Coup de coeur animé: Violet Evergarden

Hello à tous ! Lentement, mais surement, je reprends les rennes de mon blog. Désolée pour ce rythme un peu décousu. J’ai du mal à diversifier encore mes rubriques mais ça va venir. Je n’ai pas eu de coup de coeur artistique ces deux derniers mois.  Alors je reviens à mes premiers amours: les animés japonais ! Aujourd’hui j’avais envie de vous faire part de mon dernier coup de coeur: Violet Evergarden !

413314318d38f69ead20c3346cc01919

Résumé:

Violet Evergarden, une ancienne soldate, est reconvertie en « poupée de souvenirs automatiques »: un métier qui consiste à aider les gens à rédiger des lettres retranscrivant leurs sentiments à leur proches. Par les histoires de ses « clients », la jeune fille va peu à peu trouver sa rédemption personnelle et affronter les ombres de son triste passé…

Bande-annonce

Mon avis:

Une bien jolie découverte !Violet Evergarden est une série de light novel japonais écrite par Kana Akatsuki et illustrée par Akiko Takase. C’est de l’adaptation animé de Kyoto Animation dont je vais vous parler.

L’histoire se déroule autour d’une jeune fille, Violet Evergarden. Orpheline, elle n’a connu qu’une seule chose ses 14 premières années: la Guerre. Son seul point d’ancrage était son mentor et supérieur, le Major Gilbert. La guerre finie, la jeune fille se retrouve complètement désoeuvrée. Elle se sent inutile. Mais le Destin va l’amener à une reconversion pour le moins inattendue: écrivain public, qui, dans cet animé porte le nom de Poupée de Souvenirs Automatiques. Un nom particulièrement seyant pour Violet. En effet la jeune fille, bien qu’ayant un visage angélique, a perdu toute expression et ressemble presque à une vraie poupée…aux bras mécaniques !

Mais plus que la guerre, cet animé nous propose une magnifique reconstruction psychologique !

Au début, Violet est complètement amorphe ! N’ayant connu que la noirceur de la guerre et les ordres en tout genre, elle est complètement déroutée par…le concept même des sentiments ! Une vraie « poupée de guerre ». 

Mais grâce à ses collègues et ses « clients », Violet va progressivement reconquérir sa propre humanité. Grâce aussi à son mentor, dont le souvenir est la seule étincelle de joie dans le passé de la jeune fille ! Il fait office de point d’ancrage de l’histoire. C’est grâce à lui que Violet s’accroche à la vie, car le militaire était le seul à la voir telle qu’elle était: une enfant utilisée comme arme de guerre ! Leur lien très particulier illumine tout l’animé ! 

J’ai adoré la construction de chaque épisode, qui nous plonge dans « les petites histoires traversant la Grande ». Chaque tranche de vie fait écho dans l’esprit de Violet, qui, peu à peu, s’humanise. Son évolution est lente, profonde, douloureuse. Mais la jeune fille s’accroche, apprend à écouter, ressentir et surtout, affronte courageusement ses démons.

L’esthétique, agréable et lumineuse, m’a rappelé certains aspects de The Full Métal Alchémist: les enfants confrontés à la guerre, le côté militaire, très marqué dans certains épisodes ! Toutefois, l’humour est moins présent. Il règne au contraire une certaine mélancolie qui donne un charme très particulier à l’ensemble.

Un animé original et très beau !

Carmen Sandiego (Netflix)

Hello à tous ! Aujourd’hui, place à une nouvelle découverte série animée ! En me renseignant,  j’ai découvert des choses très intéressantes !

Carmen Sandiego est à l’origine un jeu d’aventure éducatif développé et édité par Brøderbund en 1985. Il s’est fait connaître sous le nom de Where in the World Is Carmen Sandiego? outre-Atlantique et À la Poursuite de Carmen Sandiego dans le Monde, en France.

Le joueur incarnait un enquêteur d’Interpol qui parcourt le globe pour arrêter Carmen Sandiego et les membres de son organisation, la V.I.L.E. (Villains International League of Evil). L’aventure prend la forme d’un jeu de piste qui mène le joueur dans trente villes et fait appel à ses connaissances en géographie.

L’univers s’est ensuite développé dans les années 90, en élargissant les connaissances dans des domaines variés. En 1995, une première version série est sortie. On garde l’esprit éducatif, dans la veine du Bus Magique, dans ce sens où chaque épisode est l’occasion d’enrichir ses connaissances.

