L’Évangile selon Pilate (Éric-Emmanuel Schmitt)

Je continue ma découverte d’Eric-Emmanuel Schmitt avec cette lecture passionnante !

Résumé:

Première partie : Dans le Jardin des oliviers, un homme attend que les soldats viennent l’arrêter pour le conduire au supplice. Quelle puissance surnaturelle a fait de lui, fils de menuisier, un agitateur, un faiseur de miracles prêchant l’amour et le pardon ?
Deuxième partie : Trois jours plus tard, au matin de la Pâque, Pilate dirige la plus extravagante des enquêtes policières. Un cadavre a disparu et est réapparu vivant ! Y a-t-il un mystère Jésus ou simplement une affaire Jésus ? A mesure que Sherlock Pilate avance dans son enquête, le doute s’insinue dans son esprit. Et avec le doute, l’idée de foi.

Mon avis:

Le procès du Christ en roman, voilà une idée originale ! De sa belle écriture fluide et précise, Monsieur Schmitt nous fait (re)découvrir l’histoire de Jésus à travers deux hommes:

Yéchoua est le fils d’un charpentier, Yosef. Enfant aussi curieux que rêveur, il se met le rabbin sur le dos car non seulement il ose contester la Loi, mais il devient le confesseur des villageois en détresse, volant son rôle.

Loin d’être un « Prophète », Yéchoua (qui deviendra Jésus) est avant tout un homme révolté par la violence de son époque et ses loi absurdes; un peuple dominé plus par la Peur que l’Amour de son prochain. Un éclairage intéressant sur Jésus, en tant qu’homme, qui ici, est une personne rebelle qui refuse le statut-quo, l’hypocrisie et toute forme de violence. J’ai beaucoup aimé cette réécriture plus moderne, qui mets en avant un peuple manipulé par son gouvernement et salue le courage d’un homme qui ose faire changer les mentalités.

Pilate est lui aussi un personnage des plus singuliers:

Bien présent dans les Évangiles, Ponce Pilate est un Préfet Romain connu pour avoir ordonné la crucifixion de Jésus par le vote du peuple. C‘est un homme d’une certaine rudesse, droit et impatient de retourner à Rome, loin du bouillonnant Jérusalem.

Sa femme, Claudia est à la fois son épouse et son conseiller. J’ai beaucoup aimé leur relation, respectueuse mais cachée dans son « égalité ». Un homme qui demande conseil à sa femme est très mal vu ! C’est l’une des belles surprises de ce livre: Les femmes sont fortes et pleine de sagesse.  Mais là, Pilate est face au tour le plus bluffant (et dangereux) qui soit !  Et c’est lui qui endosse le rôle d’un Sherlock Holmes antique, imaginant tous les coups tordus possibles !

Judas était-il vraiment le traître de l’histoire ? Comment un corps torturé, crucifié, peut-il disparaître et revenir bien entier et vivant ? Qui était vraiment Jésus ? Un rêveur ? Un illuminé ? Ou le plus habile mystificateur de tous les temps ? J’ai juste adoré cette tournure « enquête policière », qui donne un coup de fouet après les délires « bibliques » de la première partie du roman !

À travers ce mystère, le scepticisme de notre Sherlock Pilate devient progressivement de la Foi, non pas en un Dieu cruel mais en un Homme qui a souffert pour ouvrir les yeux d’un peuple et l’inciter à rejeter un système qui l’emprisonne. Ainsi qu’un bel exemple de l’arme la plus pacifique, ancienne et efficace qui soit: la Rumeur !

C’est un livre qui interroge sur la personne « historique » de Jésus et du fondement même d’une religion. J’ai terminé ma lecture avec une autre vision du Christ, non en tant que Fils de Dieu mais en tant qu’homme révolté, moins lisse que ce que j’en ai appris au catéchisme !

Un livre passionnant, plus philosophique et politique que religieux, qui pose bien des questions. À découvrir !

Note: Sur le même thème mais dans un tout autre registre, j’ai prévu de lire « Jésus m’aime » du tordant David Safier !

Publicités

DVD du week-end: « La légende du Roi Arthur » (spectacle musical)

Je continue ma découverte des légendes arthuriennes avec cette fois-ci l’adaptation en comédie musicale de Giuliano Peparani et Dove Attia  !

Résumé pris sur le site:

Aux temps anciens, le Roi de Bretagne Uther Pendragon, régnait sur un royaume prospère et paisible qui couvrait alors la Grande-Bretagne actuelle et la pointe de Bretagne française. Mais un jour, ce roi fut pris d’une passion soudaine pour l’épouse d’un de ses barons.

