Chronique lecture: Romain Puértolas

Hello à tous ! Aujourd’hui, place à une nouvelle chronique livresque ! Ça faisait longtemps ! J’avais envie de découvrir Romain Puértolas et plutôt que son célèbre fakir, j’ai opté pour son deuxième roman.

Résumé:

Alors que la jeune et jolie factrice parisienne s’apprête à se rendre à Marrakech chercher ce qu’elle a de plus précieux au monde, un volcan islandais se réveille, paralysant l’ensemble du trafic aérien européen. D’aéroports en monastère, commence alors pour elle le plus haletant et le plus prodigieux des voyage.

Mon avis:

Ce livre avait tout pour me plaire: une héroïne fraîche, un voyage, des personnages pittoresques.

Providence Dupois aurait pu être la nouvelle Amélie Poulain. Ne pouvant plus avoir d’enfants, elle fait la connaissance d’une petite fille malade, Zahera, lors d’une crise…d’appendicite. Elle s’attache à elle et décide de l’adopter. Pourquoi pas.

J’ai aimé leur complicité, leur douceur, la force de cette gamine. J’aimé la façon dont sa maladie des poumon était expliquée, comme un conte. Car c’est ça le Nuage. Un énorme nuage qui pollue son organisme et l’empêche de vivre normalement.

J’ai aussi aimé le ton de l’histoire, à la fois ironique et fantaisiste. La suite de l’histoire part tellement en live que je m’attendais à trouver une fin en barbe à Papa. J’ai adoré cette factrice en quête de maternité, prête à tout pour retrouvé sa fille adoptive. Oui, la famille n’est pas forcément une question de sang. 

Il y a aussi, Léo, son « amoureux », avec qui elle noue une jolie romance, pleine d’espoir et de péripétie. Sans parler des autres personnages aussi loufoques que déroutants que Providence va croiser sur sa route. J’aimais de plus en plus ! Et puis, il y a eu la fin et là… Pfiouuuuuuu…..

Tout est retombé comme un soufflé ! Je suis restée aussi choquée pour Libby Lomax ! Sans parler que l’auteur conclut avec une morale à 2 centimes d’euros, genre « il faut continuer à croire en nos rêves »…et patata.

Bref une grosse déception ! Si je veux du loufoque, je v’ais en tenir à David Safier !

 

coup de coeur humour: Michaël Hirsch

Hello à tous ! Aujourd’hui, je voudrais vous parler d’un coup de coeur…français, ce qui est déjà assez rare, mais en plus en humour !

J’ai découvert Micheal Hirsch l’année dernière dans un spectacle intitulé « Pourquoi? »: Révélation totale ! Un humour tellement fin que l’on ne le comprend pas toujours du premier coup ! Ce jeune homme est un digne héritier de Raymond Devos. Il a la même poésie, les mêmes interrogations naïves. Dans ce spectacle, il nous propose toute une introspection sur la vie, de l’âge tendre à la vieillesse Une vraie petite perle ! J’ai tout simplement adoré ! Je vous mets la bande-annonce ci-dessous :

Michaël Hirsch, né le à Metz, est un comédien, humoriste, auteur et chroniqueur français. Il a aussi une chaîne youtube !

Depuis 2017, il tient une chronique hebdomadaire dans la matinale d’Europe 1 intitulée Lettre ou ne pas Lettre. Ces chroniques existent en livre aux éditions Plon et c’est un régal à lire ! 

Depuis l’année dernière, il fait un nouveau spectacle intitulé « Je pionce donc je suis » où il raconte l’histoire d’Isidore Beaupieu. Ou comment révolutionner le monde…grâce au sommeil et les rêves ! Tout un programme !

C’est en tout cas une belle surprise et je vous invite à le découvrir, surtout si vous en avez marre de l’humour gras ou noir !

Site officiel

chaîne youtube

Miss Fisher et la Crypte des larmes

Oh my god ! Si certains trépignent à l’arrivée du prochain Kaamelott, moi, c’est une toute autre série qui me fait fangirler comme une folle: Miss Fisher enquête va passer sur grand écran !

Après un certain succès et des projets spin off avortés, la belle enquêtrice nous revient, plus glamour que jamais, dans un film qui sortira aux États Unis demain: Miss Fisher and The Crypt of Tears !