Dans chaque épisode, une personne réelle (un jeune garçon devant son ordinateur), appelée « Player », discute avec Carmen Sandiego via une messagerie instantanée. Usant beaucoup d’effets 3D, très novateurs à l’époque, pour suggérer la téléportation, cette série est également hautement instructive, chaque voyage dans un pays ou dans un lieu précis étant l’occasion de donner quelques informations sur celui-ci avec photos réelles ou petites animations à l’appui.

Pour la nouvelle version des années 2000, les auteurs ont considérablement approfondi l’histoire de Carmen, en faisant une sorte de joli croisement entre Arsène Lupin et Kim Possible, tout en conservant le côté éducatif.

Dans cette version, la jeune voleuse est une orpheline élevée au sein même de l’organisation V.I.L.E. , une école qui forme des gens aux cambriolage et autre banditisme. Elle ne connaît rien de ses origines, pas même son vrai nom.

La jeune fille, en plus d’être une cleptomane née, se montre totalement imprévisible dans son comportement. Ce qui agace prodigieusement ses camarades autant que les « profs », qui l’ont surnommée Mouton Noir. Ignorant tout de son passé, Mouton Noir rêve de voyages et de retrouver ses origines. Quand elle comprend que sa vie est basée sur les mensonges de ses supérieurs, Elle s’évade de V.I.LE , et se crée une nouvelle identité: Carmen Sandiego.

Que dire sinon que j’ai ADORÉ cette série?  L’intrigue est palpitante et j’ai adoré comment tout s’imbrique au fur et à mesure ! L’univers est totalement  remodernisé avec de nouveaux personnages et des clins d’oeil au jeu.

Ainsi, l’un des premiers alliés de Carmen pour la quête de ses origines est un jeune geek…dont le pseudo est Player ! C’est un lycéen lambda qui semble passer sa vie sur son PC ! Carmen a aussi des camarades de son « école » avec qui elle entretient des relations plus ou moins tendues. Ainsi que deux acolytes civils Zack et Ivy, deux rouquins plein de malice, qui l’aident sur le terrain.

On fait aussi la connaissance de Chase Devineaux, un inspecteur blasé qui rêve de capturer Carmen depuis des années ! Son caractère ronchon et sa malchance m’ont beaucoup fait rire ! C’est l’adversaire préféré de Carmen, qui prend un malin plaisir à le provoquer.

Mais la plus belle surprise est sa collègue, Julia Argent, une jeune flic passionnée d’histoire. C’est le genre de personnage qui semble inoffensif. Puis, au fur et à mesure, elle prend de plus en plus de caractère ! Elle m’a fait penser à Scully dans Xfiles, parce qu’elle est toujours très calme et réfléchie. Et contrairement à Devineaux, elle éprouve une certaine admiration pour Carmen ! En plus, elle me ressemble un peu physiquement ! Ça m’a fait bizarre quand j’ai découvert le personnage !

Chaque épisode nous embarque dans un pays différent et nous raconte deux histoires en filigrane: celle de Carmen… et celle de L’organisation V.I.L.E. qui cache bien des secrets ! Mais je ne dirai rien de plus, concernant l’intrigue !

L’esthétique est absolument magnifique, colorée, graphique et la musique mystérieuse à souhait ! Il y a même un « épisode » interactif où le spectateur prend les décisions de Carmen en cliquant ! Nous avons donc deux fins !  J’ai testé et c’est confirmé: je ne suis pas bien douée en tant que voleuse agent secret ! 

Les jeux vidéos sont enfin devenu une culture à part entière au même titre que la littérature ! J’ai adoré découvrir l’univers mystérieux de Carmen  et ses aventures !

Lire sur écran ou sur papier: ce faux débat

Comme vous le savez, j’adore lire toute sorte de choses ! Si j’ai longtemps lu sur papier, j’ai peu à peu intégré le support numérique dans mes habitudes !

Oui, je l’avoue, j’ai fait partie des rats de bibliothèques qui mettent les livres sur un piédestal ! Quelle erreur ! L’important c’est l’histoire et non le support ! J’ai donc ouvert mes horizons.

