Coup de coeur série: « Timeless » d’Eric Kripke et Shawn Ryan

J’en ai parlé lors de mon dernier article, voici ma chronique de la première saison de Timeless ! Et quel régal ! Moi qui adore les voyages dans le temps, j’ai été servie !

Résumé:

« Un trio improbable, composé d’une enseignante en histoire, d’un militaire et d’un scientifique, voyage à travers le temps afin d’arrêter un dangereux criminel, désireux de modifier le cours de l’Histoire telle que nous la connaissons. »

Mon avis:

Je crois que je viens de voir la série la plus addcitive et palpitante depuis le Doctor Who !

Un soir, des individus malintentionnés attaquent un laboratoire de la société américaine Mason Industries et réussissent à s’emparer du fruit de leurs recherches top secrètes, qui viennent d’aboutir à la mise en service puis aux tests concluants d’une machine temporelle fiable. À l’arrivée des secours, les voleurs s’enfuient à bord de la machine et voyagent dans le temps. Ils ont kidnappé avec eux une personne sachant piloter la machine temporelle, son inventeur le professeur Anthony Bruhl.

Le voleur s’appelle Garcia Flynn, un fugitif temporel dont le but est de détruire l’histoire des États-Unis car selon lui une organisation secrète dénommée Rittenhouse dirige dans l’ombre les États-Unis depuis 1778. Elle serait responsable de l’assassinat de sa femme et de sa fille. Sans scrupules ni pitié, il est prêt à tout pour arriver

Dans cette chasse à l’homme particulière, une équipe de choc est mise en place: Lucy Preston, une historienne, Rufus Carlin, un scientifique et Wyatt Logan, un sergent-chef des Delta Force. À bord d’une capsule temporelle en forme d’oeil, ils traquent Flynn à travers le Temps et l’histoire.

Mais cette course-poursuite n’est pas sans conséquence sur le présent…notamment celui de Lucy. Sans aller plus loin dans l’intrigue, ce que je peux dire c’est:

Que le thème du voyage dans le temps est remarquablement bien exploité. Le casting est excellent. Mention spéciale pour la belle Abigail Spencer, qui fait Lucy. C’est bien simple, toutes les époques lui vont, c’est assez rageant ! Intelligente et très courageuse, elle ne se laisse jamais marcher dessus mais déteste la violence. Et son arme la plus redoutable est…son regard de chien battu ! Elle peut avoir tout le monde dans sa poche avec ça ^^

Ses deux camarades ne sont pas en reste. Ruffus est un scientifique brillant et intègre. Wyatt est le militaire sans peur…mais non sans reproche. C’est aussi le beau gosse du trio ! Tous les trois forment une équipe qui inspire tout de suite la sympathie.

L’intrigue est palpitante avec un mélange d’espionnage, de policier et de drame familial. J’ai particulièrement aimé la façon dont l’équipe se soude un peu plus à chaque épisode. C’est aussi l’occasion de rencontrer de grands noms de l’histoire: Lincoln, Rooswelt, Davy Crockett, Ian Fleming, l’auteur de James Bond…

Enfin, il y a cette société Rittenhouse, qui donne tout le mystère et le sel de la série ! Chaque épisode m’a emballée et certains cliffangers m’ont laissée très frustrée !

Mais j’ai adoré l’ambiance, le suspense. Il y a même un certain humour ! Et je préfère encore ne pas avoir se réponses à mes questions plutôt que m’ennuyer parce que j’ai déjà trouvé le dénouement !

En tout cas, après Code Quantum, Sliders, Primeval et Le visiteur du futur, j’ai trouvé une série très originale que j’ai hâte de la continuer !

 

The Good Omens (mini-série)

Hello à tous ! Aujourd’hui, place à un nouveau coup de coeur série ! Et cette fois, c’est Amazon Prime qui remporte la palme !

Good Omens est une mini-série télévisée britannique diffusée le 31 mai 2019 sur Amazon Prime en 6 épisodes, adaptée du roman homonyme De bons présages de Terry Pratchett et Neil Gaiman paru en 1990. Ce dernier s’est chargé du scénario et Douglas Mackinnon de la réalisation.

Résumé:

« Un duo improbable, un Ange exigeant et un Démon qui vit en liberté, ont pris goût à la vie sur Terre et sont obligés de former une alliance pour arrêter Armageddon. Mais ils ont perdu l’Antéchrist, un garçon de 11 ans qui ignorait qu’il était censé provoquer la fin des temps, les forçant à se lancer dans une aventure pour le retrouver et sauver le monde avant qu’il ne soit trop tard. »

 

Mon avis:

Quel régal ! Vous pouvez oublier Supernatural et Lucifer ! Je leur préfère largement The Good Omens ! Cette fable biblique est aussi farfelue que jubilatoire !

