Playlist de Printemps

Aujourd’hui, place à une petite playlist de printemps !Et qui dit printemps dit : couleurs ! Voici donc une petite sélection de clip colorés !

Narasha Bedingfield: These words. Très belle chanson sur l’inspiration et un joli clip coloré. 

 

Morcheeba: Gimme your love. Une ambiance digne d’une pub de parfum et une voix juste envoûtante !

 

BLACKPINK : Whistle. Ça faisait une éternité que je n’avais pas posté de pop asiatique ! Voici un girls band coréen très sympa ! Ce que j’adore c’est qu’il n’y a pas de « meneuse » (comme chez les Pussicat Dolls) Chaque fille a son style et le clip est très…bizarre mais fun !

Meghan Trainor : All About That Bass.  Du rose, des courbes et une chanson qui donne la pêche !

Kate Nash : Pumpkin Soup. Une ambiance rétro, du rythme et une jolie frimousse.

Paramore : Still into you. Oui, je suis dans l’ambiance pastel en ce moment !

Rachel Platten : Fight song. Une superbe chanson sur le dépassement de soi ! Et un clip dépaysant à souhait !

Bonne fin de semaine à vous !

Playlist St Valentin: spécial Duo

Hello à tous ! En ce jour des amoureux, place à une playlist spécial duo ! N’hésitez pas à me faire des suggestions !

 

  • Mauss & Charlie:  Deux voix bien distinctes, un clip original ! Et Mauss  ressemble à Adam Driver  !

 

  • Un des plus jolis duos français/anglais : Cyril Paulus et Natasha Bedingfield ! La voix de Cyril me rappelle beaucoup Goldman dans ses jeunes années !

  • Parce que j’adore les métissages, la superbe version de « Paris » de Marc Lavoine et la belle algérienne Souad Massi

  • Quand Alex Kapranos (Franz Ferdinand) et Clara Luciani rendent hommage au mythique « Summer Wine » de Nancy Sinatra et Lee Hazlewood, ça donne un joli clip lumineux !

  • Et je termine avec le mythique À Ma Place de Zazie et Axel Bauer: une chanson essentielle sur la complexité des relations hommes/femmes. Le clip est percutant, je trouve !

Et vous, vous écoutez quoi ? 

 

« La fourmi rouge » d’Émilie Chazerand

Hello à tous ! Aujourd’hui, j’ai décidé d’innover pour ma chronique littéraire ! Si j’ai découvert ce livre grâce à Folavril, c’est le coup de coeur de Mika sur Goodreads qui m’a décidée à me lancer ! 

Résumé:

Vania Strudel a 15 ans, un œil qui part en vrille et une vie qui prend à peu près la même direction. Pour elle, c’est clair : l’existence est une succession de vacheries, et elle est condamnée à n’être personne. Une fourmi parmi d’autres.

Mais un soir, elle reçoit un mail anonyme, qui lui explique en détail que non, elle n’est pas une banale fourmi noire sans aspérités. Elle serait même plutôt du genre vive, colorée, piquante ! Du genre fourmi rouge…

Mon avis:

Wow ! Voilà un livre qui cache bien son jeu ! Si le résumé fait penser à un roman Young adult classique, ne vous y fiez pas ! J’ai rarement eu autant de surprises en moins de 350 pages ! Outre l’écriture, La Fourmi rouge partage le même point commun que les Petites Reines: en effet, l’histoire a sa bande originale ! J’ai eu donc l’idée d’écrire cette chronique en rapport avec les chansons proposées !

1.Radiohead, Creap

Vania Strudel a 15 ans et comme beaucoup d’ados, elle est mal dans sa peau. Que ce soit côté physique ou sentimental, elle se situe dans « l’entre-deux »: pas vraiment populaire, ni laide, pas vraiment jolie non plus. Banale en somme. Mais plutôt que de se lamenter et sombrer dans la déprime, elle dégaine ses sarcasmes et son imagination débridée ! Je me suis tout de suite sentie proche d’elle, tant dans sa personnalité que ses questionnements. Avec ses deux amis, Victoire et Pierre-Rachid, dit Pierach, ils sont les « Creaps » de la classe. Chacun à leur façon, ils ont leurs mal-être et leurs handicap. 

2.Luz Casal, Piensa en Mi

Maria Luzia, la mère de Vania a une place tellement spécifique dans ce livre que je n’ose pas trop la dévoiler ici.  Ce que je peux en dire, c’est qu’elle est espagnole, très belle… et que son évolution dans l’histoire m’a laissée en mode WTF ! Je ne m’y attendais absolument pas ! J’avais envie d’avoir un peu de compassion pour elle… mais au final non ! Oh, my God !