Ça a commencé avec les fanfictions. Quel régal de voir l’immagination des fans s’enflammer pour leurs persos préférés ! Et puis, j’ai voulu me cultiver davantage sur les Bd et les mangas en ligne : et j’ai découvert les webtoons !

Les webtoons sont des mangas/BDs à lire en ligne… totalement gratuitement ! Rien que ça, je trouve que c’est génial ! Et il y en a pour tout les goûts ! De la romance au thriller, fantastique ou horreur. Voici trois webtoons que je suis actuellement:

Le premier que j’ai découvert c’est Tradition Olympus de Rachel Smythe. C’est une magnifique remodernisation des Dieux de l’Olympe ! Les graphismes sont élégants, colorés, et les persos incroyablement expressifs ! Franchement, j’adore !

Dans un registre plus cartoon, Plutôt mourir que partager de Lila, raconte la vie de Minouche, une jeune femme chamboulée par des êtres bizarroïdes venus du futur… À la fois fun, triste et grinçant, plus que 4 épisodes et je découvre la fin ! Les dialogues sont juste excellents ! 

Et enfin, « Porte-Bonheur » de Tacmela, raconte comment Clément, un jeune lycéen, fait face à sa Dépression…au sens litéral du terme ! Une histoire assez mélancolique, mais quiconque est passé par se stade s’y retrouvera. J’aime bien l’idée de discuter avec sa part d’ombre. L’histoire est en cours depuis peu et j’espère vraiment qu’elle aboutira !

Les dessins sont aussi une jolie façon de raconter une histoire ! En plus, je trouve que c’est l’occasion de découvrir de nouveaux auteurs/illustrateurs, autrement que dans une librairie ! 

Je pense que support numérique n’a non seulement pas tué la lecture mais l’a rendue plus vaste, ludique et surtout amusante.

Pour moi le débat Papier/écran, c’est aussi stérile que nos ancêtres qui pensaient que le cinéma allait tuer la culture et les livres.  (coucou Guillaume Durand  ! )

Après tout, j’ai découvert Orgeuil & Préjugés grâce à la série de la BBC et Le journal de Bridget Jones. Récemment, c’est Anne et la maison aux pignons verts qui a été redécouvert grâce à Netflix !

On a le droit aussi de ne pas aimer les classiques ! Voire de ne pas aimer lire tout court ! La lecture doit être avant tout un plaisir. 

Alors, lisez/visionnez ce que vous voulez. Découvrez de nouvelles histoires, que ce soit pour vous cultiver, vous détendre, vous amuser  ou vous inspirer ! 

Playlist de Printemps

Aujourd’hui, place à une petite playlist de printemps !Et qui dit printemps dit : couleurs ! Voici donc une petite sélection de clip colorés !

Narasha Bedingfield: These words. Très belle chanson sur l’inspiration et un joli clip coloré. 

 

Morcheeba: Gimme your love. Une ambiance digne d’une pub de parfum et une voix juste envoûtante !

 

BLACKPINK : Whistle. Ça faisait une éternité que je n’avais pas posté de pop asiatique ! Voici un girls band coréen très sympa ! Ce que j’adore c’est qu’il n’y a pas de « meneuse » (comme chez les Pussicat Dolls) Chaque fille a son style et le clip est très…bizarre mais fun !

Meghan Trainor : All About That Bass.  Du rose, des courbes et une chanson qui donne la pêche !

Kate Nash : Pumpkin Soup. Une ambiance rétro, du rythme et une jolie frimousse.

Paramore : Still into you. Oui, je suis dans l’ambiance pastel en ce moment !

Rachel Platten : Fight song. Une superbe chanson sur le dépassement de soi ! Et un clip dépaysant à souhait !

Bonne fin de semaine à vous !

Big Fish & Bégonia

Aujourd’hui, place à une nouvelle chronique cinéma asiatique ! Je suis tombée sur une vraie pépite ! Big Fish & Bégonia, un film d’animation chinois coréalisé et coproduit par Xuan Liang et Chun Zhang. 

Résumé:

Chun, une adolescente céleste est jetée dans une aventure fantastique et dangereuse après s’être transformée en dauphin. Quand un garçon se sacrifie pour la sauver, elle utilise de la magie pour le ramener à la vie Mais découvre qu’il y a un prix à payer.

Mon avis:

Probablement le conte le plus original que j’ai pu voir depuis La princesse Kaguya ! 

