Sophie et la princesse des loups (Cathryn Constable)

Juste une petite chronique sur ma dernière lecture de 2016. Noël étant passé plus dans le brouillard que la neige, j’avais envie d’une ambiance « conte d’hiver » ! J’ai donc opté pour « Sophie et la princesse des loups » de Cathryn Constable !

product_9782070651528_244x0

Résumé:

« Pour Sophie et ses amies, le voyage scolaire en Russie prend un tour inquiétant. Abandonnées dans un train, les trois jeunes filles sont recueillies par la princesse Volkonski. Leur hôtesse, fascinante et effrayante, raconte de terribles histoires de révolution, de diamants disparus et de tragédies passées. Quels lourds secrets recèle son palais délabré? Ces loups blancs que Sophie semble être la seule à voir dans la forêt sont-ils bien réels? »

Mon avis:

Cathryn Constable a su me transporter avec une histoire plus familiale que fantastique !

Sophie Smith est une jeune orpheline qui s’ennuie à mourir dans son pensionnat de Londres. La jeune fille fait souvent le même rêve où elle revoit son père disparu au coeur d’une forêt enneigée. Elle n’a plus le moindre contact avec sa tutrice, trop occupée (et trop méprisante) pour s’occuper d’elle.

Mais voilà qu’une étrange femme débarque au pensionnat et semble très intéressée par la jeune fille… et qu’un voyage en Russie est organisé par l’école !

Il n’en faut pas plus à Sophie pour sortir de sa torpeur habituelle. Ce voyage à St Petersbourg, c’est l’occasion de quitter une ville qu’elle déteste et rejoindre les neiges de son rêve. C’est ainsi que les collégiennes partent pour la Russie.

Malheureusement, dès l’arrivée, rien ne se passe comme prévu !  Les trois amies se retrouvent à l’autre bout du pays, dans un palais délabré environné de loups. Et font ainsi la connaissance de la mystérieuse princesse Volkonski.  Qui est-elle? Quelle est cette histoire de diamant perdu? Pourquoi une telle froideur? 

Mais plus que les cette histoire de diamants et de manipulations, ce sera pour Sophie l’occasion de résoudre un autre mystère, qui la hante depuis toujours…

Même si l’intrigue est assez convenue, j’ai beaucoup aprécié ce livre. L’écriture est pleine de poésie et j’ai particulièrement adoré l’ambiance russe, énigmatique et fascinante. Sans parler de la Neige, qui illumine le récit. 

Mais c’est un très joli conte, qui fait découvrir en douceur la culture russe ! 

Les mille et une vies d’Ali Baba (2000)

Moins médiatisé que Les Dix commandements, Roméo et Juliette, ou le myhique Notre Dame de Paris, j’étais curieuse de voir ce spectacle ! Et j’ai bien aimé, à ma grande surprise !

51hfgc114dl

Les Mille et Une Vies d’Ali Baba est un spectacle musical produit par Pierre-Alain Simon, Jean-Claude et Annette Camus est écrit et composé par Fabrice Aboulker, Thibaut Chatel, Frédéric Doll et Alain Lanty.

L’action se déroule dans une cité perdue au milieu de sables. Cet endroit résolument moderne et semblant surgir de nulle part se transforme au fil du temps pour devenir la lumineuse scène de cette éternelle comédie humaine dont seul l’amour sortira vainqueur…

resize

Tout commence à Nova-Manganor avant dirigée par les Princes mais depuis la disparition de leur fille Yasmina, qui portait un médaillon royal, ils sont tous morts de chagrin au fil du temps. Quel est cet endroit ? Une ville, un village, une cité ? Peu importe.

C’est cette belle jeune femme et un médaillon au cou, qui va venir bouleverser l’ordre établi.

J’ai beaucoup aimé ce conte oriental qui mêle danse moderne, théâtre et un mélange de genres musicaux très varié ! Yasmina est une sorte de Cendrillon orientale, achetée comme bonne à tout faire par le couple de Cassim et sa femme. Cependant, c’est Ali, le frrère de ce dernier qui tombe sous le charme de la jeune fille. Leur amour est pur et simple tandi que Cassim est un époux soumis aux caprices de sa femme, avide de pouvoir.

