Rendez-vous au Cupcake Café (Jenny Colgan)

Hello à tous ! Aujourd’hui, je démarre l’automne avec une romance qui a eu un certain succès. Étant gourmande, le titre me semblait prometteur !

Résumé:

Izzy est une fée de la pâtisserie. Elle a passé son enfance dans la boulangerie de son grand-père, et a indéniablement hérité de son talent. Chaque semaine, ses collègues du bureau se régalent de ses cupcakes colorés et autres brownies ultrafondants…
Lorsqu’elle se fait licencier par son futur ex-petit-ami, Izzy sent grandir en elle une idée folle : et si elle ouvrait son propre cupcake café ? Le projet est un peu risqué, le chemin semé d’embûches, mais lorsqu’elle découvre un magasin à louer dans une ruelle pavée, elle se lance dans l’aventure, et dans une nouvelle vie !

Mon avis:

Je crois que je commence à saturer des romances. J’ai l’impression de lire toujours plus ou moins la même trame.

Izzy mène une vie professionnelle morne alors qu’elle a un don pour la cuisine et particulièrement pour la pâtisserie. Tout le monde le lui dit, de ses copines à ses collègues. Mais pour elle, c’est une bagatelle.

Perdue dans sa routine, elle pousse le bouchon du cliché en sortant avec son patron Graeme. Mais le climat amoureux vire vite à l’orage. Ce n’est pas toujours sain de mélanger travail et plaisir.

Mais c’est justement le plaisir qui va l’amener à prendre une nouvelle direction dans sa vie.  Aussi, quand son boss la vire, c’est une opportunité unique pour la jeune femme. Voler de ses propres ailes.

Avec l’aide de ses copines et le coup de pouce d’une voisine, elle crée sa propre affaire: un Cupcacke Café  où elle vendrait ses petites douceurs maison. Parallèlement, elle se lie avec son banquier, Austin, aussi maladroit et introverti que son ex est arrogant.

Et nous y voilà: Le retour du Triangle Amoureux ! C’est ce qui m’a le plus énervée dans ma lecture. Sans surprise, j’ai détesté Graeme ! C’est un goujat de première, qui est sorti avec Izzy, plus par curiosité que réelle attirance. À se demander ce qu’ils font ensemble.

Austin m’a paru bien plus sympathique; il partage avec Izzy une certaine lassitude, l’impression de tourner en rond dans sa vie. Leur histoire est mignonne mais cousue de fil blanc. 

J’ai eu nettement plus d’intérêt à suivre les aventures pâtissières de notre héroïne ! J’adore son changement d’attitude quand elle cuisine. Elle devient alerte, à l’aise, créative. Ça et la belle amitié féminine qui se noue tout autour du café. Le lieu en lui-même devient un personnage à part entière qui peu à peu, prend sa place dans le quartier ! 

L’histoire dénonce aussi la totale hypocrisie des cadres aux dents longues. Le monde des affaires est impitoyable. Mais Izzy prend peu à peu du caractère ! D’autant qu’elle va se faire une nouvelle amie, Pearl, qui deviendra aussi sa première vraie collègue !

L’histoire a tout de même une belle atmosphère, tant dans l’écriture que son décor. Moi qui n’aime pas les descriptions, là j’ai bien aprécié l’univers chaleureux décrit par l’autrice.

Enfin, la meilleure surprise du livre est sur le passé d‘Izzy. Elevée par ses grand-parents, elle a peu de rapport avec sa mère, voyageuse infatigable. Or, son grand-père vieillit et perd peu à peu la mémoire. Il radote, de peur d’oublier pour toujours ce que fut sa vie: sa boulangerie, sa femme, sa fille et surtout sa petite fille. Leur relation m’a beaucoup émue, d’autant que c’est lui qui a donné à Izzy son amour de la bonne cuisine.

Pour Izzy, c’est un crève-coeur de voir son grand- père s’étioler ainsi. Pourtant, elle n’éprouve pas de rancoeur envers sa mère, partie vivre ailleurs. Quant à son père, elle ne l’a tout simplement jamais connu.

L’écriture est pétillante et facile à lire. L’originalité, c’est que chaque chapitre commence avec une recette de cuisine ! Pourquoi ? bah, lisez, vous verrez !