Merlin, le druide, son illustre conseiller, tenta de l’en détourner. Mais le roi insista tant que Merlin dût céder à sa volonté et l’aida par magie à posséder la femme qu’il désirait plus que tout au monde. En échange, Merlin exigea que le fruit de cette union lui soit confié, et neuf mois plus tard naquit un garçon nommé Arthur. Merlin confia l’enfant à un homme sage, preux chevalier, afin qu’il puisse grandir au sein d’une famille et recevoir une éducation digne et rigoureuse.

Peu de temps après, Le roi Uther fut blessé au combat. Mais avant de mourir, il planta son épée dans le roc et la nomma « Excalibur » l’épée des rois. Il jura que seul son successeur serait capable de l’en extraire. Depuis ce jour, personne ne put tirer l’épée du roc et le Royaume de Bretagne, sans roi, fut déchiré par les guerres fratricides et les attaques des Saxons aux frontières.

Mon avis:

Ça faisait un moment que ce spectacle m’intriguait ! Et ma foi, j’ai plutôt bien aimé ! Il y a un joli mélange de modernité et de celtico-médiéval !

L’histoire mêle amour, guerre, territoire, magie tout en distillant une certaine amertume chez nos héros. 

Déjà, le roi Uther Pendragon, qui aimera passionnément la Duchesse de Cornouailles au point de concevoir un enfant avec elle..par magie grâce à Merlin ! Pour protéger celui qui sera le futur Roi Arthur, il le fera adopter par un chevalier.

Sa destinée se dessine lorsqu’il sortira Excalibur, une mystérieuse épée d’un rocher, faisant de lui le nouveau Roi de Bretagne. Avec le mage Merlin pour guide, il est éduqué à sa nouvelle fonction. Mais dans l’ombre, une sorcière veille… Morgane !

La demi-soeur d’Arthur est en effet particulièrement vile dans cette version !! Dès le début, elle joue double jeu, feignant la fraternité avec Arthur pour mieux le piéger.

Arthur y est un homme enthousiaste mais trop vite emporté par un Destin aussi grandiose que lourd. Son coup de foudre pour la belle Guenièvre provoquera la colère de Merlin, l’avertissant de sa chute prochaine. Le Mage est en effet persuadé que la jeune femme causera sa perte et celle du royaume…

Le casting est assez plaisant, même Zaho, surprenante en Morgane ! J’étais sceptique mais ça lui va bien en fait ! Son costume m’a fait penser à Régina Mills, la méchante Reine de Once Upon A time ! C’est une femme cupide, jalouse mais surtout traumatisée par un drame familial dont Arthur est l’incarnation. 

En comparaison, Camille Lou, incarne une Guenièvre aussi lumineuse que Morgane est sombre. Une idée bien vue, étant donné que Guinevere (le nom anglais) est issu du Galois Gwenhyfar, qui signifie « Le Fantôme Blanc » ou « La Dame Blanche«  selon les traductions ! Son costume est magnifique, de loin mon préféré ! 

Elle dégage beaucoup de douceur et j’ai bien aimé son évolution. Si son amour pour Arthur est pur et loyal, sa passion pour Lancelot va la prendre totalement par surprise ! Prise entre deux feux, elle tentera de résister jusqu’au bout, et Morgane profitera de son trouble pour accomplir sa vengeance. 

Lancelot, enfin, est le Preux Chevalier dans toute sa splendeur ! Tiraillé entre son amour interdit pour la Reine et son amitié pour le Roi, il devra comme sa bien-aimée résister à la tentation et pour cela, ira jusqu’à renoncer à son rêve de chevalier! Mais une fois encore, Morgane va changer la donne avec l’aide d’un complice, le Prince Méléagant, un noble qui refuse de reconnaître Arthur pour Roi à cause de son statut de « bâtard »… Lancelot est incarné par le jeune Charlie Boisseau, absolument charmant et parfait pour le rôle ! 

Outre le mythique triangle amoureux Lancelot/Arthur/Guenièvre, il y a une réflexion très intéressante sur le conflit entre les sentiments et le devoir, la trahison, mais aussi le viol, (c’est ainsi qu’Arthur a été conçu quant même !) , la guerre  et le fait de payer les fautes de nos aînés. En ça, j’ai trouvé cette adaptation assez moderne ! Ça et le fait que Merlin lui même s’est avéré plus sombre que je ne le pensais ! 