L’histoire est racontée sous forme de « conte à rebours ». Comprenez: une voix off (comme pour un conte) et une catastrophe imminente. On parle de la fin des Temps tout de même ! Et surtout, une amitié aussi inattendue qu’improbable !

Aziraphale est un ange au coeur pur, mais très guindé, qui a aidé Adam en lui donnant une épée de feu pour se défendre dans le jardin d’Eden. Contrairement à ses congénères, il est touché par les humains, et comprend leurs plaisirs. Il est choqué pas le dédain que les anges ont développé à leur égard. En effet, le Paradis est aussi chaleureux qu’un hôpital vide: blanc, froid, clinique. Pas du tout idyllique !

Crowley (le serpent qui a tenté Ève), est un démon fanfaron qui ne jure que par sa Bentley et le groupe Queen. Mais il n’est pas pris au sérieux non plus et se venge en insultant ses plantes vertes ^^

Tout deux vivent sur Terre et s’y plaisent bien. Officiellement, ils représentent Dieu et Satan sur Terre. Ils ont un grand point commun: ils aiment la Terre. Et feraient n’importe quoi pour la protéger.  Alors quand l‘Armagedon approche, ils se lancent dans une aventure riche en péripéties, mais aussi de rire.

Ce qui surprend, c’est que l’humanité est très peu montrée finalement ! Et le peu qu’on en voit est à la fois drôle et triste. Il y a le voisin raciste et irascible, un chasseur de sorcière parano, un geek malchanceux, une jeune sorcière… Et surtout, un adorable petit garçon, qui, à la base, voulait juste raconter des histoires avec ses copains !

Le scénario est barré comme je les aime ! Visuellement, c’est très travaillé avec un casting aux petits oignons ! L’opening du générique est particulièrement réussi avec une ambiance  très « burtoniène » !

Si le talent de David Tennant n’est plus à démontrer, j’ai été bluffée par Micheal Sheen, dans le rôle d’Aziraphale ! Son visage tout rond et ses mimiques sont juste parfaites ! Un talent à suivre !

Pour les fans de Doctor Who, je vous propose un jeu: le scénariste a mis de subtils clin d’oeils tout le long de cette série ! Si vous les trouvez, mettez-les en commentaires !

Enfin, j’ai trouvé le fond de l’histoire très intéressante. Hypocrisie hiérarchique, amitiés en péril, Anges et le Démons qui joue à la guerre comme des gosses… L’humour anglais en plus !

Une petite pépite fantastique, drôle et rock and roll !

 

 

Doctor Who : saison 11 et 12

Enfin ! J’ai pu regarder les deux premières saisons avec Jodie Wittaker ! Alors, est-ce que Chris Chibnal a su continuer la série avec le même brio que son prédécesseur Steven Moffat ?

Résumé:

Le Docteur, tout fraichement régénéré en femme, retombe sur Terre après voir chuté de son TARDIS. Arrivant dans la région de Greenfield, elle fait la connaissance de Yasmin Khan, une policière novice, Graham O’Brien, un conducteur de bus, et Ryan Sinclair, le petit-fils d’adoption de Graham, qui deviendront ses nouveaux compagnons. Ils vivront moult aventures en différents lieux et époques.

 

Mon avis:

Il m’est toujours difficile de décrire ma série fétiche avec objectivité. Je vais commencer par les points positifs:

Exit, le docteur dépressif. Nous retrouvons ce qui faisait tout le sel du personnage: quel plaisir de retrouver un doc joyeux et enthousiaste ! J’ai tout de suite adhéré à la belle Jodie, qui nous offre une interprétation subtile. Elle bien su faire la transition avec Capaldi !

La jeune femme retrouve peu à peu sa joie de vivre grâce à ses nouveaux compagnons !

Ça aussi, ça change: j’avais l’impression que le Tardis avait un équipage !

Il y a Yasmin Khan, une policière en formation, Graham O’Brien, un chauffeur de bus et Ryan Sainclair, son petit-fils. Tout les quatre vont vivre de folles aventures et rencontrer des personnages historiques célèbres. Toutefois, les épisodes, souvent brouillons, m’ont donné une impression d’inachevé, pas assez approfondi !

Mais en contrepartie, l’esthétique est superbe, les nouveaux compagnons très attachants. Et surtout, nous retrouvons le célèbre sonique qui passe du tournevis… au couteau suisse ! Ce petit gadget au bruit caractéristique m’avait tellement manqué !!! 

C’est lors de la 12e saison que les événements prennent plus de rythme et de suspense ! C’est le retour des courses-poursuites, des surprises, des créatures bizarres, avec en plus, une petite touche écologique !