3.Camillo, Sag Warum

Pour moi, cette chanson symbolise le père de Vania: sous son masque excentrique et maladroit, se cache un homme très sympathique ! J’ai été touchée par ce père courage, qui s’est retrouvé à gérer tant bien que mal une fille qu’il adore, mais qui le dépasse souvent… Son métier est aussi original que méconnu: la taxidermie ! 

4.Blondie, Maria

Cette chanson m’évoque Diane, la mère de Victoire (la meilleure mamie de Vania). Elle a la manie originale d’avoir plein de perruques !  On pourrait croire à une simple lubie, mais la raison est surprenante ; suite à la « fuite » de son mari, elle a développé une « pelade »: elle a tout simplement perdu tous ses poils ! Cette pathologie bien réelle peut arriver à tout âge, homme ou femme !  J’ai adoré la façon dont cette femme a su compenser ce handicap et même en rire avec cette solution… plutôt fun ! Une femme forte comme je les aime !

5.The Pupini Sisters, Bei mir bist du schon

Pour moi, cette chanson symbolise  tous les quiproquos/problèmes entre les personnages. Pierrach et son amour naissant. Grégoire, le beau gosse qui fait tourner la tête de toutes les filles. Charlotte, la « pétasse »et ses rêves de potins. Rachel, la voisine coeur d’artichaut accro aux horoscopes; mais le pompon c’est Victoire Elle aurait pu être populaire: jolie blonde, pas trop prétentieuse. Mais personne ne l’approche à part Vania. Atteinte d’une maladie hormonale, Victoire « pue » continuellement. Un handicap invisible, mais invivable ! À force de se blinder, (émotionnellement)  elle en a gagné une certaine maturité. Son amitié avec Vania est géniale, très touchante.

6.Roberta Flack, Hey That’s no way to say goodbye

Parce qu’il y a pas mal de « piques », de disputes, de réconciliations. Les dialogues sont dignes d’une sit-com ! J’ai ri autant que j’ai été touchée ! En fait, ce livre est un concentré d’émotions: j’ai ri, j’ai été attendrie, puis révoltée, puis triste… 

7.The Cinematic Orchestra; To Build a Home

Parce que nos héros sont tous un peu cabossés, cette chanson représente bien le combat pour rester dignes et aller de l’avant ! Mais pas évident d’assumer ses blessures ! Cette chanson représente pour moi celle de Vania, qui a du faire face à l’incompréhension et la douleur de son père… Et son impuissance face à un événement impensable pour eux deux.

8.Damien Rice; Eskimo

Vania s’est fait un ami plutôt inattendu: Abraham, le père de Rachel, est un vieux monsieur qui semble bien s’ennuyer à la maison de retraite. Pour le coup, Vania veille sur lui en faisant du « papy-siting ». C’est bien simple, leur amitié est la plus adorable surprise du bouquin. Et la façon dont Vania prend soin de lui m’a fait chaud au coeur !

9.France Gall, Ella, elle l’a

Cette chanson montre bien l’évolution de la famille Strudel, père et fille. Ils ont tous les deux leur charme, leur singularité et leur combativité, surtout. Leur relation est le thème le mieux exploité de cette histoire ! Le nom Ela a aussi son importance ! Mais là encore, je vous laisse la surprise !

10.The Dandy Warhols; We Used to be Friends

LA chanson sur la relation Pierach/Vania ! J’ai beaucoup aimé la façon dont ils se « perdent » pour mieux se retrouver tout le long de cette histoire ! Pierach est un jeune homme maladroit, pas toujours simple à comprendre. Mais il faut lui reconnaître une grande patience !

11.Olivia Ruiz, elle panique

Ouh là oui, Vania a toutes les raisons de paniquer, et pas seulement à cause de sa vie sentimentale ! La jeune fille va se retrouver au pied du mur et enfin se décider à grandir. Mais le cap va être costaud à passer !

12.Garbage; Special

Parce que oui, Vania est « spéciale »; drôle, forte, elle se révolte et évolue à sa façon. Cette chanson évoque aussi pour moi l’élément déclencheur de l’histoire: ce mystérieux email qui donne le coup de pied dans la fourmilière ! L’email en question est d’ailleurs assez… brut de décoffrage ! 