Ajouter à cela, des jeux de lumière somptueux, de magnifiques costumes et des chorégraphies  aussi gracieuses qu’efficaces, et ça donne un cocktail très réussi !

Vous l’aurez compris, j’ai beaucoup apprécié ce spectacle sans temps morts où les femmes sont au final plus fortes que les hommes dans leur détermination !

 

Ma vie en gif

Ça faisait longtemps ! Et vous quelle est votre humeur en ce moment ?

  • Quand même mon chat s’est pris l’averse

  • Quand je me remets au sport…dur dur !

  • Quand ça fait vraiment trop longtemps que je n’ai pas été chez le coiffeur !

  • Quand je réussi ENFIN à contacter un plombier pour des travaux en suspens depuis 2 mois ! Warrior Power !

  • Quand je teste mon premier poulet… au micro-onde et que je suis très sceptique que ça marche !

  • Quand on m’annonce encore de le pluie et que le brouillard commence à s’amener !

  • Et enfin pourquoi je ne bois AU GRAND JAMAIS d’alcool !

soirée théâtre (2) : Paprika (Pierre Palmade)

Je continue ma découverte théâtrale avec une comédie de boulevard des plus sympathiques: Paprika, mise en scène par Pierre Palmade ! Merci le replay !

« Eva est une mangeuse d’hommes qui présente tous les soirs une revue de striptease dans un cabaret parisien. Boisson, rire et batifolages composent son quotidien. Un matin, un beau jeune homme sonne à sa porte affirmant être son fils. La jeune femme, d’ordinaire si légère, dessoûle très vite. Son passé, plutôt trouble, la rattrape. Improvisant une échappatoire, elle se rebaptise Paprika, femme de ménage d’Eva, et observe à loisir cet inconnu, le temps d’y voir plus clair. Son entourage, lui, nage en pleine confusion. Combien de temps Luc va-t-il être dupe ?… »

 

Mon avis:

C’est le duo qui m’a intriguée: la calliente Victoria Abril (de la série Clem) en tête-à tête avec Jean-Baptiste Maunier, qui a bien grandi depuis Les Choristes !

Paprika est une comédie pleine de peps qui raconte les « retrouvailles » mouvementées d’une mère fantasque et son fils de 28 ans.

Eva est une femme mûre qui présente un spectacle de cabaret. D’un caractère olé olé, elle mène une vie dissolue avec sa copine Clémentine, et ses aventures d’un soir. Le lendemain d’une soirée particulièrement arrosée, un beau jeune homme se présente à sa porte : Luc Sommelier, qui est en fait son fils. Sous le choc, Eva se fait passer pour la femme de ménage et s’invente un nom, Paprika.

Victoria Abril est juste épatante dans ce rôle sur-mesure ! Eva aime la vie, la fête et les hommes. Mais l’arrivée de son fils la chamboule bien plus qu’elle ne veut le reconnaître. En ce faisant passer pour la bonne, elle l’observe de loin pour faire sa connaissance. Mais évidemment rien ne va se passer comme prévu !

 Entre l’amant pompier qui s’incruste, le concierge amoureux qui invente une vie d’institutrice à Eva, ou encore Clémentine, la fétarde un peu cruche mais qui a bon coeur, cette pièce a des personnages auxquels on s’attache tout de suite ! 

Jean-Baptiste Maunier incarne Luc, un étudiant au chômage, qui a grandi avec des parents aimants mais qui a tenu à retrouver sa mère, juste pour la rencontrer. Naïf mais avec un certain répondant, c’est un jeune homme perdu qui appréhende beaucoup ces retrouvailles inespérées.

Les dialogues sont mordants et super drôles ! Et il y a aussi une certaine émotion et une jolie réflexion sur le bonheur, la jeunesse et nos choix.

À l’origine, un autre titre était prévu mais il a été changé au dernier moment ! Et ce n’est pas plus mal étant donné que c’est meilleure réplique de la pièce !

Une très belle comédie, drôle et émouvante !

Soirée théâtre: Je préfère qu’on reste amis (Laurent Ruquier)

Hello à tous ! Aujourd’hui, place à une nouvelle rubrique: Soirée théâtre ! Parce que la comédie, ce n’est pas qu’au ciné, c’est aussi sur les planches ! Et hier soir, j’ai eu la bonne surprise de voir une pièce en entier sur youtube !