Résumé:

« Après avoir libéré une jeune femme Bedouine d’un injuste emprisonnement à Jerusalem, Phryne Fisher et Jack Robinson partent en voyage résoudre une énigme étrange à propos d’émeraudes, de malédiction ancienne, de tribu de Shirin et  autres aventures … »

Je ne sais pas encore quand (ou si) ça sort en France mais j’aimerais beaucoup découvrir cette nouvelle aventure qui a un parfum d’Indiana Jones et de Mort sur le Nil ! 

Et vous?

 

BD du mardi: l’Homme-Bonsaï (Fred Bernard)

Hello à tous ! Aujourd’hui, place à un premier coup de coeur ! Ça faisait longtemps que je n’avais pas lu de BD et celle-ci est une bien belle trouvaille !

Résumé:

Durant une tempête, le capitaine O’Murphy et deux marins abordent un navire en perdition dans lequel est planté un arbre colossal. Incrédules, ils l’entendent lui demander d’écouter le récit de son destin tragique. Il s’appelle Amédée. Il fut enrôlé de force sur un navire pirate, puis abandonné sur une île. Là, il sentit une graine lui tomber sur la tête, et, très lentement, se transforma en arbre...

Mon avis:

Wow ! superbe découverte !

Un vieux capitaine raconte dans un bar une rencontre troublante et invraisemblable. Il dit avoir rencontré un arbre qui parle, planté au milieu d’un navire en pleine mer. Cet arbre aurait été autrefois un homme: Amedée. Potier de formation, son destin le projeta en mer, où il vit une existence misérable: insulté, battu, il est abandonné comme un déchet sur une ile déserte..

Là, il y retrouve un certain soulagement. Mais une petite graine tombée d’un arbre étrange va lui pousser sur la tête, envahir son corps… Mais il trouvera une aide inattendue grâce à l’art du « Bonsaï ». En taillant son arbuste comme les célèbres chinois le font depuis des siècles, il rééquilibre la part humaine et végétale, devenant ainsi une légende: l’Homme-Bonsaï.

L’histoire est poignante, les dessins de toute beauté. Je ne vais pas en écrire plus sur l’intrigue, car j’ai peur de spoiler l Ce que je peux dire c’est que la transformation du héro est vraiment saisissante et que j’ai été touchée par sa vie dure, son désespoir, sa peur, mais aussi sa colère !

Je ne connaissais pas du tout Fred Bernard et je vais me renseigner sur ces autres bd !

Si vous aimez les pirates, la culture asiatique, les histoires d’amour et de vengeance, je vous recommande cette très belle histoire

 

Le Zahir (Paulo Coelho)

Hello à tous ! Aujourd’hui , je redonne une chance à l’écrivain brésilien Paulo Coelho. Son alchimiste m’avait un peu déroutée, même si j’avais aimé le côté « conte initiatique ». Est-ceque le Zahir m’a réconciliée avec l’auteur?

Résumé

« Un célèbre écrivain tombe des nues lorsque sa femme, Esther, correspondante de guerre, disparaît mystérieusement. Elle semble l’avoir quitté pour un autre… Mais au bout de dix ans de mariage, il ne peut accepter son départ sans une véritable explication. Alors que la femme qu’il aime devient son « Zahir », son obsession, l’écrivain part en quête de lui-même. De Paris à l’Asie centrale, son périple lui ouvrira les yeux sur le véritable amour. »

Mon avis:

Il y a des livres qu’il faut savoir lire au bon moment. Et je pense que c’est le cas pour celui-ci ! S’il est moins « spirituel » que l’Alchimiste, Le Zahir explore plus les relations humaines, le couple et la façon dont chacun construit sa propre histoire.

L’histoire commence comme un roman sentimental. Un écrivain se retrouve complètement dérouté lorsque son épouse part sans explication. Esther est une femme singulière. Intelligente, qui encourage son mari à réaliser son rêve: écrire un livre

Le couple est « libre », chacun peut avoir des aventures de son côté sans que ça ne gène l’autre. Mais la disparition brutale de la jeune femme a de quoi inquiéter. En effet, Esther est correspondante de guerre, ce qui l’amène à être confrontée à de nombreux dangers.

Et bien qu’il ait une autre amante, notre héro n’arrive pas à s’enlever sa femme de sa tête. C’est là qu’elle devient son « Zahir », expression tirée d’un livre de Jorge Luis BorgesLe Zahir serait une personne ou un objet ayant le pouvoir de susciter une obsession chez tous ceux qui la voient ; c’est effectivement ce qui ce passe.