Si j’ai lu la moitié du livre avec un certain enthousiasme, la deuxième partie, m’a un peu écoeurée. Autant la partie familiale et professionelle m’a plue, autant la romance m’a vite plombée. Si Izzy est pleine de charme pétillant avec ses amies, elle devient énervante quand elle tombe amoureuse ! Un peu comme Julie dans Demain j’arrête ! 

Mais j’ai aimé le message positif du livre : il n’est jamais trop tard pour se créer un emploi à notre image, et donner des plaisirs simples aux gens. 

Une lecture sympa sans être un coup de coeur !

La Mécanique du Coeur: le film

Enfin ! Après avoir adoré le livre, il était logique que je visionne enfin le film ! En plus, c’est l’animation parfaite pour démarrer l’automne !

Résumé :

Édimbourg 1874. Jack naît le jour le plus froid du monde et son cœur en reste gelé. Le Docteur Madeleine le sauve en remplaçant son cœur défectueux par une horloge mécanique. Il survivra avec ce bricolage magique à condition de respecter 3 lois: premièrement ne pas toucher à ses aiguilles, deuxièmement maîtriser sa colère et surtout ne jamais Ô grand jamais, tomber amoureux. Sa rencontre avec Miss Acacia, une petite chanteuse de rue, va précipiter la cadence de ses aiguilles. Prêt à tout pour la retrouver, Jack se lance tel un Don Quichotte dans une quête amoureuse qui le mènera des lochs écossais, à Paris jusqu’aux portes de l’Andalousie…

Mon avis:

Wahouh ! Quelle magnifique animation ! Un graphisme entre Tim Burton et Benjamin Lacombe et une histoire que j’ai adoré redécouvrir. 

Malgré sa poésie, ce film n’en est pas moins un conte noir !

Jack naît dans des conditions difficiles, le jour le plus froid du monde. Il est élevé par Madeleine, une sage-femme rejetée par le village pour « sorcellerie ». Une mère adoptive particulièrement anxieuse ! J’ai aimée cette femme en mal d’enfants, qui trouve en Jack une nouvelle joie de vivre !

Il y a aussi Arthur, un vieil homme qui a un xylophone le long de sa colonne vertébrale, deux soeur adoptives un peu trop bavardes et une maison biscornue à l’écart du village d’Edimbourg.

Toutefois, Jack commence à s’ennuyer et voudrait enfin voir le monde extérieur !  Mais problème: son coeur-horloge fait beaucoup trop de bruit. La moindre émotion fait sortir le coucou de sa boîte.

Lors de sa première sortie à 14 ans, voilà qu’il brise la règle la plus importante pour la santé de son coeur: il tombe amoureux.

Alors, je n’irait pas plus loin dans l’intrigue. Je dirais seulement que l’histoire est bien mieux mise en valeur en images qu’en simple livre !

Les décors sont magnifiques ! Du froid polaire dEdimbourg à la chaleur de lAndalousie, l’histoire se déploie comme un oiseau! On plonge tête première dans la tête de Jack et ses aspirations, au son rock déglingué de Dyonisos !

Entre chocs mécaniques et cauchemar scolaire, notre petit Jack s’accroche à son rêve: revoir Miss Acacia, la jolie chanteuse bigleuse qui l’a envoûté. Il fera des rencontres inattendues, terrifiantes ou amicales, douces ou amères…

Le doublage est de très bonne qualité côté casting : c’est Mathias Malzieu lui-même qui fait le rôle principal. Pas étonnant, le petit Jack est son portrait craché ! Olivia Ruiz incarne la jolie Miss Acacia, ce qui lui va à ravir pour le chant ! Mais c’est Samantha Barks qui fait les dialogues !  Les deux voix étant similaires « je n’y ai vu que du feu ! » 😉

Si j’ai aussi apprécié le mythique Jean Rochefort, (qui tiens le rôle du premier « cinéaste » de notre temps : Georges Méliès), ma plus grande surprise est la voix de Joe, incarné par Grand Corps Malade.

Sa voix profonde était parfaite pour ce tyran de récré, qui cache sa fiancée comme un trésor. Mais ce personnage s’est avéré plus…chevaleresque que prévu !

