Grimm

Hello à tous ! L’automne est là. Halloween arrive bientôt. C’est pourquoi, j’ai voulu revoir une série à grand potentiel. Grimm est une série télévisée américaine de 123 épisodes de 42 minutes créée par David Greenwalt et Jim Kou.

Résumé:

Lorsqu’il découvre qu’il est l’un des derniers descendants des Grimm, une lignée de chasseurs dont les célèbres récits ne sont pas des contes mais des faits réels, l’inspecteur Nick Burckhardt se met en quête de ces créatures surnaturelles susceptibles de faire du mal aux humains. Pour Nick, c’est un monde nouveau dont il ignore les règles qu’il lui faut affronter.

 

Mon avis:

Un mélange des genres que j’adore: fantastique, contes de fée et policier ! Ne surtout pas confondre avec Once Upon A Time ! On est plus proche de Supernatural  côté ambiance ! 

Nick Burkhard est un talentueux inspecteur de police vivant dans la ville de Portland.

Lors d’une enquête d’enlèvement, il voit un suspect changer d’apparence, le temps d’un flash. Troublé, il pense d’abord que c’est la fatigue. N’ayant pour famille qu’une tante atteinte d’un cancer, il a très peur de la perdre. Ce qui le rend parfois irritable sur le terrain. Mais ses enquêtes vont prendre une tournure surnaturelle inattendue. Un danger plane sur lui et ses ancêtres …

Sa tante gravement malade, finit par lui dire la vérité: il est un « Grimm », un descendant des célèbres frères. Les contes sont réels. Un Grimm est un chasseur de créatures nommées Wesen

Les Wesen possèdent tous la particularité de conserver leur forme humaine lorsqu’elles contrôlent leurs pulsions instinctives. Seul un Grimm peut voir leur véritable apparence. C’est l’expérience troublante que va vivre Nick. 

Après la mort de sa tante, qui lui a remis une mystérieuse clé, Nick rencontre Monroe, un Blutbad (un loup-garou), qui devient son ami et l’aide à combattre toutes sortes de créatures. Dans le même temps, Nick s’efforce de cacher sa nouvelle vie à sa compagne, Juliette Silverton, ainsi qu’à son partenaire Hank Griffin.

Ce que j’aime dans cette première saison, c’est qu’elle alterne deux duos:

Nick et Hank pour l’aspect « classique » de l’enquête : perquisition, interrogatoires ect. C’est, on va dire le « duo officiel ». Hank est un très bon flic mais n’a pas du tout conscience de l’aspect surnaturel de ses enquêtes. Il a cependant une entière confiance en Nick dont il reconnait l’intuition mais pas les pouvoirs. 

Car quand on n’a affaire à du surnaturel, il est pratique d’avoir un coéquipier non humain.  Monroe est un loup-garou grincheux et capable de déceler des odeurs mieux qu’un chien policier. J’ai une préférence pour ce duo, j’avoue ! J’aime beaucoup Monroe ! Derrière son air de loup solitaire se cache un mélomane (il joue du violoncelle), un sportif et il est une mine d’information sur les créatures que va croiser Nick.

J’aime bien la construction des épisodes, qui commence toujours par une citation de conte de fée: Le petit chaperon rouge, la reine des abeilles, Barbe-Bleue ou encore Boucle d’Or. Entre les contes et la vraie vie, la frontière est mince. Et les deux sont macabres !

Les enquêtes sont efficaces mais les intrigues parfois trop faciles, du moins en ce qui concerne le début de la série. En revanche, j’aime beaucoup le côté fantastique !

Les créatures sont originales et plutôt bien faites ! L’esthétique est agréable et les acteurs assez convaincants ! C’est le jeu du « qui est humain ? qui est un Wesen? » qui est passionnant !

Certains personnages m’ont agréablement surprise par leur ambiguïté comme le supérieur de Nick, Sean Renard, qui cache bien son jeu derrière son costume impeccable ! 

Les femmes aussi sont intéressantes ! À commencer par Juliette, la petite amie de Nick au début de la série. Au début, je la trouvais assez fade mais son évolution m’a beaucoup surprise ! Il y a aussi la belle Adalind. Enfin belle..quand elle ne se transforme pas en Hexenbies (une sorcière au visage dévoré). Sa relation avec Nick est plus tortueuse que je ne l’aurais cru. Mais je n’ai pas trop accroché à leur couple !

