La famille Willoughby de Kris Pern

Hello à tous ! Aujourd’hui, place à une petite confiserie Netflix, qui a égayé  mon après-midi pluvieuse !

Résumé:

« Maltraités et délaissés par des parents particulièrement égocentriques, trois frères et une soeur décident de tout simplement s’en débarasser en les envoyant faire un voyage en amoureux. Mais leur liberté sera de courte durée. Entre une nouvelle gouvernante, un bébé farceur et un chat bleu, ils vont vivre plein de péripéties aussi rock and roll que dangereuses… »

 

Mon avis

Derrière son ambiance colorée et mignonne, La famille Willoubhy cache une histoire assez dramatique, au final. En effet, les parents sont irresponsables, froids et odieux avec leurs gosses. Enfermés dans leur bulle conjugale, ils ne leur accordent pas plus d’intérêt que des mouches énervantes. Gomez et Morticia sont de très bons parents à côté !

Aussi, c’est l’aîné,Tim, qui tient le rôle de chef de famille. Il veille sur ses frères jumeaux Barnaby et… Barnaby, ainsi que sa soeur Jane. Il essaie aussi tant bien que mal, d’ouvrir les yeux de son père. Mais tout ce qu’il récolte c’est du dédain et même du dégout. 

Jane adore chanter, les arc-en ciel et les histoires. Mais sa voix ne fait qu’irriter ses parents. Les jumeaux sont des inventeurs brillants qui, comme les frères Wesley parlent de la même manière et sont très complices.

Jusqu’à La Prise de Conscience.Tim comprend que ses parents ne l’aimeront jamais, ni lui, ni ses frères et soeur. Aussi, nos quatre garnements mettent au point un plan pour se débarasser d’eux. Ce qui va chambouler leur quotidien et leurs valeurs. 

Ce film nous donne un message fort: Les liens du sang et les liens du coeur ne vont pas toujours de paire et inversement ! Il y a aussi une vraie critique sur le droit à la parole des enfants: ils ont leur mot à dire ! J’ai beaucoup aimé la façon dont ces frères et soeurs veillent les uns sur les autres. 

Enfin, esthétiquement, c’est très joli ! L’ambiance rose et bubble gum m’a énormément fait penser à l’animation Trolls des studios Dreamworks ! D’ailleurs Jane n’a rien à envier à Poppy côté voix. Sans être aussi musical, La famille Willoubhy a bien rempli son rôle. L’histoire s’enchaîne bien et hormis les parents, les autres personnages sont très attachants !

Une animation plus grinçante que pétillante, très agréable à voir !

 

 

Mes coups de coeur

Hello à tous ! Aujourd’hui, je voulais partager avec vous un article un peu plus personnel.

Je me rend compte que ce blog est un vrai garde fou pour moi. C’est ma bulle de normalité. La seule chose qui ne s’est jamais tarie avec le temps. Mon amour de l’écriture et de partager des histoires avec vous.

Contrairement à d’autres, je n’ai nullement l’intention de faire un carnet de bord de mes journées…sauf pour les rubriques habituelles: séries, films, animés, livres et musique.

Même si ça me taraude. Même si parfois, j’ai envie de me confier davantage. Mais je résiste. Par respect pour ma vie privée. Mais surtout, pour rester optimiste. C’est pouquoi, j’ai décidé de partager avec vous de belles choses, de belles histoires et de belles personnes !

  • Par exemple, Jonna Jinton, une jeune suédoise de 26 ans, qui a troqué sa carrière toute tracée pour retrouver ses racines dans son petit village natal. Photographe, elle nous propose de magnifiques images de la nature à son apogée, grâce son blog video !

 

  • Toujours dans les voyages, la chanteuse Kerli m’a fait m’intéresser à ce beau pays qu’est l’Estonie ! Je suis particulièrement fascinée par la ville de Tallinn,sa capitale !

  • Parmi les émissions, j’ai redécouvert, il y a quelques mois La Parenthèse inattendue de Frederic Lopez. J’ai beaucoup aimé l’ambiance cocooning, propice aux confidences. Et surtout, le défi de mélanger des artistes de toute génération ou milieu social confondus. Un tour de force !

  • Parmis mes lectures, je laisse de côté mon compte Goodreads et me suis mise à relire Mange Prie Aime d’Elizabeth Gilbert. Ce livre me parle tellement ! Le film avec Julia Roberts m’a paru bien fade cependant !

