La tyrannie de la norme (Todd Rose)

Aujourd’hui, place à un ouvrage aussi intéressant qu’inattendu ! Découvert un peu par hasard, c’est le titre très pertinent qui m’a d’abord attirée !

Résumé:

À l’école, à l’université, dans l’entreprise, l’important serait d’être dans la norme. Mais vous êtes-vous déjà posé la question : cette norme, à quoi correspond-elle ? Réponse : à rien !

Et pour cause. La norme est un mythe né au XIXe siècle d’une théorie de « l’ homme moyen » , considérée aujourd’hui comme absurde et dont les conséquences peuvent se révéler néfastes.
L’apprentissage scolaire use de méthodes standardisées qui ne sont pas adaptées à nombre d’enfants ; les traitements médicaux les plus populaires ne sont efficaces que sur une proportion minime de patients ; les entreprises multiplient les tests de recrutement fondés sur des critères généralistes.
À trop chercher à nous conformer à un être standard fabriqué de toutes pièces, ne sommes-nous pas en train de nous perdre ? Qu’en est-il de notre singularité ?

Mon avis:

Voilà un thème qui serait très intéressant en sujet de philo ! Qu’est-ce que la norme ? D’où vient-elle et comment en est-elle venue à diriger notre vie quotidienne ? Todd Rose ouvre un débat salutaire sur le danger d’une société ultra formatée, « moyenne » et uniforme.

Ce livre est tout d’abord une vraie leçon d’Histoire !

En effet, Todd ne se contente pas d’une simple critique sociale. Il nous explique comment les statistiques, utilisées au départ par les scientifiques ont, peu à peu, envahi le monde professionnel, puis personnel, nous reléguant dans un « moule » où tout les hommes seraient (soit-disant) pareils et donc « égaux ». Mais égaux à quoi ? La Norme. Or, cette norme ne correspond à rien ! C’est l’un des plus grand leurre de ce siècle !

Le résultat est particulièrement dévastateur dans le système éducatif et le monde professionnel. Chaque personne étant différente, elle a son propre rythme et ses qualités propres. En gommant ces différence, pire même, en les niant, il en résulte un appauvrissement certain des entreprises (au sens humain du terme)

S’appuyant autant sur son expérience personnelle que ses recherches historiques, Todd nous propose d’élargir notre vision, sortir des sentiers battus et surtout, revaloriser notre individualité, non dans la compétition mais dans la complémentarité !

Un livre intriguant, éclairant et positif, que je relirai certainement ! 

Publicités

Journal d’un vampire en pyjama (Mathias Malzieu)

Hello à tous ! Aujourd’hui, une jolie lecture d’un artiste talentueux ! Mathias Malzieu, c’est un peu notre Tim Burton à nous ! Ayant beaucoup aimé La mécanique du coeur, j’étais curieuse de découvrir son journal de vampire en pyjama !

Résumé:

« En novembre 2013, Mathias Malzieu, qui prépare alors la sortie de son film, Jack et la mécanique du coeur, apprend qu’il souffre d’une maladie auto-immune, rare et souvent mortelle, l’aplasie médullaire, qui détruit sa moelle osseuse. Pendant l’année que va durer sa maladie, entre chimio, chambre stérile et attente d’un donneur, Mathias Malzieu tient son journal, raconte son combat contre la mort, qu’il personnifie à travers un personnage, Dame Oclès. Cette histoire d’un enfer et d’une résurrection est avant tout un hymne à la vie, porté par la langue poétique et explosive de l’auteur. »

Mon avis:

Une fois de plus, le charme opère ! J’ai beaucoup aimé la façon dont Mathias se sert de son imaginaire pour lutter contre sa maladie ! C’est une plongée intime dans sa souffrance mais aussi sa force intérieure ! J’ai été très touchée par son courage, son humour en béton armé et sa tendresse.

Comme Alice aux pays des merveilles, plus rien n’a de sens ! C’est la spirale de la maladie qui l’emporte dans son terrier de lapin maléfique. Pourquoi cette fatigue, ce froid continu ? Pourquoi l’enfermer dans une chambre stérile, alors que son projet artistique est à son point culminant ?  Entre frustration et angoisse, entre lassitude et espoir, Mathias Malzieu nous témoigne son magnifique combat contre la Dame Oclès, la Dame de coeur ultime, l’ange de la mort sournois qui le suit partout.

