Dvd du week -end: « Horton » de Twentieth Century Fox (2008)

Aujourd’hui, une petite découverte animation bien sympathique ! Découvert grâce… à mon neveu de 4 ans ! Quand je pense que ce film a déjà dix ans !

Résumé:

« Imaginatif et extravagant, Horton est un éléphant qui sait prendre la vie du bon côté. Lorsqu’il entend un appel au secours en provenance d’un tout petit grain de poussière flottant dans les airs, son sang ne fait qu’un tour : il est convaincu que même s’il ne peut pas la voir, il existe une forme de vie sur ce petit bout de rien.
Horton ne se trompe pas : c’est même une ville qui y est installée, Zouville, et cette cité et ses microscopiques habitants, les Zous, sont en grand danger ! Mais lorsque Horton répand la nouvelle auprès des autres animaux de la jungle de Nool, personne ne le croit. Certains menacent même de détruire le grain de poussière !
Horton décide alors de tout faire pour protéger ses nouveaux amis et si leur monde est minuscule, leurs aventures s’annoncent gigantesques… »

 

Mon avis:

Quelle jolie découverte ! Une version moderne des Voyages de Gulliver pour les enfants !

Horton est un éléphant espiègle qui adore raconter des histoires aux autres enfants animaux. Un jour il trouve sur une petite fleur rose un grain de poussière…qui se révèle habitée par une ville entière ! Il le sait, il les a entendu !

Surexcité, il en parle d’abord aux enfants.. puis aux adultes.  Mais évidemment, personne ne le croit, en particulier une mère Kangourou, particulièrement cassante et prétentieuse. Persuadée d’avoir raison, elle persuade les autres animaux qu’il faut châtier Horton et détruire la fleur (avec son grain de poussière) !

Dans ce petit grain, se trouve  Zouville,  une mini-civisation qui m’a beaucoup fait penser au village du Grinch. Son maire, Ned McDodd  est un homme débordé, tant dans ses activités professionnelle que familiales. Entre le président du Conseil qui le prend de haut et 97 enfants (dont un seul garçon !)  à s’occuper, ses journées sont harassantes !

La rencontre entre Horton et Ned sera …tonitruante ! D’abord persuadé d’être fou, Ned finit par établir une connexion avec l’éléphant. Car la ville est en danger ! Les habitants doivent faire savoir à l’autre monde qu’ils existent vraiment s’ils ne veulent pas disparaître.

En parallèle, nous suivons aussi deux relation parent/enfant: Le maire et Jojo son fils aîné, qui se cache dans un observatoire pour « être vraiment lui-même ». Et la mère Kangourou, qui empêche systématiquement son fils de s’exprimer en le congédiant dans sa poche !

Le graphisme est rigolo et coloré; les personnages ont tous leur personnalité.La morale est mignonne et intelligente. Ça bouge, ça danse, ça se chamaille et se réconcilie. Et il y a une jolie morale sur la valeur d’une personne. 

J’ai beaucoup aimé l’ambiance joyeuse de ce film ! À découvrir en famille !

Publicités

Les mystères de Haven (série)

Je continue ma (re)découverte de séries fantastique avec Les Mystères de Haven. Et quelle découverte ! Bon déjà, l’histoire est inspirée d’un livre de Stephen King: Colorado Kid, qui m’intrigue pour le coup ! Je vais sûrement le lire un de ces jours !

Résumé

Au fin fond du Maine, aux Etats-Unis, Haven est une ville où les malédictions ont sévi pendant plusieurs décennies. L’agent du FBI Audrey Parker est chargée d’enquêter sur d’étranges phénomènes surnaturels qui ont refait surface récemment… Son arrivée va bouleverser sa vie et celles de ses habitants.

 

Mon avis:

Quelle belle surprise ! Haven est une série qui se démarque vraiment de la SF habituelle ! Ici, pas de créatures monstrueuses, d’aliens ou autres… Et pourtant !

Audrey Parker est une jeune agent du FBI. Son patron l’envoie dans la ville de Haven, dans le Maine, pour une affaire de routine. À son arrivée, elle découvre une ville en proie à des phénomènes inexpliqués. Météo imprévisible, route qui se fissure brusquement, comportements étranges…

Elle apprend que ces « phénomènes » s’étaient produits par le passé. Avec l’aide du policier local Nathan Wuornos, et du gentil malfrat Duke Crocker, elle résoudra son enquête et s’installera à Haven pour éclaircir enfin ses origines qui sont liées à cette ville singulière.