Résumé:

« Claudine, fleuriste quinquagénaire, a rendez-vous avec Valentin, son meilleur ami et confident. Elle souhaite lui dévoiler les sentiments amoureux qu’elle éprouve à son égard depuis cinq ans. Mais le jeune homme est un éternel séducteur. Il ne semble pas être sur la même longueur d’ondes que son amie. A sa déclaration, il lui répond «Je préfère qu’on reste amis». Claudine n’en peut plus d’entendre cette phrase. La soirée tourne au réglement de comptes entre aveux et révélations… »

Mon avis:

Quel régal ! Une comédie moderne et savoureuse avec deux comédiens de talent. La pétillante Michèle Bernier et le plus discret Frédéric Diefenthal. Les thèmes abordés me parlent beaucoup puisqu’il est question d’amitié homme-femme.

Michèle Bernier incarne Claudine, surnommée Clo-clo, une fleuriste pleine de répondant, fan de soirées karaoké et de bonne chère. Depuis 5 ans elle entretient une relation amicale avec Valentin, un homme plus jeune, fêtard et séducteur. Si le jeune homme apprécie son amitié, Clo-clo se languit d’espérer un peu plus. D’autant qu’elle en a marre de toujours rester « la bonne copine » !

Valentin est un jeune homme volage et immature, qui ne voit en Claudine qu’une bonne pote avec qui il aime délirer. Habitué aux aventures, son amitié pour Clo-clo est d’autant plus précieuse. Qui plus est, il a aussi ses secrets, dont certains sont vraiment surprenants Drôle, mignon mais pas prétentieux pour autant, j’ai vraiment apprécié ce jeune homme maladroit derrière ses vannes à deux balles.

Une confrontation aussi drôle que virulente va alors commencer entre nos deux fêtards.

Si je connaissais Michèle Bernier pour son super spectacle Le démon de Midi, c’est une bien agréable surprise de découvrir Frédéric Diefenthal sur les planches. La complicité entre les deux comédiens est aussi géniale qu’inattendue ! Je ne les aurait jamais imaginés ensembles ! 

Derrière l’humour, se cachent des sujets plutôt actuels, comme le chômage, les secrets, la complexité entre l’interaction physique, émotionnelle et surtout la complicité, avec ou sans jeu de séduction. Les dialogues sont excellents et la chanson a une place bien particulière. Michèle s’amuse comme une gamine sous le regard tendre et amusé de Frédéric. J’ai passé un très bon moment !

Une comédie tendre et drôle, à savourer à deux …ou entre potes !

Sunshine Blogger Award

Ça faisait bien longtemps que je n’avais pas été tagguée et je ne peux que remercier Kim !

Petit rappel: 

le blogueur nominé doit répondre à 11 questions. Une fois les réponses données, c’est à ce blogueur de trouver 11 autres questions et de nominer, à son tour, 11 blogueurs !

Les questions de Kim :

Ton blog a-t-il beaucoup changé/évolué depuis ses débuts ?

Oui, surtout dans la longueur des articles ! Je me suis diversifiée dans les thèmes abordés. Je ne me prends moins la tête et écrit suivant mon humeur !

Blogueuse du soir ou blogueuse du matin ?

Le soir. Ou le matin, quand c’est le week-end !

Selon toi, quelle est la qualité principale que doit avoir un blog ?

Je dirais la convivialité. Un blog doit être un espace d’échange où chacun doit se sentir comme chez un(e) ami(e). Pour moi, c’est primordial.

Un blog coup de cœur à nous recommander ?

Persephone et the Cheshire Cat, que je suis depuis des années ! Ce blog m’a décomplexée à lire de la romance ! Après tout, que l’on soit fan de policier, de Young Adult ou de roman Harlequin, l’important c’est de se faire plaisir !

Un article qui te rend particulièrement fière ?

Tous ! Parce que chaque article me prend du temps. Et je suis surtout contente que ça intéresse toujours !

Ta prochaine destination de vacances ?

Le Pays Basque ! Hâte de découvrir cette région !

Si tu étais un super-héros, qui choisirais-tu ?

Quand j’étais ado, j’aimais beaucoup Malicia des X-Men ! Son pouvoir est particulièrement dangereux, puisqu’elle peut absorber l’énergie vitale d’une personne par simple toucher ! Avant les films des années 2000, il y avait le dessin animé, que j’aimais beaucoup ! Est-ce que quelqu’un connait ? 

Le pays qui fascine la plupart des voyageurs mais qui ne t’intéresse pas ?

L’Angleterre et Londres en particulier. J’y suis déjà allée et personnellement, je n’ai pas plus accroché que ça…

Si tu devais te décrire en 3 mots, quels seraient-ils ?