Comme toujours, sa plume pleine de poésie et de couleurs m’a conquise ! J’adore sa façon de jouer avec les mots comme il le fait pour sa musique ! Son récit n’est ni larmoyant, ni niais, ni condescendant. Il raconte avec son regard singulier une épreuve douloureuse et une prise de conscience sur la valeur inestimable d’être toujours en vie.

J’ai eu aussi la jolie surprise de découvrir une autre histoire: son voyage en Islande, pour fêter dignement son retour à la vie en réalisant un rêve d’enfant ! Comme Sylvain Tesson, c’est un carnet de bord où il parle des merveilles qui l’entoure; le tout agrémenté de jolies photos et des annotations pleine de joie ! 

Un très beau livre, touchant et intimiste, qui ne fait que renforcer mon admiration pour ce bel artiste ! D’ailleurs, j’ai rajouté le film « Jack et la mécanique du coeur » à ma Watch list !

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Le Cycle des Balls: la web-série qui a sauvé mon été !

C’est devenu un rituel depuis quelques temps: chaque été je me fait un binge watching de web séries ! Ayant adoré Le visiteur du futur, je voulais voir d’autres productions French nerds ! Et j’ai découvert une super trilogie !

Le Cycle des Balls qu’est-ce que c’est ?

C’est l’histoire de trois amis: Tom, Hélo et Mitch. Trois potes, une histoire, trois points de vues. 

La première saison, appelée « J’ai jamais su dire non » est l’histoire de Tom.

Fraîchement largué par sa copine Emma, Tom est en pleine déprime lorsque que son pote, Mitch, s’incruste chez lui. Mitch, c’est de prime abord le bon pote de beuverie, qui adore la bière et chiller en slip en regardant X-Files. S’inquiétant pour son ami d’enfance, il décide de l’aider à reconquérir Emma en s’improvisant coach pour, selon ses propres termes « lui faire pousser les balls ! » Car Tom a un problème: il ne sait pas dire non.

Derrière l’humour, sont abordés des thèmes d’actualité: le harcèlement sexuel au bureau, le manque de confiance en soi, l’amitié, la pression professionnelle mais aussi les relations toxiques. Car Emma est en fait une véritable garce !

Tom est un jeune homme timide et très mignon, mais son incapacité à s’imposer le conduit, bien malgré lui, à coucher avec sa patronne Roxane (surnommée La Chaudière xD). Ce qui complique encore plus ses relations avec ses collègues.

J’ai beaucoup aimé la complicité entre Tom et Mitch: leurs discussions, leurs chamailleries et la façon dont Mitch encourage Tom. Les situations sont cocasses et la fin donne un nouveau tournant dans leur relation, bien plus profonde qu’il ne paraît… 

La deuxième saison, « La Théorie des Balls » continue l’histoire mais du point de vue de Mitch, cette fois.

Mitch rêve d’écrire un bouquin sur sa « Théorie des Balls » qui mêle coaching et physique quantique. L’ayant d’abord testée sur Tom, il veut l’approfondir et en faire un Best-seller. On apprend que cette idée d’écrire un bouquin date d’un pari, au temps du lycée. 

Mitch, devenu DRH, essaie donc de faire publier sa thèse dans la maison d’édition de son amie de lycée Héloïse. Mais entre Stan, le patron hyperactif, Ralph, le comptable branleur (dans tous les sens du terme!) et Chris qui préfère écouter du « Hard Muzette » plutôt que bosser, la théorie des Balls devient vite un défi de plus en plus ardu !

Cette deuxième saison est incontestablement celle qui m’a fait le plus rigoler !

Mitch est un croisement improbable entre Sherldon Cooper (pour le côté « théorie/physique quantique), et Homer Simpson (la bedaine en moins) pour son amour de la bière, des pizzas et des soirées entre potes. Mais derrière cette façade, se trouve un homme attachant et maladroit, qui veut rendre son pote heureux, tout simplement. La période lycée est aussi super drôle, avec mention spéciale pour Slimane Baptiste Berhoun, (Tom),  méconnaissable en pseudo-punk à percings !

