Le livre de Perle (Timothée de Fombelle)

Et encore une splendide découverte jeunesse ! Ça faisait un moment que ce livre m’intriguait  Je remercie ma médiathèque chérie de m’avoir fait découvrir cet ouvrage !

23261332

Résumé:

« Tombé dans notre monde une nuit d’orage, un homme emprunte le nom de Joshua Perle et commence une vie d’exilé. Cette nouvelle vie fugitive, déchirée par un chagrin d’amour, est aussi une quête mystérieuse.

Au fil du siècle, Perle rassemble un trésor pour défaire le sort qui l’a conduit loin de chez lui. Mais ceux qui l’ont banni et le traquent le laisseront-ils trouver le chemin du retour?

Perle a-t-il raison de penser que la fille qu’il aime l’attend toujours là-bas? »

Mon avis:

Le moins que l’on puisse dire c’est que ce livre se démarque de toutes les histoires mêlant rêve et réalité que j’ai pu lire !

Que se passe-t-il quand les histoires (racontées au coin du feu) rencontrent la grande Histoire, bien réelle qui marque au fer rouge nos vies?

C’est ce qui arrive à notre héro, venu d’un royaume lointain qui se retrouve au coeur d’un conflict qui ne l’intéresse pas. Ce qu’il veut, c’est retrouver son amour interdit, sa Fée et son Royaume

Élevé dans une boutique de confiserie spécialisée dans les guimauves, les Perle, il prend le nom de leur fils décédé, Joshua

Si j’ai eu un peu de mal au début, je me suis vite plongée dans l’ambiance très particulière de ce livre, où le merveilleux cotoie l’aventure et où notre héro suit un vrai parcours initiatique. Mais qui est-il vraiment?

Et qui sont ces brigands qui le poursuivent ? Et son amour interdit, Oliä, est-elle vraiment une Fée ?

C’est un livre dont il m’est très dificile de parler tant il est dense et particulier. Il y a en fait plusieurs histoires qui s’alternent, se superposent pour finalement s’assembler comme un puzzle magique. 

D’un côté il y a Ilian, qu’un sort projette dans notre monde et dont le Destin promènera de part le monde à le recherche de son royaume perdu.

C’est aussi un petit garçon qui rencontre un vieil homme dans une cabane en pleine forêt… Une rencontre qui changera radicalement sa vie. 

Ou encore une Fée captive qui est prête à tout pour retrouver son Amour, même devenir humaine…

De nombreux thèmes sont abordés avec justesse et finesse: la Guerre, la Famille, l’Amour, l’Honneur, l’Injustice…mais surtout la notion de Foyer, cet endroit unique qui n’appartient qu’à nous…

En tout cas, c’est un livre très original qui change des contes habituels ! J’ai beaucoup aimé, même si ce n’est pas un coup de coeur ! 

 

Labyrinthe (1986)

Ha…Labyrinthe !!! Grand et beau classique pour qui aime les contes de fées ! 

516dfec48e84e0c58a1f2bf0bd6cc766

Résumé:

« Sarah (Jennifer Connelly ) est une adolescente passionnée de contes de fée. Un soir, elle se trouve contrainte de garder son jeune demi-frère Toby. Tentant de calmer ses pleurs en lui racontant l’histoire d’un roi des Gobelins tombé amoureux d’une jeune fille humaine, elle prononce une phrase fatidique qui emporte le bébé dans un monde imaginaire gouverné par Jareth, (David Bowie) androgyne et trouble roi des Gobelins. Elle devra le suivre dans cet univers fantastique peuplé de gobelins, lutins et fées et, pour empêcher que l’enfant ne devienne lui-même un gobelin, surmonter en moins de 13 heures les épreuves du labyrinthe de Jareth… pour lequel elle ne peut s’empêcher d’éprouver une certaine fascination. Réussira-t-elle à parcourir le labyrinthe ? »

Mon avis

Labyrinthe est un film anglo-américain réalisé par Jim Henson et sorti en 1986. Par un voeu bien malheureux, une jeune fille se fait enlever son demi-frère par le Roi des Gobelins.

Pour le récupérer, Sarah devra passer par un immense labyrinthe, tout en faisant des rencontres aussi étranges que farfelues: un Gobelin lâche et terrifié par son roi, un « monstre poilu » qui par son cri surpuissant déplace des pierres, des fées aussi sympathiques que des moustiques et une sorte de chien-chevalier qui parle comme un troubadour.

Mais surtout, Sarah devra affronter Jareth, le roi des Gobelin: personnage doucereux, troublant et ambigu, il lui donne 13 heures pour récupérer son demi-frère. Sinon, celui-ci deviendra un Gobelin. Comme un mauvais génie, Jareth lui fait miroiter une vie de princesse pour mieux l’appâter. Mais la jeune fille lui tient tête, grâce à ses amis, mais aussi le sentiment de culpabilité d’avoir fait enlever son frère. En le sauvant, elle prend ses responsabilités de grande soeur et lui demande pardon à sa manière. 

