Du domaine des murmures (Carole Martinez)

Je continue ma découverte des moeurs médiévales avec cette surprenante lecture ! Encore merci à Girl Kissed By Fire pour cette découverte !

17401142

Résumé:

« En 1187, le jour de son mariage, devant la noce scandalisée, la jeune Esclarmonde refuse de dire «oui» : elle veut faire respecter son vœu de s’offrir à Dieu, contre la décision de son père, le châtelain régnant sur le domaine des Murmures. La jeune femme est emmurée dans une cellule attenante à la chapelle du château, avec pour seule ouverture sur le monde une fenestrelle pourvue de barreaux. Mais elle ne se doute pas de ce qui est entré avec elle dans sa tombe… Loin de gagner la solitude à laquelle elle aspirait, Esclarmonde se retrouve au carrefour des vivants et des morts. Depuis son réduit, elle soufflera sa volonté sur le fief de son père et ce souffle l’entraînera jusqu’en Terre sainte… »

Mon avis:

Un livre aussi déroutant qu’envoûtant sur le refus d’une vie toute tracée d’une jeune fille hors du commun.

Esclarmonde est une jeune fille pleine de grâce, qui fait la fierté de son père et dont le mariage semble inévitable. Mais sous ses airs discrets, la jouvencelle se refuse à sceller un mariage de convenance. Et pas seulement parce que son promis n’est qu’un goujat coureur de jupons. Elle refuse d’avoir le même destin morne que les autres femmes du royaume.

Aussi, c’est la douche froide lors des noces: non seulement, elle refuse la main de son promis devant l’Église et son père, mais elle fait le voeu de n’être qu’à Dieu et de se faire emmurer vivante ! D’abord sous le choc, son père fini par accéder à sa requête. Non par respect, mais par haine pour celle qui a renié son sang et son rang. Comment ose-t-elle un tel outrage alors qu’il lui a plus donné que beaucoup de pères à ses filles !

Du fond de sa « tombe nuptiale », elle se donne à la prière sans se douter du remue-ménage dans le monde extérieur…mais aussi en elle. Car c’est de là qu’elle va devenir le symbole du royaume, la Sainte Emmurée qui écoute les lamentations de son peuple et le guide vers la paix du Christ

Et ce peuple change: son soupirant, jadis brutal, devient doux comme un agneau; les récoltes n’ont jamais été meilleures; la Mort elle-même semble avoir déserté le domaine.

Dans une France médiévale pleine de superstitions et de guerre sainte, Esclarmonde devient une Légende. Elle mettra même au monde un enfant: un petit ange aux mains percées comme Jésus ! 

Mais le Destin est retors et chacun portera sa Croix. J’ai adoré l’univers du livre, qui m’a beaucoup rappelé l’Enchanteur de Barjavel. Il y flotte le même parfum de Quête spirituelle et d’amour interdit.

Un livre fascinant, entre superstitions et foi, entre amour humain et amour divin. Si vous aimez les chevaliers, les monastères et les fables féodales, je vous conseille ce livre !

L’Enchanteur (René Barjavel)

Pour ce début d’hiver, je me suis promis de sortir de mes lectures habituelles et de découvrir des univers diférents. Je connaissais René Barjavel surtout pour ses livres de Fantasy/SF tels que La nuit des Temps ou encore Le grand Secret. Mais c’est d’un tout autre livre dont il est question aujourd’hui.

18306853

Résumé:

« Qui ne connaît pas Merlin ? Il se joue du temps qui passe, reste jeune et beau, vif et moqueur, tendre, pour tout dire Enchanteur. Et Viviane, la seule femme qui ne l’ait pas jugé inaccessible, et l’aime ? Galaad, dit Lancelot du Lac ? Guenièvre, son amour mais sa reine, la femme du roi Arthur ? Elween, sa mère, qui le conduit au Graal voilé ? Perceval et Bénie ? Les chevaliers de la Table Ronde ? Personne comme Barjavel, qui fait le récit de leurs amours, des exploits chevaleresques et des quêtes impossibles, à la frontière du rêve, de la légende et de l’Histoire. Dans une Bretagne mythique, il y a plus de mille ans, vivait un Enchanteur. Quand il quitta le royaume des hommes, il laissa un regret qui n’a jamais guéri. Le voici revenu. »

Mon avis:

Quelle belle découverte ! Ce livre est très certainement la version la plus surprenante des légendes arthuriennes et surtout du magicien le plus mythique qui soit: Merlin. Et l’on est bien loin de l’image du vieux sage habituel.