Bref, j’ai adoré’histoire, le côté comédie musicale façon conte pour adulte… Tout m’a séduite !

Une adaptation très réussie dont j’ai beaucoup aimé retrouver les personnages !

 

Kyan Khojandi: Pulsions (spectacle)

Hello à tous ! Pour débuter ce premier article sous mon nouveau nom, j’ai décidé d’enrichir ma rubrique spectacles: théâtre, comédie musicale, spectacle comique et autres moyen d’expression !

Kyan Khojandi, né le 29 août 1982 à Reims, est un humoriste, acteur, scénariste et réalisateur franco-iranien. Si je connaissais sa série Bref et Bloqués, c’est son spectacle « Pulsions », qu’il a mis en intégralité sur Youtube qui a retenu mon attention.

Pulsions est une plongée dans notre tête. Pourquoi déborde-t-on  d’énergie quand on est enfant? Pourquoi a-t-on des pusions sexuelles et amoureuses ? Pourquoi L’émerveillement disparait-il avec le temps?

Avec un humour potache, il partage evec nous des tranches de vies aussi hilarantes que touchantes. Nos réactions dans la vie quotidienne, les relations amoureuses 2.0, la vie, la mort, la famille.  Ses expressions (faciales et verbales) m’ont beaucoup fait rire ! 

J’ai été particulièrement touchée par l’hommage de Kyan à son père. Réussir à me faire rire en parlant d’un enterrement, fallait le faire !  

Il se dégage une véritable tendresse de ce spectacle.  J’ai pu découvrir un homme sensible, qui a son franc-parler, qui peut partir dans des délire loufoques, sans jamais tomber dans la vulgarité ou la lourdeur.

Son spectacle a aussi été adapté en livre avec la participation du dessinateur Boulet. J’ai très envie de me le procurer ! Si vous avez des films à me conseiller avec lui, je suis preneuse !

Bref. (rhô, oui, je sais, elle est facile !)  Chapeau bas, l’artiste !  

 

« Lettre d’une inconnue » et « Le joueur d’échec » de Stefan Zweig

En ce moment, j’ai des envies de lecture pas trop longues. Et je me rend compte que je n’avais jamais chroniqué « Lettre d’une inconnue », suivi du « Joueur d’échecs » de Stefan Zweig: commençons par la lettre !

Résumé:

« À toi qui ne m’as jamais connue. » La lettre, anonyme s’adresse bien à lui, l’homme qu’il était et qu’il est demeuré, l’écrivain célèbre pour son talent, sa frivolité et ses conquêtes. Comment se souvenir de cette femme qui lui déclare sa passion de toute une vie, de cette adolescente de 13 ans qui l’épiait et l’adorait naguère en silence? Comment revoir le visage de cette inconnue qui se donnerait à lui, plus tard et de leur brève idylle dans Vienne enneigée?

Une bien belle et déchirante nouvelle ! Un écrivain célèbre reçoit une lettre anonyme. Et quelle lettre ! Ce n’est pas juste une déclaration. C’est une Claque Magistrale.

Cette lettre nous conte comment une jeune fille s’éveille à une passion telle, une idolâtrie si folle, que ces tourments la poursuivront toute sa vie. C’est d’abord une simple curiosité enfantine. Puis de la fascination romantique. Et enfin l’éveil des sens.

Et plus ses sentiments grandissent, plus la jeune fille s’y dissout. Elle s’oublie littéralement dans son amour pour cet homme inaccessible. Elle l’épie, l’espère, le désire. Mais elle ne recevra en retour que de petites miettes d’attention: un regard, un sourire, quelques belles paroles. La jeune fille grandit, devient elle-même une des conquêtes de cet homme. Mais jamais, il ne reconnaitra en elle la modeste jeune fille qu’il croisait tous les jours. 

Entre fantasme et déception, l’attente ardente devient frustration, amertume et surtout le pire sentiment qui soit: l’impression d’être invisible… Et pourtant, il n’y a aucune rancune dans ce texte. Juste une tendresse mélancolique. La fin m’a laissé un goût amer. Vous imaginez si Roméo avait oublié Juliette

L’écriture est très agréable, fluide, lyrique. J’ai adoré m’immerger dans la tête, le coeur, les tripes de cette femme.  Au point de trouver l’homme fade à côté. Lui, je ne l’ai pas trop aimé par contre. Ce n’est pas tant le fait qu’il ait des conquêtes. C’est plutôt la façon dont il vit complètement dans sa bulle sans se rendre compte des ravages qu’il peut faire sur les femmes qu’il convoite. Pour ça, la fin m’a beaucoup plue, car comme je l’ai dit au début, cette lettre, c’est une claque in the face !