Le Docteur fait prendre conscience que le futur peut changer à tout moment, en fonction de nos émotions et nos comportements ! D’anciens ennemis reviennent, mais aussi des alliés ! Enfin, nous découvrons une nouvelle facette de son passé, qui nous offre une théorie interessante !

Ce nouveau cycle est marqué par un plus grand métissage chez les acteurs ! Mention spéciale à Ryan Sainclair, un jeune homme maladroit et sportif, qui trouve chez le docteur un mentor, et Graham son père d’adoption, un homme au flegme tout britannique mais bien plus triste qu’il n’y parait. 

Bref, après un début qui me laissait sur ma faim, j’ai retrouvé un(e) Docteur en pleine forme ! J’ai hâte de connaitre la suite !

 

 

 

Doctor Who Saison 10 : Goobye Mr Capaldi

Hello à tous ! Avant de vous faire part de mon opinion sur le/la 13e Docteur, je me devais de faire un petit hommage au Doctor numéro 12, Peter Capaldi

Tout d’abord, nous retorouvons un docteur en pleine tourmente: dévasté par la mort de Clara, sans parler de son dernier rendez vous avec River Song, il continue de errer pendant 24 ans. Jusqu’à ce qu’un nouveau compagnon fasse son apparition: Bill Potts !

Bill Potts est une jeune femme de 26 ans qui travaille dans la cantine universitaire de Bristol, où le Docteur enseigne  la physique quantique. Elle n’a jamais connu ses parents et vit avec une femme qu’elle considère comme sa mère adoptive.

Sa rencontre avec le docteur se fait lors d’une convocation où il lui propose de devenir son tuteur. Sa découverte du Tardis est l’une des plus drôle que j’ai pu voir ! J’ai tout de suite adoré cette jeune femme d’un caractère enfantin, malicieux et sensible. Elle est lesbienne et tombera amoureuse d’une certaine Heather, qui se retrouve prisonière d’une étrange « flaque d’eau ». 

Il y aura aussi un univers « idyllique » où le sourire est obligatoire…sous peine de mort ! Mais l’un des meilleur est celui d’une maison hantée avec en maître de maison le mythique David Suchet d’Hercule Poirot ! Et son rôle est loin d’être mignon ! 

J’ai beaucoup aimé le duo Doctor/Bill !

 Les épisodes ont un certain rythme, mais de nombreux détails ont dérouté de nombreux fans; exit, le tournevis sonique, le docteur utilise… des lunettes de soleil ! J’ai trouvé que c’était un peu too much !

Ces épisodes marqueront aussi le retour du Master sous une autre forme… qui m’a énormément surprise ! 

J’ai bien aimé Peter Capaldi, qui incarne un Docteur à la fois triste, fatigué et en pleine introspection. Mais sa nouvelle compagne lui redonne du poil de la bête ! Un peu comme Donna, mais avec une relation plus professeur élève. Le Docteur apprend à Potts les subtilités quantiques et les merveilles de l’Univers. Et Bill a sufisemment de répondant pour le faire renoncer à l’éfacememt de la mémoire !

Le fait que Bill soit ouvertement lesbienne marque aussi un tournant chez les compagnons du docteur ! Son couple avec Eather est très beau. J’ai bien aimé la façon dont Bill s’adapte à chaque univers visité et sa complicité avec le Docteur qui apprend aussi beaucoup à son contact.

Tout les deux vont avoir notament une discussion intéressante sur le sexe et le genre, nous préparant doucement au prochain cap de regénération ! Au final, je me répète, c’était logique !

Bref, j’ai bien apprécié la période Capaldi, qui s’est terminée en apothéose avec un joli clin d’oeil à son prédécesseur Matt Smith ! Je termine avec une vidéo hommage à cette période !

J’ai à peine commencé la nouvelle saison avec Jodie Witaker; je vous en dis plus bientôt !

Miss Fisher et la Crypte des larmes

Oh my god ! Si certains trépignent à l’arrivée du prochain Kaamelott, moi, c’est une toute autre série qui me fait fangirler comme une folle: Miss Fisher enquête va passer sur grand écran !

Après un certain succès et des projets spin off avortés, la belle enquêtrice nous revient, plus glamour que jamais, dans un film qui sortira aux États Unis demain: Miss Fisher and The Crypt of Tears !

Résumé:

« Après avoir libéré une jeune femme Bedouine d’un injuste emprisonnement à Jerusalem, Phryne Fisher et Jack Robinson partent en voyage résoudre une énigme étrange à propos d’émeraudes, de malédiction ancienne, de tribu de Shirin et  autres aventures … »

Je ne sais pas encore quand (ou si) ça sort en France mais j’aimerais beaucoup découvrir cette nouvelle aventure qui a un parfum d’Indiana Jones et de Mort sur le Nil ! 

Et vous?

