« Immortel: Ad Vitam » d’Enki Bilal (2004)

Je suis intriguée depuis longtemps par l’univers très particulier d’Enki Bilal ! Aussi, j’ai voulu voir son adaptation ciné de sa BD: La femme piège !

Résumé:

« New York 2095.
Une pyramide flottante au-dessus de Manhattan
Une population de mutants, d’extraterrestres, d’humains, réels ou synthétiques…
Une campagne électorale.
Un serial killer boulimique qui cherche un corps sain et un dieu à tête de faucon qui n’a que sept jours pour préserver son immortalité.

Un pénitencier géostationnaire qui perd un dissident subversif congelé depuis trente ans et une jeune femme sans origine connue, aux cheveux et aux larmes bleus…
Trois noms : Horus, Nikopol, Jill

Trois êtres aux destins convergeants où tout est truqué: les voix, les corps, les souvenirs.
Tout, sauf l’amour qui surgit comme une délivrance. »

 

Mon avis:

Déroutant ! C’est le premier mot qui me vient à l’esprit après avoir vu ce film !

L’histoire est un beau mélange de fantastique et de science-fiction:

En 2095, le dieu Horus, qui vit sur un vaisseau-pyramide planant au-dessus de Manhattan, est inquiet. Il n’a plus qu’une semaine pour maintenir son statut d’immortel en s’unissant à une mutante. Il jette son dévolu sur Jill, qui vient à peine d’arriver dans la mégapole. La cité est agitée : la campagne électorale pour le prochain scrutin bat son plein, et les candidats n’ont aucun scrupule pour arriver à leur fins !

Conscient que sa tête de faucon ne l’avantage guère pour séduire Jill, Horus s’incarne dans le corps de Nikopol, un détenu politique qui a passé les 30 dernières années de sa vie en cryogénie. Un curieux « ménage à trois » se met alors en place. 

J’ai juste adoré Jill, incarnée par une Linda Hardy particulièrement fascinante ! Il y a un mélange de candeur et de bad-ass chez cette femme ! Un peu comme si Alita avait fusionnée avec Leeloo, et aurait piqué le manteau noir de Trinity de Matrix !

Nikopol est un homme plutôt attachant, au final: perdu dans un monde mutant, le voilà obligé de cohabiter avec un dieu égyptien pour faire un enfant à cette femme « bleue » aussi belle qu’étrange ! Ce qui pas du goût du jeune homme, qui n’est plus maître de son corps, sans parler du fait de coucher avec une femme sans son consentement ! Mais sans le Dieu en lui, il est faible, car il a perdu une jambe ! Horus est donc pour lui, à la fois un poids et une renaissance. 

En parallèle, des meurtres hideux sont perpétrés en ville. La politique est corrompue et une doctoresse (Charlotte Rampling, surprenante !) teste des cobayes humains et mutants pour des raisons obscures…  Jill la fascine tout particulièrement ! Leur relation est cependant trop ébauchée, ce qui est dommage ! Il y avait là une ambiguïté intéressante !

Sinon l’histoire, bien que décousue, est très plaisante ! L’esthétique est particulièrement réussie pour un film des années 2000 ! Entre gris bleu et noir, je me croyait presque dans Métropolis ou Brazil ! J’ai bien aimé l’ambiance futuriste de la ville, à la fois glaçante et mélancolique.

Toutefois, comme pour « La Belle et la Bête » de Gans, il manque une certaine émotion dans l’interprétation des acteurs : seule Linda Hardy tire son épingle du jeu ! 

Un film atypique, mais bancal, qui aurait pu être bien plus développé ! Mais je ne regrette pas mon visionnage !

Top 5: Mes envies BD

Bonjour à tous ! Après mes envies livresque du printemps dernier, voici les BD qui m’attirent le plus pour cette année !

  • Coeur de Pierre de Jérémie Almanza et Séverine Gauthier

Tout m’attire dans ce livre: le style de dessin et l’histoire qui parait sortir d’un roman de Mathias Malzieu:

« Il est né avec un coeur de pierre, elle, avec un coeur d’artichaut »

  • Chemin perdu d’Amélie Fléchais: là aussi gros coup de coeur pour la splendide couverture ❤

« Vous qui possédez flair, sensibilité et goût de l’aventure, munissez-vous de votre carte des copinoux et lancez-vous dans cette fabuleuse chasse au trésor ! « Tes sûr qu’en passant par là, on va arriver plus vite ? ». Ainsi commence l’extraordinaire chasse au trésor lancée par Le Camp du bonheur. Munis dune carte, monsieur je-suis-le-meilleur, son petit frère qui imagine être un robot et leur copain, fils d’un chasseur en sont sûrs : ils seront les vainqueurs ! C’est simple, il leur suffit de suivre « le chemin des arbres déguisés en apaches ». Mais c’était sans compter la rencontre d’étranges créatures oniriques : un cerf géant au chapeau melon magique, un renard à la poursuite de sa bicyclette folle, un ogre branchu ou encore, une fée aux intentions ambiguës… Mais où donc cet étonnant jeu de piste les mènera-t-il ? »

  • « Hanami », le 7ème tome des aventures de Maliki, que je suis depuis ses débuts !

