La couleur des sentiments (Kathryn Stockett)

Depuis le temps que ce livre m’intriguait ! Après La couleur pourpre, Beignets de tomates vertes et Sweet Sixteen, j’ai enfin lu « La couleur des sentiments » !

16048441

Résumé:

Jackson, Mississippi, 1962. Dans quelques mois, Martin Luther King marchera sur Washington pour défendre les droits civiques. Mais dans le Sud, toutes les familles blanches ont encore une bonne noire, qui a le droit de s’occuper des enfants mais pas d’utiliser les toilettes de la maison. Quand deux domestiques, aidées par une journaliste, décident de raconter leur vie au service des Blancs dans un livre, elles ne se doutent pas que la petite histoire s’apprête à rejoindre la grande, et que leur vie ne sera plus jamais la même.

Mon avis:

Un ouvrage poignant, intéressant et très attachant ! Nous suivons les aventures de 3 femmes dans Mississippi des années 60, alors considéré comme l’état le plus dur des États-Unis à l’égard des populations noires.

D’abord, Aibileen, une domestique noire de 53 ans chargée d’élever les bébés des familles blanches.  Elle porte une blessure terrible, reportant son affection sur Mae Mobley, l’enfant de sa patronne. La tendresse entre ces deux-là est vraiment bouleversante !

Minnie, autre domestique noire, est rebelle mais soumise à la violence de son mari ivrogne. C’est une femme qui n’a pas froid aux yeux, ni la langue dans sa poche, ce qui l’amènera à se faire renvoyer à plusieurs reprises et être l’objet de rumeurs douteuse.

Et enfin, Eugenia dit « Skeeter » Phelan, 23 ans, la fille blanche des propriétaires d’une plantation de coton,qui cherche à savoir ce qu’est devenue Constantine, la bonne qui l’a élevée, et à laquelle elle était très attachée, qui a quitté le service de la maison et a disparu sans explications, après ses études universitaires.

Elle manque de confiance en elle et mène une vie assez fade. Elle rêve d’être écrivain et réussi à trouver un travail. C’est le manque affectif de sa bonne qui lui donnera une idée: un livre de témoignages sur la façon dont les bonnes noires voient leur relation au quotidien avec les familles qui les emploient.

Mais à l’époque, dans cet État, les relations entre blancs et noirs étaient punies par la loi. Elle est donc loin de se douter des conséquences de son projet.

Mon personnage préféré est indéniablement Skeeter: La jeune étudiante Blanche, blessée par l’injustice du départ de sa bonne, est pleine de courage! Sa rencontre avec Aibileen est cependant assez froide au départ ! Mais peu à peu, elles s’apprivoisent et une belle amitié va prendre forme. Mais les événement s’enchainent et deviennent vite incontrôlables. Les humiliations répétées et un ras-le-bol généralisé vont donner un élan nouveau.

Pour Minnie et Aibileen, c’est l’occasion d’enfin sortir du silence. Pour Skeeter, c’est une prise de conscience qui bouleverse sa vision de la société où elle est née. Elle est peu à peu amenée à prendre ses distances envers les attitudes discriminantes des siens,tant leur attitude lui fait horreur. 

Enfin, la « raison » du départ de Constantine m’a vraiment serré le coeur ! Je n’en dirai rien (pas de spoliers !) Mais, je dirais que c’est un thème encore trop peu abordé sur cette époque ! 

Un livre passionnant et féministe qui donne envie de se bouger les fesses pour changer les choses !

L’homme qui tua Lucky Luke (BD)

,Hello à tous ! Aujourd’hui, place à une jolie curiosité BD !

29756872

Résumé:

« Par une nuit orageuse, Lucky Luke arrive dans la bourgade boueuse de Froggy Town. Comme dans de nombreuses villes de l’Ouest, une poignée d’hommes y poursuit le rêve fou de trouver de l’or. Luke souhaite y faire une halte rapide. Mais il ne peut refuser l’aide qui lui est demandée : retrouver l’or dérobé aux pauvres mineurs du coin la semaine précédente. Avec l’aide de Doc Wesnedsay, Lucky Luke mène une enquête dangereuse, car il est confronté à une fratrie impitoyable qui fait sa loi à Froggy Town, les Bone… »

Mon avis:

Matthieu Bonhomme a réussi un exploit: donner une cure de jouvence au célèbre cowboy tout en respectant ses valeurs ! Fini le Lucky Luke souriant et « jeunesse ». Ici, c’est un jeune homme blasé et même assez irascible depuis qu’il n’a plus de tabac à sa disposition…

L’ambiance est électrique à Froggy Town où notre fringuant Lucky Luke s’est arrêté. L’or des mineurs du coin aurait été dérobé par un mystérieux Indien. Il est aidé dans son enquête par Doc Wesnedsay, un vieux gentleman rongé par la maladie. Mais les magouilles des frères Bone, qui dirigent la ville, l’empêchent de mener son enquête correctement: pénurie de tabac, vol de son arme et même de son cheval !