Non, mon coup de coeur est Rosalee, une Fauchsbau (femme-renard), qui deviendra la petite amie de Monroe. Loyale et mignonne, c’est une bouffée d’air frais au milieu de tous ces monstres ! D’autant qu’elle sera d’une aide précieuse pour Nick et Hank !

Les contes sont revisités avec originalité. Le nom des créatures semblent sortir d’un vieux « Grimm-oire » ( je revendique mon humour de merde). En effet, comme il est question des contes de Grimm, tous les noms sont de consonances allemande ! Je trouve ça original !

Et le tout se déroule dans la ville de Portland, aux États Unis, ce qui change des villes bétonnées comme New York ou Londres ! Il ya des forêts, des maisons isolées..

Une bonne série pour l’automne et Halloween !

« Les Chroniques de Spiderwick » de Mark Walters (2006)

Hello à tous ! On démarre le mois d’octobre avec un joli film fantastique comme je les aimes ! C’est l’adaptation ciné d’une série de livres écrits par Holly Black et Tony DiTerlizzi.

Résumé:

« Ayant divorcé du père de ses enfants et se retrouvant à la rue, Helen Grace revient dans la maison de son enfance, la maison de sa tante Lucinda Spiderwick. Les jumeaux Jared et Simon ainsi que leur sœur Mallory, découvrent leur nouvel environnement avec effarement. Jared, le plus déluré des trois enfants, fait une découverte qui va bouleverser sa vie et celle de sa famille… »

 

Mon avis:

Une bien jolie découverte, ce petit film ! Je n’ai pas lu la série de livres mais qu’importe !

Après son divorce, Helen Grace a dû quitter New York avec ses jumeaux, Jared et Simon, et sa fille, Mallory, pour trouver refuge dans l’ancienne résidence de son grand-oncle, l’éminent naturaliste Arthur Spiderwick. La famille est clairement ébranlée, particulièrement Jared, qui refuse de croire que son père a refait sa vie ailleurs. 

Une nouvelle vie commence pour les Grace dans cette bâtisse isolée, un rien sinistre, où les trois enfants ne tardent pas à faire d’étranges rencontres. Après avoir mis à jour la cachette d’un espiègle farfadet, Jared découvre au grenier un mystérieux ouvrage, rédigé par son aïeul et orné d’illustrations d’animaux fantastiques de toutes espèces : Le Guide Arthur Spiderwick du monde merveilleux qui vous entoure.

Comme dans Gravity Falls et l’Histoire sans fin, tout commence par un livre. Le merveilleux  s’insinue joliment dans le monde réel. Visuellement, c’est un vrai sans fautes. Ogres, farfadets, griffons, fées-fleurs… Sans parler de la mystérieuse maison, une sorte de manoir délabré, que j’ai trouvé très belle ! Le tout, dans un beau cadre automnal !

Mais au delà des créatures, c’est l’aspect familial qui m’a touchée dans ce film.
Arthur Spiderwick est un naturaliste passionné qui a découvert avec étonnement et fascination le monde féérique. Il en a fait un livre, où il répertorie chaque créature. Mais sa disparition brutale a laissé bien des questions. Et une fille, Lucinda, qui a été internée.

Parallèlement, les jumeaux Jared et Simon sont en plein conflit. La grande soeur, Malory fait de l’escrime et tente vaille que vaille à soutenir leur mère, très éprouvée par le divorce. Elle ne comprend pas l’attitude de Jared, qu’elle trouve immature. Simon est le plus calme. Le plus amer aussi. Au départ, il refuse de croire son frère avec ses histoires de farfadets. Mais il sera bien obligé de le croire vu la suite des événements !

Alors oui, le film n’annonce rien de nouveau. Cependant, j’ai été touchée par les jumeaux Grace, un beau double-rôle pour Freddie Highmore ! Le jeune acteur crève l’écran ! La solidarité des frères (et de la soeur) est émouvante. La mère aussi, (Marie Louise Parker)  qui devra ouvrir les yeux sur le mal-être de son fils. J’ai beaucoup aimé l’actrice, qui n’en a pas fait des tonnes et qui a su montrer le désarroi d’une mère sans tomber dans le larmoyant ! Rien que ça, c’est un plus ! L’histoire est simple mais bien tournée. Les effets spéciaux bien faits, et la fin pas (trop) guimauve !

Un film pour ado cool et divertissant, très agréable pour démarrer l’automne !

 

Gravity Falls (Alex Hirch)

Alerte coup de coeur ! Enfin une série cartoon qui sort vraiment des sentiers battus ! Et une production Disney Chanel en plus ! Je ne connaissais pas du tout Alex Hirch mais je retiens ce nom !