« Maliki est désormais bien installée en Bretagne, avec ses chats et sa ménagerie surnaturelle. Seule Fang semble avoir du mal à s’acclimater, loin de son petit copain Kévin. Mais surprise ! La richissime Doang invite sa petite sœur, Maliki et toute sa bande au Japon ! Un acte de pure générosité ? C’est ce que Fang et Kévin vont tenter de découvrir pendant que Maliki et sa nouvelle amie Becky arpentent l’archipel nippon pour en rapporter les plus croustillantes anecdotes. En route pour le début d’un voyage au quotidien riche en aventures, sushis et super-pouvoirs ! »

  • « Les mondes cachés » tome 1: L’arbre-forêt de Denis-Pierre Filippi 

« Il est parfois des responsabilités lourdes à porter, surtout quand on est celui qui a ramené la magie dans notre monde…
Mais le plus dur pour Grégoire, c’est de constater le peu d’emprise qu’il a sur sa propre vie. La séparation des ses parents le lui rappelle chaque jour.
Il laisse donc sa sœur, Chloé, se débrouiller seule avec les êtres merveilleux.
L’appel à l’aide de sa meilleure amie, Itsuki, va cependant l’obliger à partir pour ces territoires qu’il a fait renaître.
Reste à espérer que tous ses pouvoirs suffiront à les faire revenir… »

  • « Le jour où le bus est parti sans elle » de BéKa (Scénario) et Marko (Dessins)

« Le jour où le bus est reparti sans elle, Clémentine se retrouve coincée dans une singulière épicerie de campagne, loin de tout… mais jamais aussi près de trouver ce qu’elle cherche : des réponses à ses doutes existentiels. Les histoires zen d’Antoine, l’incroyable épicier, l’expérience de Chantal l’écrivain, le passage de Thomas le PDG-randonneur, vont irrémédiablement changer la vision de la vie qu’avait Clémentine. Comme chacun de ces personnages, la jeune femme va essayer de trouver son chemin vers le bonheur. Même si, comme tous les chemins, il emprunte parfois d’étranges détours… »

En espérant pouvoir les lire durant cette année ! 

L’homme qui tua Lucky Luke (BD)

,Hello à tous ! Aujourd’hui, place à une jolie curiosité BD !

29756872

Résumé:

« Par une nuit orageuse, Lucky Luke arrive dans la bourgade boueuse de Froggy Town. Comme dans de nombreuses villes de l’Ouest, une poignée d’hommes y poursuit le rêve fou de trouver de l’or. Luke souhaite y faire une halte rapide. Mais il ne peut refuser l’aide qui lui est demandée : retrouver l’or dérobé aux pauvres mineurs du coin la semaine précédente. Avec l’aide de Doc Wesnedsay, Lucky Luke mène une enquête dangereuse, car il est confronté à une fratrie impitoyable qui fait sa loi à Froggy Town, les Bone… »

Mon avis:

Matthieu Bonhomme a réussi un exploit: donner une cure de jouvence au célèbre cowboy tout en respectant ses valeurs ! Fini le Lucky Luke souriant et « jeunesse ». Ici, c’est un jeune homme blasé et même assez irascible depuis qu’il n’a plus de tabac à sa disposition…

L’ambiance est électrique à Froggy Town où notre fringuant Lucky Luke s’est arrêté. L’or des mineurs du coin aurait été dérobé par un mystérieux Indien. Il est aidé dans son enquête par Doc Wesnedsay, un vieux gentleman rongé par la maladie. Mais les magouilles des frères Bone, qui dirigent la ville, l’empêchent de mener son enquête correctement: pénurie de tabac, vol de son arme et même de son cheval !

Mais plus que les frères, c’est le père Bone qui m’a particulièrement marquée: grossier, violent, alcoolique, on sent tout de suite un malaise chez ce vieil homme qui ne communique que par coups et insultes. La scène où on le voit battre l’un de ses fils m’a autant horrifiée que révoltée. Cet homme m’a donné la chair de poule !

L’ intrigue est bien ficelée, dans une belle ambiance sombre. J’ai adoré le graphisme travaillé, et les expressions des personnages ! Et nous découvrons un Luke bien loin de son flegme habituel ! Autre détail de l’histoire: l’auteur fait la transition entre la cigarette et le brin d’herbe que notre héro porte en permanence à la bouche ! 

Un très bel hommage donc, à découvrir pour les amateurs de western ! 