Comme le dit son titre français, c’est vraiment le mystère qui prime ! Et je dois dire que j’ai été bluffée par les idées présentes ! Déjà la ville, elle-même ! Les paysages sont magnifiques, à la fois rustiques et sauvages, avec un petit côté western par moment ! Haven, c’est comme si Storybrooke avait rencontré X-Files ! J’ai beaucoup pensé à cette série de mon adolescence par son côté mystérieux fantastique mais aussi à cause des personnages !

Audrey Parker est une sorte de croisement entre Dana Scully et Veronica Mars ! Elle est têtue, pleine de jugeote rationnelle, mais le mystère de ses origines et les phénomènes étranges de Haven vont l’amener à croire l’incroyable.

En effet certains habitants ont des pathologies assez étranges, allant de l’insensibilité physique (c’est le cas de Nathan) à la folie meurtrière qui dérègle le climat ! Appelés les « perturbés », ces personnes de contrôlent pas ce qui leur arrivent et sont aussi fragiles qu’imprévisibles.

À travers ses enquêtes, Audrey va les aider mais aussi tenter de reconstituer son passé et même… ses autres vies !

Car, comme dans Orphan Black, l’actrice principale joue plusieurs rôles différents ! Ce qui donne une intrigue fine et une ambiance assez spéciale que j’ai trouvé très réussie ! La tension et les événements montent en flèche mais on ne tombe pas pour autant dans l’horreur ou le gore ! C’est bien plus subtil que ça !

Bien sûr on n’échappe pas à la romance entre Audrey et Nathan, qui ne retrouve sa faculté à sentir (dans tous les sens du terme) qu’auprès d’elle. Mais j’ai aussi beaucoup aimé l’amitié/rivalité entre Duke et Nathan, qui se cherchent des noises depuis l’enfance ! Ces deux-là forment un duo plutôt sympathique ! J’ai un petit faible pour Duke, j’avoue ! Et pourtant, les bad boys, c’est pas mon truc d’habitude !

Mais c’est surtout l’atmosphère très particulière de Haven qui m’a plue ! Tout est dans l’ambiance, les zones d’ombres, l’ambiguïté. Les effets spéciaux sont cool sans en faire trop, privilégiant les personnes et les épreuves qu’elles traversent. La série ne manque pas  pour autant d’humour et les personnages sont très attachants !

Une série originale et drôlement sympa ! J’aime aussi beaucoup l’esthétique du générique !

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Séquence Nostalgie: « Teen Wolf » de Rod Daniel (1985)

Bien avant d’être la série à succès que l’on connait, Teen Wolf était une comédie fantastique de Rod Daniel avec Micheal J Fox dans le rôle de Scott ! J’ai voulu le voir pour mon challenge d’Halloween et je dois dire que ce film m’a déroutée plus d’une fois !

Résumé:

« Scott Howard, un adolescent menant une vie banale et monotone, n’aspire qu’à jouer au basket-ball, rencontrer des filles et faire la fête. Sa vie se retrouve chamboulée quand il découvre qu’il descend d’une longue lignée de loups-garous. Ses transformations vont attirer l’attention et Scott va s’en servir pour devenir le lycéen le plus populaire. »

 

Mon avis: 

On est bien loin de la noirceur de la série !  D’ailleurs il y a de grande différence avec cette dernière. Et ayant grandi avec Retour vers le Futur, je voulais voir un film avec le « jeune » Micheal J Fox !

Déjà, Scott Howard n’a pas été mordu mais est né loup-garou ! Il a toujours son pote Stiles, mais celui-ci est plus un joyeux fêtard qu’autre chose ! Et oubliez Lydia, Derek, Malia ou Kira. Ces personnages n’existent pas à la base ! Ils sont été créé uniquement dans la série des années 2000 ! 

Revenons au film:

La « transformation » de Scott commence avec la voix qui mue bizarrement, puis des poils lui poussent partout. Et il se sent tout bizarre…

À partir de là le film part carrément en live ! Déjà, ses camardes ne sont nullement choqués par cette nouvelle apparence, les filles se pâment devant lui. il devient même un pro du basket ! On nage en plein délire absurde où le monstre ressemble plus à un cousin de Chubaka  que le Loup-Garou du campus, (encore que l’humour déjanté est assez similaire!)