Résumé

« Gravity Falls raconte les aventures des jumeaux Pines: Dipper le frère et Mabel la sœur, âgés de 12 ans et résidant à Piedmont (dans l’état de Californie). Leurs parents les envoient pour l’été chez leur grand-oncle Stan à Gravity Falls, une petite ville dans l’Oregon. Ils s’aperçoivent vite que cette petite ville recèle de nombreux secrets. Que s’y passe-t-il vraiment? »

 

Mon avis:

Habituellement, je suis plutôt animés japonais. Je n’ai plus vu de série cartoon depuis Daria et Futurama. Et bien là, je dois dire: Chapeau bas, Alex Hirch !

Dipper est un garçon malin et timide. Il est aussi très courageux et aime beaucoup sa soeur jumelle Mabel, même s’il le montre avec maladresse.

Leur arrivée dans la petite ville de Gravity Falls va changer leur vie. 

Au début, Dipper est ronchon à l’idée du travail qui l’attend à la boutique de faux monstres. D’autant que l’Oncle Stan n’est pas vraiment commode quand il enlève son sourire commercial. 

Mais Il va vite se rendre compte que Gravity Falls est une ville bien trop étrange pour s’ennuyer ! En effet, Dipper trouve un mystérieux livre avec une main à six doigts et le chiffre 3. C’est en fait un journal qui répertorie tous les « monstres » et relate de curieux événements survenus en ville..

Avec sa soeur Mabel, il va vivre des aventures trépidantes et dangereuses ! Il va aussi tomber amoureux d’une jeune fille de 15 ans, Wendy, une jolie rouquine issue d’une famille de bucherons. J’ai adoré cette fille pleine de peps, garçon manqué malgré ses cheveux ultra longs. Si elle a un petit ami, sa complicité avec Dipper est très touchante, comme une grande soeur.  

Mais mon gros coup de coeur est Mabel !

Ha…Mabel ! C’est bien simple, cette fille est une tarée droguée aux paillettes ! À la recherche d’un premier crush d’été, elle tombe amoureuse de tous les garçons qu’elle croise, même les plus bizarres. Mais si elle paraît avoir 5 ans d’âge mental, son enthousiasme et son optimisme la rendent totalement craquante ! Elle a son propre style vestimentaire (des pulls en laine colorée qu’elle fait elle-même) et devient une groupie hystérique quand elle entend son groupe préféré. Son plus grand « craquage » ne sera cependant pas pour un humain, mais un…cochon ! 

La Cabane aux mystères de l’oncle Stan (ou Mystery Shack en VO) est aussi très intrigante: une sorte de bric-à-brac de curiosités de pacotille et en même temps un lieu qui recèle certains secrets. Sinon, pourquoi la Cabane est-elle convoitée par l’inquiétant Gideon ? Enfin inquiétant… dans le genre Mini-Moi d’Austin Powers avec la coiffure d’Elvis Presley ! Mais le « vrai » méchant sera tout autre… et des plus étrange !

Parmi les employés de la boutiques, il y a Soos Rodriguez, un homme en apparence glouton et simplet, mais toujours d’attaque quant il s’agit de partir à l’aventure avec les enfants. Physiquement parlant, il ressemble à une version humaine de Patrick, l’étoile de mer dans Bob l’éponge…avec un air benêt à la Homer Simpson. Je dis ça à cause de sa passion pour la nourriture et de ses réactions parfois…infantiles !

Mais le plus mystérieux est l’oncle Stan: spécialiste d’arnaques en tout genre, il mène son musée de curiosités comme un loup de mer mène son bateau. Grincheux et rebelle, il n’hésite pas à duper les autres et il semble ne penser qu’à l’argent. La réalité est plus sombre et surtout bien plus triste que je ne l’aurais cru. Je ne spolierai pas mais tout ce que je peux dire c’est que je n’ai RIEN vu venir ! 

À la première saison, j’avais l’impression d’être dans des épisodes de Scoobidoo mais avec de vrais monstres. L’humour est déjanté et les personnages secondaires sont aussi drôles qu’attachants: Les deux flics blasés, la rivale blonde; le veux fou ou encore le premier crush d’ado. Les histoires sont rock and roll et entrainantes.. Mais la deuxième saison est juste… Wouah !!! Les créatures de Gravity Falls sont tantôt funs, tantôt flippantes ! On y trouve de tout, et surtout du n’importe quoi ! Mais dans le bon sens du terme ! Entre mystère et fantastique, humour potache et révélations coup de poing, je ne me suis pas ennuyée un seul épisode !