Les autres perso sont très sympathiques ! Oubliez Patrick Sébastien: préférez Chris ! « L’amour c’est comme un bilboquet » les gens ! 

Enfin la troisième saison, Le Secret des Balls raconte la fin de l’histoire du point de vue d’Héloïse. Et c’est là que les événements prennent une tournure plus sérieuse et sombre.

En effet Hélo souffre de troubles schizophrènes depuis la mort de sa mère. Son père, aussi impuissant que dévasté a été enrôlé dans une secte, les Raologues.

Et voilà que Mitch, qu’elle devait épouser, disparaît le jour J. Inquiète, elle fait des pieds et des mains pour le retrouver, furieuse du manque de réaction de ses amis et de Tom en particulier.  Mais les apparences sont trompeuses et peu à peu, chacun va mettre un point final à sa situation respective.

Hélo va combattre les Raologues et ouvrir les yeux de son père. Mitch revient, plus posé et adulte. Tom prend conscience de qui il est vraiment amoureux. Emma est enfin remise à sa place. Et là… la fin, les amis !!! Les retrouvailles de Tom et Mitch !!! Je ne m’attendais pas à ça (ou plutôt si ! Mais je me disais « Non…ils vont pas oser! » ET SI !! ) Et quelle scène ! GRAND moment ! C’est bien simple, j’étais comme ça: 

J’ai adoré la façon dont chacun a évolué, les thèmes abordés et la musique, qui a une place particulière ! Il y a de l’humour, des quiproquos et beaucoup de surprises ! 

Tout ça pour dire que si voulez une série française drôle, touchante, excentrique et surprenante, foncez sur youtube !

« Jésus m’aime ! » de David Safier

Après la belle surprise qu’à été « Sors de ce corps, William », j’étais curieuse de découvrir d’autres livres de l’écrivain allemand David Safier. Et là encore, c’est une bonne pioche !

Résumé:

Grand, chevelu, une barbe soigneusement taillée et des yeux très doux: quand Marie croise Joshua, elle est irrésistiblement attirée par ce charpentier au look de Bee Gees. Mais elle devra attendre pour rencontrer ses éventuels beaux-parents : il dit être Jésus. Est-ce pour cela qu’il veut chanter des psaumes à une soirée karaoké ? Qu’il tend l’autre joue quand l’ex de Marie en vient aux mains ? Qu’il propose de rompre le pain -une pizza en l’occurrence- avec le premier SDF venu ? Pas de doute, s’il est vraiment Celui qu’il prétend être, Joshua a un profond retard à rattraper après plus de 2000 ans d’absence…

Mon avis:

Je crois que j’ai trouvé mon auteur anti-déprime ! « Jésus m’aime«  est une vraie comédie, irrévérencieuse et pétillante ! Un peu comme si vous croisiez Bridget Jones et Bruce Tout Puissant

Marie est une trentenaire un peu paumée dans sa vie sentimentale. Son petit ami, Sven, semble parfait. Mais Marie garde pour elle une blessure due à son ex, Marc, qui l’a trompée et depuis, elle doute. Bien sûr, elle n’ose pas en parler à Sven. Jusqu’à ce qu’elle craque: elle dit non devant l’autel à son mariage !

En retournant vivre quelques jours chez son père, Marie va faire la connaissance d’un nouveau charpentier: Joshua. Un homme doux, gentil, idéal… Malheureusement, il dit être Jésus ! Commence alors une aventure étrange, drôle et imprévisible !

J’ai adoré l’idée du retour de Jésus à notre époque ! Les situations sont aussi drôles qu’improbables. Jésus qui chante (des psaumes) au Karaoké? Qui danse la salsa? Qui n’est jamais bourré et découvre avec délice la pizza, le Banana-Split et le Mojito ? 

Sans parler de sa manie de se laisser tabasser au lieu de se défendre, de marcher sur l’eau et de guérir les gens juste en les touchant ! Ce Christ est naïf comme un enfant, ne connais ni le mensonge, ni l’ironie mais ne manque pas d’humour !