Autre incohérence, Scott s’adapte trop vite à son nouvel état et au final ne se pose pas plus de questions que ça. C’est de famille et c’est tout. Ce n’est pas ça qui l’empêchera de draguer les fille et de faire la fête ! Il n’a aucun mal à parler.

Mais surtout, et je pense que c’est le vrai message du film, c’est que peu importe l’apparence, si vous voulez changer, vous pouvez le faire. C’est là où le film surprend ! Au final, le côté Loup n’est qu’un détail. 

En conclusion, je qualifierai ce film de Nanar d’Halloween: c’est kitch, improbable et déjanté ! 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Coup de coeur: « Farscape » de Rockne S. O’Bannon

S’il y a bien une série SF (annulée) qui mériterait d’être plus connue, c’est bien celle-là ! Farscape est une série australienne diffusée du au sur Nine Network en Australie et Sci Fi Channel aux États-Unis. En France, la série a été diffusée du au sur Série Club.

Résumé:

« John Crichton est astronaute. Le jour où il part dans l’espace pour vérifier l’une de ses théories, son module est aspiré par un vortex et il se retrouve projeté dans une zone inconnue de l’univers où personne n’a jamais entendu parler ni de la terre ni des humains. Il est recueilli par un Léviathan avec à son bord trois prisonniers en train de s’échapper. Dès lors il n’aura de cesse de chercher un moyen pour pouvoir rentrer chez lui. Mais le voyage ne sera pas de tout repos car l’univers grouille de menaces plus dangereuses les unes que les autres… »

 

Mon avis:

Si elle est moins politique que Babylon 5, Farscape est indéniablement plus fun et créative ! L’épisode-pilote m’avait laissée dubitative, mais la suite m’a définitivement convaincue !

Au cours d’une expérience spatiale, un astronaute, John Crichton, se trouve projeté à travers un trou de ver dans une galaxie lointaine. Il se retrouve au milieu d’un combat opposant un vaisseau vivant, Moya, à une horde de chasseurs spatiaux appartenant à la race guerrière des Pacificateurs. Le petit vaisseau de Crichton est heurté par un chasseur pacificateur qui s’écrase sur un astéroïde. Il est ensuite happé par Moya où Crichton se retrouve en compagnie de trois prisonniers évadés : Ka D’Argo, guerrier luxan ; Pa’u Zotoh Zhaan, prêtresse delvienne et Rygel le XVIe, monarque hynérien déchu tentant de retrouver son trône.

Une pilote pacificatrice, Aeryn Sun, lancée à leur poursuite puis condamnée à l’exil par son commandant le capitaine Bialar Crais, pour avoir été trop longtemps en contact avec les fuyards, vient compléter l’équipage hétéroclite du vaisseau léviathan.

Au départ franchement dérouté, John va finir par s’attacher à cet équipage étrange et son vaisseau vivant ! Les créatures sont aussi complexe que drôles et j’ai vraiment adoré découvrir chaque extra-terrestre, que j’ai trouvé bien plus intéressants que le héro lui-même !

Tout d’abord Zhaan, la prêtresse delvienne: à la fois médecin, scientifique et religieuse, cette créature fascinante peut soigner toute formes de vie…dont le vaisseau lui-même ! Elle dégage un calme et une spiritualité étonnante et incarnera le plus souvent la voix de la raison de la série. En tout cas, elle m’a intriguée tout de suite ! L’épisode où l’on découvre sa planète et sa culture m’a émerveillée ! 

Rygel est une créature absolument GÉNIALE ! Entre sa bouille de Yoda moustachu et ses réflexions tordantes, je me suis crue dans Labyrinthe ou le Dark Cristal ! Il donne la touche d’humour cocasse et impertinent dans cet univers sombre et complexe ! Pour moi, c’est la mascotte du vaisseau !

D’Argo est de prime abord très antipathique: entre son faciès de poulpe et sa barbarie, c’est celui qui se méfiera le plus de John au départ ! Mais peu à peu, une certaine camaraderie naîtra entre eux. Il cache aussi un lourd secret, qu’il ne révélera que bien plus tard. Guerrier redoutable, son tempérament bourru m’a fait penser à une sorte de marin de l’espace. Mais bien entendu, il a aussi ses zones d’ombres et une certaine sensibilité en cas de coup dur !