Chun est une jeune fille de 16 ans, qui vit dans un monde situé sous les océans. Les gens de son peuple ne se considèrent pas comme des « dieux ». Mais plutôt comme des gardiens de l’équilibre du monde. Tous les ans, les jeunes de 16 ans traversent la frontière entre leur monde et celui des Humains pour montrer à la nouvelle génération comment les lois de la nature fonctionnent. Comme l’Océan est au dessus d’eux, ils prennent la forme de poisson. C’est là que la vie de Chun, va basculer…

Si le début m’a vaguement fait penser à la petite sirène, la suite m’a beaucoup plus intéressée ! Il est question de dette, de mort, de culpabilité, mais aussi beaucoup d’amour. J’ai bien aimé la curiosité de Chun. En effet, la jeune fille est bien plus rebelle qu’il n’y parait ! Elle souhaite faire l’expérience du monde humain et pas simplement l’observer. 

Son affection envers le jeune humain, qu’elle a renommé Kun, lui vaudra les reproches de sa famille et la décéption de son meilleur ami, Qiu, qui pourtant, la soutiendra par amour pour elle. J’ai adoré ce jeune garçon, de prime abord taquin et nonchalant. Mais son dévouement désintéressé pour la jeune fille m’a beaucoup émue. 

Le graphisme est très agréable à l’oeil avec des couleurs flambloyantes et une superbe musique. Certains plans m’ont fait penser au voyage de Chihiro (couleur rouge très présente, histoire d’amour, lien homme animal). Il y a dans cette animation une très jolie ambiance poétique. En plus j’adore les dauphins ! Sauf que ça fait bizarre de les voir en rouge !

Mais le plus surprenant est la langue ! Le mandarin a une sonorité très particulière qui m’a charmé les oreilles ! 

Une jolie découverte, exotique et subtile !

Artiste du jour: Éric Bruni

Je continue ma découverte des peintres, tant anciens que contemporains. Et en ce moment, j’ai envie, de couleurs, de chaleur, de bonne humeur. Et en cherchant sur le net… je suis tombé sur cet artiste !

Né en 1968 à Valenciennes, Éric Bruni peint depuis plus de trente ans ! Champs de fleurs, natures mortes, mer, portraits divers,  il met beaucoup de douceur et de gaité dans ses peintures ! J’adore son style éclectique et chaleureux, avec des couleurs éclatantes ! Si sa couleur de prédilection est le Bleu, je suis, pour ma part, très sensible à la façon dont il utilise le Rouge ! Voici quelqus unes de ses oeuvres, que j’aime beaucoup !

 

Site officiel: https://www.bruni-gallery.com/index.html

« La fourmi rouge » d’Émilie Chazerand

Hello à tous ! Aujourd’hui, j’ai décidé d’innover pour ma chronique littéraire ! Si j’ai découvert ce livre grâce à Folavril, c’est le coup de coeur de Mika sur Goodreads qui m’a décidée à me lancer ! 

Résumé:

Vania Strudel a 15 ans, un œil qui part en vrille et une vie qui prend à peu près la même direction. Pour elle, c’est clair : l’existence est une succession de vacheries, et elle est condamnée à n’être personne. Une fourmi parmi d’autres.

Mais un soir, elle reçoit un mail anonyme, qui lui explique en détail que non, elle n’est pas une banale fourmi noire sans aspérités. Elle serait même plutôt du genre vive, colorée, piquante ! Du genre fourmi rouge…

Mon avis:

Wow ! Voilà un livre qui cache bien son jeu ! Si le résumé fait penser à un roman Young adult classique, ne vous y fiez pas ! J’ai rarement eu autant de surprises en moins de 350 pages ! Outre l’écriture, La Fourmi rouge partage le même point commun que les Petites Reines: en effet, l’histoire a sa bande originale ! J’ai eu donc l’idée d’écrire cette chronique en rapport avec les chansons proposées !

1.Radiohead, Creap

Vania Strudel a 15 ans et comme beaucoup d’ados, elle est mal dans sa peau. Que ce soit côté physique ou sentimental, elle se situe dans « l’entre-deux »: pas vraiment populaire, ni laide, pas vraiment jolie non plus. Banale en somme. Mais plutôt que de se lamenter et sombrer dans la déprime, elle dégaine ses sarcasmes et son imagination débridée ! Je me suis tout de suite sentie proche d’elle, tant dans sa personnalité que ses questionnements. Avec ses deux amis, Victoire et Pierre-Rachid, dit Pierach, ils sont les « Creaps » de la classe. Chacun à leur façon, ils ont leurs mal-être et leurs handicap. 