Gentille. Rigolotte. Lectrice compulsive !

Une chanson préférée du moment ?

Children of the Universe de Molly (via une fanvidéo de Star Trek signée Kados’ka FM ^_^)

Ton dernier coup de cœur (dans tes hobbies en général) ?

Je suis abonnée au magasine Flow depuis peu et j’a-dore !!! En plus d’articles intéressants sur la psychologie et le bien-être, ils ont des posters magnifiques ! Sans parler des marque-pages dont j’ai à présent toute une collection !

Mes questions:

  1. Est-ce que bloguer à changé ta vision de la blogosphère et si oui, en quoi?
  2. Beaucoup de blogs que je suis ont Instagram: n’avez-vous pas peur de trop exposer de votre vie privée sur ce réseau?
  3. Comment vois-tu l’évolution de ton blog, dans les mois/années à venir?
  4. Un coup de coeur ciné?
  5. Plutôt saison chaude ou saison froide?
  6. Un plaisir coupable (film, séries, bouquins ou autre) ?
  7. Aime-tu les jeux vidéos? Si oui, lequel?
  8. Quelle est ta couleur préférée?
  9. Il y a une panne de courant/internet, que fais tu?
  10. As-tu un passe-temps/hobbie qui surprend les autres?
  11. Pense-tu que les Funko Pop vont finir par envahir/dominer le monde? 

En revanche je ne tague personne ! Libre à vous de répondre (ou non) à mes questions 😉

Le château de Cassandra (Dodie Smith)

Je continue ma découverte des classiques méconnus britannique avec Dodie Smith ! Avec une si belle couverture, comment vouliez-vous que je résiste?

Résumé:

«J’écris ces mots assise dans l’évier de la cuisine»: la première phrase culte du roman nous plonge au coeur des années 1930, dans un château en ruine du fin fond de l’Angleterre. Cassandra, narratrice aussi romanesque que sa famille est excentrique, tient un journal émouvant et plein d’esprit. Quand deux beaux et riches Américains s’installent dans le manoir voisin, la vie au château est bouleversée…

Mon avis

Si Le Château de Cassandra (I Capture the Castle en VO)  est son premier roman, l’autrice est surtout connu pour Les 101 Dalmatiens, paru en 1956, adapté par Disney en 1961 !

Le roman relate la vie des Mortmains, une famille relativement pauvre vivant dans un château en ruines dans lAngleterre des années 1930. Il est rédigé sous forme de journal intime, tenu par Cassandra, l’héroïne de 17 ans, cadette de la famille.

Elle y décrit son père, un écrivain taciturne connu pour son seul ouvrage Jacob Luttant (référence biblique), son étrange belle-mère Topaz, modèle pour peintres, sa sœur ainée Rose, qui rêve d’une vie moins austère, et son petit frère de 15 ans, Thomas, espiègle et intellectuellement brillant. Il y a aussi le jeune jardinier, Stephen Colly, un jeune homme plein de bonne volonté fou de Cassandra. J’avoue avoir beaucoup aimé ce personnage ! Mais les événements n’ont pas tourné comme j’aurais cru !

En effet, le quotidien des Mortmain change lorsque Neil et Simon Cotton, deux frères américains, arrivent au château, suscitant l’intérêt de la narratrice et de sa sœur. 

Pour Rose, c’est l’occasion de sortir d’une vie de misère, quelle ne supporte plus. Cassandra, elle, est très attirée par Simon. Elle se sert des événement pour peaufiner son écriture. Mais ses sentiments vont se troubler. D’autant qu’elle apprend que Stephen, son ami d’enfance, est amoureux d’elle depuis des années ! 

Il y a aussi le père de Cassandra, qui a eu le coup de foudre pour le château, persuadé que la noble bâtisse ravivera son inspiration. Le château est superbement décrit, comme un personnage à part entière, de sa grandeur passée à son déclin. Il y a dans ce livre une belle ambiance champêtre et romanesque qui m’a bien plu ! 

L’écriture est vive, espiègle, à l’image de son héroïne en pleine inspiration. J’ai aimé son optimisme et son mordant. En tout cas, ça change des drames adolescents comme Le faire ou mourir ou Treize raisons !

J’ai  aussi beaucoup aimé les références littéraires et artistiques, qui fourmillent dans ce livre: de Jane Austen à Marcel Prousten passant par la musique baroque, ou même la Bible !

À tenter pour ceux qui aiment les romans vintage, les châteaux et les ambiances bucoliques !