon avis

Derrière son ambiance colorée et mignonne, La famille Willoubhy cache une histoire assez dramatique, au final. En effet, les parents sont irresponsables, froids et odieux avec leurs gosses. Enfermés dans leur bulle conjugale, ils ne leur accordent pas plus d’intérêt que des mouches énervantes. Gomez et Morticia sont de très bons parents à côté !

Aussi, c’est l’aîné,Tim, qui tient le rôle de chef de famille. Il veille sur ses frères jumeaux Barnaby et… Barnaby, ainsi que sa soeur Jane. Il essaie aussi tant bien que mal, d’ouvrir les yeux de son père. Mais tout ce qu’il récolte c’est du dédain et même du dégout. 

Jane adore chanter, les arc-en ciel et les histoires. Mais sa voix ne fait qu’irriter ses parents. Les jumeaux sont des inventeurs brillants qui, comme les frères Wesley parlent de la même manière et sont très complices.

Jusqu’à La Prise de Conscience.Tim comprend que ses parents ne l’aimeront jamais, ni lui, ni ses frères et soeur. Aussi, nos quatre garnements mettent au point un plan pour se débarasser d’eux. Ce qui va chambouler leur quotidien et leurs valeurs. 

Ce film nous donne un message fort: Les liens du sang et les liens du coeur ne vont pas toujours de paire et inversement ! Il y a aussi une vraie critique sur le droit à la parole des enfants: ils ont leur mot à dire ! J’ai beaucoup aimé la façon dont ces frères et soeurs veillent les uns sur les autres. 

Enfin, esthétiquement, c’est très joli ! L’ambiance rose et bubble gum m’a énormément fait penser à l’animation Trolls des studios Dreamworks ! D’ailleurs Jane n’a rien à envier à Poppy côté voix. Sans être aussi musical, La famille Willoubhy a bien rempli son rôle. L’histoire s’enchaîne bien et hormis les parents, les autres personnages sont très attachants !

Une animation plus grinçante que pétillante, très agréable à voir !

 

 

Playlist du jour

Hello à tous, Aujourd’hui, une petite playlist de ce qui tourne dans mes oreilles en ce moment. Et comme toujours, c’est très éclectique !

  • Amarante avec le morceau « Awaking »: une belle balade entre trip hop et folk !

 

  • Un brin de nostalgie avec la belle Jewel et l’un de ses premiers single

 

  • Une des chansons qui a rythmé mon adolescence: Meridith Brooks

 

  • Toujours dans la bonne humeur Rock, Le « Beautiful Trauma » de Pink avec un clip très…rose ^^

 

  • Et enfin la toujours superbe Lindsey Stirling qui rend hommage à la déesse Artemis: j’adore !

Et vous, vous écoutez quoi, en ce moment ? 

Le tendre baiser du Tyrannosaure

Hello à tous ! Après le ciné, je me remets à la lecture ! Et vu le contexte actuel, on va éviter les polars/Thriller est autres trucs angoissants ! J’ai opté pour Agnès Abécassis avec un roman au titre rigolo !

Résumé:

Rassurez-vous, il n’y a pas de vrai tyrannosaure dans cette histoire.
Mais il y a Félix, un paléontologue peureux à qui sa grand-mère ordonne de quitter la femme avec laquelle il vit pour affronter ses pires angoisses. S’il y parvient, il aura droit à une immense surprise…
Et puis il y a Olive, sur le point de se marier, qui annonce à sa famille que son couple ne désire pas avoir d’enfant. Scandale, indignation et machinations de la mère et de la belle-mère !
On évoque Tom, aussi ? Un flic désabusé et terriblement romantique, trop sans doute pour la fille capricieuse qu’il va rencontrer.
Et n’oublions pas Ava, vendeuse d’escarpins de luxe, qui reçoit un jour d’une cliente millionnaire  un bijou hors de prix, et qui quitte illico cet emploi qu’elle déteste tant. Jusqu’à ce que son bijou disparaisse…

Mon avis:

Une lecture très agréable, qui m’a fait penser au film Love Actually dans sa forme. En effet, ce sont plusieurs histoires qui se croisent et finissent par se rejoindre.

Il y a d’abord Félix, paléontologue aussi intelligent qu’angoissé. Il faut dire qu’entre son asthme et sa relation conflictuelle avec Yolanda, il est au bord de la crise de nerfs ! Heureusement, il a Lutèce, sa grand-mère excentrique et Tom, son ami flic ! 

