Summer playlist

Un vent de country plane sur ma playlist ! C’est en grande partie à cause de de ma lecture du moment !

Rascal Flatts: Banjo ! Le genre de musique que je met à fond en voiture !

 

La très mignonne Michelle Branch avec « Sonner or Later ». Une artiste pas assez citée ! Je la préfère à Taylor Swift  !

 

Une chanson qui a une place particulière dans ma lecture : Sweet Home Alabama de Lynyrd Skynyrd

 

Parce que l’Héroïne est fan de l’artiste, je ne résiste pas à mettre du Johnny Cash !

 

Toujours dans les classiques, le très beau « When the Stars Go Blue » de Tim McGraw (le chanteur avait fait un étonnant duo avec le rappeur Nelly, il y a quelques années !

 

Et je termine avec ma chouchoute Félicia Day qui mélange Country et geekerie! Et je découvre Jason Carles Miller ! Un duo bien sympa !

Et vous, vous écoutez quoi ? 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Publicités

Séquence nostalgie: Futurama

Si Matt Groening est surtout connu pour les Simpsons, j’ai pour ma part toujours eu un faible pour Futurama ! Et pas seulement parce que c’est de la science-fiction ! 

Cette série a été créé en 1998 avec l’aide du scénariste et producteur des Simpson David X. Cohen, et fut diffusée par la suite en France en l’an 2000.

Philip J. Fry, dit « Fry », un jeune livreur malchanceux de pizzas à New York, est accidentellement cryogénisé le juste après minuit. Il se réveille mille ans plus tard, le 31 décembre 2999. New York est devenue New New York et bien des choses ont changé.

Au centre de cryogénie,  il fait la connaissance de Turanga Leela, une jolie cyclope,  qui lui attribue le métier de… livreur. Mais lorsque celle-ci veut lui poser l’implant correspondant à ce métier qu’il ne veut pas refaire, Fry s’enfuit. Il rencontre alors Bender Tordeur Rodríguez, une machine tordeur, dans une cabine à suicide (que Fry a confondue avec une cabine téléphonique).

Après quelques péripéties, le professeur Hubert Farnsworth embauche Leela, Bender et Fry pour piloter le vaisseau de sa société de livraisons interstellaires Planet Express. Ils rencontrent alors leurs nouveaux collègues : le bureaucrate Hermes Conrad (jamaïcain, ex-champion olympique de limbo), la belle stagiaire  Amy Wong, et l’incompétent docteur John A. Zoïdberg , un homard originaire de la planète Decapod 10, ayant immigré sur la Terre du xxxe siècle, travaillant comme médecin dans la compagnie de livraison Planet Express, malgré ses faibles connaissances en matière de physiologie humaine. Notre petite bande va vivre de folles aventures aussi rocambolesques qu’étranges !

Le graphisme est bien plus fun et coloré que pour les Simpson et surtout, les thèmes abordés sont beaucoup plus vastes ! Tout d’abord, les personnages sont tous célibataires et ont chacun leur caractère et leurs difficultés.

Fry, c’est un petit looser des années 2000 qui végète dans sa vie New-yorkaise. Son bond dans le Temps va autant l’émerveiller que l’effarer! Aussi attachant que maladroit, il finit par s’habituer au xxxe siècle et ses nouveaux amis ! Son look est très inspiré de … James Dean, si, je vous jure !

Leela est de loin ma préférée: c’est une femme sexy, sensible et plutôt  bad-ass ! Elle est née dans les vieux égouts de New York, dans une société de mutants qui ont interdiction de se mêler aux humains « normaux » en raison de leurs anomalies génétiques. Leela étant « la mutante ayant la plus petite mutation jamais observée » – son œil unique étant la seule différence entre elle et un humain normal – ses parents ont décidé de l’abandonner et de la confier à l‘Orphelinarium de Cookieville pour lui épargner une vie difficile dans les égouts.

Sa relation avec Fry est assez mouvementée ! S’ils ont une indéniable complicité et attirance l’un envers l’autre, la cyclope peut se montrer très dure envers le jeune humain ! Mais elle finira par tomber sous son charme !

Bender, quant à lui est LA star comique de cette série ! Égoïste, cynique et capricieux, c’est un robot non conforme qui a été cependant mis sur le marché. Il est passionné par l’argent, résiste tant bien que mal à se droguer au Jack : c’est de l’électricité que les robots s’injectent par l’intermédiaire de leur prise jack Il deviendra le meilleur pote de Fry, avec qui il vivra ses plus gros délires mais aussi ses déprimes. Pour moi, Bender est une sorte de bi-polaire qui s’ignore: tantôt euphorique, déprimé, colérique ou lubrique, ses réactions son toujours disproportionnées !