J’ai trouvé Joshua/Jésus assez attendrissant en fait: pacifiste et (un brin) moralisateur mais complètement perdu dans notre époque moderne ! ( Le nom de Joshua n’est d’ailleurs pas choisi au hasard ! Pourquoi ? Réponse dans le livre 😉 )

Quant à Marie, elle devra se réconcilier avec son père, qui a refait sa vie avec une biello-russe. Heureusement, elle peut compter sur le soutien de sa soeur Kata, avec qui elle partage un lien très fort ! Marie est une jeune femme qui s’interroge beaucoup et son cerveau se transforme en Vaisseau Interprise, en cas de panique ! La fan que je suis a beaucoup apprécié ces passages !

Cependant, si Jésus est de retour sur Terre, ce n’est pas pour rien ! Car le Jugement approche ! Dieu (qui est une femme !) et le Diable (qui a le visage de Georges Clooney, rien que ça !) ne l’entendent pas de cette oreille ! Jésus a autre chose à faire que tomber amoureux ! Or, Marie le détourne de son chemin, et Gabriel a bien l’intention de le raisonner ! Mais Joshua veut vivre comme un être humain normal !  Sa relation avec Marie est assez touchante. Il découvre avec elle la vie humaine dans sa légèreté, sa bêtise mais aussi son humour, ses désillusions et ses lâchetés.

Marie, quant à elle, a du mal à croire, et ce, dans tous les sens du terme ! Elle manque de confiance en elle, est très maladroite et jusqu’au premier Miracle, ne voyait en Joshua qu’un homme charmant…mais bizarre. Lorsqu’elle prend conscience de la Vérité, elle oscille entre culpabilité et colère. Culpabilité d’aimer un homme inaccessible. Et Colère parce que c’est aussi un homme qui mérite une vie « ordinaire ». 

Enfin, il y a Kata, la soeur dessinatrice de Marie, dont les dessins apparaissent par intermittence dans l’histoire ! Ça c’est une belle surprise ! Les dessins ressemblent à ceux que l’on voit sur nos calendriers…sauf que les strips sont bien plus pertinents ! Au fil des dessins, on découvre qu’elle a aussi ses zones d’ombres…

L’écriture est très drôle et j’ai adoré les références, qu’elles soient bibliques ou autres ! Et bien que les événements partent un peu trop en sucette sur la fin, j’ai adoré le côté loufoque et improbable de cette histoire, qui m’a fait passer un très bon moment !

Une lecture fraîche et originale, parfaite pour se détendre sur la plage ! Le prochain livre de Safier que je vais lire m’a fait glousser rien qu’en lisant le titre !

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Crossover du jour: Clara/Spock

Après Connor et Amy, voici un autre couple geek que j’ai trouvé plutôt original: Clara et Spock ! J’adore ces deux personnages en plus ! Le montage est super bien fait, je n’avais jamais remarqué la ressemblance des deux univers au niveau des couleurs !

Auteur: River Stilinski

Note: je ne connaissais pas du tout cette reprise de Nickelback par Avril Lavigne et ma fois, c’est assez mignon, je trouve !

Pour l’amour de l’Inde (Catherine Clément)

Ha ! L‘Inde ! Quel fascinant pays qui m’intrigue depuis l’enfance ! C’est pourquoi, dès que je trouve un roman qui s’y intéresse je n’hésite pas !

Résumé:

« 1947. Le dernier des vice-rois des Indes britanniques, Lord Mountbatten, est intronisé à New-Delhi. Lady Edwina, sa femme, est l’une des grandes dames de l’aristocratie anglaise, l’une des plus libertines, et sans doute la plus émancipée. Leur interlocuteur privilégié, le pandit Nehru, vient d’être libéré de sa prison. Bientôt, il deviendra le Premier ministre de l’Inde libre. Tout semble opposer Edwina et Nehru et pourtant, entre l’Indien rebelle à l’Angleterre et la lady anglaise naît une passion impossible que Lord Mountbatten, le mari, accepte avec noblesse. Ils se débattent dans les sanglants événements qui suivent le partage des Indes en deux pays, le Pakistan et l’Inde. En quelques semaines, massacres religieux et épidémies font plus de cinq cent mille morts dans les villages et sur les routes. Seul un vieil homme de soixante-quatorze ans a compris l’imminence de ce désastre: Le Mahatma Gandhi« 