2.Luz Casal, Piensa en Mi

Maria Luzia, la mère de Vania a une place tellement spécifique dans ce livre que je n’ose pas trop la dévoiler ici.  Ce que je peux en dire, c’est qu’elle est espagnole, très belle… et que son évolution dans l’histoire m’a laissée en mode WTF ! Je ne m’y attendais absolument pas ! J’avais envie d’avoir un peu de compassion pour elle… mais au final non ! Oh, my God !

3.Camillo, Sag Warum

Pour moi, cette chanson symbolise le père de Vania: sous son masque excentrique et maladroit, se cache un homme très sympathique ! J’ai été touchée par ce père courage, qui s’est retrouvé à gérer tant bien que mal une fille qu’il adore, mais qui le dépasse souvent… Son métier est aussi original que méconnu: la taxidermie ! 

4.Blondie, Maria

Cette chanson m’évoque Diane, la mère de Victoire (la meilleure amie de Vania). Elle a la manie originale d’avoir plein de perruques !  On pourrait croire à une simple lubie, mais la raison est surprenante ; suite à la « fuite » de son mari, elle a développé une « pelade »: elle a tout simplement perdu tous ses poils ! Cette pathologie bien réelle peut arriver à tout âge, homme ou femme !  J’ai adoré la façon dont cette femme a su compenser ce handicap et même en rire avec cette solution… plutôt fun ! Une femme forte comme je les aime !

5.The Pupini Sisters, Bei mir bist du schon

Pour moi, cette chanson symbolise  tous les quiproquos/problèmes entre les personnages. Pierrach et son amour naissant. Grégoire, le beau gosse qui fait tourner la tête de toutes les filles. Charlotte, la « pétasse »et ses rêves de potins. Rachel, la voisine coeur d’artichaut accro aux horoscopes; mais le pompon c’est Victoire Elle aurait pu être populaire: jolie blonde, pas trop prétentieuse. Mais personne ne l’approche à part Vania. Atteinte d’une maladie hormonale, Victoire « pue » continuellement. Un handicap invisible, mais invivable ! À force de se blinder, (émotionnellement)  elle en a gagné une certaine maturité. Son amitié avec Vania est géniale, très touchante.

6.Roberta Flack, Hey That’s no way to say goodbye

Parce qu’il y a pas mal de « piques », de disputes, de réconciliations. Les dialogues sont dignes d’une sit-com ! J’ai ri autant que j’ai été touchée ! En fait, ce livre est un concentré d’émotions: j’ai ri, j’ai été attendrie, puis révoltée, puis triste… 

7.The Cinematic Orchestra; To Build a Home

Parce que nos héros sont tous un peu cabossés, cette chanson représente bien le combat pour rester dignes et aller de l’avant ! Mais pas évident d’assumer ses blessures ! Cette chanson représente pour moi celle de Vania, qui a du faire face à l’incompréhension et la douleur de son père… Et son impuissance face à un événement impensable pour eux deux.

8.Damien Rice; Eskimo

Vania s’est fait un ami plutôt inattendu: Abraham, le père de Rachel, est un vieux monsieur qui semble bien s’ennuyer à la maison de retraite. Pour le coup, Vania veille sur lui en faisant du « papy-siting ». C’est bien simple, leur amitié est la plus adorable surprise du bouquin. Et la façon dont Vania prend soin de lui m’a fait chaud au coeur !

9.France Gall, Ella, elle l’a

Cette chanson montre bien l’évolution de la famille Strudel, père et fille. Ils ont tous les deux leur charme, leur singularité et leur combativité, surtout. Leur relation est le thème le mieux exploité de cette histoire ! Le nom Ela a aussi son importance ! Mais là encore, je vous laisse la surprise !

10.The Dandy Warhols; We Used to be Friends

LA chanson sur la relation Pierach/Vania ! J’ai beaucoup aimé la façon dont ils se « perdent » pour mieux se retrouver tout le long de cette histoire ! Pierach est un jeune homme maladroit, pas toujours simple à comprendre. Mais il faut lui reconnaître une grande patience !