Le style de dessin est superbe, joyeux et sombre à la fois ! Cette série cartoon et la meilleure surprise que j’ai vu depuis longtemps ! Certains épisodes partent complètement en live et d’autres sont beaucoup plus sérieux. En plus, la casquette de Dipper n’est pas sans rappeler une autre série: Stranger Things ! Un fan ne s’y est pas trompé et a carrément fait un faux trailer live assez bien fait ! Un gros bravo à Omer Menashe !

 

Autre particularité: les épisodes fourmillent de petits détails: rien que dans le générique on trouve plein de petites infos qui se révèlent au fil de l’histoire. C’est subtil et très bien fait ! J’ai littéralement avalé les épisodes, passant du rire à la surprise et même à la tristesse ! Il n’y a que deux saisons pour l’instant. Mais je ne serais pas contre une troisième !

Bref, je ne peux que vous conseiller Gravity Falls ! Une super surprise !

 

« Ant Man » de Pleyton Reed (2015)

Je continue ma découverte de l’univers Marvel avec un nouveau héro: Ant Man ! Alors verdict?

Résumé:

Scott Lang, cambrioleur de haut vol, va devoir apprendre à se comporter en héros et aider son mentor, le Dr Hank Pym, à protéger le secret de son spectaculaire costume d’Ant-Man, afin d’affronter une effroyable menace…

 

Mon avis:

Un film touchant, drôle et efficace comme je les aime.

Scott Lang n’a pas de chance: il est plus doué pour cambrioler que pour trouver du travail.  Divorcé, il est hébergé par son ancien voisin de cellule. Il tente vainement de se ranger pour obtenir un droit de visite de sa fille Cassie, âgée de 7 ans. C’est d’autant plus compliqué que son ex-femme est remarié à un policier.

Sa rencontre avec un mystérieux docteur va lui permettre de réaliser son rêve: prouver à sa fille qu’il peut vraiment être un héro. Et pour ça, il va vivre une expérience assez inédite !  La fan de « Chérie j’ai rétréci les gosses«  que je suis a été conquise ! J’ai aussi pensé aux « Fourmis » de Bernard Werber, à cause de leur place très particulière dans cette aventure !

Entre comédie familiale et super-héros atypique, Ant Man est une belle réussite ! Son point fort, c’est est que c’est l’amour filial (et non romantique) qui domine l’histoire. Ça change et donne une toute autre profondeur aux personnages.

Car si Scott n’en mène pas large avec sa vie de famille, c’est aussi le cas pour le Dr Hank Pym. Créateur du costume de Ant Man, il a choisi Scott car c’est la seule personne qui peut être réduite sans…exploser ! Sa fille Hope s’est longtemps proposée pour endosser le costume, mais le docteur l’a toujours repoussée, pour la protéger. Ce qui aurait pu donner une relation houleuse entre elle et Scott. Mais celui-ci lui ouvrira les yeux. Étant lui-même père, Il comprend mieux que quiconque l’angoisse de Hank.

Enfin, le « méchant » de l’histoire est de loin le plus borné, tête-à-claques et méprisable que j’ai pu voir. Darren Cross est l’ancien protégé de Hank Pym. Obsédé par la découverte de son mentor, il veut reproduire la formule de rétrécissement pour la vendre au plus offrant, notamment dans l’armée. Je lui ai trouvé un petit air du jeune Lex Lutor de Smallville !

L’histoire s’enchaine très bien. De l’action, de l’humour, des secrets… ! Scott Lang m’a par ailleurs beaucoup fait penser à Peter Quill, tant dans sa personnalité que dans le style du costume ! Le casting est excellent ! Mention spéciale pour Michael Douglas, dans le rôle de Hank, toujours aussi charismatique ! 

Un très bon Marvel, encore une fois !

 

 

Tag: Ces livres que j’aurais dû lire

Aujourd’hui, place à un sympathique tag littéraire ! Ça faisait longtemps ! Merci Eleonore pour ce questionnaire !

Un livre dont un ami ne cesse de te parler: Terry Pratchett m’intrigue beaucoup ! Ça m’a l’air plus fun que Tolkien !