Il y a deux « périples » qui se superposent: il y a le voyage « physique », qui va de Paris à l’Asie centrale. Et le voyage « émotionnel »; chaque discussion du couple est remise en question, puis mise sous une lumière différente.

Le côté religion/spirituel est aussi présent. L’auteur réussit l’exploit d’oser critiquer sans jamais diffamer, invitant à nous faire notre propre opinion sur la question. C’est ce qui m’a le plus parlé dans ce roman !

Enfin, il y a une jolie réflexion sur l’image « idéalisée » du couple; ou plutôt, le choc entre l’image donnée aux autres, celle vue par chacun des partenaires, l’importance (ou non) du sexe dans la relation. Chaque relation est unique et libre.

Un livre original qui m’a beaucoup intriguée ! Pour le coup j’ai envie de relire « l’Alchimiste » !

Assassination Classroom

Hello à tous ! Comme vous le savez, j’adore les animés de toutes sortes et j’en ai profité récemment pour enfin découvrir le très très bon Assassination Classroom !

Assassination Classroom est un manga écrit et dessiné par Yūsei Matsui. Il a été par la suite adapté en série animé par Seiji Kishi.

L’histoire se déroule au prestigieux collège Kunugigaoka, dont le directeur, Gakuhō Asanoa une conception des plus douteuses de l’éducation.

En effet, il fait une analyse extrême de la différence entre les « forts » et les « faibles ». Pour lui, il n’y a pas de problème à la discrimination. Les élèves qui ne correspondent pas à son idéal sont mis à part. Ainsi les « moutons noirs » de toutes sorte, sont relégués dans une « classe » isolée en pleine forêt: la classe E. Elle est surnommée la « classe des « Épaves » (en vf) ou « Class End » (dans la version VO)

Mais un événement inattendu va bouleverser ses plans.

Une étrange créature, un mix improbable de pieuvre jaune à tête de smiley, déclare avoir détruit 70 % de la Lune ! Il prévoit ensuite de détruire la Terre en mars prochain pour des raisons inconnues. Il se présente ensuite au gouvernement japonais et annonce vouloir devenir le professeur principal de la classe 3-E du collège pour pouvoir les former en tant qu’assassins et éliminer une cible bien particulière : lui-même !

Les élèves de cette classe auront donc pour objectif d’assassiner leur professeur afin de sauver la Terre, la récompense étant de 10 milliards de yens.

Cependant un problème se pose : la créature se déplace à une vitesse supersonique, possède des tentacules à fonctions infinies. Il paraît indestructible, d’où son nom: Koro-sensei. Koro voulant dire « impossible à tuer » !

De plus Le gouvernement japonais va accepter, pour pouvoir le garder à l’œil à condition que Koro-sensei ne fasse pas de mal aux élèves. Sans parler d’autres tueurs à gages, bien décidés à décrocher la prime, peu importe la destruction imminente de la Terre !

Autre « problème »: Cette créature sera la seule à traiter dignement ses élève, comme un vrai professeur, ce qui va leur donner une difficulté supplémentaire. Au fur et à mesure, un véritable lien se forme entre le prof et ses apprentis assassins.

Le plus triste dans l’histoire, c’est que les vrais « monstres » sont tous humains. 

Cet animé aborde en effet, un thème qui m’est cher: la maltraitance scolaire. Entre le proviseur, prêt à toutes les bassesses pour prouver sa théorie de la loi du plus fort. Les élèves « de l’élite » qui sont « éduqués » dans la peur d’aller en classe E, qu’ils méprisent. Mais aussi la provocation et la méchanceté gratuite. Que ce soit chez les élèves ou chez les profs ! Le fils du proviseur n’a d’ailleurs rien à envier à son père côté fourberie…mais son évolution est intéressante !

Quant aux autres, les « épaves », ils ont chacun leur raisons (plus ou moins valable) d’être en classe E: difficultés scolaires, tempérament soupe au lait ou milieu modeste, chaque élève a son histoire et ses blessures. Parmi les plus intriguant ya l’élève narrateur de l’histoire: Nagisa, un ado androgyne (tiens, encore !) qui note tous les points faibles du professeur Koro. Et Karma, le rebelle provocateur dont les notes surpassent même l’Élite.