11.Olivia Ruiz, elle panique

Ouh là oui, Vania a toutes les raisons de paniquer, et pas seulement à cause de sa vie sentimentale ! La jeune fille va se retrouver au pied du mur et enfin se décider à grandir. Mais le cap va être costaud à passer !

12.Garbage; Special

Parce que oui, Vania est « spéciale »; drôle, forte, elle se révolte et évolue à sa façon. Cette chanson évoque aussi pour moi l’élément déclencheur de l’histoire: ce mystérieux email qui donne le coup de pied dans la fourmilière ! L’email en question est d’ailleurs assez… brut de décoffrage ! 

13.John Lennon; Instant Karma (we all shine on)

Oh Oui, le karma a une sacrée place dans cette histoire ! Je dirait même qu’il en fait un peu trop par moment !  La pauvre Vania ! Ses déconvenues, surtout au lycée m’ont fait rire jaune ! Le lycée tiens ! Palons-en ! Entre les rivalités, les premiers crushs, les cours,  les rumeurs. J’ai été sceptique concernant les profs, de prime abord parodique au possible…  Et finalement, c’est super bien tourné ! Belle surprise, la encore ! Un tableau plus grinçant que comique, qui m’a fait réfléchir.

14.Florence & the Machines: the dog days are over

C’est l’apothéose de ce livre ! Ce moment où enfin, ça y est, la roue tourne et qu’au final, on comprend que sans nos problèmes, on ne grandirait pas.

15.Nena: 99 Luftballons

Une chanson indémodable et tellement fun pour de l’allemand ! C’est aussi la chanson préféré du père de Vania, qui, au fait s’appelle Gottfried et conduit une « ouaf-ture ». Cette famille a la palme d’Or de l’improbable !

16.Nat « King » Cole: Joy to the world

Oui, une chanson de Noël ! Et c’est bien vu parce qu’il y a de la bonne cuisine ! De quoi donner envie de faire des sablés et surtout des puddings !

17.Jack Brel: la valse à mille temps

Peut-être le passage le plus émouvant du livre ! Abraham est définitivement mon personnage préféré ! 

En conclusion,  j’ai adoré ce roman d’apprentissage désopilant, touchant, moderne et surtout, plein de surprises ! La Fourmi Rouge, c’est Le livre Feel Good à s’offrir ! Un coup de coeur !

 

Street Art végétal

J’avais fait un article sur le Land ArtMais j’aime aussi l’art des villes !

Quand les fresques murales rencontre la végétation, ça donne une ville plus joyeuse et colorée… tout autour du monde ! Certains artistes jouent carément avec l’environnement alentour pour créer des effets en trompe-l’oeil absolument géniaux! Voici un florilège de petites trouvailles, glanées ici et là sur Pinterest ! 

Un peu de couleur et de poésie pour démarrer l’année 2021 en douceur ! 

Mad Max : Fury Road

Hello à tous ! Aujourd’hui, place à une chronique ciné très tardive ! Ça faisait un moment que je n’avais pas écrit sur un bon film Sf et celui-ci m’a pas mal intriguée !

Hanté par un lourd passé, Mad Max estime que le meilleur moyen de survivre est de rester seul. Cependant, il se retrouve embarqué par une bande qui parcourt la Désolation à bord d’un véhicule militaire piloté par l’Imperator Furiosa. Ils fuient la Citadelle où sévit le terrible Immortan Joe qui s’est fait voler un objet irremplaçable. Enragé, ce Seigneur de guerre envoie ses hommes pour traquer les rebelles impitoyablement…

Mon avis:

Une chose est sûre: ce film doit être vu par un public averti !

L’histoire se passe dans un monde apocalyptique: Le monde est devenu une terre désertique où la civilisation s’est effondrée. Seuls  survivent les tyrans et sectes en tout genre qui continuent de s’entre-déchirer pour un bien plus précieux que l’or: l’eau ! L’un de ces clans est aux ordres de « Immortan Joe » (Hugh Keays-Byrne), un ancien militaire devenu un leader totalitaire et sans scrupule. Et il est particulièrement en colère !

Rien que cette partie du film m’a donné envie de vomir: « Immortan Joe » est plus qu’un tyran, c’est véritable monstre que ne se considère plus comme un humain.