Une histoire triste mais quel beau portrait de femme !

Le Joueur d’échecs

Résumé:

« Sur un paquebot reliant New York et Buenos Aire, une partie d’échecs entre deux passionnés que tout oppose et que le jeu réunit. Une partie à la fois envoûtante et dérisoire aux allures de confession… »

Mon avis:

Autre histoire, autre ambiance ! Si la première était triste et romanesque, la deuxième est un huis clos psychologique des plus étouffant.

Le narrateur, un Autrichien en partance pour l’Argentine, est informé de la présence à bord du champion mondial des échecs, Mirko Czentović. Homme intelligent et passionné par la psychologie, il se met en tête de mieux comprendre ce curieux personnage.

Quel étrange gars que Czentovitz ! Orphelin élevé par le curé du village, les échecs sont tout ce qui l’intéresse: hermétique à toute autorité, il ne sait ni lire ni écrire, parle sans finesse et prend plaisir à battre froidement ses adversaires, surtout les bourgeois et autres intellos. C’est un homme froid, calculateur, méprisant. 

Mais voilà qu’un rival inattendu va lui donner plus de fil à retordre que prévu ! Un des spectateur de la dernière partie, M.B, se révèle extrêmement brillant pour contrer la stratégie de l’arrogant Czentowitz ! Grisés par le jeu, les spectateurs encouragent cet inconnu à enfin fermer le clapet de ce denier…

C’est là que l’histoire bascule dans une ambiance beaucoup plus oppressante ! En effet ce mystérieux M.B se révèle avoir un passé des plus tourmenté! Un passé où le jeu d’échec a une place bien particulière…et totalement différente.

Comme son rival, M.B a été obsédé par ce jeu, mais chez lui, c’était une question de survie ! Je n’en dirai pas plus sinon ceci: Pour Czentovitz, l’échec est un gagne-pain qui lui permet de se moquer de la haute-société. Pour M.B, c’était un refuge qui l’a sauvé par le passé. Mais le jeu lui est devenu aussi dangereux qu’un verre pour un alcoolique sévère.

La tension psychologique est suffocante dans cette nouvelle ! Il ne s’y passe  pas grand chose et pourtant, je suis restée fascinée par les stratégies d’échec ! Les parties sont décrites comme une sorte de « boxe mentale » où les coups les plus subtils sont permis ! Si je suis restée de marbre pour le taciturne Czentovitz, l’histoire bien tourmentée de M.B m’a fascinée autant que touchée.

Car des thèmes bien sombres sont abordés: l’arrogance, la peur, l’effet drogue que peut avoir le jeu, la compétition, la trahison. De plus, le cadre « confiné » de l’histoire m’a particulièrement remuée vu le contexte actuel.

Une histoire sombre et fascinante qui change de mes lectures habituelles ! 

Si vous avez d’autres romans/nouvelles de Stefan Zweig à me faire découvrir, je suis preneuse ! J’ai beaucoup aimé !

« Les Petites Reines » de Clémentine Beauvais

Hello à tous/tes ! Aujourd’hui, place à une lecture détente ! Ça faisait un moment que j’hésitais à lire ce livre. Mais la curiosité l’a emporté et au final… j’ai craqué ! Il faut dire que la couverture est trop chou, je trouve ! 

Résumé:

« À cause de leur physique ingrat, Mireille, Astrid et Hakima ont gagné le « concours de boudins » de leur collège de Bourg-en-Bresse. Les trois découvrent alors que leurs destins s’entrecroisent en une date et un lieu précis : Paris, l’Élysée, le 14 juillet. L’été des « trois Boudins » est donc tout tracé : destination la fameuse garden-party de l’Élysée !!! Et tant qu’à monter à Paris, autant le faire à vélo – comme vendeuses ambulantes de boudin, tiens ! Ce qu’elles n’avaient pas prévu, c’est que leur périple attire l’attention des médias… »

Mon avis:

C’est le genre de lecture que j’affectionne, car les thèmes abordés sont intemporels.