Mon avis:

Quel roman ! Je m’attendais à une banale histoire d’amour entre une blanche et un indien. Mais ce livre est bien plus que ça ! En fait l’histoire d’amour est totalement secondaire. C’est avant tout l’histoire d’un pays vers son indépendance que Catherine Clément nous raconte. 

La première rencontre de l’histoire est de taille: Gandhi ! Un Gandhi vieillissant mais toujours debout, qui se bât (sans violence) pour la paix de son pays. Hélas, Les Musulmans se déchirent contre les Hindouistes. Le sang se répand dans les deux camps. Le peuple veut son indépendance et surtout se délimiter du Pakistan.

Au milieu de tout ça, le vice Roi des Indes britanniques, Lord Louis Mountbatten, et sa femme ont traversé les tourments de la seconde guerre mondiale pour tomber dans une troisième. Une guerre intestine, irréversible qui les laissent aussi impuissants que révoltés. 

J’ai beaucoup aimé Nehru, le premier ministre de l’Inde libre, qui a reçu une éducation anglaise mais dont la guerre a changé en résistant. Il sort de prison au début de l’histoire. C’est un homme enthousiaste, cultivé qui sera tout de suite intrigué par la jeune reine Edwina. Quant à Lord Mountbatten, c’est un homme assez désabusé, qui ne comprend pas les fantaisies de sa femme ainsi que ses prises de risques !

Edwina cache un beau caractère derrière son allure de jeune fille candide. Elle s’est occupée des blessés durant la guerre et est d’autant plus secouée par les meurtres qui deviennent peu à peu quotidiens. Si elle a aimé le « Roi des Indes » à une époque, il se mue progressivement en un mélange d’agacement et de frustration. En revanche son « amour » pour Nehru m’a beaucoup plu, parce que ce n’est pas une « passion exotique ». Elle admire l’enthousiasme et la la soif de justice chez le jeune Indien qui lui, est émerveillé par la beauté et la force intérieure de la jeune femme.

Le trio amoureux est cependant en retrait par rapport au reste de l’histoire.

Malgré tout ses efforts, Gandhi finira assassiné par son propre peuple qui va approfondir encore plus ses inégalités. Mais ce sera le prix à payer pour que l’Inde ait enfin son indépendance et la séparation définitive entre Hindouistes et Musulmans. Cette bataille entre monothéisme et polythéisme m’beaucoup rappelé celle de l‘Antiquité qui opposa les Romains aux Chrétiens ! Au fond, rien n’a tellement changé au fil des siècles…

On y parle aussi une autre religion indienne plus méconnue: Le Sikhisme. Cette religion monothéiste de l’Inde a été une totale découverte pour moi ! Lors du « partage » de lInde et du Pakistan, le territoire des Sikhs se retrouve coupé en deux ; leur peuple est massacré par les Musulmans comme par les Hindous. Habituellement réservés, ils sombrent à leur tour dans la spirale de la violence et des blasphèmes allant jusqu’a égorger un cochon dans une mosquée ! Bref, lInde va s’embraser jusqu’à la folie meurtrière, déchirée entre Musulmans, Hindouistes et Sikhs. Les derniers colons anglais finiront par rentrer chez eux, apeurés et impuissants dans un pays à feu et à sang.

Mais chaque personne aimera (je ne dis pas personnages parce que c’est une histoire vraie !) à sa façon ce pays si particulier qu’est l’Inde, que ce soit pour sa culture, sa richesse…ou ses hommes ! Pour ça, le titre du livre est très bien choisi.

Un livre passionnant, mais dont le résumé n’est pas fidèle à son contenu !

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Audrey Hepburn, la vie et moi (Lucy Holliday)

Hello à tous ! Aujourd’hui, je vous présente un sympathique roman contemporain qui mêle romance, famille compliquée et une touche de surnaturel !