Même si le film a visuellement et musicalement vieilli, il n’en reste pas moins très agréable à visionner. L’univers est poétique et sombre; le duo Bowie/Connelly est fascinant d’intensité ! La scène du bal est un somptueux croisement entre un clip d’Annie Lennox et Cendrillon ! Et puis, j’aime quand l’héroïne se débrouille sans prince pour l’aider ! Les créatures fantastique sont à la fois touchantes et un brin inquiétantes, ce qui m’a beaucoup rappelé Monstres et Merveilles, et l’Histoire sans Fin

Bref, Labyrinthe est un superbe classique, au « couple » étrange et fascinant ! À voir et à revoir !

Jour n°3: La Forêt des coeurs glaçés

Ce n’est pas un album mais un roman jeunesse au édition du Seuil. Il rejoindra Patrick Ness et Polly Shullman dans la catégorie « Hommage aux contes de fées  » ! Anne Ursu. Retenez bien ce nom ! 

2021076083.01.LZZZZZZZ

Résumé:

Hazel et Jack aiment rêver et passent leur temps à réinventer le monde. Quand la réalité les ennuie ou leur paraît trop rude, ils se réfugient dans les jeux et les histoires qu’ils inventent, bien plus belles et amusantes que le monde des adultes qu’ils trouvent si triste ! Mais un jour, Jack disparaît, sans explication. Pour le retrouver et sauver leur amitié, Hazel entreprend un long et périlleux voyage. La voici seule dans une étrange forêt peuplée de créatures fantastiques, à la recherche du palais de glace de la Reine des neiges qui a enlevé Jack

Mon avis:

Bon, et bien voilà: encore un livre qui m’a totalement chamboulée. L’un des plus vibrants hommages aux contes de mon enfance, le tout, écrit sous forme de roman initiatique. Et cette couverture *_* ! 

Suite au divorce de ses parents, Hazel a dû changer d’école. Mis à part Jack, elle ne s’entend pas du tout avec les autres élèves et peine à s’intégrer en classe. Elle se réfugie donc dans les histoires qu’elle invente avec son meilleur ami. Mais là où d’autres jeunes filles rêvent de paillettes, de belles robes et de princes charmants, l’imagination de notre héroïne est beaucoup plus sombre: sorcières, loups, neige ensanglantée, kidnapping d’enfants, forêt enchantée…

Leur entente semblait parfaite jusqu’au jour où il change d’attitude, devient froid, cassant. Troublée et blessée, Hazel veut comprendre. Jack ne lui paraît pas dans son état normal. Aussi, lorsque celui-ci disparait, elle n’hésite pas à partir à sa recherche. Et ce d’autant plus que rien ne la retient: ni l’école, où la maîtresse, comme les élèves, la réprimandent sans cesse, ni son foyer, où sa mère la somme de grandir à tout va ! Hazel m’a, de ce fait, beaucoup fait penser à Hester Day ! Ella a le même côté fantasque et le même dédain pour le monde des adultes ! 

Là, va commencer la grande aventure ! Perdue dans une forêt mystérieuse, elle est confrontée à la violence de la réalité, ses peurs, ses doutes. Mais son affection pour Jack l’emporte pour l’emmener là où elle n’aurait jamais pensé se trouver ! Chaque rencontre lui apportera une réponse. Mais les retrouvailles seront amères, puisque Jack a été envouté par la Reine des Neiges, (la vraie, pas la gentille Elsa de Disney !), par le biais d’un éclat de miroir qu’il a reçu dans l’oeil !

Tout l’art de ce beau roman est d’entretenir le doute sur la réalité de ce que raconte Hazel. De belles références de contes de fées servent d’écrin à la recherche désespérée de la jeune fille. Ça va du vilain petit canard aux Chaussons rouges, Les 6 frères Cygnes, en passant par Hansel et Gretel ou encore le petit Poucet, le Monde de Narnia

Mais le plus beau reste le lien entre Hazel et Jack: Une vraie amitié sans ambiguité qui m’a fait chaud au coeur ! Les railleries que subissent les deux enfants à l’école m’ont beaucoup parlé: pourquoi sous prétexte qu’une fille s’entend bien avec un garçon, ils sortiraient forcément ensemble !!?? Qu’est-ce que ça pouvait m’énerver !!! J’ai aimé aussi le thème de l’adoption, qui est abordé de façon subtile et intelligente. Hazel, se sent trop dépareillée, trop différente de sa famille pour s’y sentir à sa place. 

L’écriture est fluide, poétique, très agréable à lire ! Et une fois le livre fermé, je n’ai eu qu’une envie: replonger dans mes livres d’enfant. 