Le professeur Hubert Farnsworth ressemble beaucoup au grand-père des Simpson, mais en beaucoup plus drôle …et vieux puisque qu’il a en fait 150 ans ! Il a vécu une enfance difficile et seule la Recherche Scientifique le passionne. Il faut dire qu’il n’a quasiment connu que ça ! On apprendra plus tard qu’il est en fait un descendant de Fry !

Les épisodes sont tous géniaux ! Les intrigues sont drôles et palpitantes, les références foisonnent (des Simpsons à Star Trek, en passant par Star Wars et la Planète des Singes !) Toutefois, l’intrigue est suffisamment subtile pour que l’on révisionne des épisodes et ainsi découvrir de nouveaux détails cachés !

Certains épisodes ont même des scènes tristes et dramatiques, comme  l’épisode sur le Chien de Fry, qui m’a beaucoup émue ! 

La série s’est arrêtée après 7 saisons et plusieurs films ! J’aime beaucoup cet univers décalé et politiquement incorrect, bien plus prononcé que chez les Simpsons ! 

Une série feel-good et impertinente, que pour ma part je préfère à la mythique famille jaune !

Les Autodafeurs tome 1: Mon frère est un gardien

Aujourd’hui, place à une lecture jeunesse très sympathique ! Encore merci Chicky Poo d’en avoir parlé sur ton blog ! Je vous présente les Autodafeurs une trilogie de Marine Carteron, dont j’ai dévoré le premier tome: Mon frère est un gardien

Résumé:

« À la mort de leur père, Auguste, un lycéen d’aujourd’hui, et sa petite sœur Césarine, autiste géniale, sont plongés tête la première dans une guerre secrète. Elle oppose depuis des siècles, La Confrérie et Les Autodafeurs. Nos deux héros vont devenir malgré eux les acteurs de ce conflit millénaire. Son enjeu ? Le contrôle du savoir et la main mise sur sa forme la plus ancienne : Les livres… »

Mon avis:

Un roman jeunesse comme je les aime: une histoire originale, des personnages attachants, de l’humour…et des surprises !

La vie d’Auguste Mars bascule le jour où son père disparaît. Déjà peu apprécié dans sa nouvelle école à cause de sa mauvaise réputation, sa vie est loin d’être tranquille à la base. Mais la rentrée scolaire va radicalement tout changer.

Tout d’abord, il fait des rêves bizarres où son père lui parle. Le directeur de son école le harcèle autant que les élèves de sa classe et va même jusqu’à le mettre en thérapie forcée pour lui faire parler de son père disparu. Heureusement, Auguste sait faire la différence entre question de thérapeute et interrogatoire en règle ! Et il se liera avec l’un de ses profs, Marc DeVergi, un motard au grand coeur, qui semble bien connaître sa famille…

Au fil de l’histoire, on apprend que la famille Mars est loin d’être ordinaire ! Et pas seulement à cause de son domaine qui recèle bien des secrets. La famille Mars est une confrérie qui descendrait des Templiers !

J’ai beaucoup aimé l’intrigue, entre secrets de familles, théorie du complot et guerre invisible. Auguste est un jeune homme plein de talent cachés qui se révèle au fur et à mesure. Il sait se battre, a son franc-parler et déteste être mis à l’écart ! Il est aussi très protecteur avec sa petite soeur autiste Césarine.

Ha…Césarine, un sacré personnage ! Petit génie des nombres, elle a aussi une mémoire colossale pour les infimes détails. Elle adore dessiner et a une prédilection pour le violet qu’elle utilise systématiquement pour les yeux de ses personnages. Et elle se définit plus comme « artiste » qu’autiste ! Je l’ai adorée dès la première phrase !

L’intrigue repose sur une rivalité entre deux confréries: la Commanderie, celle des Mars et les mystérieux Autodafeurs ! Un groupe sans scrupules, près à tous les massacres pour obtenir un Livre bien particulier. Livre dont Auguste est désormais le Gardien

L’écriture est fluide, agréable, alternant les points de vue d’Auguste et de Césarine. Leur relation est assez touchante, car même s’ils ont du mal à se comprendre, chacun est là pour l’autre. J’ai hâte d’en savoir plus sur eux et surtout les mystérieux Autodafeurs !