 

Hilda (série Netflix)

Hello à tous ! Aujourd’hui, place à un adorable coup de coeur Netflix ! J’ai pour le coup très envie de me lire la série BD !

Résumé:

« La série se déroule dans un univers qui ressemble à la Norvège de la fin du xxe siècle, mêlant humains normaux et créatures fantastiques, et suit les aventures de Hilda, une petite fille aux cheveux bleus, qui a passé toute sa vie dans une vallée isolée avec sa mère et son fidèle Twig (Brindille en français), un animal de compagnie tenant à la fois du renard et du daim (un « renard-cerf »). Après un conflit avec les créatures magiques vivant autour de la maison, elles déménagent à la ville locale de Trollbourg, accompagnées du petit elfe, Alfur, avec qui Hilda s’est liée d’amitié. Alors qu’Hilda était réticente à vivre en ville, elle se fait bientôt deux nouveaux amis, Frida et David, et découvre que Trollbourg pourrait se révéler plus intéressante à explorer qu’elle ne pensait initialement. »

 

Mon avis:

Quelle merveille ! L’une des plus belles animation que j’ai pu voir depuis Gravity Falls !

À l’origine, Hilda est une série de BD de Luke Pearson, paru en 2013. C’est un univers plein de poésie, d’amitié, de douceur et d’aventure !

Hilda vit dans une maison en pleine forêt avec sa mère. Intrépide, elle adore côtoyer les créatures elfiques, du troll géant, au petit peuple de lutins. Mais voilà, suite à un conflit de territoire avec le « petit peuple », sa maison est détruite. Hilda et sa mère sont donc contraintes de s’installer dans la ville la plus proche, Trollbourg.

Une épreuve, pour la petite fille, plus à l’aise avec les Trolls que ses congénères humains. 

Son intégration se fait grâce au club de scouts de Trollbourg, les Moineaux, où elle rencontrera ses deux amis: Frida, la bonne élève et David un petit garçon peureux. Tous les trois vont vivre de folles aventures, car le monde elfique fait des siennes même au sein d’une petite ville !

Si Gravity Falls prônait le mystère et la science-fiction, le monde d’Hilda est plus dans le conte scandinave avec un corbeau géant, un renard-cerf blanc, des trolls, des lieux plus ou moins interdits… Les dessins sont magnifiques, avec des couleurs tendres et un trait très doux. 

J’ai adoré découvrir ce bel univers et son héroïne attachante.

Une série doudou à savourer avec un thé au un chocolat chaud !

 

Grimm

Hello à tous ! L’automne est là. Halloween arrive bientôt. C’est pourquoi, j’ai voulu revoir une série à grand potentiel. Grimm est une série télévisée américaine de 123 épisodes de 42 minutes créée par David Greenwalt et Jim Kou.

Résumé:

Lorsqu’il découvre qu’il est l’un des derniers descendants des Grimm, une lignée de chasseurs dont les célèbres récits ne sont pas des contes mais des faits réels, l’inspecteur Nick Burckhardt se met en quête de ces créatures surnaturelles susceptibles de faire du mal aux humains. Pour Nick, c’est un monde nouveau dont il ignore les règles qu’il lui faut affronter.

 

Mon avis:

Un mélange des genres que j’adore: fantastique, contes de fée et policier ! Ne surtout pas confondre avec Once Upon A Time ! On est plus proche de Supernatural  côté ambiance ! 

Nick Burkhard est un talentueux inspecteur de police vivant dans la ville de Portland.

Lors d’une enquête d’enlèvement, il voit un suspect changer d’apparence, le temps d’un flash. Troublé, il pense d’abord que c’est la fatigue. N’ayant pour famille qu’une tante atteinte d’un cancer, il a très peur de la perdre. Ce qui le rend parfois irritable sur le terrain. Mais ses enquêtes vont prendre une tournure surnaturelle inattendue. Un danger plane sur lui et ses ancêtres …

Sa tante gravement malade, finit par lui dire la vérité: il est un « Grimm », un descendant des célèbres frères. Les contes sont réels. Un Grimm est un chasseur de créatures nommées Wesen

Les Wesen possèdent tous la particularité de conserver leur forme humaine lorsqu’elles contrôlent leurs pulsions instinctives. Seul un Grimm peut voir leur véritable apparence. C’est l’expérience troublante que va vivre Nick. 

Après la mort de sa tante, qui lui a remis une mystérieuse clé, Nick rencontre Monroe, un Blutbad (un loup-garou), qui devient son ami et l’aide à combattre toutes sortes de créatures. Dans le même temps, Nick s’efforce de cacher sa nouvelle vie à sa compagne, Juliette Silverton, ainsi qu’à son partenaire Hank Griffin.