  • Sur Youtube, je recommande aussi la chaine de Gislaine Duboc, thérapeute, sexologue et chamane, qui m’a beaucoup émue par sa bienveillance, son esprit critique et sa douceur. Elle a aussi écrit un livre !

  • Côté films et séries, je regarde Timeless, une excellente série de voyage temporel ! Une équipe sympa, un véhicule original et un casting d’autant plus cool que je ne connaissais aucun des acteurs ! Découverte totale donc !

  • J’ai commencé Fringe aussi, mais l’univers me donne parfois la chair de poule ! J’ai aussi enfin vu le magnifique Intouchables, qui m’a toute chamboulée ! J’en ferai une chronique prochainement ! Je fais le plein de comédie avec How I met your mother ! Je n’ai vu que quelques épisodes mais j’aime déjà beaucoup ! Pourtant, les sit-coms, ce n’est pas vraiment mon truc d’habitude ! Par contre, je ne sais pas encore si j’aime ou pas Barney !

  • Enfin, mille ans après tout le monde, je découvre l’excellent animé Black Butler *_* ! Le meilleur du genre depuis XXx Ollic ! Il mélange forces occultes, pacte avec le diable, Anges vengeurs et patrimoine familial en pleine déroute ! Une tuerie !

 

Voilà, désolée pour ce billet un peu brouillon ! J’espère qu’il vous aura plu !

Toradora

Hello à tous ! Aujourd’hui place à un animé tout mignon qui m’a rappelé mes propres années collège !

Toradora! est une série de light novels de Yuyuko Takemiya, illustrés par Yasu. Le premier volume est sorti le 10 mars 2006 au Japon. La série a été adaptée en manga par Zekkyō depuis 2007 puis en anime diffusé à partir du 2 octobre 2008

Ryuuji Takasu est un élève japonais qui vient de rentrer en terminale qui vit seul avec sa mère. Il aimerait être un simple lycéen ordinaire, mais il est doté d’un défaut : ses yeux intimidants. À cause de son air pas commode, des rumeurs stupides n’arrêtent pas de circuler sur lui, notamment le fait qu’il frapperait quiconque oserait le bousculer et qu’il serait prêt à tuer, alors que c’est un jeune homme sensible tout ce qu’il y a de plus recommandable…

À cause de ça, il rencontre des difficultés énormes à se faire des amis, et le plus lourd à supporter étant bien entendu l’absence de relation amoureuse. Par chance, il se trouve dans la même classe que son meilleur ami Yūsaku Kitamura, et son coup de cœur la jolie Minori Kushieda… Joie de courte durée puisqu’il va littéralement tomber sur la « tornade » locale, Taiga Aisaka (surnommée le tigre de poche). Il va notamment découvrir que Taiga est amoureuse de son meilleur ami Yusaku Kitamura. C’est alors le début d’une relation sulfureuse entre ces deux-là, entre cette tsundere qui profitera de lui et en fera son homme de ménage et accessoirement un punching-ball, mais le garde près de lui afin de se rapprocher de Kitamura, tandis que Ryuji espère en faire de même avec l’énergique et non moins étrange Kushieda.

Mon avis:

Voilà un animé qui donne bien la pèche ! Ici, pas de surnaturel, mais une belle histoire shojo mignonne comme tout. Ryuuji est un jeune homme timide et attachant, à la vie familiale plutôt compliquée. Avec une mère aux abonnées absent par son travail, sauf pour sortir faire la fête, il doit constamment veiller sur elle. Mais ce n’est pas ce qui l’agace le plus. Sa mère le compare sans cesse à son père dont il a hérité les yeux. Or ce dernier les a abandonné à sa naissance  ! En plus ce trait particulier lui donne une allure inquiétante qui lui donne la réputation d’un méchant alors que c’est tout le contraire.

Heureusement, il s’entend assez bien avec Yûsaku Kitamurameilleur elève de sa classe et chouchou des filles. c’est un élève généreux et très actif dans son collège. Brillant mais modeste, sa notoriété auprès des filles le déroute autant qu’elle le flatte.