Il y a un début de réflexion sur les secrets du monde et la connaissance. Mais aussi l’esprit critique, qu’il faut garder coûte que coûte, et pour ça, la lecture est primordiale. Elle permet non seulement de transmettre les connaissances mais surtout de ne pas se laisser embobiner ! Pour ça, Auguste et sa soeur sont vraiment géniaux et assez complémentaires, en fait !

Un premier tome prometteur, vif, avec de l’action, de l’humour et une intrigue des mieux ficelée ! Excellente surprise ! Prochain tome: Ma sœur est une artiste de guerre

« Jésus m’aime ! » de David Safier

Après la belle surprise qu’à été « Sors de ce corps, William », j’étais curieuse de découvrir d’autres livres de l’écrivain allemand David Safier. Et là encore, c’est une bonne pioche !

Résumé:

Grand, chevelu, une barbe soigneusement taillée et des yeux très doux: quand Marie croise Joshua, elle est irrésistiblement attirée par ce charpentier au look de Bee Gees. Mais elle devra attendre pour rencontrer ses éventuels beaux-parents : il dit être Jésus. Est-ce pour cela qu’il veut chanter des psaumes à une soirée karaoké ? Qu’il tend l’autre joue quand l’ex de Marie en vient aux mains ? Qu’il propose de rompre le pain -une pizza en l’occurrence- avec le premier SDF venu ? Pas de doute, s’il est vraiment Celui qu’il prétend être, Joshua a un profond retard à rattraper après plus de 2000 ans d’absence…

Mon avis:

Je crois que j’ai trouvé mon auteur anti-déprime ! « Jésus m’aime«  est une vraie comédie, irrévérencieuse et pétillante ! Un peu comme si vous croisiez Bridget Jones et Bruce Tout Puissant

Marie est une trentenaire un peu paumée dans sa vie sentimentale. Son petit ami, Sven, semble parfait. Mais Marie garde pour elle une blessure due à son ex, Marc, qui l’a trompée et depuis, elle doute. Bien sûr, elle n’ose pas en parler à Sven. Jusqu’à ce qu’elle craque: elle dit non devant l’autel à son mariage !

En retournant vivre quelques jours chez son père, Marie va faire la connaissance d’un nouveau charpentier: Joshua. Un homme doux, gentil, idéal… Malheureusement, il dit être Jésus ! Commence alors une aventure étrange, drôle et imprévisible !

J’ai adoré l’idée du retour de Jésus à notre époque ! Les situations sont aussi drôles qu’improbables. Jésus qui chante (des psaumes) au Karaoké? Qui danse la salsa? Qui n’est jamais bourré et découvre avec délice la pizza, le Banana-Split et le Mojito ? 

Sans parler de sa manie de se laisser tabasser au lieu de se défendre, de marcher sur l’eau et de guérir les gens juste en les touchant ! Ce Christ est naïf comme un enfant, ne connais ni le mensonge, ni l’ironie mais ne manque pas d’humour !

J’ai trouvé Joshua/Jésus assez attendrissant en fait: pacifiste et (un brin) moralisateur mais complètement perdu dans notre époque moderne ! ( Le nom de Joshua n’est d’ailleurs pas choisi au hasard ! Pourquoi ? Réponse dans le livre 😉 )

Quant à Marie, elle devra se réconcilier avec son père, qui a refait sa vie avec une biello-russe. Heureusement, elle peut compter sur le soutien de sa soeur Kata, avec qui elle partage un lien très fort ! Marie est une jeune femme qui s’interroge beaucoup et son cerveau se transforme en Vaisseau Interprise, en cas de panique ! La fan que je suis a beaucoup apprécié ces passages !

Cependant, si Jésus est de retour sur Terre, ce n’est pas pour rien ! Car le Jugement approche ! Dieu (qui est une femme !) et le Diable (qui a le visage de Georges Clooney, rien que ça !) ne l’entendent pas de cette oreille ! Jésus a autre chose à faire que tomber amoureux ! Or, Marie le détourne de son chemin, et Gabriel a bien l’intention de le raisonner ! Mais Joshua veut vivre comme un être humain normal !  Sa relation avec Marie est assez touchante. Il découvre avec elle la vie humaine dans sa légèreté, sa bêtise mais aussi son humour, ses désillusions et ses lâchetés.