13.John Lennon; Instant Karma (we all shine on)

Oh Oui, le karma a une sacrée place dans cette histoire ! Je dirait même qu’il en fait un peu trop par moment !  La pauvre Vania ! Ses déconvenues, surtout au lycée m’ont fait rire jaune ! Le lycée tiens ! Palons-en ! Entre les rivalités, les premiers crushs, les cours,  les rumeurs. J’ai été sceptique concernant les profs, de prime abord parodique au possible…  Et finalement, c’est super bien tourné ! Belle surprise, la encore ! Un tableau plus grinçant que comique, qui m’a fait réfléchir.

14.Florence & the Machines: the dog days are over

C’est l’apothéose de ce livre ! Ce moment où enfin, ça y est, la roue tourne et qu’au final, on comprend que sans nos problèmes, on ne grandirait pas.

15.Nena: 99 Luftballons

Une chanson indémodable et tellement fun pour de l’allemand ! C’est aussi la chanson préféré du père de Vania, qui, au fait s’appelle Gottfried et conduit une « ouaf-ture ». Cette famille a la palme d’Or de l’improbable !

16.Nat « King » Cole: Joy to the world

Oui, une chanson de Noël ! Et c’est bien vu parce qu’il y a de la bonne cuisine ! De quoi donner envie de faire des sablés et surtout des puddings !

17.Jack Brel: la valse à mille temps

Peut-être le passage le plus émouvant du livre ! Abraham est définitivement mon personnage préféré ! 

En conclusion,  j’ai adoré ce roman d’apprentissage désopilant, touchant, moderne et surtout, plein de surprises ! La Fourmi Rouge, c’est Le livre Feel Good à s’offrir ! Un coup de coeur !

 

Amélie Poulain

Hello à tous ! En ces temps un peu gris, (dans tous les sens du terme), j’ai décidé de mettre un peu de couleur! J’ai ainsi voulu redonner une chance au Fabuleux Destin d’Amélie Poulain, de Jean-Pierre Jeunet !

Résumé:

« La vie d’Amélie est semée d’évènements insolites et parfois traumatisants. Serveuse dans un bar de Montmartre, elle aime observer les gens et faire le bien autour d’elle. Elle invente pour cela toutes sortes de stratagèmes pour intervenir dans la vie des autres sans se faire voir. Au fil des rencontres, elle fait la connaissance de Nino, un drôle de jeune homme qui collectionne les clichés abandonnés dans les Photomatons. »

Mon avis:

Je retire toutes mes médisances sur ce film ! Plus qu’un joli décor désuet et rétro, Amélie est un conte frais et optimiste qui fait vraiment du bien ! Et au final, il n’est pas si niais que ça sous bien des égards. 

Déjà, Amélie a grandi dans une solitude telle qu’elle se réfugie dans son imaginaire fantasque pour ne pas souffrir davantage.  Elle aime les plaisirs simples et observer la vie des autres depuis le Café du Moulin où elle est serveuse. C’est une femme-enfant un peu paumée qui a du mal à se lier aux autres. Mais un événement inattendu va lui faire prendre une décision assez farfelue: puisqu’elle n’arrive pas à embellir sa vie, elle va s’occuper de celle des autres ! De confidences touchantes en revirement inattendu, Amélie va, peu à peu, s’ouvrir au monde…

J’ai bien aimé la façon dont Amélie observe le monde et les gens, sans cynisme, avec  beaucoup d’amusement. Au fil de l’histoire, le narrateur nous présente toute une série de personnages, parfois agaçants, parfois truculents, presque toujours attachants.

De la copine Hôtesse de l’air à la collègue « guérisseuse », de l’hypocondriaque buraliste à la concierge nostalgique, on s’amuse et on s’émeut de ces petites tranches de vie ordinaires. Cependant deux personnages ne sont pas aussi sympathiques. Il y a d’abord Joseph, un homme amer, posséssif et jaloux. Il n’en finit pas de ruminer ses aigreurs au point d’en devenir détestable. Mais ce n’est rien par rapport à Colignon, l’exemple type du franchouillard raciste et méchant. Il est le seul auquel Amélie refuse de « faire le bonheur ».

Enfin, il y a le mystérieux « Homme de verre », le vieux voisin d’Amélie qui passe son temps à peindre le même tableau de Renoir. En grand-père bougon et bourru, c’est lui qui va aider Amélie à faire le Grand Saut de sa Vie: oser aborder Nino, un jeune homme aussi rêveur et marginal qu’elle. 

