Le grand méchant renard (et autres contes)

Pour une fois, je profite de mon temps supplémentaire pour voir un max de films !  Et après la 3D colorée du film Légo, je passe à la douceur 2D du Grand méchant Renard !

Résumé:

« Ceux qui pensent que la campagne est un lieu calme et paisible se trompent, on y trouve des animaux particulièrement agités, un Renard qui se prend pour une poule, un Lapin qui fait la cigogne et un Canard qui veut remplacer le Père Noël. Si vous voulez prendre des vacances, passez votre chemin… »

 

Mon avis:

Le dessinateur Benjamin Renner et Patrick Imbert, s’allient pour adapter cette super BD… ainsi que deux autre contes inédits ! J’ai beaucoup aimé !

Le cadre des trois histoires se situe dans une petite ferme. Tout d’abord, nous rencontrons trois compères bien sympathiques: un lapin, un cochon et un canard qui nous font un remake fermier de 3 hommes et un couffin ! Tout ça à cause d’une cigogne flemmarde ! 

La deuxième histoire raconte comment un Renard s’allie avec le Loup pour pouvoir manger des poussins…sauf qu’à peine éclos, ils prennent le renard pour leur mère ! Une histoire tendre, mignonne avec une fin très drôle ! Mention spéciale aux poules, qui m’ont beaucoup fait rire avec leur parti « ferme-ministe » !

Enfin, le dernier est un mini-conte de Noël, plein de tendresse et de péripétie où notre trio fermier s’allient à des chiens pour faire la tournée du père Noël en pleine nuit enneigée !

Le graphisme est doux, les personnages très expressifs ! Perso j’ai adoré le renard qui a des airs de Scrat (l’écureuil de l’Âge de glace) avec sa bouille blasée et surtout toute la malchance qui lui tombe dessus !

Enfin, la morale commune à ces trois court-métrages, c’est qu’il faut garder son âme d’enfant… mais ne pas laisser les gosses sans surveillance, non plus ! Les histoires sont suffisamment courtes pour les regarder avec un enfant de 5 ou 6 ans…

Une petite douceur acidulée parfaite pour une soirée en famille !

 

La grande aventure Légo 2

Hello à tous ! S’il y a bien un avantage en ce moment, c’est qu’on peut se voir tous les films qu’on veut ! Et pour fuir la morosité, quoi de mieux qu’une bonne animation rigolote !

Résumé:

« Depuis cinq ans, Briksburg vit dans une atmosphère post-apocalyptique. Lucy se morfond, tandis qu’Emett, toujours gentil, continue sa routine habituelle. C’est alors que des envahisseurs Duplo viennent perturber ce bel équilibre. Ils enlèvent Lucy. Emmet est bien décidé à la sauver des aliens. »

Mon avis:

Sans être aussi spectaculaire que le premier, Lego 2 n’en reste pas moins divertissant et efficace ! C’est avec plaisir que j’ai retrouvé le gentil Emett, dont la naïveté est mise à rude épreuve suite à l’Invasion des Duplos ! Les références de ce film sont multiples: retour vers le futur, Jurassik Park, Batman, Le seigneur des anneaux et même le Doctor Who !

Mais la plus grande originalité est l’univers bubble gum des Duplos, qui se heurte au style plus dur de BricksBurg version Mad Max Fury Road

Ça change de voir des combats où des étoiles à paillettes gagnent contre des armes à la GI Joe ! L’univers petite fille donne un aspect peut être un peu trop niais par moment, mais pour ceux qui ont vu le premier film, c’était logique ! J’ai adoré les péripéties, l’amour maladroit entre Lucy et Emett. Mais aussi Batman, qui sort enfin de sa noirceur, l’astronaute, toujours obsédé par ses vaisseaux, ou encore la petite chatte-licorne, toujours aussi imprévisible !

Les nouveaux personnages sont plutôt bien choisis: tout d’abord, il y a cet étrange cosmonaute à casque, dont on ne connait pas le visage. puis, la Reine, un personnage qui change de forme à volonté, et enfin Rex, un bel hommage aux Gardien de La Galaxy (il faut dire que c’est le même doubleur dans la VO )

Entre Space-opéra et règlement de comptes, l’histoire est un vrai bordel organisé que j’ai pris plaisir à suivre ! 

Une suite on ne peut plus correcte, pour moi ! Pour le coup, j’ai prévu de voir le Batman version Légo ! J’adore cette version du personnage !