Wormworld tome 2: Le refuge de l’espoir

C’est avec grand plaisir que je continue la très belle série BD de Daniel Lieske : Wormworld 

174c8a45a6f8581728a27cb49010686f

Résumé:

« Guidé par Raya, Jonas découvre les beautés et les dangers du Monde du Grand Ver, le « Wormworld », dans lequel il a basculé en explorant le grenier de sa grand-mère. Un monde féerique, sur lequel pèse une lourde menace, celle de la vengeance du dieu Unurtha, emprisonné depuis des temps immémoriaux, et dont la libération approche. Un seul et unique guerrier, venu d’un autre monde, pourra contrer son pouvoir de destruction et de mort… un guerrier que le grand prêtre du Wormworld est certain de reconnaître en Jonas. Incrédule et un peu effrayé, Jonas n’est pas au bout de ses surprises. Car s’il semble en effet immortel selon les critères du Wormworld, le dieu qu’il va devoir affronter détient un terrible pouvoir, capable de réveiller chez Jonas de traumatisantes réminiscences… le feu. » 

Mon avis:

Une belle continuité dans l’histoire, qui explore les traumatismes de l’enfance (dans le cas de Jonas, la pyrophobie: la peur du feu.) Or pour sortir du monde magique de Wormworld et libérer ses habitants de leur malédiction, il devra affronter le symbole même de sa peur: le Dieu du Feu. 

J’ai beaucoup aimé Raya, la jeune fille qui accompagne Jonas dans sa quête. Belle, courageuse, elle parle à Jonas comme à un adulte, tout en le rassurant et écoutant sa détresse. Il pourra lui confier ce qui le ronge depuis son arrivée: sa peur irraisonnée du feu, mais aussi son amertûme par raport à sa relation tendue avec son père.

Et puis au fur et à mesure, il prend conscience que s’il veut changer les choses, il devra prendre son Destin en main. Le fait qu’il soit d’un autre monde le rend imperméable à la fatigue, la faim et la douleur. 

Visuellement, c’est toujours aussi flambloyant et coloré, avec un mélange de cultures assez original; hindou (le sage du vilage), inca et maya. J’ai beaucoup pensé au monde de Narnia aussi à cause du tableau qui fait ofice de porte entre deux mondes !

Une très belle BD jeunesse, pour les fans de magie, de cultures disparues et de monde paralèles !

 

BD du week-end: Wormworld Saga: Le voyage commence

Hello à tous ! Une fois n’est pas coutume, je vais vous parler aujourd’hui d’un immense coup de coeur BD: Wormworld Saga de Daniel Lieske.

wormworld-saga-bd-volume-1-simple-51480

Résumé :

Jonas est un jeune garçon rêveur, il passe le plus clair de son temps à inventer des aventures toutes plus épiques les unes que les autres. Il aime se réfugier dans le grenier de sa grand-mère dans lequel il découvre par hasard un tableau qui s’avère être un passage vers un autre monde.

Un véritable rêve éveillé… jusqu’à ce que le passage se referme derrière lui !

Mon avis:

Une magnifique découverte ! Un vrai parcours initiatique qui rappelle le Monde de Narnia, et l’Histoire Sans fin, le tout baigné de légendes de civilisations disparues (type Atlantide, ou encore les Incas)

Nous suivons les aventures de Jonas, un petit garçon rêveur, triste et déboussolé. Traumatisé par la mort de sa mère lors de l’incendie de sa maison, il a développé une peur panique du feu.

Pour fuir une réalité morose, il se réfugie dans les histoires qu’il se raconte lors de ses promenades en forêt. Un jour, il fait une découverte extraordinaire dans le grenier de sa grand-mère: un tableau qui se trouve être la porte d’un autre monde au coeur d’un forêt aussi immense qu’inquiétante… Entre apréhension et curiosité, il décide finalement de l’explorer…et s’y retrouve enfermé !

J’ai été totalement happée par l’originalité de l’histoire et la beauté des dessins ! Les couleurs sont superbes, vives et oniriques,  on a vraiment l’impression d’entrer dans une autre dimension !

Jonas est un garçon touchant et d’une certaine amertume. Son arrivée inattendue à Wormworld va l’emmener au-delà de son imagination la plus folle. Et ce sera l’occasion pour lui de combattre ses propres démons: la peur du feu, la perte de sa mère et la peur de décevoir un père avec qui il n’arrive plus à communiquer. 

Un premier tome aux illustrations superbes et à l’histoire passionnante ! Je recommande ! 

Art of Maliki

Pour mon petit Noël, j’ai reçu un ouvrage sur lequel je louchais (pour ne pas dire bavais littéralement ^^) depuis un bon moment: le premier Art book de Souillon, l’auteur de la serie BD Maliki  

8ff2bfa53d26ea15e4565d431619e225

 

Outre les esquisses des personnage de la série, Souillon nous fait découvrir toutes références artistiques qui ont influencé son coup de crayon: ça va de Lamu à la mythologie nordique, de Goldorak à Alfons Mucha, du jeu vidéo Zelda… au Doctor Who ! Et après, on s’étonne que je soit fan ^_^!

Les dessins sont tantôt en couleurs, tantôt à l’aquarelle. Chaque illustration a son anecdote, professionnelle ou personnelle et montre l’évolution du dessin ainsi que son travail acharné sur les détails qui donne la personnalité d’un personnage. Il y a aussi son travail sur le jeu Wakfu, moins connu, mais très intéressant ! 

Enfin que les fans se réjouissent. Le tout nouveau livre de Souillon vient de sortir: Hello Fucktopia, à l’ambiance beaucoup plus sombre ! Si ce genre d’univers vous intéresse, voici les adresses officielles:

Site de Maliki

Site Hello Fucktopia

Les édition Ankama