Il y a aussi Aeryn Sun, une ancienne commando, et un officier de la Compagnie Icarion, du régiment Pleisar. Bien qu’elle semble être humaine, elle est en fait une sébacéenneune espèce (pratiquement) indiscernable des humains. J’avoue que j’ai du mal avec elle. Trop froide, son passé de miliaire lui a appris à ne jamais rien montrer. Sa relation avec John est un peu trop prévisible, même si le tempérament très « Lara Croft » de la jeune femme lui donne du fil à retordre ! Leur relation m’a parue trop conventionnelle dans un univers aussi original ! Vraiment dommage !

En revanche s’il y en a bien une avec qui, il a une relation des plus intéressante, c’est elle : Chianaune Nébari, ressortissante d’un empire totalitaire qui impose à ses citoyens le contrôle de leurs actions et de leurs émotions. Chiana et son frère se sont échappés de Nébari Prime, la planète capitale, mais ont été séparés et Chiana a été finalement capturée. C’est une femme sensuelle et excentrique, rebelle et rock and roll ! Ayant subit les pires tortures, elle ne supporte aucune autorité, même bienveillante. Impulsive, elle est aussi pleine de joie de vivre ! Sa relation avec John avait tellement plus de potentiel ! J’ai failli hurler de joie devant cette scène:

*Fangirling, Fangirling, Fangirling !!! *

Aeryn me parait tellement fade à côté de Chiana ! J’avoue qu’entre elle et Zhaan, mon coeur balance ! Je les trouve magnifiques toutes les deux !

 

Pilot, l’Alien le plus mystérieux de l’équipage !

L’autre particularité de cette série c’est que le vaisseau est vivant ! Moya est un Léviathan, une sorte de baleine de l’espace dont le cerveau est dirigé et lié à Pilot, un extra-terrestre à la fois navigateur, opérateur, compagnon, et qui sert de lien avec le reste de l’équipage. C’est lui qui donne une « voix » à Moya et dirige les opérations.

Moya est aussi une pacifiste et vous ne verrez pas de lance-roquettes, lasers ou autres gadgets. Sa seule manoeuvre défensive s’appelle la Combustion, ce qui lui permet de se déplacer à très grande vitesse dans l’hyper-espace. Toute cette équipe va vivre de folles aventures et se rapprocher les uns des autres. 

Chaque épisode est meilleur que le précédent, plein de surprises et très fun à regarder ! On ne sait jamais à quoi s’attendre et c’est très plaisant !

De plus, les femmes (humaines ou non) sont bien plus bad-ass que les mecs au final ! Pour le coup, j’ai très envie de donner une chance à Défiance, du même producteur !

En résumé, Farscape est une excellente série sf, plus émotionnelle que politique. Elle mérite d’être redécouverte, ne serait-ce pour les costumes et le maquillage des personnages ! 

Note: Les deux acteurs principaux, Claudia Black (Aeryn) et Ben Browder (John Chrishton) jouent aussi ensembles dans la série Stargate SG1 ! 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Tag PKJ: Le cinéma

Juste un petit Tag Ciné-livresque que j’ai trouvé sympa ! 

1) Citer un livre adapté au cinéma.

Cyrano de Bergerac de Rostand adapté par Jean-Paul Rappeneau ! Depardieu est mythique dans ce rôle ! C’est de loin, mon préféré !

2) Citer un livre que vous aimeriez voir adapté au cinéma.

Les Élémentaires de Nadia Coste, que je verrais bien en animation façon Dofus ou Avatar !

3) Citer un livre que vous avez lu avant de voir son adaptation.

Persuasion de Jane Austen. L’adaptation télé est plutôt plaisante avec Sally Hawkins (La forme de l’eau !) dans le rôle principal ! 

4) Citer un livre que vous avez lu après avoir vu son adaptation.

La saga Harry Potter ! Hé oui ! Il m’a fallu voir tous les films pour enfin me pencher sur les livres !

5) Citer un livre dont l’adaptation au cinéma porte un autre nom que le titre du livre.

« Now is good » réalisé par Ol Parker. C’est l’adaptation de « je veux vivre » de Jenny Downhamqui m’avait beaucoup plu!

6) Citer un livre dont l’adaptation vous a déçue.

Et si c’était vrai de Marc Levy adapté par Mark Waters ! Ce n’est pas une mauvaise adaptation en soi… Mais je n’ai pas compris pourquoi les noms des personnages ont été changés par rapport au livre ! Ça m’a perturbée tout le long du film ! 

7) Citer un livre dont vous avez préféré l’adaptation.