Aussi, lorsqu’Ali lui propose de libérer sa belle domestique en échange d’un lingot d’or, elle le regarde avec un nouvel intérêt. Mais là où tout se complique c’est que Madame Cassim veut savoir où Ali a trouvé tout cet argent. Elle est en effet décidée à racheter le palais des Princes disparus et prendre ainsi la place vacante.

Entre ruses, traîtrise, appât du gain et personnages excentriques, le spectacle est rythmé et on entre facilement dans l’intrigue. 

Mais ce qui m’a agréablement surprise c’est l’humour et la mise en scène. Plus que la musique, c’est une vraie Comédie proche de l’opérette, (c’est la première fois que je vois un HOMME porter un bustier 0_o ) avec des dialogues comme au théâtre !

Les chanteurs ont un vrai jeu d’acteur et les décors sont colorés, sans être trop kitchs.  

Un divertissement original, qui prend des libertés quant au conte, mais que j’ai trouvé bien agréable à regarder ! Ça change de la version Gérard Jugnot ! Passez de bonnes fêtes !

 

 

D’où vient … le Poinsettia

Plante phare des fêtes avec sa belle couleur rouge, je me devais de parler du ‘Poinsettia’, appelé aussi « Étoile de Noël », qui pousse un peu partout chez nos amis fleuristes et magasins de déco…

poinsettia_2

Le ‘Poinsettia’, de son nom latin Euphorbia pulcherrima, est originaire d’Amérique centrale et du sud du Mexique, région dans laquelle elle peut atteindre 4 à 5 mètres de haut.

joel-poinsett

C’est en l’honneur du premier ambassadeur des États-Unis au Mexique, Joel Roberts Poinsett, qui a donné le nom populaire. L’homme était également botaniste et tomba sous le charme particulier de cette plante.

pflegetipps-01

Selon une légende Aztèque, cette plante serait née du chagrin d’amour d’une déesse: son coeur, saignant de douleur aurait donné sa couleur à cette plante.

Quant au nom dÉtoile de Noël, il vient du fait qu’après les conquistadores, cette plante fut prise les franciscains, pour symboliser l’étoile de Bethléem et le sang du Christ sur la croix… 

Je préviens cependant les personnes alergiques: cette plante possède des cannaux contenant un latex blanc proche du caoutchouc et contenant les mêmes protéines allergènes. Par conséquent, les personnes ayant une allergie au latex peuvent développer la même réactivité avec le Poinsettia !

Chaque année, aux États-Unis, en Espagne, aux Pays-Bas et dans de nombreux autres pays, l’étoile de Noël  est célébrée le 12 décembre.

Passez tous de très bonnes fêtes ! 

 

 

DVD du week end: La Reine des Neiges (2002)

Ayant toujours été fan du conte original de La Reine des Neiges, je n’ai pas pu résister à cette adaptation de David Wu sortie en 2002 ! L’histoire du film est inspirée par le vieux film d’animation soviétique réalisé par Lev Atamanov sorti en 1957, lui-même largement fidèle au conte d’Andersen.

affiche-27505-0-359-90

Résumé:

« Depuis que sa mère a été retrouvée morte dans la neige alors qu’elle n’avait que 8 ans, Gerda déteste l’hiver et reste inconsolable, tout comme son père Wolfgang. Celui-ci, qui tient un hôtel, engage le jeune Kai comme groom. Bientôt, Gerda et Kai tombent amoureux, et la jeune fille se sent revivre. Mais un soir, Kai reçoit un éclat de glace dans l’œil. Il devient alors distant et méprisant. Une femme mystérieuse arrive à l’hôtel et enlève Kai, qui n’oppose guère de résistance. Gerda part à sa recherche… »

 

Mon avis:

Même si les effets spéciaux ont bien vieilli, cette version est plutôt agréable.

Gerda est une jeune femme fraîche et courageuse, qui n’hésite pas à partir seule dans le froid pour retrouver son amoureux. Je suis fan du personnage parce que c’est le premier conte que j’ai connu où c’est la fille qui a le rôle du « prince charmant », affrontant tous les dangers, tandis que c’est le jeune homme envoûté par la Méchante Reine, comme par une sirène qui incarne le demoiseau en détresse …

Kai est Gerda forment un couple assez mignon et le cadre hivernal est sympa, très comédie romantique. Pour Kai c’est son premier Coup de Foudre. Pour Gerda, c’est un nouveau départ suite à la mort brutale de sa mère, qui l’a traumatisée dans son enfance. J’ai aimé sa relation avec son père, qui apparaît peu mais que j’ai trouvé touchant dans son mutisme bourru.