Il n’y a pas d’âge pour être mal dans sa peau, subir les pressions sociales, ne pas s’entendre avec sa famille…ou se faire trahir par des amis. 

Pas d’âge non plus pour réaliser ses rêves: pour Mireille, c’est rencontrer son père biologique pour répondre à ses questions.

Astrid, veut voir au moins une fois son groupe préféré, Indochine. Et enfin Hakima, veut faire reconnaitre la bravoure de son frère, Kader, rentré paralysé de guerre. 

Au fil de leur périple, une jolie amitié se développe peu à peu, au sein du petit groupe. J’ai adoré le fait que nos héros soient d’âge et d’horizons différents ! Chacun(e) peut ce reconnaître dans au moins un personnage ! Tous les quatre forment une bande très sympathique !

Enfin, il y a la réaction de leur entourage dans ce projet farfelu: parents sceptiques, inquiets ou autoritaires, camarades d’écoles moqueurs, indifférents ou jaloux…et journalistes intrigués !

Ce livre dénonce clairement à quel point les réseaux sociaux peuvent être à double tranchant; un simple tweet et vous êtes adulés ou détestés ! Mais nos trois jeunes filles vont renverser la vapeur à la force de leur mollets ! Durant leur périple, elles vont croiser plein de personnes et montrer que le plus important, ce sont nos actions, et non notre apparence. Moi qui ne fais pas de vélo, je suis restée admirative devant leur enthousiasme et leur volonté ! 

J’ai adoré leur évolution,notamment Mireille ! Cette jeune fille m’a beaucoup plue: gourmande, maladroite, sans chichi… et pleine de répartie ! Et elle sait suffisamment se maîtriser pour ne pas montrer qu’elle est blessée. Une qualité admirable !

Hakima est la plus jeune des trois. Elle a beaucoup de mal avec la langue française ! Ses maladresses grammaticales m’auraient énervée si j’avais eu l’âge de Mireille. Mais en tant qu’adulte, je ne l’en ai trouvée que plus touchante.

J’ai aussi adoré Kader ! C’est un exemple de courage et d’optimisme. Il a fait de son handicap une force. Cependant, sous ses airs de grand frère protecteur, il est bien plus tourmenté qu’il n’y paraît.

Astrid m’a beaucoup parlée aussi: elle, c’est son amour pour le groupe Indochine qui lui permet de s’exprimer librement. Si elle est moins volcanique que Mireille, donnez-lui un micro et elle se métamorphose ! 

L’écriture est très agréable ! Ça se lit si facilement que j’avais l’impression de pédaler avec elles ! La fatigue, la vente de nourriture, le paysage qui défile…  et une liberté inédite, loin de leur famille et leurs habitudes. J’ai bien aimé le fait que l’autrice ait mis une « bande-originale » au début du livre ! Pour ceux qui n’arrivent pas à lire en silence, c’est une très bonne idée ! 

Et culinairement parlant, ce livre contient plein de bonnes choses ! Je conseille donc de ne pas le lire le ventre vide 😉

Ma seule déception est une fin, peut-être un peu trop guimauve, pour un livre aussi incisif ! 

Mais c’est une bien jolie lecture, parfaite pour l’été !

TAG livresque: Tout est dans le titre !

Parce que ça faisait trop longtemps que j’en avais pas fait: un petit tag déniché chez Smells like Rock ! Le principe: réponde par des titres de livres !