Mais plus que les frères, c’est le père Bone qui m’a particulièrement marquée: grossier, violent, alcoolique, on sent tout de suite un malaise chez ce vieil homme qui ne communique que par coups et insultes. La scène où on le voit battre l’un de ses fils m’a autant horrifiée que révoltée. Cet homme m’a donné la chair de poule !

L’ intrigue est bien ficelée, dans une belle ambiance sombre. J’ai adoré le graphisme travaillé, et les expressions des personnages ! Et nous découvrons un Luke bien loin de son flegme habituel ! Autre détail de l’histoire: l’auteur fait la transition entre la cigarette et le brin d’herbe que notre héro porte en permanence à la bouche ! 

Un très bel hommage donc, à découvrir pour les amateurs de western ! 

Playlist du jour: Envie de partir…

J’ai emprunté l’idée de cette playlist suite à une interview de Jared Padalecki et Jensen Ackles ! voici donc ma playlist à écouter à fond en voiture !

tumblr_mouamaf5od1qmacf6o1_500

  • Kid Rock : « Cowboy »: un mélange rock/rap/country drôlement efficace !

  • Kaolin : « Partons vite », une petite mignonnerie musicale

  • Elliott Smith : « Southern Belle »: une jolie balade découverte par hasard !

  • Black Strombe : « I’m a Man » ( bon, là j’ai pensé à Jensen j’avoue ^_^)

  • Rusted Root avec « Send Me On My Way », découvert dans…« L’Âge de Glace », si, si !!

  • Gérald De Palmas avec « Sur La Route »: Grand classique de la chanson française!

  • Et enfin, Wild Cherry : Play That Funky Music, découvert cette fois-ci par le film « Évolution » avec David Duchovny ! 

Et vous, quelles musiques vous donne envie de vacances? 

tumblr_lltszzweqt1qbdfj5

 

 

 

DVD du week-end: Comme un avion

Pour ma première chronique ciné de 2017, j’ai choisi un film français pour une fois ! Et c’est la jolie affiche, qui invite au voyage, qui m’a décidée !

commeunavion2

Michel, la cinquantaine, est infographiste. Passionné par l’aéropostale, il se rêve en Jean Mermoz quand il prend son scooter. Et pourtant, lui‐même n’a jamais piloté d’avion…

Un jour, Michel tombe en arrêt devant des photos de kayak : on dirait le fuselage d’un avion. C’est le coup de foudre. En cachette de sa femme, il achète un kayak à monter soi‐même et tout le matériel qui va avec. Michel pagaie des heures sur son toit, rêve de grandes traversées en solitaire mais ne se décide pas à le mettre à l’eau. Rachelle découvre tout son attirail et le pousse alors à larguer les amarres.

Michel part enfin sur une rivière inconnue. Il fait une première escale et découvre une guinguette installée le long de la rive. C’est ainsi qu’il fait la connaissance de la patronne Laetitia, de la jeune serveuse Mila, et de leurs clients ‐ dont la principale occupation est de bricoler sous les arbres et boire de l’absinthe. Michel sympathise avec tout ce petit monde, installe sa tente pour une nuit près de la buvette et, le lendemain, a finalement beaucoup de mal à quitter les lieux…

Mon avis:

Un très joli film qui met du baume au coeur ! Nous suivons les aventures de Michel, (Bruno Podalydès, acteur/réalisateur du film), qui, encouragé par sa femme Rachelle (Sandrine Kimberlain) décide de faire un long périple en kayak.

Michel rêve d’avions et s’ennuie ferme dans son entreprise. Aussi lorsqu’il découvre sur un site l’étonnante ressemblance entre un  canoë-kayak et un « avion sans ailes », sa décision est prise: il décide de prendre le large ! Il est d’autant plus enthousiaste que sa femme l’encourage vivement à réaliser son rêve.  

Lors de son voyage, il fera la connaissance d’une galerie de personnages aussi sympathiques que drôles: du vieux pêcheur grincheux (Pierre Arditi), au groupe de sportifs.

C’est dans une belle résidence champêtre que notre héros reprend vraiment goût à la vie. La convivialité des gens, l’absinthe fait maison, Mila, (Vimala Pons) une jeune femme rêveuse et sensible…qui aime aussi les avions !