Ce que j’aime dans cette première saison, c’est qu’elle alterne deux duos:

Nick et Hank pour l’aspect « classique » de l’enquête : perquisition, interrogatoires ect. C’est, on va dire le « duo officiel ». Hank est un très bon flic mais n’a pas du tout conscience de l’aspect surnaturel de ses enquêtes. Il a cependant une entière confiance en Nick dont il reconnait l’intuition mais pas les pouvoirs. 

Car quand on n’a affaire à du surnaturel, il est pratique d’avoir un coéquipier non humain.  Monroe est un loup-garou grincheux et capable de déceler des odeurs mieux qu’un chien policier. J’ai une préférence pour ce duo, j’avoue ! J’aime beaucoup Monroe ! Derrière son air de loup solitaire se cache un mélomane (il joue du violoncelle), un sportif et il est une mine d’information sur les créatures que va croiser Nick.

J’aime bien la construction des épisodes, qui commence toujours par une citation de conte de fée: Le petit chaperon rouge, la reine des abeilles, Barbe-Bleue ou encore Boucle d’Or. Entre les contes et la vraie vie, la frontière est mince. Et les deux sont macabres !

Les enquêtes sont efficaces mais les intrigues parfois trop faciles, du moins en ce qui concerne le début de la série. En revanche, j’aime beaucoup le côté fantastique !

Les créatures sont originales et plutôt bien faites ! L’esthétique est agréable et les acteurs assez convaincants ! C’est le jeu du « qui est humain ? qui est un Wesen? » qui est passionnant !

Certains personnages m’ont agréablement surprise par leur ambiguïté comme le supérieur de Nick, Sean Renard, qui cache bien son jeu derrière son costume impeccable ! 

Les femmes aussi sont intéressantes ! À commencer par Juliette, la petite amie de Nick au début de la série. Au début, je la trouvais assez fade mais son évolution m’a beaucoup surprise ! Il y a aussi la belle Adalind. Enfin belle..quand elle ne se transforme pas en Hexenbies (une sorcière au visage dévoré). Sa relation avec Nick est plus tortueuse que je ne l’aurais cru. Mais je n’ai pas trop accroché à leur couple !

Non, mon coup de coeur est Rosalee, une Fauchsbau (femme-renard), qui deviendra la petite amie de Monroe. Loyale et mignonne, c’est une bouffée d’air frais au milieu de tous ces monstres ! D’autant qu’elle sera d’une aide précieuse pour Nick et Hank !

Les contes sont revisités avec originalité. Le nom des créatures semblent sortir d’un vieux « Grimm-oire » ( je revendique mon humour de merde). En effet, comme il est question des contes de Grimm, tous les noms sont de consonances allemande ! Je trouve ça original !

Et le tout se déroule dans la ville de Portland, aux États Unis, ce qui change des villes bétonnées comme New York ou Londres ! Il ya des forêts, des maisons isolées..

Une bonne série pour l’automne et Halloween !

Gravity Falls (Alex Hirch)

Alerte coup de coeur ! Enfin une série cartoon qui sort vraiment des sentiers battus ! Et une production Disney Chanel en plus ! Je ne connaissais pas du tout Alex Hirch mais je retiens ce nom !

Résumé

« Gravity Falls raconte les aventures des jumeaux Pines: Dipper le frère et Mabel la sœur, âgés de 12 ans et résidant à Piedmont (dans l’état de Californie). Leurs parents les envoient pour l’été chez leur grand-oncle Stan à Gravity Falls, une petite ville dans l’Oregon. Ils s’aperçoivent vite que cette petite ville recèle de nombreux secrets. Que s’y passe-t-il vraiment? »

 

Mon avis:

Habituellement, je suis plutôt animés japonais. Je n’ai plus vu de série cartoon depuis Daria et Futurama. Et bien là, je dois dire: Chapeau bas, Alex Hirch !

Dipper est un garçon malin et timide. Il est aussi très courageux et aime beaucoup sa soeur jumelle Mabel, même s’il le montre avec maladresse.

Leur arrivée dans la petite ville de Gravity Falls va changer leur vie. 

Au début, Dipper est ronchon à l’idée du travail qui l’attend à la boutique de faux monstres. D’autant que l’Oncle Stan n’est pas vraiment commode quand il enlève son sourire commercial. 

Mais Il va vite se rendre compte que Gravity Falls est une ville bien trop étrange pour s’ennuyer ! En effet, Dipper trouve un mystérieux livre avec une main à six doigts et le chiffre 3. C’est en fait un journal qui répertorie tous les « monstres » et relate de curieux événements survenus en ville..

Avec sa soeur Mabel, il va vivre des aventures trépidantes et dangereuses ! Il va aussi tomber amoureux d’une jeune fille de 15 ans, Wendy, une jolie rouquine issue d’une famille de bucherons. J’ai adoré cette fille pleine de peps, garçon manqué malgré ses cheveux ultra longs. Si elle a un petit ami, sa complicité avec Dipper est très touchante, comme une grande soeur.  