Décris-toi : « Complètement cramé(e) » de Giles Legardinier

Comment te sens-tu ? « Que du Bonheur ! » de Rachel Corenblit

Décris où tu vis actuellement : « Je suis à l’Est ! » de Josef Schovanec

– Si tu pouvais aller n’importe où, où irais-tu ? :« Espaces sauvages » de Jim Fergus

Ton moyen de transport préféré : « La Rose dans le bus jaune » d’Eugène Ébaudé

– Toi et tes amis vous êtes ? : « Gamines » de Sylvie Testud

– Comment est le temps ? : « Un été de canicule » de Françoise Bourdin

– Ton moment préféré de la journée ? « Un matin sur la terre » de Christian Signol

– Qu’est la vie pour toi ? « Un parfum d’encre et de liberté » de Sarah McCoy

– Quel est le meilleur conseil que tu aies à donner ? « Respire » d’Anne-Sophie Brasme

– Ta peur ? « Comment j’ai vidé la maison de mes parents » de Lydia Flem

– Ta pensée du jour ? « Chouette ! Une ride ! » d’Agnès Abécassis

– Comment aimerais-tu mourir ? « Sans regrets » de Françoise Bourdin

– La condition actuelle de ton âme : « Que ma joie demeure » de Jean Giono

Comme toujours, je ne tague personne. Chacun est libre de reprendre ou non ce questionnaire !

 

 

Bienvenue au Paradis (Bernard Werber)

Hello à tous ! Aujourd’hui, je continue mon exploration sur le thème de l’au delà avec un livre de Bernard Werber !

Résumé:

« Le Paradis? Un jour, vous aussi, vous y viendrez. Alors préparez-vous au Jugement Dernier. Il y aura un avocat (votre ange gardien), un procureur, (votre démon) et un juge (de préférence impartial). Mais les valeurs au Paradis ne sont pas les même que sur Terre. Anatole Pichon va en faire l’amusante expérience. »

Mon avis:

Bernard Werber continue à me dérouter avec sa vision singulière de l’après-vie. C’est ce qui avait fait le succès des Thanathonautes ! Le lire en version théâtre est plutôt bien vu !

Anatole Pichon meurt lors d’une opération pour son cancer du poumon. Arrivé au portes du Paradis, il fait la connaissance de Caroline, son Ange gardien et de Bertrand, son Démon. Ils devront passer en revue toute sa vie pour savoir s’il doit se réincarner ou non.

Au départ, j’avais trouvé Anatole Pichon plutôt benêt et beauf. Mais comme Juste Leblanc du Dîner de cons, il a plus d’un tour dans son sac ! J’ai beaucoup aimé son évolution !

Son Ange et son Démon m’ont beaucoup fait rire ! En effet, avant leur métier céleste, ils ont été mariés/ Divorcés ! Ils passent donc la moitié du temps à s’envoyer des piques, ce qui donne un certain mordant à l’histoire !

Ma préférence va cependant au Juge: Gabrielle.

Arrivée au Ciel durant l’Antiquité, elle est completement perdue face à notre époque moderne et tout ses changements ! En plus du jugement, elle doit gérer les prochaines naissances terrestres et veiller à ce qu’elles soient toutes incarnées ! Un travail épuisant ! C’est une jeune femme qui se veut impartiale mais comment démêler le bien du mal avec toutes ces vies ? J’ai aimé sa maladresse, son écoute, mais aussi sa curiosité pour chaque âme !

J’ai aimé la façon dont est transposé le Jugement au Ciel. Les « valeurs morales » humaines sont complètement détournées. On y trouve aussi une certaine critique de la société: corps médical sous pression, différents conjugaux, misogynie, potentiel gâché…  Mais surtout, il y a le libre arbitre, et la façon dont on choisit son Destin.

Cette pièce aurait pu être ennuyeuse avec ses thèmes trop récurrents. Mais elle a le mérite d’avoir des dialogues savoureux. L’humour est acerbe, presque noir. Ce qui ne m’a au final pas déplu ! L’écriture passe bien et la fin est un joli twist !

Une lecture rafraîchissante et facile à lire ! 

 

Le tendre baiser du Tyrannosaure

Hello à tous ! Après le ciné, je me remets à la lecture ! Et vu le contexte actuel, on va éviter les polars/Thriller est autres trucs angoissants ! J’ai opté pour Agnès Abécassis avec un roman au titre rigolo !