Un roman triste, certes, mais profond et touchant à découvrir d’urgence !!!!

La Fantasy à l’honneur

Après l’univers romantique victorien, voici un superbe hommage à l’Heroic Fantasy : Ça va de Labyrinth à Willow, de Stardust à Coeur de Dragon, de Harry Potter à Eragon,  en passant par le très méconnu Mirror Mask, un petit OVNI cinématographique que j’ai découvert il n’y a pas longtemps ! Et puis James Mccavoy est juste épique dans le Monde de Narnia ! Très sexy je trouve ! (Rôôôô, c’est pas bien de se moquer !) La musique est un peu sirupeuse, mais un peu de guimauve, ça fait du bien, des fois !

Montage par SeltzerAddict

Contes roumains

J’ai lu des contes de plein de pays différents. Les contes roumains est incontestablement mon livre préféré: 22 contes superbement illustrés de belles peintures mélancoliques.

Un roi incapable de croire qu’un oiseau aussi banal qu’un rossignol puisse avoir un plus beau chant qu’un aigle ou un autre oiseau spectaculaire, un prince amoureux d’une nymphe, une princesse amoureuse du Soleil (et qui, en désespoir de cause, s’est transformée… en tournesol), un orphelin transformé en cerf d’or pour avoir bu à sa Source dans une forêt enchantée (non, aucun rapport avec Ranma 1/2… ) ou encore un prince sachant faire tous les métiers…

Ce livre est un vrai dépaysement, et m’a longtemps fait méditer sur l’humilité, l’amour fraternel, la difficulté de régner. Ce que j’ai beaucoup aimé aussi, c’est que les femmes sont loin d’être aussi passives que dans nos contes à nous.  Elles sont belles, intelligentes et prennent leur destin en main. Ça m’a beaucoup plu !

Les anges de Takaki

Parce qu’un peu de féerie, ça ne fait pas de mal, je voulais vous faire un billet sur une de mes illustratrices japonaises préférées: Takaki.

Originaire d’ Hokkaido, Takaki, ( Takashi Nozomi de son vrai nom) a collaboré avec le très connu Kagaya et s’est spécialisée dans les illustrations d’anges et d’oiseaux. Un univers très céleste, donc. Voici sa version des grues japonaises.

J’adore aussi ses anges, qui me rappellent certaines scènes de Vision d’Escaflowne ( quand Van Fanel déploie ses ailes) . On reconnait bien l’inspiration manga avec ses jeunes filles diaphanes aux longs cheveux et aux expressions douces et sereines…

Sans parler des animaux mythologiques, comme la licorne ou encore Pégase qui sont à couper le souffle! Même si son nom n’apparaît pas sur celui-ci:

Une artiste dont le nom est peu connu mais dont les oeuvres circulent beaucoup sur la Toile, dès qu’il est question d’ange et d’univers fantasy.  Il était temps que je la sorte de l’ombre de Kagaya quand même! 

Si cette artiste vous intéresse, je conseille fortement le joli blog dAiyana qui contient de magnifiques tableaux d’elle !

Sur ce , je vous souhaite un bon week end sous le signe de la sérénité !

 

 

 

 

Belles femmes round 3: Lady In Red

Ah les rousses…Peut-être une des beautés les plus atypiques et les plus mystérieuses. Par qui commencer? Peut-être par l’icone Nicole Kidman ? Mon dieu ces cheveux! j’ai adoré cette période frisée et sexy. Même si en blonde comme en rousse, elle reste magnifique !

promo-shoot-for-dead-calm-_3

 

Je continue avec Lidsay Lohan, avant qu’elle ne devienne une bimbo… Quel gâchis quand même. Elle était trognonne. Pourquoi teindre des cheveux aussi beaux ?

695030-lindsay-lohan-a-commence-sa-carriere-637x0-3

Gillian Anderson, l’agent Scully, dont j’ai été une grande fan. Je n’ai jamais vu le dernier film Xfiles: I Want To Believe . j’ai bien envie de réparer cette erreur.

L’actrice et top model Lily Cole, qui paraît sortir d’un conte médiéval avec son visage lunaire et sa crinière sauvage. je ne suis pas branchée mannequin d’habitude. Mais WOW! Elle est déjà surnommée « La nouvelle Cristina Ricci ».

Et enfin dans la catégorie classique hollywoodien, la première icone rousse Rita Hayworth. 

Pour moi les rousses incarnent bien davantage la femme fatale que les blondes. Après tout, la femme de Roger Rabbit était également rousse! 

Et non , je n’ai pas mis  Marcia Cross. Parce que…je ne sais pas il y a un truc qui me mets mal à l’aise dans son physique. J’espère que cette troisième partie n’est pas trop ennuyeuse. Prochain thème: les asiatiques peut-être. A suivre…