Pour Ryuuji, c’est une autre paire de manches ! Élève moyen et timide, il n’arrive pas vraiment à se lier aux filles ! Il n’en est pas moins romantique; l’élue de son coeur est une jolie sportive aux cheveux rouges: Minori. Je n’ai pas vraiment accrochée à cette dernière. Elle m’a d’abord fait pensé à Toya, le grand frère de Sakura. Comme lui, elle multiplie les petits boulots, en plus de l’école et de sa compétition de baseball ! Comment c’est juste possible de tenir un rythme pareil ! Son caractère est amical, mais un peu trop excentrique à mon gout !

Enfin, il ya la rencontre qui va tout changer : celle entre Ryuuji et Taiga Aisaka ! Taiga est une boule d’énergie et de colère qui va secouer l’école toute entière ! Abandonnée par ses parents, elle vit seule …et se trouve être la voisine d’immeuble de Ryuuji ! Sous prétexte de s’aider pour leurs crush respectifs, il vont développer une amitié amoureuse aussi volcanique que pétillante ! Taiga et Ryuuji ont beaucoup plus en commun quon ne pourrait le croire. Tout deux ont un passé familial amer, et ne supportent pas d’être pris pour ce qu’ils ne sont pas. 

Cet animé aborde des thèmes intemporels: Amours naissants, préjugés, amitiés, mais aussi la peur de l’abandon, les conflits familiaux, et une certaine hypocrisie.

En parlant de ça, un autre personnage incarne parfaitement ce mot: Ami KawashimaJeune top modèle qui laisse sa carrière entre parenthèses pour s’intéresser à ses études, elle est aussi belle que froide. Elle fait la gentille en classe, mais fustige tout ce beau monde une fois son rôle fait. Alors oui, c’est bien d’avoir du caractère et d’aimer son corps, mais pas de s’en servir pour écraser les autres ! Je déteste ce genre de fille, ado ou adulte !

Heureusement, Ryuuji comme Taiga la démasquent vite et ne cessent de la remettre à sa place. Mais la jeune top modèle n’a pas dit son dernier mot ! 

Toradora est un animé pétillant, drôle et coloré ! Taiga et Ryuuji sont très beaux dans leur différence et leur façon de s’asticoter l’un l’autre pour mieux se retrouver après. J’ai beaucoup aimé !

 

« Si tu tends l’oreille » de Yoshifumi Kondo (Studio Ghibli)

Je ne remercierai jamais assez netflix d’avoir mis l’intégrale des Studio Ghibli ! Après Le Royaume des Chats place à Si tu tends l’oreille, plus réaliste, mais très touchant.

Résumé:

« Shizuku Tsukichima, une collégienne de 14 ans, est une jeune fille rêveuse et passionnée par les romans et les contes. Elle emprunte souvent des livres à la bibliothèque. Mais un jour, sur les fiches d’emprunt des romans, elle remarque qu’un mystérieux Amasawa Seiji lit exactement les mêmes ouvrages avant elle. Surprise, Shizuku veut en savoir plus sur cet inconnu. Elle fait alors par hasard la connaissance d’un jeune garçon qu’elle trouve tout d’abord exaspérant… Mais ses sentiments envers lui vont vite changer, et il va l’aider à prendre conscience de son talent d’écrivain. Si tu tends l’oreille – Mimi Wo Sumaseba est une histoire émouvante qui montre les liens se tissant entre deux jeunes adolescents, et questionne les rêves qui les animent. »

 

Mon avis:

Comme toujours, j’ai adoré ! Si tu tends l’oreille est un animé à la fois joyeux et d’une certaine mélancolie. J’y ai trouvé tout ce que j’aimais: une adolescente pleine de rêveries, une famille aimante, mais assez stricte. La mère de Shizuku doit passer un concours et ce sont ses deux filles qui doivent s’occuper du ménage. Mais Shizuku n’aide pas beaucoup, ce qui provoque des tension avec sa grande soeur.

Heureusement, il y a sa meilleure amie, Yuko Harada, et les livres, qu’elle dévore assidûment. C’est justement à la bibliothèque qu’elle se rend compte qu’un garçon lit les même livres qu’elle !

Alors bon, l’histoire entre Seiji et Shizuku est cousue de fil blanc. Mais j’ai adoré l’évolution de la jeune fille. Contrairement à Seiji, qui rêve de devenir luthier, Shizuku n’a aucune idée de son avenir. Elle vit au jour le jour. Elle lit, chante, écrit beaucoup. Mais n’a aucun projet particulier. C’est sa rencontre avec un gentil grand-père et un chat vagabond, qui vont l’aider à faire son premier vrai défi d’adulte.