Le Cerf Blanc: symbole de pureté, de sagesse et de connaissance. Une autre image de Merlin !

Merlin y est mystique, jeune et beau. Il puise sa puissance et sa jeunesse au coeur de la Forêt de Brocéliande, où il se promène sous la forme d’un Cerf Blanc, annonçant aux chevaliers du royaume de poursuivre une quête: le Graal ! 

Ses origines aussi sont différentes: Merlin y est ni plus ni moins que le fils du Diable !

Quand le Dieu unique venu de Jérusalem occupa le Continent, le Diable n’arriva plus à pervertir les hommes ; il mit enceinte une vierge dans le but de donner naissance à un antéchrist, mais Dieu, voyant que l’enfant avait hérité du cœur pur de sa mère, lui laissa ses pouvoirs diaboliques.

graal-san-isidore

Devenu adulte, Merlin utilise ses pouvoirs d’enchanteur pour trouver l’homme au cœur pur capable de trouver le Château Aventureux gardé par le Roi blessé afin d’en ramener le Saint Graal et, avec lui, le bonheur et la paix parmi les hommes.

Il implique dans cette quête de nombreux chevaliers, réunis autour de la table ronde du roi Arthur ; ceux en lesquels Merlin place le plus d’espoirs sont, successivement, Arthur, Perceval, et enfin Galaad plus connu sous le nom de Lancelot du Lac.

Ces trois personnages représentent les trois modèles de chevalier existants au Moyen Âge: le chevalier guerrier, le chevalier courtois et le chevalier en quête spirituelle.

d0d793849265c91681956eb9d0cc8fc2

Cependant, Merlin, malgré ses pouvoirs et sa jeunesse éternelle, doute, souffre et succombe à l’amour de Viviane, la seule qui voit derrière l’Enchanteur l’être humain, la seule qu’il aimera et qui l’aimera pour ce qu’il est. Si l’on ne présente plus le célèbre trio amoureux Guenièvre/Arthur/Lancelot, la vie amoureuse de Merlin est beaucoup moins connue. Son amour pour la belle Viviane m’a d’autant plus passionnée ! 

Viviane

Viviane

Barjavel lui rend ses lettres de noblesse avec cette très belle histoire. Les origines de Viviane, surnommée la Dame du Lac sont aussi intéressantes: elle décendrait de Dianela déesse de la chasse dans la mythologie romaine. Ce serait Merlin lui-même qui lui aurait fait découvrir ses pouvoirs… J’ai adoré l’ambiance de la Forêt de Brocéliande, qui paraît hors du temps, avec ses arbres millénaires et sa magie cachée.

Chaque chevalier est différent et j’ai pris plaisir à les (re)découvrir, notamment Perceval, qui a été élevé en dehors de Camelot en pleine natureSa mère pressentait déjà une vie de guerre pour son enfant et l’en a écarté pour le protéger. Mais il sufira d’un brève rencontre avec un beau chevalier en armure pour sceller son destin et celui de son amour, Bénie, une jeune paysanne, aussi frêle et douce que sa mère, Bénigne est revêche et amère. 

Autre chevalier, autre caractère: Gauvain, le séducteur de ces dames ! J’ai tout de suite pensé à la version dEoin Macken sans la série Merlin ! C’est quelqu’un d’enthousiaste et d’une extrême loyauté, mais dont le penchant pour les jolies femmes constituera un frein dans la Quête du Graal.

Enfin, Lancelot, l’enfant sauvé et élevée par Viviane, qui surpassera beaucoup de chevalier mais sa relation adultère avec la Reine lui sera fatale. Un personnage assez subtil qui m’a agréablement surprise !

Quant à Guenièvre, c’est une jeune femme pleine de caractère (elle dirige quand même le royaume de Logres en l’absence d’Arthur ! ) mais aussi très seule. Pas étonnant, qu’elle ait  craqué pour le beau Lancelot, son mariage était plus par devoir. 

J’avais peur de tomber dans des descriptions assommantes à laTolkien, et bien pas du tout ! L’écriture est splendide: onirique sans tomber dans le niais ou la lourdeur. Les chapitres sont assez courts et je tournais les pages sans même m’en apercevoir. Autant vous dire que j’ai été « enchantée » par ma lecture. En plus, c’est la première fois que je me lance dans les légendes arthuriennes !

Entre Amour, combats, quête spirituelle et légendes mirifiques, L’Enchanteur est un livre étonnant qui m’a très agréablement surprise ! Pour le coup, j’ai envie de découvrir aussi Les Dames à la licorne du même auteur !