En effet, Immortan Joe a été trahi par son meilleur élément, Furiosa. La mercenaire lui a pris son « bien » le plus précieux: ses femmes, et plus particulièrement ses « pondeuses » ! Dans le rôle, Charlize Theron, absolument magnifique ! Furiosa est plus qu’une mercenaire: c’est une justicière, une mère, une guerrière, prête à toutes les folies pour protéger la génération future. Elle m’a fait penser à une lionne !

Autre personnage fascinant dans sa complexité: Nux,(Nicolas Hoult, méconnaissable), l’un des hommes de mains les plus fervent de Joe. Nux est un illuminé, aussi maladif physiquement que mentalement. Il m’a donné la chair de poule !

Et au milieu de tout ce bordel, débarque Mad Max (Tom Hardy), capturé par Joe et ligoté…par intraveineuse à Nux ! Leur rencontre avec Furiosa sera on ne peut plus explosive ! Mais bien vite, tout trois comprennent qu’ils n’ont pas d’autres choix que de s’associer s’ils veulent survivre !

J’ai aussi beaucoup aimé Tom Hardy, qui donne une autre dimension, moins kitch et plus rugueuse au mythique Mad Max ! Son personnage est économe de mots, observateur et très efficace dans l’action ! J’ai très envie de le voir dans d’autres rôles ! Physiquement, il me fait beaucoup penser à Kevin Cosner, dans ses jeunes années !

La principale qualité de ce film ? son féminisme ! Il dénonce à grandes images chocs l’un des pires esclavages qui soit: le trafic d’humains.

Mais d’autres thèmes non moins importants sont abordés, comme la folie extrémiste, l’Espoir d’un monde meilleur, et surtout la rage de vivre qui nous pousse à dépasser nos limites.

Un beau classique SF !

« Interstella 555 » de Matsumoto/Daft Punk

Hello à tous ! Pour terminer l’année, place à une curiosité geek cultissime pour tous les fans de mangas/animé ! Interstella 5555: The Story of the Secret Star System est un film d’animation japonais musical de science-fiction, réalisé par Kazuhisa Takenouchi et par le studio Toei Animation, co-réalisé par Bernard Deyriès en 2003. Il allie le graphisme de Leiji Matsumoto, dessinateur dAlbator et la musique de l’album Discovery du groupe Daft Punk

Résumé:

Un groupe de musique extra-terrestre, se retrouve kidnappé par un homme aussi mystérieux qu’inquiétant. Ils se retrouvent à jouer comme des robots sur Terre, sans aucun souvenirs de leur vie d’avant. 

Mon avis:

Un véritable OVNI ! Je connaissais l’album Discovery de Daft Punk, mais j’ignorais tout de l’histoire de la conception de cet album. Ou plutôt des clips, qui, mis bout à bout donnent cette splendide animation !

L’idée du film est conçue par le groupe pendant les sessions d’enregistrement de son deuxième album, Discovery. Ils entrent ensuite en contact avec Leiji Matsumoto, le mythique créateur d’Albator pour le graphisme du film

Et j’ai beaucoup aimé l’histoire, qui est bien moins « enfantine » qu’il n’y paraît !

Durant l’un de leurs concerts sur leur planète natale, quatre musiciens extra-terrestres à la peau bleue, sont enlevés par une sorte de commando d’élite terrien. Sous la direction d’un mystérieux imprésario aux cheveux gris, ils deviennent des stars planétaires au sein du groupe The Crescendolls .

Mais cette célébrité est amère: drogués et amnésiques, ils ont été façonnés de manière à plaire à leur nouveau public. Le contraste entre la version d’origine et la version « formatée » terrienne est saisissante. Amorphe et inexpressifs, ce ne sont plus que des robots qui jouent pour enrichir un homme sans scrupule.

Je ne raconterai pas la suite pour ceux qui veulent voir l’animation. Mais j’ai beaucoup aimé le mélange de science-fiction et de satire du monde de l’industrie musicale. Il y a aussi un côté assez romantique. La jeune Stella, bassiste du groupe est très belle, même si sa version Alien, m’a fait penser à une version manga adulte de la shtroumfette !

Sinon, j’ai bien aimé le message sur la liberté, tant artistique qu’individuelle !

Cette animation nous montre aussi qu’il n’y a pas forcément besoin de dialogue pour faire une histoire divertissante et cohérente ! Le graphisme unique de Matsumoto donne la touche nostalgique à tous les fans d’Albator !

En bref, j’ai adoré !