 

Jumanji : Next Level

Hello à tous ! Non, je ne parlerai pas de l’actualité ! Je tiens à continuer mes chroniques, comme je l’ai toujours fait depuis 12 ans. Un peu de normalité dans ce monde de dingue ne fait de mal à personne ! 

Aujourd’hui, je vais vous parler du deuxième volet de Jumanji, que j’ai vu l’année dernière et que je n’ai toujours pas chroniqué ! Honte à moi !

Résumé: 

« L’équipe est de retour mais le jeu a changé. Alors qu’ils retournent dans Jumanji pour secourir l’un des leurs, ils découvrent un monde totalement inattendu. Des déserts arides aux montagnes enneigées, les joueurs vont devoir braver des espaces inconnus et inexplorés, afin de sortir du jeu le plus dangereux du monde. »

 

Mon avis:

J’ai pris beaucoup de plaisir à retrouver la nouvelle équipe de Jumanji ! La suite est plutôt bien tournée avec un scénario pas original, mais efficace !

Tout d’abord, Spencer déprime. Même s’il sort avec la belle Martha, le jeune homme a la nostalgie de ses aventures dans le jeu ! Sans que ses amis soient au courant, il en a conservé les morceaux cassés ! De retour pour les vacances, il répare le système et… se retrouve piégé encore une fois !

C’est là que l’histoire devient intéressante ! Contrairement à d’autres, je n’ai pas trouvé un air de « déjà vu » comme dans le premier volet ! Car, en plus de l’amitié, c’est la famille qui prend une place dominante dans le film !

En effet, non seulement, le jeu est encore plus dangereux à cause de ses « bugs », mais le grand-père de Spencer se retrouve dans le jeu de son petit-fils ! Ainsi que son ami/associé, Milo Walker, avec qui il est brouillé depuis des années…

Quelle bonne surprise de trouver Danny De Vito dans le rôle du grand-père ! Ça faisait des années que je ne l’avais pas vu dans un film et j’ai bien aimé son personnage ! De prime abord irascible et grincheux, c’est un homme qui déprime de se voir vieillir et refuse de pardonner à son ami Milo, qui selon lui, l’a « trahi ». 

Plus posé et courageux, Milo n’hésite pas à remonter les bretelles de son ami et lui fera comprendre combien l’amitié veut plus qu’une vieille brouille de 20 ans. Il est un incarné par un autre monstre sacré : Dany Glover, le pote de Mel Gibson dans L’Arme fatale ! Toujours aussi charismatique, il interpréte un homme fatigué, qui se retrouve bien malgré lui, dans un jeu aussi dangereux qu’improbable ! C’était tordant de les voir découvrir leur avatar, plus jeune et vigoureux que leur corps réel !

De son côté, le jeune Spencer déchante complètement et devra affronter de nouveaux dangers. Heureusement, ses camarades sont beaucoup plus soudés que dans leur première aventure !

Enfin, l’univers de Jumanji s’est considérablement diversifié, avec de beaux décors, des singes furieux, des autruches, un désert, une montagne glaciale et surtout, un ennemi redoutable ! Je ne me suis pas ennuyée une seconde ! Karen Gillian est toujours aussi court vêtue et Bad-ass. Dwayne Johnson, toujours aussi expressif et Jack Black, drôle et impertinent. En revanche, j’ai plus de mal avec Nick Jonas, qui joue Alex. Son personnage, pourtant attachant, paraît fade au milieu des autres ! C’est ma seule déception !

Un très bon deuxième volet, qui promet une suite…interessante ! J’ai hâte !

 

« Fantômes contre fantômes » de Peter Jackson (1995)

Hello à tous ! Aujourd’hui, une nouvelle chronique ciné (j’en vois pas mal en ce moment) ! Et en fan de Micheal J Fox, je me devais de voir Fantômes contre fantômes !

Résumé:

« Frank Bannister,  un architecte  devenu médium, arnaque les habitants de sa ville avec l’aide de ses amis revenants. Lorsque plusieurs habitants ont des infarctus, il est le coupable idéal aux yeux de la population. Il va devoir faire appel aux fantômes pour s’en sortir et affronter un véritable spectre-tueur… »

 

Mon avis:

Et dire que je ne connaissais de Peter Jackson que « Le Seigneur des anneaux ! Voilà un film beaucoup moins cité et c’est dommage !