Mais c’est Leatitia, (Agnès Jaoui) la patronne de la guinguette, qui va le plus charmer notre kayakeur amateur. D’abord hésitant, Michel prend du poil de la bête, se laisse « porter par le courant » et ressort à la fois grandi et détendu de sa balade en solitaire

J’ai pris beaucoup de plaisir à voir ce film lumineux, loin du programme télé déprimant à souhait ! Certes, on peut le trouver un peu désuet, mais parfois, ça fait du bien ! En plus, le cadre estival m’a donné envie de vacances !

Une bouffée d’optimisme et de fraîcheur ! À découvrir !

Les mille et une vies d’Ali Baba (2000)

Moins médiatisé que Les Dix commandements, Roméo et Juliette, ou le myhique Notre Dame de Paris, j’étais curieuse de voir ce spectacle ! Et j’ai bien aimé, à ma grande surprise !

51hfgc114dl

Les Mille et Une Vies d’Ali Baba est un spectacle musical produit par Pierre-Alain Simon, Jean-Claude et Annette Camus est écrit et composé par Fabrice Aboulker, Thibaut Chatel, Frédéric Doll et Alain Lanty.

L’action se déroule dans une cité perdue au milieu de sables. Cet endroit résolument moderne et semblant surgir de nulle part se transforme au fil du temps pour devenir la lumineuse scène de cette éternelle comédie humaine dont seul l’amour sortira vainqueur…

resize

Tout commence à Nova-Manganor avant dirigée par les Princes mais depuis la disparition de leur fille Yasmina, qui portait un médaillon royal, ils sont tous morts de chagrin au fil du temps. Quel est cet endroit ? Une ville, un village, une cité ? Peu importe.

C’est cette belle jeune femme et un médaillon au cou, qui va venir bouleverser l’ordre établi.

J’ai beaucoup aimé ce conte oriental qui mêle danse moderne, théâtre et un mélange de genres musicaux très varié ! Yasmina est une sorte de Cendrillon orientale, achetée comme bonne à tout faire par le couple de Cassim et sa femme. Cependant, c’est Ali, le frrère de ce dernier qui tombe sous le charme de la jeune fille. Leur amour est pur et simple tandi que Cassim est un époux soumis aux caprices de sa femme, avide de pouvoir.

Aussi, lorsqu’Ali lui propose de libérer sa belle domestique en échange d’un lingot d’or, elle le regarde avec un nouvel intérêt. Mais là où tout se complique c’est que Madame Cassim veut savoir où Ali a trouvé tout cet argent. Elle est en effet décidée à racheter le palais des Princes disparus et prendre ainsi la place vacante.

Entre ruses, traîtrise, appât du gain et personnages excentriques, le spectacle est rythmé et on entre facilement dans l’intrigue. 

Mais ce qui m’a agréablement surprise c’est l’humour et la mise en scène. Plus que la musique, c’est une vraie Comédie proche de l’opérette, (c’est la première fois que je vois un HOMME porter un bustier 0_o ) avec des dialogues comme au théâtre !

Les chanteurs ont un vrai jeu d’acteur et les décors sont colorés, sans être trop kitchs.  

Un divertissement original, qui prend des libertés quant au conte, mais que j’ai trouvé bien agréable à regarder ! Ça change de la version Gérard Jugnot ! Passez de bonnes fêtes !

 

 

L’Enchanteur (René Barjavel)

Pour ce début d’hiver, je me suis promis de sortir de mes lectures habituelles et de découvrir des univers diférents. Je connaissais René Barjavel surtout pour ses livres de Fantasy/SF tels que La nuit des Temps ou encore Le grand Secret. Mais c’est d’un tout autre livre dont il est question aujourd’hui.

18306853

Résumé:

« Qui ne connaît pas Merlin ? Il se joue du temps qui passe, reste jeune et beau, vif et moqueur, tendre, pour tout dire Enchanteur. Et Viviane, la seule femme qui ne l’ait pas jugé inaccessible, et l’aime ? Galaad, dit Lancelot du Lac ? Guenièvre, son amour mais sa reine, la femme du roi Arthur ? Elween, sa mère, qui le conduit au Graal voilé ? Perceval et Bénie ? Les chevaliers de la Table Ronde ? Personne comme Barjavel, qui fait le récit de leurs amours, des exploits chevaleresques et des quêtes impossibles, à la frontière du rêve, de la légende et de l’Histoire. Dans une Bretagne mythique, il y a plus de mille ans, vivait un Enchanteur. Quand il quitta le royaume des hommes, il laissa un regret qui n’a jamais guéri. Le voici revenu. »

Mon avis:

Quelle belle découverte ! Ce livre est très certainement la version la plus surprenante des légendes arthuriennes et surtout du magicien le plus mythique qui soit: Merlin. Et l’on est bien loin de l’image du vieux sage habituel.