Un livre qui est dans ta PAL depuis une éternité mais que tu n’a toujours pas lu: Retour sur Terre de Mélanie Rose

Une série que tu as commencé mais que tu n’as pas encore eu le courage de terminer:  Les Autodafeurs de Marine Carteron

 

 

 

 

 

 

 

 

Un classique que tu pourrais aimer mais que tu n’as pas encore lu 

 

Ça fait longtemps que je n’ai pas lu de Jean Giono, j’aime bien sa plume !

Un livre que tout le monde semble avoir lu sauf toi : tous les livres de Virginie Grimaldi

Un livre qui a inspiré un film/série que tu adore mais que tu n’as pas encore lu  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un livre que tu vois partout sur Instagram mais que tu n’as pas encore lu

Ça fait bien longtemps que je vais plus sur Instagram mais à défaut, je dirais le nouveau tome des enquêtes de Comoran Strike ! Ça me fait penser que je n’ai pas encore lu La Carrière du Mal !

Comme d’habitude, je ne tague personne, mais je suis curieuse de vos réponses !

« Immortel: Ad Vitam » d’Enki Bilal (2004)

Je suis intriguée depuis longtemps par l’univers très particulier d’Enki Bilal ! Aussi, j’ai voulu voir son adaptation ciné de sa BD: La femme piège !

Résumé:

« New York 2095.
Une pyramide flottante au-dessus de Manhattan
Une population de mutants, d’extraterrestres, d’humains, réels ou synthétiques…
Une campagne électorale.
Un serial killer boulimique qui cherche un corps sain et un dieu à tête de faucon qui n’a que sept jours pour préserver son immortalité.

Un pénitencier géostationnaire qui perd un dissident subversif congelé depuis trente ans et une jeune femme sans origine connue, aux cheveux et aux larmes bleus…
Trois noms : Horus, Nikopol, Jill

Trois êtres aux destins convergeants où tout est truqué: les voix, les corps, les souvenirs.
Tout, sauf l’amour qui surgit comme une délivrance. »

 

Mon avis:

Déroutant ! C’est le premier mot qui me vient à l’esprit après avoir vu ce film !

L’histoire est un beau mélange de fantastique et de science-fiction:

En 2095, le dieu Horus, qui vit sur un vaisseau-pyramide planant au-dessus de Manhattan, est inquiet. Il n’a plus qu’une semaine pour maintenir son statut d’immortel en s’unissant à une mutante. Il jette son dévolu sur Jill, qui vient à peine d’arriver dans la mégapole. La cité est agitée : la campagne électorale pour le prochain scrutin bat son plein, et les candidats n’ont aucun scrupule pour arriver à leur fins !

Conscient que sa tête de faucon ne l’avantage guère pour séduire Jill, Horus s’incarne dans le corps de Nikopol, un détenu politique qui a passé les 30 dernières années de sa vie en cryogénie. Un curieux « ménage à trois » se met alors en place. 

J’ai juste adoré Jill, incarnée par une Linda Hardy particulièrement fascinante ! Il y a un mélange de candeur et de bad-ass chez cette femme ! Un peu comme si Alita avait fusionnée avec Leeloo, et aurait piqué le manteau noir de Trinity de Matrix !

Nikopol est un homme plutôt attachant, au final: perdu dans un monde mutant, le voilà obligé de cohabiter avec un dieu égyptien pour faire un enfant à cette femme « bleue » aussi belle qu’étrange ! Ce qui pas du goût du jeune homme, qui n’est plus maître de son corps, sans parler du fait de coucher avec une femme sans son consentement ! Mais sans le Dieu en lui, il est faible, car il a perdu une jambe ! Horus est donc pour lui, à la fois un poids et une renaissance. 

En parallèle, des meurtres hideux sont perpétrés en ville. La politique est corrompue et une doctoresse (Charlotte Rampling, surprenante !) teste des cobayes humains et mutants pour des raisons obscures…  Jill la fascine tout particulièrement ! Leur relation est cependant trop ébauchée, ce qui est dommage ! Il y avait là une ambiguïté intéressante !

Sinon l’histoire, bien que décousue, est très plaisante ! L’esthétique est particulièrement réussie pour un film des années 2000 ! Entre gris bleu et noir, je me croyait presque dans Métropolis ou Brazil ! J’ai bien aimé l’ambiance futuriste de la ville, à la fois glaçante et mélancolique.

Toutefois, comme pour « La Belle et la Bête » de Gans, il manque une certaine émotion dans l’interprétation des acteurs : seule Linda Hardy tire son épingle du jeu ! 