Si tu tends l’oreille est un très bel hommage à l’adolescence. Ce moment où l’on s’interroge sur le sens à donner à notre vie. Il pose aussi une belle réflexion sur notre potentiel et nos rêves. 

Il y a enfin un joli clin d’oeil au Royaume des Chats, car on y retrouve la statuette du Baron ! Ici, son rôle est très différent; il va servir de détonateur à Shisuku, dont l’immagination va s’enflammer et développera son écriture. Plus que l’amour d’ado ou la famille, c’est la réalisation de soi qui est le vrai thème de cet animé.

Un bel animé pour ado et adulte car il n’est jamais trop tard pour réaliser ses rêves !

 

Le grand méchant renard (et autres contes)

Pour une fois, je profite de mon temps supplémentaire pour voir un max de films !  Et après la 3D colorée du film Légo, je passe à la douceur 2D du Grand méchant Renard !

Résumé:

« Ceux qui pensent que la campagne est un lieu calme et paisible se trompent, on y trouve des animaux particulièrement agités, un Renard qui se prend pour une poule, un Lapin qui fait la cigogne et un Canard qui veut remplacer le Père Noël. Si vous voulez prendre des vacances, passez votre chemin… »

 

Mon avis:

Le dessinateur Benjamin Renner et Patrick Imbert, s’allient pour adapter cette super BD… ainsi que deux autre contes inédits ! J’ai beaucoup aimé !

Le cadre des trois histoires se situe dans une petite ferme. Tout d’abord, nous rencontrons trois compères bien sympathiques: un lapin, un cochon et un canard qui nous font un remake fermier de 3 hommes et un couffin ! Tout ça à cause d’une cigogne flemmarde ! 

La deuxième histoire raconte comment un Renard s’allie avec le Loup pour pouvoir manger des poussins…sauf qu’à peine éclos, ils prennent le renard pour leur mère ! Une histoire tendre, mignonne avec une fin très drôle ! Mention spéciale aux poules, qui m’ont beaucoup fait rire avec leur parti « ferme-ministe » !

Enfin, le dernier est un mini-conte de Noël, plein de tendresse et de péripétie où notre trio fermier s’allient à des chiens pour faire la tournée du père Noël en pleine nuit enneigée !

Le graphisme est doux, les personnages très expressifs ! Perso j’ai adoré le renard qui a des airs de Scrat (l’écureuil de l’Âge de glace) avec sa bouille blasée et surtout toute la malchance qui lui tombe dessus !

Enfin, la morale commune à ces trois court-métrages, c’est qu’il faut garder son âme d’enfant… mais ne pas laisser les gosses sans surveillance, non plus ! Les histoires sont suffisamment courtes pour les regarder avec un enfant de 5 ou 6 ans…

Une petite douceur acidulée parfaite pour une soirée en famille !

 

La grande aventure Légo 2

Hello à tous ! S’il y a bien un avantage en ce moment, c’est qu’on peut se voir tous les films qu’on veut ! Et pour fuir la morosité, quoi de mieux qu’une bonne animation rigolote !

Résumé:

« Depuis cinq ans, Briksburg vit dans une atmosphère post-apocalyptique. Lucy se morfond, tandis qu’Emett, toujours gentil, continue sa routine habituelle. C’est alors que des envahisseurs Duplo viennent perturber ce bel équilibre. Ils enlèvent Lucy. Emmet est bien décidé à la sauver des aliens. »

Mon avis:

Sans être aussi spectaculaire que le premier, Lego 2 n’en reste pas moins divertissant et efficace ! C’est avec plaisir que j’ai retrouvé le gentil Emett, dont la naïveté est mise à rude épreuve suite à l’Invasion des Duplos ! Les références de ce film sont multiples: retour vers le futur, Jurassik Park, Batman, Le seigneur des anneaux et même le Doctor Who !

Mais la plus grande originalité est l’univers bubble gum des Duplos, qui se heurte au style plus dur de BricksBurg version Mad Max Fury Road

Ça change de voir des combats où des étoiles à paillettes gagnent contre des armes à la GI Joe ! L’univers petite fille donne un aspect peut être un peu trop niais par moment, mais pour ceux qui ont vu le premier film, c’était logique ! J’ai adoré les péripéties, l’amour maladroit entre Lucy et Emett. Mais aussi Batman, qui sort enfin de sa noirceur, l’astronaute, toujours obsédé par ses vaisseaux, ou encore la petite chatte-licorne, toujours aussi imprévisible !