Résumé:

« Quand elle touche le fond, Libby Lomax connaît un remède imparable : se rouler en boule dans son canapé pour savourer un de ces films hollywoodiens dont elle est une fan inconditionnelle. Son icône absolue ? L’exquise Audrey Hepburn. Son film préféré ? Diamants sur canapé… De la pure magie…
C’est justement un de ses jours « sans » qu’une chose totalement folle se produit : Audrey Hepburn sort de l’écran ! Une Audrey Hepburn parée de sa petite robe noire, de ses perles et de son fume-cigarette. Venue aider Libby à relancer sa vie en lui prodiguant conseils d’élégance et d’art de vivre. Hallucination ? Bonne fée ?… ou charmante calamité? »

Mon avis:

Lucy Holliday n’a pas volé son nom. Son roman  m’a fait l’effet d’un film de vacances !

La plume pétille comme du champagne, les aventures de Libby sont aussi cocasses que rocambolesques ! Toutefois, je noterai un léger too much en ce qui concerne l’un des perso masculins: Dillon O Hara. S’il y a quelques moments où il peut se montrer d’une certaine maladresse… On se dit alors que « peut-être », il n’est pas si faux jeton…  mais en fait, non ! Il m’a fait beaucoup penser à Daniel Cleaver dans Bridget Jones: séduisant de prime abord mais tellement vantard qu’il en devient détestable !

Non Daniel,ce n’est pas une raison pour t’incruster ! Retourne chez ta maman tu seras gentil !

On ne peut donc pas dire que le côté romance m’ait attirée, rien de bien nouveau de ce côté ! Non, c’est l’aspect familial qui m’a le plus intéressée dans ce livre !

En effet, notre héroïne, Libby Lomax enchaîne les auditions depuis l’âge de neuf ans avec sa mère comme agent ! Une vraie galère car elle n’a souvent que des rôles de figuration, sans parler des costumes ridicules.

Sa mère est un dragon en affaire. Sa soeur est prête à se transformer en Poupée Barbie vivante si ça peut lancer sa carrière. Quant à son père écrivain, il est bien trop plongé dans son monde imaginaire pour daigner s’occuper de sa fille. 

C’est son père, cependant, qui a fait découvrir Audrey Hepburn à Libby ! Ses films lui font office de refuge, de doudou en cas de déprime. Alors, imaginez sa surprise quand elle voit l’icône du glamour sur le vieux canapé miteux qu’elle a (involontairement) hérité lors de son déménagement ! 

Rêve ou réalité ? Toujours est-il qu’Audey est une femme charmante mais un peu maladroite ! Avec elle, Libby prendra conscience qu’elle vaut mieux qu’actrice de figuration. Mais aussi prendra ses distances avec une famille qui ne lui a jamais fait prendre le temps de choisir son avenir. C’est la relation avec son père qui m’a au final le plus touchée dans sa mélancolie. Je n’en dirais pas plus ! 

Il y a aussi le triangle amoureux entre Libby, Ollie et Dillon mais comme je l’ai dit plus haut, ce n’est pas le point fort du livre. Dès le début, il m’a paru juste évident qu’Ollie serait Le Vrai Prince Charming de Libby. Il est mignon, a le coeur sur la main, fait de bon petits plats (avec une prédilection pour le fromage) et est loin de la laisser indifférente ! Toutefois, elle est aussi flattée qu’un aussi bel homme que Dillon la remarque ! Elle hésite donc beaucoup ! Mais j’espérait tout de même qu’elle choisisse Ollie.

La fin a donc d’autant plus été un coup de massue ! J’étais en mode total WTF genre ça:

C’est sans doute pour lancer le deuxième volet où notre Libby va profiter des conseils… de Marilyn Monroe 😉

Ça reste cependant une sympathique comédie romantique, dans la veine de Très Chère Sadie de Sophie Kinsella dans son côté pétillant ! Les références ciné m’ont donné très envie de découvrir Diamants sur canapé et Vacances romaines !

En tout cas, Ça NE PEUX PAS finir comme ça c’est juste pas possible ! Je vais donc m’empresser de lire la suite !