Le Seigneur des Anneaux ! Je n’ai jamais pu finir les livres mais j’ai adoré les films ! Bon. C’est super long…mais les décors/costumes/personnages sont tellement magnifiques que ça ne m’a pas gênée !

8) Quel est le dernier film adapté d’un livre que vous avez vu?

La Terre Brûlée ! Je n’ai pas encore vu le Remède Mortel,(qui est sorti enDVD) mais j’aime bien l’univers de cette saga ! 

9) Citer un livre qui fait des références au cinéma.

« Audrey Hepburn, la vie et moi » de Lucy Holliday ! Un livre frais qui donne envie de voir Diamants sur canapé ! La chronique est ici  😉

Comme d’habitude, je ne tague personne! Mais libres à vous de donner vos réponses (en commentaires ou sur vos blogs !)

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Les Trolls (Dreamworks)

Aujourd’hui, une sympathique animation Dreamworks ! Ça faisait un moment que je voulais découvrir les Trolls ! Et c’est une belle surprise !

Résumé:

Connus pour leur crête de cheveux fluos et magiques, les Trolls sont des créatures délirantes et joyeuses et surtout les rois de la pop. Mais leur monde d’arcs-en-ciel et de cupcakes est changé à jamais lorsque leur leader Poppy, accompagnée de Branche et tous ses amis, doit se lancer dans une mission de sauvetage qui l’entraînera loin de ce petit paradis.

 

Mon avis:

J’ai adoré découvrir le monde coloré des Trolls avec notamment  Poppy, une adorable troll rose, dont le père a sauvé le royaume des horribles Bergens, il y a 20 ans. Les trolls adorent chanter, faire la fêtes et les câlins. Tous, sauf Branche, un troll constamment triste et sarcastique qui, contrairement aux autres a perdu ses couleurs.

Les Bergens sont les ennemis des Trolls. Ils en font la chasse chaque année pour fêter le Trollstice, la fête du bonheur. C’est un peuple plutôt attachants, un peu à la Shrek ! On découvre que ce peuple ne pense être heureux qu’en mangeant des Trolls. Aussi, le jeune Prince est particulièrement impatient de fêter son premier Trollstice !

Le vrai méchant n’est donc pas le Roi mais un de ses conseillers, mis à la porte du Royaume il y a 20 ans pour avoir laisser s’échapper les Trolls. 

Cette animation est vraiment très sympa, tant dans son univers Buble-Gum que dans ses thèmes abordés: la prudence, la peur, les apparences mais aussi la confiance en soi, l’amitié et le bonheur. 

Mon personnage préféré est non pas Poppy mais Brigitte, la domestique Bergen amoureuse du Prince ! J’ai trouvé que ce personnage était LA surprise de ce film ! Romantique et malheureuse, elle sera une alliée inattendue dans l’opération sauvetage  des Trolls !

Les chansons sont très sympas, avec plein de références musicales : de True colors de Cindy Lauper ou encore Celebration de Kool & The Gang, et mention spéciale pour la reprise de Clint Eastwood de Gorillaz pour représenter les Bergens !

Le doublage français n’était pas (si) mauvais. L’idée de mettre Louane dans le rôle de Poppy était bien vu ! Sa voix toute douce donne une certaine sensibilité au personnage ! Je suis plus réservée pour Mike Pokora. Sa voix manquait de profondeur dans les répliques mais il s’est rattrapé pour les chants !

En bret, Troll est un cocktail vitaminé à base d’arc-en-ciel, de paillettes et de chansons sautillantes ! 

 

EnregistrerEnregistrer

DVD du week-end: « La légende du Roi Arthur » (spectacle musical)

Je continue ma découverte des légendes arthuriennes avec cette fois-ci l’adaptation en comédie musicale de Giuliano Peparani et Dove Attia  !

Résumé pris sur le site:

Aux temps anciens, le Roi de Bretagne Uther Pendragon, régnait sur un royaume prospère et paisible qui couvrait alors la Grande-Bretagne actuelle et la pointe de Bretagne française. Mais un jour, ce roi fut pris d’une passion soudaine pour l’épouse d’un de ses barons.

Merlin, le druide, son illustre conseiller, tenta de l’en détourner. Mais le roi insista tant que Merlin dût céder à sa volonté et l’aida par magie à posséder la femme qu’il désirait plus que tout au monde. En échange, Merlin exigea que le fruit de cette union lui soit confié, et neuf mois plus tard naquit un garçon nommé Arthur. Merlin confia l’enfant à un homme sage, preux chevalier, afin qu’il puisse grandir au sein d’une famille et recevoir une éducation digne et rigoureuse.