Tom, justement, est en pleine déprime depuis sa séparation. Mais sa rencontre mouvementée avec Régine, une femme au caractère bien trempé, va lui donner le coup de fouet dont il avait besoin ! Leur couple vif et maladroit est la touche comique du livre !

Olive, elle, est, incontestablement, le personnage qui m’a le plus parlé ! Sans enfants par choix, la voilà qui se fait remonter les bretelles par sa famille juste avant son mariage ! Indignation, incompréhension, réaction puérile, tout y passe ! J’ai eu envie de baffer les mères respectives du couple à plusieurs reprises ! Une rencontre inattendue va lever le voile sur la motivation réelle de la jeune femme et là… j’arrête ce serait un grand spolier mais, ce que je peux en dire, c’est que ça m’a fait monter les larmes ! 

Il y a aussi Ava, la vendeuse de chaussures de luxe, qui se fait larguer le jour de son anniversaire alors qu’elle n’en peut plus de son boulot… Heureusement, les copines sont là ! Mais voilà qu’une cliente richissime va lui permettre de voler de ses propres ailes.

Félix prend sa vie par les cornes en osant enfin s’affirmer. Tom fait le deuil de sa séparation et reprend gout à la vie. Ava prend conscience de la valeur inestimable de l’amitié. Régine finit s’attacher réellement à quelqu’un. 

Enfin, le personnage qui m’a le plus effarée est Yolanda. Comment peut-on s’accrocher de façon aussi malsaine? Même si je comprends ses motivations, ce n’est pas une raison pour emprisonner quelqu’un de la sorte ! Le pire, c’est qu’elle est persuadée de bien faire !

Bref, chaque personnage traverse une période compliquée et chacun va évoluer, à sa manière. Ce qui donne un portrait humain sufisemment éclectique pour que chacun se retrouve dans au moins un personnage !

L’écriture est pétillante, facile à lire. Je pouvais presque les visualiser pendant ma lecture ! En tout cas, je compte bien lire d’autres livre de cette autrice ! 

Un livre qui aborde des thèmes importants avec le ton léger, ça ne court pas les rues ! Si ce genre de lecture vous intéresse, n’hésitez pas !

 

Chronique lecture: Romain Puértolas

Hello à tous ! Aujourd’hui, place à une nouvelle chronique livresque ! Ça faisait longtemps ! J’avais envie de découvrir Romain Puértolas et plutôt que son célèbre fakir, j’ai opté pour son deuxième roman.

Résumé:

Alors que la jeune et jolie factrice parisienne s’apprête à se rendre à Marrakech chercher ce qu’elle a de plus précieux au monde, un volcan islandais se réveille, paralysant l’ensemble du trafic aérien européen. D’aéroports en monastère, commence alors pour elle le plus haletant et le plus prodigieux des voyage.

Mon avis:

Ce livre avait tout pour me plaire: une héroïne fraîche, un voyage, des personnages pittoresques.

Providence Dupois aurait pu être la nouvelle Amélie Poulain. Ne pouvant plus avoir d’enfants, elle fait la connaissance d’une petite fille malade, Zahera, lors d’une crise…d’appendicite. Elle s’attache à elle et décide de l’adopter. Pourquoi pas.

J’ai aimé leur complicité, leur douceur, la force de cette gamine. J’aimé la façon dont sa maladie des poumon était expliquée, comme un conte. Car c’est ça le Nuage. Un énorme nuage qui pollue son organisme et l’empêche de vivre normalement.

J’ai aussi aimé le ton de l’histoire, à la fois ironique et fantaisiste. La suite de l’histoire part tellement en live que je m’attendais à trouver une fin en barbe à Papa. J’ai adoré cette factrice en quête de maternité, prête à tout pour retrouvé sa fille adoptive. Oui, la famille n’est pas forcément une question de sang. 

Il y a aussi, Léo, son « amoureux », avec qui elle noue une jolie romance, pleine d’espoir et de péripétie. Sans parler des autres personnages aussi loufoques que déroutants que Providence va croiser sur sa route. J’aimais de plus en plus ! Et puis, il y a eu la fin et là… Pfiouuuuuuu…..

Tout est retombé comme un soufflé ! Je suis restée aussi choquée pour Libby Lomax ! Sans parler que l’auteur conclut avec une morale à 2 centimes d’euros, genre « il faut continuer à croire en nos rêves »…et patata.

Bref une grosse déception ! Si je veux du loufoque, je v’ais en tenir à David Safier !