Kai, était un jeune homme charmant jusqu’à ce qu’un étrange éclat de glace lui gèle littéralement ses émotions, ainsi que ses souvenirs. « Enlevé » par la Reine des Neiges, celui-ci n’est plus qu’un pantin sans âme, gardé comme un trophée.

Bridget Fonda incarne une Reine des Neiges assez moderne, à la fois glamour et glaciale. Je l’ai beaucoup apréciée. Ce n’est pas qu’un coeur de glace. C’est une femme très seule qui a oublié la notion même de Temps et de Sentiments. Kai représente pour elle une forme de rédemption, un nouvel amour. Mais même sous son emprise, le jeune homme a toujours la jeune Gerda dans son coeur, ce qui causera sa perte. 

Un téléfilm très agréable, qui donne envie de se replonger dans le conte d’origine. 

Ô Come, Emmanuel

Parce que Noël, c’est quand même une fête religieuse, voici une superbe adaptation « biblique » et musicale de « Ô Come Emmanuel » par les Piano Guys  !

Note:

Le prénom Emmanuel vient de l’hébreu imanu-el, qui signifie « Dieu est avec nous ». Pour les chrétiens, c’est un adjectif qui qualifie Jésus-Christ en souvenir de sa vie parmi les hommes. C’est aussi par ce terme que le prophète Isaïe l’a annoncé. Ce chant de l’Avent symbolise l’attente des fidèles…

Doctor Who Christmas Special:« Last Christmas »

Oh ! Oh ! Oh ! Et bien ça y est : la boucle est bouclée !

J’ai pu enfin regarder le premier épisode de Noël avec le nouveau Docteur !!!

535378

Petit résumé:

Clara se réveille au son du Père Noël sur le toit. Après qu’elle essaie de nier son existence, elle est interrompue par le Docteur qui l’emmène dans le TARDIS.

Pendant ce temps, au pôle Nord, un groupe de scientifiques travaille à essayer de sauver leur personnel d’autres membres de la base, qui ont été parasités par des créatures en forme de crabe. Le Docteur et Clara arrivent et sont aussitôt attaqués par les crabes, sauvés in extremis par le Père Noël. Le Docteur réalise alors que ces créatures sont des crabes-rêves, des extraterrestres qui induisent un état de rêve tout en dévorant le cerveau d’une personne. Clara est victime d’une de ces créatures et se retrouve dans un monde de rêve avec Danny Pink avant que le Docteur ne se laisse parasiter par un crabe pour entrer dans son monde et la réveiller… Mais les choses se compliquent encore: car un rêve peut en cacher un autre…plus effrayant encore !

Mon avis:

Les épisodes de Noël du Doctor Who ont toujours été un brin flippants ! Entre les bonhommes de neiges au sourires de Cheshire Cat, des boîtes magiques contenant un univers entier,ou encore des invasions parasites extra-terrestre qui transforme des humains en zombie ! Pour cet épisode, le Docteur et Clara se retrouvent coincés dans un cauchemar collectif avec des crabes aliens suceurs de cerveau, un Père Noël bad-ass, des lutins ironiques et une équipe de scientifiques déboussolée ! 

J’ai adoré le Père Noël, qui utilise des mandarines comme des grenades, possède un traineau  « plus grand à l’intérieur »,  est assez sarcastique, se moquant aussi de la façon dont le Docteur n’explique jamais rien clairement. C’est une version très rock and roll, rien à voir avec le gentil barbu de nos téléfilms habituels, ça fait du bien !

Lorsque Clara se fait attaquée par le parasite, elle se retrouve dans un rêve idyllique avec son Danny chéri, et elle a beau savoir que c’est un rêve qui risque de la tuer, elle a du mal à se résoudre à en sortir !  L’épisode alterne les moment de bonheur et de tension psychologique très bien dosée !  L’intrigue est certes basique, mais s’enchaîne bien ! C’est aussi l’épisode où Clara fait définitivement le deuil de Danny et où notre Docteur s’autorise enfin un peu d’affection et de bonheur ! Et il en a bien besoin !

Un épisode sympathique !