L’histoire se passe en 1990, à Fairwater en Californie. Un couple se fait attaquer par une force inconnue qui dévaste leur maison et décide , à contrecoeur pour le mari d’engager un médium : Frank Bannister

Frank est un ancien architecte devenu arnaqueur. Il déplume les habitants de la ville avec une fausse carte de médium. Seul ce point n’est pas une arnaque. Frank peut réellement voir les morts depuis l’accident tragique qui a couté la vie de sa femme. Mais depuis l’apparition d’un ectoplasme se prenant pour la « Faucheuse », Frank se voit investi de la mission de l’arrêter avant que la ville ne finisse dévastée.

Quand on lit ce genre de résumé, on pourrait croire à un thriller fantastique classique. Et bien non ! 

Déjà le héro est bien plus triste qu’il ne paraît; Frank se considère responsable de la mort de sa femme. Aussi, lorsque la veuve de la dernière victime de l’ectoplasme demande son aide, il accepte. Pour moi c’est une manière de racheter sa faute. J’ai adoré le personnage, dont la voiture est un indéniable clin d’oeil à Colombo !

 La particularité de ce film, c’est que les morts sont comme les vivants: il en a des bons…comme des mauvais ! Sur ce point, j’ai trouvé le scénario original et assez cohérent dans son ensemble.

Le casting est très bon, il y a de l’humour mais aussi de beaux thèmes abordés: la culpabilité, le deuil, l’amour, la justice.Tous les acteurs sont talentueux, et le message final est très positif !

Si vous aimez les comédies à la Beetlejuice et SOS Fantômes, je conseille très fortement ce film

 

« Le nouveau Stagiaire » de Nancy Meyers

Aujourd’hui voici une chronique ciné bien sympathique ! J’ai envie de films optimistes et pétillants et j’ai trouvé une petite perle ! 

résumé:

« Ben Whittaker, veuf de 70 ans, se rend compte que la retraite ne correspond pas vraiment à l’idée qu’il s’en faisait. Dès que l’occasion se présente de reprendre du service, il postule un poste de « stagiaire senior » dans une entreprise de vente de vêtements par Internet, start-up créée et dirigée par une jeune femme survitaminée mais inexpérimentée, Jules Ostin. »

Mon avis: 

Quand le charisme de Robert de Niro rencontre la fraîcheur d’Anne Hattaway, ça donne un film qui met du baume au coeur ! Déjà, ce film aborde un thème d’actualité: la dépression des séniors. En effet, Ben n’aime pas vraiment sa vie de retraité. Il s’ennuie ferme et veut à tout prix se rendre utile. Aussi quand une entreprise de vêtement propose des stages pour séniors, il n’hésite pas à postuler…avec nos moyens actuels !

Il découvre une entreprise pleine d’énergie, des collègues sympathique et surtout la patronne: Jules Ostin.

Jules est stressée, perfectionniste, passionnée par son boulot. Elle est aussi féministe et ne supporte ni la misogynie des cadres, ni les remarques des jeunes mères de famille. Elle a beaucoup de mal à mener de front sa carrière et sa vie privée. Intéressant de voir les rôles inversés: la femme au boulot et le mari au foyer !

Ben va lui apporter une stabilité bienvenue dans sa vie, tant professionnelle qu’affective… Alors oui, ça fait très (trop?) optimiste.Mais qu’est-ce que ça fait du bien !

J’ai adoré la personnalité de Ben: discret, curieux, ouvert. Il se fait vite adopter par l’équipe, qui gagne en confiance et en organisation. Il a beaucoup de compassion pour les autres et en fait un aout majeur ! 

Pas de patronne aux dents longues, pas de coup bas entre collègues. L’entreprise est comme une seconde famille. Dont Ben serait le Tonton au grand coeur. Par sa présence bienveillante, il redonne confiance à ses collègues et leur patronne. C’est leur jolie relation qui fait tout le charme du film.

J’aurais aimé un peu plus d’humour mais dans l’ensemble, j’ai beaucoup aimé voir ces gens se serrer les coudes au lieu de se tirer dans les pattes !

Un film-doudou, que donne le sourire ! À voir après un mauvaise journée !

Nicky Larson et le parfum de Cupidon (Philippe Lacheau)

Hello à tous ! Aujourd’hui, place à la critique d’un film qui m’intriguait autant que j’appréhendais ! J’ai grandi avec Nicky Larson, donc j’étais curieuse de voir cette version live ! Et bien j’ai été très agréablement surprise !