Marie, quant à elle, a du mal à croire, et ce, dans tous les sens du terme ! Elle manque de confiance en elle, est très maladroite et jusqu’au premier Miracle, ne voyait en Joshua qu’un homme charmant…mais bizarre. Lorsqu’elle prend conscience de la Vérité, elle oscille entre culpabilité et colère. Culpabilité d’aimer un homme inaccessible. Et Colère parce que c’est aussi un homme qui mérite une vie « ordinaire ». 

Enfin, il y a Kata, la soeur dessinatrice de Marie, dont les dessins apparaissent par intermittence dans l’histoire ! Ça c’est une belle surprise ! Les dessins ressemblent à ceux que l’on voit sur nos calendriers…sauf que les strips sont bien plus pertinents ! Au fil des dessins, on découvre qu’elle a aussi ses zones d’ombres…

L’écriture est très drôle et j’ai adoré les références, qu’elles soient bibliques ou autres ! Et bien que les événements partent un peu trop en sucette sur la fin, j’ai adoré le côté loufoque et improbable de cette histoire, qui m’a fait passer un très bon moment !

Une lecture fraîche et originale, parfaite pour se détendre sur la plage ! Le prochain livre de Safier que je vais lire m’a fait glousser rien qu’en lisant le titre !

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Crossover du jour: Clara/Spock

Après Connor et Amy, voici un autre couple geek que j’ai trouvé plutôt original: Clara et Spock ! J’adore ces deux personnages en plus ! Le montage est super bien fait, je n’avais jamais remarqué la ressemblance des deux univers au niveau des couleurs !

Auteur: River Stilinski

Note: je ne connaissais pas du tout cette reprise de Nickelback par Avril Lavigne et ma fois, c’est assez mignon, je trouve !

Pour l’amour de l’Inde (Catherine Clément)

Ha ! L‘Inde ! Quel fascinant pays qui m’intrigue depuis l’enfance ! C’est pourquoi, dès que je trouve un roman qui s’y intéresse je n’hésite pas !

Résumé:

« 1947. Le dernier des vice-rois des Indes britanniques, Lord Mountbatten, est intronisé à New-Delhi. Lady Edwina, sa femme, est l’une des grandes dames de l’aristocratie anglaise, l’une des plus libertines, et sans doute la plus émancipée. Leur interlocuteur privilégié, le pandit Nehru, vient d’être libéré de sa prison. Bientôt, il deviendra le Premier ministre de l’Inde libre. Tout semble opposer Edwina et Nehru et pourtant, entre l’Indien rebelle à l’Angleterre et la lady anglaise naît une passion impossible que Lord Mountbatten, le mari, accepte avec noblesse. Ils se débattent dans les sanglants événements qui suivent le partage des Indes en deux pays, le Pakistan et l’Inde. En quelques semaines, massacres religieux et épidémies font plus de cinq cent mille morts dans les villages et sur les routes. Seul un vieil homme de soixante-quatorze ans a compris l’imminence de ce désastre: Le Mahatma Gandhi« 

Mon avis:

Quel roman ! Je m’attendais à une banale histoire d’amour entre une blanche et un indien. Mais ce livre est bien plus que ça ! En fait l’histoire d’amour est totalement secondaire. C’est avant tout l’histoire d’un pays vers son indépendance que Catherine Clément nous raconte. 

La première rencontre de l’histoire est de taille: Gandhi ! Un Gandhi vieillissant mais toujours debout, qui se bât (sans violence) pour la paix de son pays. Hélas, Les Musulmans se déchirent contre les Hindouistes. Le sang se répand dans les deux camps. Le peuple veut son indépendance et surtout se délimiter du Pakistan.

Au milieu de tout ça, le vice Roi des Indes britanniques, Lord Louis Mountbatten, et sa femme ont traversé les tourments de la seconde guerre mondiale pour tomber dans une troisième. Une guerre intestine, irréversible qui les laissent aussi impuissants que révoltés. 

J’ai beaucoup aimé Nehru, le premier ministre de l’Inde libre, qui a reçu une éducation anglaise mais dont la guerre a changé en résistant. Il sort de prison au début de l’histoire. C’est un homme enthousiaste, cultivé qui sera tout de suite intrigué par la jeune reine Edwina. Quant à Lord Mountbatten, c’est un homme assez désabusé, qui ne comprend pas les fantaisies de sa femme ainsi que ses prises de risques !