Très joli personnage, ce Nino: timide, il parle peu, mais sa passion pour collectionner les trucs inutiles vont l’amener à une curieuse affaire de photo … et d’une jolie justicière en Zoro ^^.  Nous retrouvons des tête connues de l’univers Jeunet, notamment Dominique Pinon, parfaitement détestable dans le rôle de Joseph !

Bonne surprise pour Jamel Debbouze, qui nous fait un jeune homme bien plus sobre et sensible que dans ses autres rôle. Je regrette juste que le réalisateur lui ai donné un nom occidental dans le film ! Ç’aurait été plus réaliste s’il lui avait mis un nom arabe. L’impact raciste aurait été d’autant plus fort pour Colignon ! Dans le rôle de celui-ci, Urbain Cancellier se prête au jeu avec un plaisir sadique.

Mais j’ai aimé l’atmosphère, la photographie, les costumes et le romantisme du film.

En fait, je crois que si je l’ai autant aimé aujourd’hui, c’est  parce que j’ai, plus que jamais, envie de voir de la poésie dans des banalités de tous les jours, et de garder mon âme d’enfant.

En tout cas, j’ai adoré redécouvrir la beauté rétro et colorée de ce film. Ça m’a fait le plus grand bien en cette période  !

Playlist de novembre

Hello à tous ! Aujourd’hui, petite playlist pétillante pour garder le moral.  Je vous envoie toutes les bonnes ondes possibles en ces temps troublés…

  • On commence avec une belle découverte électro française ! Elephanz et le génial Blowing like a Storm !

 

  • Dans un style plus country bad-ass, le jeune anglais Barns Courtney, m’a juste bluffée ! Je ne m’attendais pas à une voix pareille ! Voici le très bon Glitter and Gold !

 

  • Un petit classique avec Sting et An English Man in New YorkIndémodable 

 

  • Et on termine sur une note enfantine avec Evergreen et le très mignon Penguins & Moonboots ! Le clip est trop chou !

Et vous, vous écoutez quoi pour vous rebooster ?

Clip du jour: On ira (Jean-Jacques Goldman)

J’ai fait tourner cette chanson en boucle dans les années 2000. Tout m’a plue dans cette balade: la mélancolie du texte, la beauté de la jeune actrice… Cette chanson, c’est une fugue en musique, une pause, et surtout cette envie de changer d’air, devenir vivant avant que les regrets ne rappliquent.

 

On partira de nuit, l’heure où l’on doute
Que demain revienne encore
Loin des villes soumises, on suivra l’autoroute
Ensuite on perdra tous les nords
On laissera nos clés, nos cartes et nos codes 
Prisons pour nous retenir 
Tous ces gens qu’on voit vivre comme s’ils ignoraient 
Qu’un jour il faudra mourir 

Et qui se font surprendre au soir 

Oh belle, on ira 
On partira, toi et moi, où ?, je sais pas 
Y’a que les routes qui sont belles 
Et peu importe où elles nous mènent 
Oh belle, on ira, on suivra les étoiles et les chercheurs d’or 
Si on en trouve, on cherchera encore 

On n’échappe à rien pas même à ses fuites 
Quand on se pose on est mort 

Oh j’ai tant obéi, si peu choisi petite 
Et le temps perdu me dévore 

On prendra les froids, les brûlures en face 
On interdira les tiédeurs 
Des fumées, des alcools et des calmants cuirasses 
Qui nous ont volé nous douleurs 
La vérité nous fera plus peur 

Oh belle, on ira 
On partira toi et moi, où ? je sais pas 
Y’a que des routes qui tremblent 
Les destinations se ressemblent 
Oh belle, tu verras 
On suivra les étoiles et les chercheurs d’or 
On s’arrêtera jamais dans les ports 

Oh belle, on ira 
Et l’ombre ne nous rattrapera peut-être pas 
On ne changera pas le monde 
Mais il nous changera pas 
Ma belle, tiens mon bras 
On sera des milliers dans ce cas, tu verras 
Et même si tout est joué d’avance, on ira, on ira 

Même si tout est joué d’avance 
A côté de moi 
Tu sais y’a que les routes qui sont belles 
Et crois-moi, on partira, tu verras 
Si tu me crois, belle 
Si tu me crois, belle 
Un jour on partira 
Si tu me crois, belle 
Un jour

 

 

Playlist d’été

Hello à tous ! Aujourd’hui, place à la musique ! Ça fait une éternité que je n’avais pas mis de playlist ! Voici donc ce que j’aime écouter en ce moment !