Heureusement, ils ont « chance » de compter sur Tadaomi Karasuma, un agent du Ministère de la défense qui leur sert également d’entraineur sportif. Derrière son apparente froideur, c’est un homme intègre qui aidera les élèves à se surpasser. Il y a aussi Irina Pouvanovich (surnommée « Mademoiselle Pouffe » par les élèves), une redoutable tueuse russe, qui leur enseigne l’anglais. Méfiez-vous de ses allures de poupées barbie, vous vous en mordrez les doigts !

Enfin, il y a Koro-sensei: son passé trouble et son comportement déroutant est LA grande énigme de l’histoire ! Tantôt hilarant, tantôt flippant, il est aussi imprévisible qu’attachant ! Ce personnage m’a vraiment fascinée ! Comment cet être a-t-il vu le jour? A- t-il vraiment détruit la Lune? Et pourquoi veut-il la destruction de la Terre? 

À vous de le découvrir ! En tout cas, j’ai adoré le cocktail  baston/comédie/éducation qui déménage bien ! Pas une fois je n’ai été déçue et j’ai même eu droit à des twists assez géniaux !

Un animé culte, surtout si vous aimez l’humour noir et la baston !

Retour sur terre (Mélanie Rose)

Après la belle surprise qu’a été Coup de Foudre, j’étais curieuse de découvrir un autre roman de Mélanie Rose ! Mais là je suis plus mitigée !

Résumé:

Michaela Anderson, une jeune Anglaise de 25 ans travaillant dans une compagnie d’assurances, a accepté de participer avec quelques collègues à un baptême de saut en parachute.
Au moment de s’élancer dans le vide, la dernière, elle est emportée par une bourrasque qui l’éloigne des autres…
Quand elle retrouve la terre ferme, l’aérodrome est désert, sa voiture a disparu et il fait presque nuit. C’est alors qu’elle découvre avec stupeur sa photo sur des affichettes prétendant qu’elle a disparu… il y a six ans et demi !
Qu’a-t-il bien pu se passer ? Aurait-elle perdu la raison ? Serait-elle devenue amnésique ? A-t-elle été victime d’une faille spatiotemporelle ? Mais, surtout, qu’a-t-elle bien pu faire au cours de tout ce temps ?

Mon avis:

Qu’est-ce que je viens de lire, au juste ? Une romance à suspense ? Un polar ? Un fouillis surtout ! Je n’ai pas compris où Mélanie Rose voulait en venir ! En plus, la couverture suggère un roman léger, alors qu’il n’en est rien. Et cette mention « Les fans de Sophie Kinsella vont adorer… ». Heu…Comment dire ? Je suis très sceptique, là !

Une chose est sûre: cette histoire est bien plus sombre que je m’y attendais !

Michaela est une jeune femme ordinaire, avec son boulot, son mari. Un collègue qui l’attire un peu trop pour son bien… Elle travaille dans une compagnie d’assurance et décide de faire du sport extrême pour une vente de charité.

Si ce début m’a clairement fait penser à un pseudo-Marc Lévy, la suite s’avère bien plus tortueuse et sombre ! Mais pas dans le bon sens du terme !

C’est la Chute. Au sens propre comme au figuré. Si Michaela a pris le temps d’apprécier son saut, l’atterrissage va la plonger dans un abîme d’angoisse. Car il s’est passé six ans et demi en une nuit ! Pour elle, c’est juste impossible ! Elle n’est pas tombée dans le coma, ne se souvient de rien d’autres que ce dernier saut. 

Elle découvre un entourage bien different qu’à son départ. Un mari sur la défensive. Des collègues suspicieux. Seul son collègue, Matt, va l’aider à éclaircir son passé. Comme par hasard, il est le seul qui va la croire et à l’aider. Et comme par hasard, ils se font les yeux doux dès le premier chapitre. LA romance cousue de fil blanc, quoi !

L’écriture est sobre et les chapitres sont courts. Ce qui donne, au moins, un certain confort de lecture. C’est le seul point positif que j’ai trouvé à cette histoire !

Parce que les théories vont dans tous les sens. Comme je l’ai dit, c’est un fouillis ! Il y a de bonnes idées, mais l’autrice m’a tellement embrouillée, que ça m’a énervée, à force !

Et comme, en plus, l’histoire est à la première personne, nous somme aussi sonnés que notre pauvre Michaela, incapable de trouver des réponses claires.

Mais le pire, c’est la fin: tellement invraisemblable que je suis restée en mode WTF. C’est bien beau de vouloir se démarquer en mélangeant les genres mais là c’est juste trop. 

Un roman à grand potentiel, mais qui pour moi, a été un flop !