Mais mon gros coup de coeur est Mabel !

Ha…Mabel ! C’est bien simple, cette fille est une tarée droguée aux paillettes ! À la recherche d’un premier crush d’été, elle tombe amoureuse de tous les garçons qu’elle croise, même les plus bizarres. Mais si elle paraît avoir 5 ans d’âge mental, son enthousiasme et son optimisme la rendent totalement craquante ! Elle a son propre style vestimentaire (des pulls en laine colorée qu’elle fait elle-même) et devient une groupie hystérique quand elle entend son groupe préféré. Son plus grand « craquage » ne sera cependant pas pour un humain, mais un…cochon ! 

La Cabane aux mystères de l’oncle Stan (ou Mystery Shack en VO) est aussi très intrigante: une sorte de bric-à-brac de curiosités de pacotille et en même temps un lieu qui recèle certains secrets. Sinon, pourquoi la Cabane est-elle convoitée par l’inquiétant Gideon ? Enfin inquiétant… dans le genre Mini-Moi d’Austin Powers avec la coiffure d’Elvis Presley ! Mais le « vrai » méchant sera tout autre… et des plus étrange !

Parmi les employés de la boutiques, il y a Soos Rodriguez, un homme en apparence glouton et simplet, mais toujours d’attaque quant il s’agit de partir à l’aventure avec les enfants. Physiquement parlant, il ressemble à une version humaine de Patrick, l’étoile de mer dans Bob l’éponge…avec un air benêt à la Homer Simpson. Je dis ça à cause de sa passion pour la nourriture et de ses réactions parfois…infantiles !

Mais le plus mystérieux est l’oncle Stan: spécialiste d’arnaques en tout genre, il mène son musée de curiosités comme un loup de mer mène son bateau. Grincheux et rebelle, il n’hésite pas à duper les autres et il semble ne penser qu’à l’argent. La réalité est plus sombre et surtout bien plus triste que je ne l’aurais cru. Je ne spolierai pas mais tout ce que je peux dire c’est que je n’ai RIEN vu venir ! 

À la première saison, j’avais l’impression d’être dans des épisodes de Scoobidoo mais avec de vrais monstres. L’humour est déjanté et les personnages secondaires sont aussi drôles qu’attachants: Les deux flics blasés, la rivale blonde; le veux fou ou encore le premier crush d’ado. Les histoires sont rock and roll et entrainantes.. Mais la deuxième saison est juste… Wouah !!! Les créatures de Gravity Falls sont tantôt funs, tantôt flippantes ! On y trouve de tout, et surtout du n’importe quoi ! Mais dans le bon sens du terme ! Entre mystère et fantastique, humour potache et révélations coup de poing, je ne me suis pas ennuyée un seul épisode !

Le style de dessin est superbe, joyeux et sombre à la fois ! Cette série cartoon et la meilleure surprise que j’ai vu depuis longtemps ! Certains épisodes partent complètement en live et d’autres sont beaucoup plus sérieux. En plus, la casquette de Dipper n’est pas sans rappeler une autre série: Stranger Things ! Un fan ne s’y est pas trompé et a carrément fait un faux trailer live assez bien fait ! Un gros bravo à Omer Menashe !

 

Autre particularité: les épisodes fourmillent de petits détails: rien que dans le générique on trouve plein de petites infos qui se révèlent au fil de l’histoire. C’est subtil et très bien fait ! J’ai littéralement avalé les épisodes, passant du rire à la surprise et même à la tristesse ! Il n’y a que deux saisons pour l’instant. Mais je ne serais pas contre une troisième !

Bref, je ne peux que vous conseiller Gravity Falls ! Une super surprise !

 

Les mystères de Haven (série)

Je continue ma (re)découverte de séries fantastique avec Les Mystères de Haven. Et quelle découverte ! Bon déjà, l’histoire est inspirée d’un livre de Stephen King: Colorado Kid, qui m’intrigue pour le coup ! Je vais sûrement le lire un de ces jours !

Résumé

Au fin fond du Maine, aux Etats-Unis, Haven est une ville où les malédictions ont sévi pendant plusieurs décennies. L’agent du FBI Audrey Parker est chargée d’enquêter sur d’étranges phénomènes surnaturels qui ont refait surface récemment… Son arrivée va bouleverser sa vie et celles de ses habitants.

 

Mon avis:

Quelle belle surprise ! Haven est une série qui se démarque vraiment de la SF habituelle ! Ici, pas de créatures monstrueuses, d’aliens ou autres… Et pourtant !