Les nouveaux personnages sont plutôt bien choisis: tout d’abord, il y a cet étrange cosmonaute à casque, dont on ne connait pas le visage. puis, la Reine, un personnage qui change de forme à volonté, et enfin Rex, un bel hommage aux Gardien de La Galaxy (il faut dire que c’est le même doubleur dans la VO )

Entre Space-opéra et règlement de comptes, l’histoire est un vrai bordel organisé que j’ai pris plaisir à suivre ! 

Une suite on ne peut plus correcte, pour moi ! Pour le coup, j’ai prévu de voir le Batman version Légo ! J’adore cette version du personnage !

 

Jumanji : Next Level

Hello à tous ! Non, je ne parlerai pas de l’actualité ! Je tiens à continuer mes chroniques, comme je l’ai toujours fait depuis 12 ans. Un peu de normalité dans ce monde de dingue ne fait de mal à personne ! 

Aujourd’hui, je vais vous parler du deuxième volet de Jumanji, que j’ai vu l’année dernière et que je n’ai toujours pas chroniqué ! Honte à moi !

Résumé: 

« L’équipe est de retour mais le jeu a changé. Alors qu’ils retournent dans Jumanji pour secourir l’un des leurs, ils découvrent un monde totalement inattendu. Des déserts arides aux montagnes enneigées, les joueurs vont devoir braver des espaces inconnus et inexplorés, afin de sortir du jeu le plus dangereux du monde. »

 

Mon avis:

J’ai pris beaucoup de plaisir à retrouver la nouvelle équipe de Jumanji ! La suite est plutôt bien tournée avec un scénario pas original, mais efficace !

Tout d’abord, Spencer déprime. Même s’il sort avec la belle Martha, le jeune homme a la nostalgie de ses aventures dans le jeu ! Sans que ses amis soient au courant, il en a conservé les morceaux cassés ! De retour pour les vacances, il répare le système et… se retrouve piégé encore une fois !

C’est là que l’histoire devient intéressante ! Contrairement à d’autres, je n’ai pas trouvé un air de « déjà vu » comme dans le premier volet ! Car, en plus de l’amitié, c’est la famille qui prend une place dominante dans le film !

En effet, non seulement, le jeu est encore plus dangereux à cause de ses « bugs », mais le grand-père de Spencer se retrouve dans le jeu de son petit-fils ! Ainsi que son ami/associé, Milo Walker, avec qui il est brouillé depuis des années…

Quelle bonne surprise de trouver Danny De Vito dans le rôle du grand-père ! Ça faisait des années que je ne l’avais pas vu dans un film et j’ai bien aimé son personnage ! De prime abord irascible et grincheux, c’est un homme qui déprime de se voir vieillir et refuse de pardonner à son ami Milo, qui selon lui, l’a « trahi ». 

Plus posé et courageux, Milo n’hésite pas à remonter les bretelles de son ami et lui fera comprendre combien l’amitié veut plus qu’une vieille brouille de 20 ans. Il est un incarné par un autre monstre sacré : Dany Glover, le pote de Mel Gibson dans L’Arme fatale ! Toujours aussi charismatique, il interpréte un homme fatigué, qui se retrouve bien malgré lui, dans un jeu aussi dangereux qu’improbable ! C’était tordant de les voir découvrir leur avatar, plus jeune et vigoureux que leur corps réel !

De son côté, le jeune Spencer déchante complètement et devra affronter de nouveaux dangers. Heureusement, ses camarades sont beaucoup plus soudés que dans leur première aventure !

Enfin, l’univers de Jumanji s’est considérablement diversifié, avec de beaux décors, des singes furieux, des autruches, un désert, une montagne glaciale et surtout, un ennemi redoutable ! Je ne me suis pas ennuyée une seconde ! Karen Gillian est toujours aussi court vêtue et Bad-ass. Dwayne Johnson, toujours aussi expressif et Jack Black, drôle et impertinent. En revanche, j’ai plus de mal avec Nick Jonas, qui joue Alex. Son personnage, pourtant attachant, paraît fade au milieu des autres ! C’est ma seule déception !

Un très bon deuxième volet, qui promet une suite…interessante ! J’ai hâte !