Le Cerf Blanc: symbole de pureté, de sagesse et de connaissance. Une autre image de Merlin !

Merlin y est mystique, jeune et beau. Il puise sa puissance et sa jeunesse au coeur de la Forêt de Brocéliande, où il se promène sous la forme d’un Cerf Blanc, annonçant aux chevaliers du royaume de poursuivre une quête: le Graal ! 

Ses origines aussi sont différentes: Merlin y est ni plus ni moins que le fils du Diable !

Quand le Dieu unique venu de Jérusalem occupa le Continent, le Diable n’arriva plus à pervertir les hommes ; il mit enceinte une vierge dans le but de donner naissance à un antéchrist, mais Dieu, voyant que l’enfant avait hérité du cœur pur de sa mère, lui laissa ses pouvoirs diaboliques.

graal-san-isidore

Devenu adulte, Merlin utilise ses pouvoirs d’enchanteur pour trouver l’homme au cœur pur capable de trouver le Château Aventureux gardé par le Roi blessé afin d’en ramener le Saint Graal et, avec lui, le bonheur et la paix parmi les hommes.

Il implique dans cette quête de nombreux chevaliers, réunis autour de la table ronde du roi Arthur ; ceux en lesquels Merlin place le plus d’espoirs sont, successivement, Arthur, Perceval, et enfin Galaad plus connu sous le nom de Lancelot du Lac.

Ces trois personnages représentent les trois modèles de chevalier existants au Moyen Âge: le chevalier guerrier, le chevalier courtois et le chevalier en quête spirituelle.

d0d793849265c91681956eb9d0cc8fc2

Cependant, Merlin, malgré ses pouvoirs et sa jeunesse éternelle, doute, souffre et succombe à l’amour de Viviane, la seule qui voit derrière l’Enchanteur l’être humain, la seule qu’il aimera et qui l’aimera pour ce qu’il est. Si l’on ne présente plus le célèbre trio amoureux Guenièvre/Arthur/Lancelot, la vie amoureuse de Merlin est beaucoup moins connue. Son amour pour la belle Viviane m’a d’autant plus passionnée ! 

Viviane

Viviane

Barjavel lui rend ses lettres de noblesse avec cette très belle histoire. Les origines de Viviane, surnommée la Dame du Lac sont aussi intéressantes: elle décendrait de Dianela déesse de la chasse dans la mythologie romaine. Ce serait Merlin lui-même qui lui aurait fait découvrir ses pouvoirs… J’ai adoré l’ambiance de la Forêt de Brocéliande, qui paraît hors du temps, avec ses arbres millénaires et sa magie cachée.

Chaque chevalier est différent et j’ai pris plaisir à les (re)découvrir, notamment Perceval, qui a été élevé en dehors de Camelot en pleine natureSa mère pressentait déjà une vie de guerre pour son enfant et l’en a écarté pour le protéger. Mais il sufira d’un brève rencontre avec un beau chevalier en armure pour sceller son destin et celui de son amour, Bénie, une jeune paysanne, aussi frêle et douce que sa mère, Bénigne est revêche et amère. 

Autre chevalier, autre caractère: Gauvain, le séducteur de ces dames ! J’ai tout de suite pensé à la version dEoin Macken sans la série Merlin ! C’est quelqu’un d’enthousiaste et d’une extrême loyauté, mais dont le penchant pour les jolies femmes constituera un frein dans la Quête du Graal.

Enfin, Lancelot, l’enfant sauvé et élevée par Viviane, qui surpassera beaucoup de chevalier mais sa relation adultère avec la Reine lui sera fatale. Un personnage assez subtil qui m’a agréablement surprise !

Quant à Guenièvre, c’est une jeune femme pleine de caractère (elle dirige quand même le royaume de Logres en l’absence d’Arthur ! ) mais aussi très seule. Pas étonnant, qu’elle ait  craqué pour le beau Lancelot, son mariage était plus par devoir. 

J’avais peur de tomber dans des descriptions assommantes à laTolkien, et bien pas du tout ! L’écriture est splendide: onirique sans tomber dans le niais ou la lourdeur. Les chapitres sont assez courts et je tournais les pages sans même m’en apercevoir. Autant vous dire que j’ai été « enchantée » par ma lecture. En plus, c’est la première fois que je me lance dans les légendes arthuriennes !

Entre Amour, combats, quête spirituelle et légendes mirifiques, L’Enchanteur est un livre étonnant qui m’a très agréablement surprise ! Pour le coup, j’ai envie de découvrir aussi Les Dames à la licorne du même auteur !