Résumé:

Rassurez-vous, il n’y a pas de vrai tyrannosaure dans cette histoire.
Mais il y a Félix, un paléontologue peureux à qui sa grand-mère ordonne de quitter la femme avec laquelle il vit pour affronter ses pires angoisses. S’il y parvient, il aura droit à une immense surprise…
Et puis il y a Olive, sur le point de se marier, qui annonce à sa famille que son couple ne désire pas avoir d’enfant. Scandale, indignation et machinations de la mère et de la belle-mère !
On évoque Tom, aussi ? Un flic désabusé et terriblement romantique, trop sans doute pour la fille capricieuse qu’il va rencontrer.
Et n’oublions pas Ava, vendeuse d’escarpins de luxe, qui reçoit un jour d’une cliente millionnaire  un bijou hors de prix, et qui quitte illico cet emploi qu’elle déteste tant. Jusqu’à ce que son bijou disparaisse…

Mon avis:

Une lecture très agréable, qui m’a fait penser au film Love Actually dans sa forme. En effet, ce sont plusieurs histoires qui se croisent et finissent par se rejoindre.

Il y a d’abord Félix, paléontologue aussi intelligent qu’angoissé. Il faut dire qu’entre son asthme et sa relation conflictuelle avec Yolanda, il est au bord de la crise de nerfs ! Heureusement, il a Lutèce, sa grand-mère excentrique et Tom, son ami flic ! 

Tom, justement, est en pleine déprime depuis sa séparation. Mais sa rencontre mouvementée avec Régine, une femme au caractère bien trempé, va lui donner le coup de fouet dont il avait besoin ! Leur couple vif et maladroit est la touche comique du livre !

Olive, elle, est, incontestablement, le personnage qui m’a le plus parlé ! Sans enfants par choix, la voilà qui se fait remonter les bretelles par sa famille juste avant son mariage ! Indignation, incompréhension, réaction puérile, tout y passe ! J’ai eu envie de baffer les mères respectives du couple à plusieurs reprises ! Une rencontre inattendue va lever le voile sur la motivation réelle de la jeune femme et là… j’arrête ce serait un grand spolier mais, ce que je peux en dire, c’est que ça m’a fait monter les larmes ! 

Il y a aussi Ava, la vendeuse de chaussures de luxe, qui se fait larguer le jour de son anniversaire alors qu’elle n’en peut plus de son boulot… Heureusement, les copines sont là ! Mais voilà qu’une cliente richissime va lui permettre de voler de ses propres ailes.

Félix prend sa vie par les cornes en osant enfin s’affirmer. Tom fait le deuil de sa séparation et reprend gout à la vie. Ava prend conscience de la valeur inestimable de l’amitié. Régine finit s’attacher réellement à quelqu’un. 

Enfin, le personnage qui m’a le plus effarée est Yolanda. Comment peut-on s’accrocher de façon aussi malsaine? Même si je comprends ses motivations, ce n’est pas une raison pour emprisonner quelqu’un de la sorte ! Le pire, c’est qu’elle est persuadée de bien faire !

Bref, chaque personnage traverse une période compliquée et chacun va évoluer, à sa manière. Ce qui donne un portrait humain sufisemment éclectique pour que chacun se retrouve dans au moins un personnage !

L’écriture est pétillante, facile à lire. Je pouvais presque les visualiser pendant ma lecture ! En tout cas, je compte bien lire d’autres livre de cette autrice ! 

Un livre qui aborde des thèmes importants avec le ton léger, ça ne court pas les rues ! Si ce genre de lecture vous intéresse, n’hésitez pas !

 

Chronique lecture: Romain Puértolas

Hello à tous ! Aujourd’hui, place à une nouvelle chronique livresque ! Ça faisait longtemps ! J’avais envie de découvrir Romain Puértolas et plutôt que son célèbre fakir, j’ai opté pour son deuxième roman.

Résumé:

Alors que la jeune et jolie factrice parisienne s’apprête à se rendre à Marrakech chercher ce qu’elle a de plus précieux au monde, un volcan islandais se réveille, paralysant l’ensemble du trafic aérien européen. D’aéroports en monastère, commence alors pour elle le plus haletant et le plus prodigieux des voyage.

Mon avis:

Ce livre avait tout pour me plaire: une héroïne fraîche, un voyage, des personnages pittoresques.

Providence Dupois aurait pu être la nouvelle Amélie Poulain. Ne pouvant plus avoir d’enfants, elle fait la connaissance d’une petite fille malade, Zahera, lors d’une crise…d’appendicite. Elle s’attache à elle et décide de l’adopter. Pourquoi pas.