  • Deluxe Tum Rakak: une découverte française pleine de peps !

  • The CorrsWhat Can I Do : un clip simple et bucolique et un groupe irlandais que j’adore !

 

  • Shivaree Goodnight Moon : j’ai été une grande fan de ce groupe ! J’adore ce genre de voix !

 

  • Moriarty – : Jimmy : spendide balade folk ! Très sympa !

 

  • Selah Sue et son Raggamuffin, un peu plus de swing, ça fait toujour du bien !

 

  • Et enfin Olivia RuizElle panique. Parce qu’en tant qu’ancienne angoissée chronique, cette chanson me parle beaucoup !

 

Et vous , vous écoutez quoi ? 

Séquence Nostalgie : « Grease » de Randal Kleiser (1978)

Hello à tous ! Aujourd’hui, je révise mes classiques ! Et oui, honte à moi, je n’avais jamais vu Grease !

Résumé:

A la fin des vacances d’été, les amoureux Danny Zuko et Sandy Olsson, une jeune Australienne de bonne famille, doivent se séparer.
A son retour au lycée Rydell, le jeune homme retrouve sa bande, les T-birds, blousons de cuir et cheveux gominés. Les parents de Sandy ayant décidé de s’installer aux Etats-Unis, la demoiselle intègre la même école…

 

Mon avis:

Je suis contente d’avoir enfin pu voir ce film ! L’histoire est simple mais sympathique. Toutefois, certains thèmes abordés sont moins légers qu’il ne parait: bandes rivales, éducation stricte, réputation au lycée et/ou dans la famille…

L’opposition « Gang de mecs » et « Gang de femmes » est intéressante, même si certains clichés m’ont fait lever les yeux au ciel. Mais faire partie d’un « clan » était important à l’époque. Sans parler de la révoltion sexuelle, très présente dans ce film !

Outre Sandy et Danny, les personnages secondaires m’ont plutôt plue. Il y a par exemple Betty Rizzo, une jeune femme sarcastique et cinglante, qui refuse de montrer un signe de faiblesse. Je croyais avoir affaire à une pimbêche mais non, elle est plus subtile que ça !

Il y a aussi Jane, une petite brune boulotte, pas très jolie, mais tellement pétillante qu’elle s’attirera les avances de Putzie, le plus jeune membre des T-Birds !

Mais la plus drôle est Franchie, qui comme Sandy est naïve et romantique. Mais c’est la seule qui semble se préoccuper de son avenir professionnel.Voulant quitter le lycée pour apprendre la coiffure, elle y retournera devant les résultats catastrophiques de son apprentissage. Sa joie de vivre et son peps donne tout l’humour du film !

Les personnages sont donc plus subtils qu’il ne parait. Le rockeur au coeur tendre, la jeune fille « sage » mais qui n’hésite pas donner un gifle quand elle n’est pas d’accord. La rebelle sarcastique mais qui au fond, aspire aussi à l’amour. Certains thèmes sont intemporels comme la confiance en soi, l’amour, la danse, la compétition. Ça fait juste bizarre de voir des adultes jouer de supposés adolescents ! Que ce soit dans les films ou les séries, ce fait m’a longtemps énervée !

Néanmoins, j’ai su apprécier ce film culte avec son ambiance joyeuse, ses couleurs, ses costumes … Et puis le déhanché de Travolta est mythique !

Mais ce qui m’a surtout plu, c’est que chacun des personnages trouve chaussure à son pied et finit par s’affirmer, ce qui est très positif ! En revanche, je trouve que l’affiche est un gros spolier du film ! C’est pourquoi j’ai préféré en mettre une « alternative »!

Un film frais, pétillant, qui a certes un peu vieilli mais qui fait du bien !

 

 

Playlist du jour

Hello à tous, Aujourd’hui, une petite playlist de ce qui tourne dans mes oreilles en ce moment. Et comme toujours, c’est très éclectique !

  • Amarante avec le morceau « Awaking »: une belle balade entre trip hop et folk !

 

  • Un brin de nostalgie avec la belle Jewel et l’un de ses premiers single

 

  • Une des chansons qui a rythmé mon adolescence: Meridith Brooks

 

  • Toujours dans la bonne humeur Rock, Le « Beautiful Trauma » de Pink avec un clip très…rose ^^

 

  • Et enfin la toujours superbe Lindsey Stirling qui rend hommage à la déesse Artemis: j’adore !

Et vous, vous écoutez quoi, en ce moment ?