Edwina cache un beau caractère derrière son allure de jeune fille candide. Elle s’est occupée des blessés durant la guerre et est d’autant plus secouée par les meurtres qui deviennent peu à peu quotidiens. Si elle a aimé le « Roi des Indes » à une époque, il se mue progressivement en un mélange d’agacement et de frustration. En revanche son « amour » pour Nehru m’a beaucoup plu, parce que ce n’est pas une « passion exotique ». Elle admire l’enthousiasme et la la soif de justice chez le jeune Indien qui lui, est émerveillé par la beauté et la force intérieure de la jeune femme.

Le trio amoureux est cependant en retrait par rapport au reste de l’histoire.

Malgré tout ses efforts, Gandhi finira assassiné par son propre peuple qui va approfondir encore plus ses inégalités. Mais ce sera le prix à payer pour que l’Inde ait enfin son indépendance et la séparation définitive entre Hindouistes et Musulmans. Cette bataille entre monothéisme et polythéisme m’beaucoup rappelé celle de l‘Antiquité qui opposa les Romains aux Chrétiens ! Au fond, rien n’a tellement changé au fil des siècles…

On y parle aussi une autre religion indienne plus méconnue: Le Sikhisme. Cette religion monothéiste de l’Inde a été une totale découverte pour moi ! Lors du « partage » de lInde et du Pakistan, le territoire des Sikhs se retrouve coupé en deux ; leur peuple est massacré par les Musulmans comme par les Hindous. Habituellement réservés, ils sombrent à leur tour dans la spirale de la violence et des blasphèmes allant jusqu’a égorger un cochon dans une mosquée ! Bref, lInde va s’embraser jusqu’à la folie meurtrière, déchirée entre Musulmans, Hindouistes et Sikhs. Les derniers colons anglais finiront par rentrer chez eux, apeurés et impuissants dans un pays à feu et à sang.

Mais chaque personne aimera (je ne dis pas personnages parce que c’est une histoire vraie !) à sa façon ce pays si particulier qu’est l’Inde, que ce soit pour sa culture, sa richesse…ou ses hommes ! Pour ça, le titre du livre est très bien choisi.

Un livre passionnant, mais dont le résumé n’est pas fidèle à son contenu !

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Clip du jour

Un peu de fantaisie signée Natoo et son clip « Je sais pas danser » ! Très rigolo !

Et là je bouge mon boule
Je bouge mon boule

Écartez-vous d’la piste
La bombe vient d’arriver
J’commence par m’échauffer

Mais j’crois qu’vous êtes pas prêts
J’ai bossé toutes mes chorés
Sur les clips de Beyoncé
Spotlight sur moi, bouge de là
Baby, shake, shake, aïe !

Je viens de m’vautrer par terre
J’ai l’allure d’un veau
En fait j’sais pas danser
J’ai deux pieds gauches, c’est chaud
Aussi rigide qu’un balai
Quand je danse, c’est trop laid
Regarde ce move, c’est la loose

Baby, twerk, twerk, berk !

Je me fiche des rageux
Seul Chris Marques peut me juger

Je sais pas danser
Je bouge comme un boulet
Et t’as mal aux yeux
Même si je fais d’mon mieux
C’est pas d’ma faute
Si j’ai le style d’un retraité

Une meuf lance une battle
Un cercle s’est formé
J’commence j’fais le robot
Mais il a l’air rouillé
Elle fait shaker son bassin
Puis se déplace sur les mains
Je fais une vague toute pétée
Niveau pédiluve !

J’enchaîne sur une chenille
Mais personne m’a suivie
J’décide de tout donner
La foule est juste choquée
La sécu s’est ramenée
Pour me faire évacuer
C’était si moche qu’ils m’ont crue
En crise d’épilepsie !

Je me fiche des rageux
Seul Chris Marques peut me juger

Je sais pas danser
Je bouge comme un boulet
Et t’as mal aux yeux
Même si je fais d’mon mieux
C’est pas d’ma faute
Si j’ai le style d’un retraité
Twerk, twerk, twerk, twerk

Assise dans ma sueur
Je bois un verre au bar
Soudain le roi d’la piste
Attire mon regard
Aussi à l’aise qu’un garçon
Trop serré dans son caleçon
Il me sourit
J’m’approche de lui
Baby, shake, shake, go !

On sait pas danser
On bouge comme des boulets
Et t’as mal aux yeux
Même si on fait d’notre mieux
C’est pas d’notre faute
On a un style de retraité

Je sais pas danser
Je bouge comme un boulet
Et t’as mal aux yeux
Même si je fais d’mon mieux
C’est pas d’ma faute
Si j’ai le style d’un retraité
Le style d’un retraité