J’ai aimé leur complicité, leur douceur, la force de cette gamine. J’aimé la façon dont sa maladie des poumon était expliquée, comme un conte. Car c’est ça le Nuage. Un énorme nuage qui pollue son organisme et l’empêche de vivre normalement.

J’ai aussi aimé le ton de l’histoire, à la fois ironique et fantaisiste. La suite de l’histoire part tellement en live que je m’attendais à trouver une fin en barbe à Papa. J’ai adoré cette factrice en quête de maternité, prête à tout pour retrouvé sa fille adoptive. Oui, la famille n’est pas forcément une question de sang. 

Il y a aussi, Léo, son « amoureux », avec qui elle noue une jolie romance, pleine d’espoir et de péripétie. Sans parler des autres personnages aussi loufoques que déroutants que Providence va croiser sur sa route. J’aimais de plus en plus ! Et puis, il y a eu la fin et là… Pfiouuuuuuu…..

Tout est retombé comme un soufflé ! Je suis restée aussi choquée pour Libby Lomax ! Sans parler que l’auteur conclut avec une morale à 2 centimes d’euros, genre « il faut continuer à croire en nos rêves »…et patata.

Bref une grosse déception ! Si je veux du loufoque, je v’ais en tenir à David Safier !

 

Harry Potter et l’Enfant Maudit ( John Tiffany)

Hello à tous ! Aujourd’hui, une petite chronique littéraire d’un livre qui traînassait depuis bien trop longtemps dans ma bibliothèque !

Résumé:

« Être Harry Potter n’a jamais été facile et ne l’est pas davantage depuis qu’il est un employé surmené du Ministère de la Magie, marié et père de trois enfants. Tandis que Harry se débat avec un passé qui refuse de le laisser en paix, son plus jeune fils, Albus, doit lutter avec le poids d’un héritage familial dont il n’a jamais voulu.
Le destin vient fusionner passé et présent. Père et fils se retrouvent face à une dure vérité : parfois, les ténèbres surviennent des endroits les plus inattendus. »

Mon avis:

Enfin la suite de l’épilogue ! Et sans être époustouflante, cette fiction m’a agréablement divertie. Comme beaucoup, j’ai eu l’impression de lire une fanfiction… ce qui n’enlève en rien à sa qualité !

Dix-neuf ans après la mort de Voldemort, Harry travaille au ministère de la magie, Ron s’occupe de la boutique de son frère et Hermione est carrément devenue ministre  !

Mais un événement grave couve au sein du ministère: un Retourneur de Temps a disparu !

Les cicatrices du passé s’ouvrent, en particulier la mort tragique de Cédric Diggory. En effet, son père voudrait carrément faire ressusciter son fils !

Pire, voilà que la cicatrice de Harry recommence à lui faire mal ! Comme si Harry n’avait pas assez à faire entre ses affaires au ministère et sa relation conflictuelle avec Albus. 

De plus, son fils, se retrouvant à Serpentard, devient ami avec …Scorpius Malfoy, le fils de Draco ! Et tous les deux refusent de devenir ennemis, comme leurs parents ! Leur amitié transcende toute l’histoire et ça m’a fait chaud au coeur !

Le couple Ron/Hermione est beaucoup plus en retrait mais présent ! En revanche, l’éternelle rivalité Harry/Draco m’a tapé sur le système ! Grandissez un peu les gars ! D’ailleurs, j’ai beaucoup aimé l’évolution de Draco, plus mélancolique, moins dur. Le masque du rival a laissé place à un homme brisé par une enfance de guerre et débordant d’amour pour son fils. Il n’en est pas de même pour Harry, complètement dépassé par un fils qu’il ne comprend pas.

Cependant, le véritable « héro » de l’histoire… c’est le Retourneur de Temps, lui-même ! C’est une arme plus redoutable qu’une baguette magique ! Jouer avec, même avec les meilleures intentions du monde, peut faire des ravages !

C’est la belle morale que je retiendrai de cette histoire !

Côté écriture, j’ai beaucoup aimé lire en format théâtre ! C’est plus léger et surtout, on rentre mieux dans l’action ! Ça change des romans, dont les longues descriptions ont souvent freiné ma lecture !

Une suite originale dans sa forme et plutôt efficace dans le scénario ! Une pause agréable !