Peu de temps après, Le roi Uther fut blessé au combat. Mais avant de mourir, il planta son épée dans le roc et la nomma « Excalibur » l’épée des rois. Il jura que seul son successeur serait capable de l’en extraire. Depuis ce jour, personne ne put tirer l’épée du roc et le Royaume de Bretagne, sans roi, fut déchiré par les guerres fratricides et les attaques des Saxons aux frontières.

Mon avis:

Ça faisait un moment que ce spectacle m’intriguait ! Et ma foi, j’ai plutôt bien aimé ! Il y a un joli mélange de modernité et de celtico-médiéval !

L’histoire mêle amour, guerre, territoire, magie tout en distillant une certaine amertume chez nos héros. 

Déjà, le roi Uther Pendragon, qui aimera passionnément la Duchesse de Cornouailles au point de concevoir un enfant avec elle..par magie grâce à Merlin ! Pour protéger celui qui sera le futur Roi Arthur, il le fera adopter par un chevalier.

Sa destinée se dessine lorsqu’il sortira Excalibur, une mystérieuse épée d’un rocher, faisant de lui le nouveau Roi de Bretagne. Avec le mage Merlin pour guide, il est éduqué à sa nouvelle fonction. Mais dans l’ombre, une sorcière veille… Morgane !

La demi-soeur d’Arthur est en effet particulièrement vile dans cette version !! Dès le début, elle joue double jeu, feignant la fraternité avec Arthur pour mieux le piéger.

Arthur y est un homme enthousiaste mais trop vite emporté par un Destin aussi grandiose que lourd. Son coup de foudre pour la belle Guenièvre provoquera la colère de Merlin, l’avertissant de sa chute prochaine. Le Mage est en effet persuadé que la jeune femme causera sa perte et celle du royaume…

Le casting est assez plaisant, même Zaho, surprenante en Morgane ! J’étais sceptique mais ça lui va bien en fait ! Son costume m’a fait penser à Régina Mills, la méchante Reine de Once Upon A time ! C’est une femme cupide, jalouse mais surtout traumatisée par un drame familial dont Arthur est l’incarnation. 

En comparaison, Camille Lou, incarne une Guenièvre aussi lumineuse que Morgane est sombre. Une idée bien vue, étant donné que Guinevere (le nom anglais) est issu du Galois Gwenhyfar, qui signifie « Le Fantôme Blanc » ou « La Dame Blanche«  selon les traductions ! Son costume est magnifique, de loin mon préféré ! 

Elle dégage beaucoup de douceur et j’ai bien aimé son évolution. Si son amour pour Arthur est pur et loyal, sa passion pour Lancelot va la prendre totalement par surprise ! Prise entre deux feux, elle tentera de résister jusqu’au bout, et Morgane profitera de son trouble pour accomplir sa vengeance. 

Lancelot, enfin, est le Preux Chevalier dans toute sa splendeur ! Tiraillé entre son amour interdit pour la Reine et son amitié pour le Roi, il devra comme sa bien-aimée résister à la tentation et pour cela, ira jusqu’à renoncer à son rêve de chevalier! Mais une fois encore, Morgane va changer la donne avec l’aide d’un complice, le Prince Méléagant, un noble qui refuse de reconnaître Arthur pour Roi à cause de son statut de « bâtard »… Lancelot est incarné par le jeune Charlie Boisseau, absolument charmant et parfait pour le rôle ! 

Outre le mythique triangle amoureux Lancelot/Arthur/Guenièvre, il y a une réflexion très intéressante sur le conflit entre les sentiments et le devoir, la trahison, mais aussi le viol, (c’est ainsi qu’Arthur a été conçu quant même !) , la guerre  et le fait de payer les fautes de nos aînés. En ça, j’ai trouvé cette adaptation assez moderne ! Ça et le fait que Merlin lui même s’est avéré plus sombre que je ne le pensais ! 

Ajouter à cela, des jeux de lumière somptueux, de magnifiques costumes et des chorégraphies  aussi gracieuses qu’efficaces, et ça donne un cocktail très réussi !

Vous l’aurez compris, j’ai beaucoup apprécié ce spectacle sans temps morts où les femmes sont au final plus fortes que les hommes dans leur détermination !