Audrey Parker est une jeune agent du FBI. Son patron l’envoie dans la ville de Haven, dans le Maine, pour une affaire de routine. À son arrivée, elle découvre une ville en proie à des phénomènes inexpliqués. Météo imprévisible, route qui se fissure brusquement, comportements étranges…

Elle apprend que ces « phénomènes » s’étaient produits par le passé. Avec l’aide du policier local Nathan Wuornos, et du gentil malfrat Duke Crocker, elle résoudra son enquête et s’installera à Haven pour éclaircir enfin ses origines qui sont liées à cette ville singulière.

Comme le dit son titre français, c’est vraiment le mystère qui prime ! Et je dois dire que j’ai été bluffée par les idées présentes ! Déjà la ville, elle-même ! Les paysages sont magnifiques, à la fois rustiques et sauvages, avec un petit côté western par moment ! Haven, c’est comme si Storybrooke avait rencontré X-Files ! J’ai beaucoup pensé à cette série de mon adolescence par son côté mystérieux fantastique mais aussi à cause des personnages !

Audrey Parker est une sorte de croisement entre Dana Scully et Veronica Mars ! Elle est têtue, pleine de jugeote rationnelle, mais le mystère de ses origines et les phénomènes étranges de Haven vont l’amener à croire l’incroyable.

En effet certains habitants ont des pathologies assez étranges, allant de l’insensibilité physique (c’est le cas de Nathan) à la folie meurtrière qui dérègle le climat ! Appelés les « perturbés », ces personnes de contrôlent pas ce qui leur arrivent et sont aussi fragiles qu’imprévisibles.

À travers ses enquêtes, Audrey va les aider mais aussi tenter de reconstituer son passé et même… ses autres vies !

Car, comme dans Orphan Black, l’actrice principale joue plusieurs rôles différents ! Ce qui donne une intrigue fine et une ambiance assez spéciale que j’ai trouvé très réussie ! La tension et les événements montent en flèche mais on ne tombe pas pour autant dans l’horreur ou le gore ! C’est bien plus subtil que ça !

Bien sûr on n’échappe pas à la romance entre Audrey et Nathan, qui ne retrouve sa faculté à sentir (dans tous les sens du terme) qu’auprès d’elle. Mais j’ai aussi beaucoup aimé l’amitié/rivalité entre Duke et Nathan, qui se cherchent des noises depuis l’enfance ! Ces deux-là forment un duo plutôt sympathique ! J’ai un petit faible pour Duke, j’avoue ! Et pourtant, les bad boys, c’est pas mon truc d’habitude !

Mais c’est surtout l’atmosphère très particulière de Haven qui m’a plue ! Tout est dans l’ambiance, les zones d’ombres, l’ambiguïté. Les effets spéciaux sont cool sans en faire trop, privilégiant les personnes et les épreuves qu’elles traversent. La série ne manque pas  pour autant d’humour et les personnages sont très attachants !

Une série originale et drôlement sympa ! J’aime aussi beaucoup l’esthétique du générique !

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Coup de coeur: « Farscape » de Rockne S. O’Bannon

S’il y a bien une série SF (annulée) qui mériterait d’être plus connue, c’est bien celle-là ! Farscape est une série australienne diffusée du au sur Nine Network en Australie et Sci Fi Channel aux États-Unis. En France, la série a été diffusée du au sur Série Club.

Résumé:

« John Crichton est astronaute. Le jour où il part dans l’espace pour vérifier l’une de ses théories, son module est aspiré par un vortex et il se retrouve projeté dans une zone inconnue de l’univers où personne n’a jamais entendu parler ni de la terre ni des humains. Il est recueilli par un Léviathan avec à son bord trois prisonniers en train de s’échapper. Dès lors il n’aura de cesse de chercher un moyen pour pouvoir rentrer chez lui. Mais le voyage ne sera pas de tout repos car l’univers grouille de menaces plus dangereuses les unes que les autres… »

 

Mon avis:

Si elle est moins politique que Babylon 5, Farscape est indéniablement plus fun et créative ! L’épisode-pilote m’avait laissée dubitative, mais la suite m’a définitivement convaincue !

Au cours d’une expérience spatiale, un astronaute, John Crichton, se trouve projeté à travers un trou de ver dans une galaxie lointaine. Il se retrouve au milieu d’un combat opposant un vaisseau vivant, Moya, à une horde de chasseurs spatiaux appartenant à la race guerrière des Pacificateurs. Le petit vaisseau de Crichton est heurté par un chasseur pacificateur qui s’écrase sur un astéroïde. Il est ensuite happé par Moya où Crichton se retrouve en compagnie de trois prisonniers évadés : Ka D’Argo, guerrier luxan ; Pa’u Zotoh Zhaan, prêtresse delvienne et Rygel le XVIe, monarque hynérien déchu tentant de retrouver son trône.