Résumé:

« Nicky Larson est le meilleur des gardes du corps, un détective privé hors-pair. Il est appelé pour une mission à hauts risques : récupérer le parfum de Cupidon, un parfum qui rendrait irrésistible celui qui l’utilise… »

 

Mon avis:

Si la bande-annonce pouvait laisser sceptique, ne vous y fiez pas ! Nicky Larson est une excellente comédie ! Les otakus du City Hunter « originel » peuvent critiquer autant qu’ils le veulent, le fait est là: Philippe Lacheau a bien mieux cerné le personnage que Jackie Chan, et de loin ! 

Cette version live est tout autant hommage à l’animé du Club Dorothée qu’au manga d’origine ! Le duo d’acteur est excellent ! Philippe Lacheau est tour à tour drôle, ténébreux et cartoonesque dans ses mimiques ! Le tout, sans en faire trop, ce qui relève de l’exploit !

J’ai été très agréablement surprise aussi par Élodie Fontan, qui incarne une Laura très crédible ! Sensible, colérique et garçon manqué, elle a les mêmes intonation de voix que la doubleuse française de l’animé ! Et que dire de Kamel Guenfoud, en Mammouth plus vrai que nature ! Ma seule déception est Hélène, que je n’ai pas assez vue dans le film pour m’en faire une opinion.

Le scénario est aussi efficace qu’un vrai épisode de Nicky Larson. Les Guest-stars sont nombreuses mais discrètes. Mention spéciale à Paméla Anderson, à laquelle je ne m’attendais pas du tout ! 

Ce qui fait la saveur de ce film, ce sont les clins-d’oeil et multiples références au Club Dorothée ! Etant de cette génération, j’ai savouré ! Les dialogues, sur ce point sont dignes dAstérix Mission Cléopâtre ! L’humour est certes, franchouillard, mais bien plus subtil qu’on pourrait le croire ! Les délires vont loin mais n’ont jamais franchi la limite !

Les décors sont sympas, moins urbains que le Shinjuku d’origine mais ça ne m’a pas dérangé ! Les acteurs jouent bien et la chorégraphie des combats est particulièrement cool !

Une adaptation réussie, sans prétention et divertissante ! Et là, je dois dire: Chapeau, monsieur Lacheau !

 

 

 

« Kiki la petite sorcière » de Hayao Miyazaki (1989)

Après Little Witch Academia, je termine ce challenge Halloween avec ce classique des studio Ghibli !

Résumé:

« À l’âge de treize ans, une future sorcière doit partir faire son apprentissage dans une ville inconnue durant un an. Une expérience que va vivre la jeune et espiègle Kiki aux côtés de Osono, une gentille boulangère qui lui propose un emploi de livreuse. Elle y crée un service de livraison rapide par les airs, grâce à son balai…et s’y fait de nouveaux amis. »

 

Mon avis:

S’il n’est pas aussi poétique que mon voisin Totoro, cet animé contient ce qui fait la « patte » des studio Ghibli : une héroïne pétillante, une histoire simple et fraîche, de l’humour et de la tendresse.

Kiki, le personnage principal, est une jeune sorcière qui quitte le foyer familial à treize ans pour s’établir seule dans une nouvelle ville d’apparence européenne. Elle y crée un service de livraison rapide par les airs, car son seul réel pouvoir magique est sa faculté de voler, et fait de nombreuses rencontres.

Il y aura Tombo, un petit garçon en marinière, Ursula, une jeune artiste-peintre, qui vit seule dans une cabane forestière, une vieille dame et surtout Osono, la boulangère au grand coeur qui encourage Kiki à se faire des amis. Alors oui, ça fait très « monde des Bisounours » mais ça fait du bien !

Bien que Kiki soit une sorcière, le film n’est pas centré sur la magie, mais la capacité à s’intégrer et d’aider les autres à son niveau. Ce n’est pas facile de quitter le nid familial et se débrouiller seule dans une nouvelle ville !

J’ai adoré Kiki,  timide mais courageuse. Durant son voyage, elle est accompagnée de Jiji, un petit chat noir qui est son confident. C’est un peu le « Salem » de l’histoire ! (Et je ne parle pas de la nouvelle version de Sabrina)

J’ai aussi beaucoup aimé Tombo, le jeune garçon à la marinière. Comme Jean dans Nadia et le secret de l’eau bleue, il est passionné de machines volantes et de mécanique. Tombé sous le charme de Kiki, il se montrera constamment amical envers la petite sorcière, malgré sa froideur à son égard.

Je n’en dirai pas plus concernant l’intrigue mais je peux dire que j’ai beaucoup aimé la douceur et l’optimisme de cet animé ! Le graphisme est doux et même en vf, c’est mignon comme tout !

Pas le meilleur Ghibli, mais très agréable ! À voir en mode cocooning !