Un film atypique, mais bancal, qui aurait pu être bien plus développé ! Mais je ne regrette pas mon visionnage !

La femme mystère (Amanda Quick)

En attendant la suite des Autodafeurs, je me fais une petite pause romance avec le tome 2 des Ladys de Lantern Strreet, dont j’avais apprécié la première aventure !

35581681

Résumé:

« Béatrice Lockwood est médium, formée aux techniques paranormales par son mentor, le Dr Fleming. Lorsque celui-ci est assassiné, elle se rend vite compte qu’elle est épiée par un certain Joshua Gage, un étrange personnage au charme ténébreux, qui est sur la piste d’un maître-chanteur en rapport avec le meurtrier de Fleming. Afin de lui tendre un piège, il réquisitionne les talents particuliers de Béatrice. Leur enquête va les entraîner dans une aventure terrifiante, mais le danger attise les passions et, bientôt, l’alchimie brûlante qui les relie n’a rien de surnaturel. »

Mon avis:

Après Evangeline Ames, voici Béatrice Lockwood une autre agent spéciale de la compagnie Flint & Marsh. J’aime beaucoup cette agence, dont les « dames de compagnie » sont en fait des espionnes qui possèdent des « dons » particuliers.

Béatrice a commencé à gagner sa vie en se faisant passer pour une voyante. Ses dons para-normaux, sont cependant bien réels: Elle peut lire les empreintes des gens. Non pas leur taille ou leur poids mais leurs énergie psychique, qui bouillonne lorsque les intentions sont mauvaises !

Tout commence par l’assassinat de Roland Flemming, un médium qui a pris Béatrice sous son aile. Témoin du meurtre, elle est contrainte de fuir son assassin et se retrouve engagée par l’agence Flint& Marsh, qui s’est spécialisée dans le paranormal. Mais voilà que son passé la rattrape.

Sauvant in extremis sa cliente sur le point d’être enlevée, elle fait la connaissance d’un bien étrange individu, se faisant appeler Le Messager.

Joshua Gage est un ancien agent secret qui oeuvrait au service le la Couronne. Mais un tragique accident l’a rendu infirme (il boite). Il arbore une longue cicatrice au visage qui le rend très inquiétant. D’un tempérament posé, il a un passé trouble et un certain « don », mais qu’il refuse de reconnaître. Car comme tout détective, il est cartésien et ne croit qu’à la Logique. 

Au départ, il convoite Béatrice pour un sombre projet. Mais il se rend compte au fur et à mesure qu’elle est trop droite pour être une meurtrière, ni même un escroc. En fait, elle utilisait vraiment ses dons lors de ses séances. Son charme certain n’est aussi pas étranger à sa décision. Il décide donc de l’engager pour retrouver le coupable de son enquête en cours. Il va  ainsi retrouver un ancien camarade, lié au mentor de Béatrice qui va rassembler un puzzle un peu bancal mais original dans son ambiance et ses sujets abordés !

Entre secrets familiaux, dons fantastiques mais aussi jalousie et fantasme d’éternité, La femme mystère remplit bien son rôle: Une lecture romanesque et mystérieuse qui a le mérite de ne pas tomber dans le cliché de la femme soumise, ce qui est rare dans une romance historique ! Le côté fantastique est très intéressant, avec cette histoire d’aura psychique que nous laissons aussi sûrement que notre ADN sur les scènes de crimes ! J’aime assez ce concept ! La mythologie égyptienne, très présente donne une touche mystique et sombre qui m’a beaucoup plu ! 

Enfin, il y a la romance entre Béatrice et Joshua, qui se tournent autour de façon très (trop?) poussée mais ça fait partie du charme du livre ! Bon, on n’échappe pas aux scènes de sexe mais je m’y suis habituée ^^ ! Leurs joutes verbales sont toutefois très drôles dans leur côté policé ! 

J’aime le fait que Joshua ne soit pas vraiment un gentleman, sans pour autant être cruel. Il y a une vulnérabilité plaisante chez lui, qui compense joliment avec la fougue de Béatrice ! Pour une fois que les rôles sont inversés ! Le sentiment de culpabilité a aussi une place particulière chez nos deux tourtereaux, qui ont en commun la perte d’un être cher. Il n’est donc pas seulement question de séduction entre eux, il y a une complicité ! C’est très agréable !

Un livre sympa, dans la lignée du premier opus, un peu niais par moment mais ça se lit bien ! Une lecture parfaite pour l’automne par son ambiance brumeuse et fantastique !

EnregistrerEnregistrer