Une pilote pacificatrice, Aeryn Sun, lancée à leur poursuite puis condamnée à l’exil par son commandant le capitaine Bialar Crais, pour avoir été trop longtemps en contact avec les fuyards, vient compléter l’équipage hétéroclite du vaisseau léviathan.

Au départ franchement dérouté, John va finir par s’attacher à cet équipage étrange et son vaisseau vivant ! Les créatures sont aussi complexe que drôles et j’ai vraiment adoré découvrir chaque extra-terrestre, que j’ai trouvé bien plus intéressants que le héro lui-même !

Tout d’abord Zhaan, la prêtresse delvienne: à la fois médecin, scientifique et religieuse, cette créature fascinante peut soigner toute formes de vie…dont le vaisseau lui-même ! Elle dégage un calme et une spiritualité étonnante et incarnera le plus souvent la voix de la raison de la série. En tout cas, elle m’a intriguée tout de suite ! L’épisode où l’on découvre sa planète et sa culture m’a émerveillée ! 

Rygel est une créature absolument GÉNIALE ! Entre sa bouille de Yoda moustachu et ses réflexions tordantes, je me suis crue dans Labyrinthe ou le Dark Cristal ! Il donne la touche d’humour cocasse et impertinent dans cet univers sombre et complexe ! Pour moi, c’est la mascotte du vaisseau !

D’Argo est de prime abord très antipathique: entre son faciès de poulpe et sa barbarie, c’est celui qui se méfiera le plus de John au départ ! Mais peu à peu, une certaine camaraderie naîtra entre eux. Il cache aussi un lourd secret, qu’il ne révélera que bien plus tard. Guerrier redoutable, son tempérament bourru m’a fait penser à une sorte de marin de l’espace. Mais bien entendu, il a aussi ses zones d’ombres et une certaine sensibilité en cas de coup dur !

Il y a aussi Aeryn Sun, une ancienne commando, et un officier de la Compagnie Icarion, du régiment Pleisar. Bien qu’elle semble être humaine, elle est en fait une sébacéenneune espèce (pratiquement) indiscernable des humains. J’avoue que j’ai du mal avec elle. Trop froide, son passé de miliaire lui a appris à ne jamais rien montrer. Sa relation avec John est un peu trop prévisible, même si le tempérament très « Lara Croft » de la jeune femme lui donne du fil à retordre ! Leur relation m’a parue trop conventionnelle dans un univers aussi original ! Vraiment dommage !

En revanche s’il y en a bien une avec qui, il a une relation des plus intéressante, c’est elle : Chianaune Nébari, ressortissante d’un empire totalitaire qui impose à ses citoyens le contrôle de leurs actions et de leurs émotions. Chiana et son frère se sont échappés de Nébari Prime, la planète capitale, mais ont été séparés et Chiana a été finalement capturée. C’est une femme sensuelle et excentrique, rebelle et rock and roll ! Ayant subit les pires tortures, elle ne supporte aucune autorité, même bienveillante. Impulsive, elle est aussi pleine de joie de vivre ! Sa relation avec John avait tellement plus de potentiel ! J’ai failli hurler de joie devant cette scène:

*Fangirling, Fangirling, Fangirling !!! *

Aeryn me parait tellement fade à côté de Chiana ! J’avoue qu’entre elle et Zhaan, mon coeur balance ! Je les trouve magnifiques toutes les deux !

 

Pilot, l’Alien le plus mystérieux de l’équipage !

L’autre particularité de cette série c’est que le vaisseau est vivant ! Moya est un Léviathan, une sorte de baleine de l’espace dont le cerveau est dirigé et lié à Pilot, un extra-terrestre à la fois navigateur, opérateur, compagnon, et qui sert de lien avec le reste de l’équipage. C’est lui qui donne une « voix » à Moya et dirige les opérations.

Moya est aussi une pacifiste et vous ne verrez pas de lance-roquettes, lasers ou autres gadgets. Sa seule manoeuvre défensive s’appelle la Combustion, ce qui lui permet de se déplacer à très grande vitesse dans l’hyper-espace. Toute cette équipe va vivre de folles aventures et se rapprocher les uns des autres. 

Chaque épisode est meilleur que le précédent, plein de surprises et très fun à regarder ! On ne sait jamais à quoi s’attendre et c’est très plaisant !

De plus, les femmes (humaines ou non) sont bien plus bad-ass que les mecs au final ! Pour le coup, j’ai très envie de donner une chance à Défiance, du même producteur !

En résumé, Farscape est une excellente série sf, plus émotionnelle que politique. Elle mérite d’être redécouverte, ne serait-ce pour les costumes et le maquillage des personnages ! 

Note: Les deux acteurs principaux, Claudia Black (Aeryn) et Ben Browder (John Chrishton) jouent aussi ensembles dans la série Stargate SG1 ! 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer