« La dernière chevauchée » de Tom Eidson

Depuis mars, j’épure ma PAL et ne lit que ce qui me fait vraiment envie ! Aujourd’hui, je vous emmène au Far West, avec ce livre que j’ai déniché dans la bibliothèque familiale !

Résumé:

« Nous sommes en 1886 au Nouveau-Mexique, et tout l’Ouest a été « civilisé ». Lorsqu’il arrive au ranch de Brake Baldwin, Samuel Jones est un vieil homme fatigué. Dans ce ranch vivent Maggie, la femme de Brake, sa fille ainée Lily, la petite dernière Dot et un Mexicain Manito. L’arrivée de l’étranger va entièrement bouleverser la vie de cette famille. »

Mon avis:

Quelle claque ! La Dernière Chevauchée est plus qu’un western classique. C’est à la fois un drame familial, une page de l’Histoire Américaine et un roman d’aventure.

Brake et Maggie forment un couple heureux et une famille unie. Leur vie au Ranch est dure mais ils ne s’en plaignent pas. Mais tout va changer à l’arrivée d’un vieil homme au lourd passé. En effet, Maggie, d’ordinaire gentille et accueillante rejette l’étranger de façon bien trop violente pour être normale.

Samuel Jones est en effet le père de Maggie qui revient après 30 ans d’absence. Malade, fatigué, il semble trainer un passé aussi lourd qu’une pierre.  Parlant très peu, il ressemble plus à un vieil Indien qu’un père de famille blanche. Pour Maggie, fervente chrétienne, c’est un traître à ses origines autant qu’un père lâche. Autant dire que leur relation est des plus tendue !

Mais lorsque sa fille aînée, Lily est capturée par des Indiens pour la « traite des Blanches », Maggie n’a d’autre choix que de s’allier à ce père étrange pour la retrouver. Ce sera l’occasion pour la jeune femme de tirer au clair le passé de Jones. Mais aussi trouver sa propre rédemption.

J’ai trouvé très interessant le conflit entre la culture indienne (esprit de la nature) et la foi chrétienne. D’un côté des Indiens ravagés par le pillage de leur terre et par l’alcool. De l’autre, des familles flanches attaquées par les Indiens pour vendre leur femmes et filles… 

Et au milieu de ça, un Blanc qui croit en la Magie Indienne, qui pour des raisons obscures, a tourné le dos à sa femme et ses filles. Jones m’a fascinée. C’est un homme brisé mais débordant d’amour. Il parle peu car il sait l’impact que peuvent avoir les mots. 

Il se lie d’affection pour sa jeune petite-fille, Dot. Sa fascination pour ce « grand-père sorcier » va mettre à rude épreuve son innocence de petite fille de 8 ans. Bouleversée par la disparition de sa soeur, elle croit en son grand-père comme à un super-héro qui lui rendrait sa vie d’avant. C’est à la fois triste, beau et touchant.

L’écriture est tellement limpide que j’avais l’impression d’y être ! La chaleur du désert, la fatigue des hommes et des bêtes, le danger d’une attaque indienne, la peur pour l’être aimé. Et le poids que les non-dits peuvent provoquer !

Bref, j’ai dévoré ce livre ! Le seul bémol est la fin, aussi abrupte que le rebord d’une falaise ! J’aurais bien voulu un épilogue !

Mais sinon, ce fut une excellente lecture !

 

Bienvenue au Paradis (Bernard Werber)

Hello à tous ! Aujourd’hui, je continue mon exploration sur le thème de l’au delà avec un livre de Bernard Werber !

Résumé:

« Le Paradis? Un jour, vous aussi, vous y viendrez. Alors préparez-vous au Jugement Dernier. Il y aura un avocat (votre ange gardien), un procureur, (votre démon) et un juge (de préférence impartial). Mais les valeurs au Paradis ne sont pas les même que sur Terre. Anatole Pichon va en faire l’amusante expérience. »

Mon avis:

Bernard Werber continue à me dérouter avec sa vision singulière de l’après-vie. C’est ce qui avait fait le succès des Thanathonautes ! Le lire en version théâtre est plutôt bien vu !

Anatole Pichon meurt lors d’une opération pour son cancer du poumon. Arrivé au portes du Paradis, il fait la connaissance de Caroline, son Ange gardien et de Bertrand, son Démon. Ils devront passer en revue toute sa vie pour savoir s’il doit se réincarner ou non.

Au départ, j’avais trouvé Anatole Pichon plutôt benêt et beauf. Mais comme Juste Leblanc du Dîner de cons, il a plus d’un tour dans son sac ! J’ai beaucoup aimé son évolution !

Son Ange et son Démon m’ont beaucoup fait rire ! En effet, avant leur métier céleste, ils ont été mariés/ Divorcés ! Ils passent donc la moitié du temps à s’envoyer des piques, ce qui donne un certain mordant à l’histoire !

Ma préférence va cependant au Juge: Gabrielle.

Arrivée au Ciel durant l’Antiquité, elle est completement perdue face à notre époque moderne et tout ses changements ! En plus du jugement, elle doit gérer les prochaines naissances terrestres et veiller à ce qu’elles soient toutes incarnées ! Un travail épuisant ! C’est une jeune femme qui se veut impartiale mais comment démêler le bien du mal avec toutes ces vies ? J’ai aimé sa maladresse, son écoute, mais aussi sa curiosité pour chaque âme !

J’ai aimé la façon dont est transposé le Jugement au Ciel. Les « valeurs morales » humaines sont complètement détournées. On y trouve aussi une certaine critique de la société: corps médical sous pression, différents conjugaux, misogynie, potentiel gâché…  Mais surtout, il y a le libre arbitre, et la façon dont on choisit son Destin.

Cette pièce aurait pu être ennuyeuse avec ses thèmes trop récurrents. Mais elle a le mérite d’avoir des dialogues savoureux. L’humour est acerbe, presque noir. Ce qui ne m’a au final pas déplu ! L’écriture passe bien et la fin est un joli twist !

Une lecture rafraîchissante et facile à lire ! 

 

Le tendre baiser du Tyrannosaure

Hello à tous ! Après le ciné, je me remets à la lecture ! Et vu le contexte actuel, on va éviter les polars/Thriller est autres trucs angoissants ! J’ai opté pour Agnès Abécassis avec un roman au titre rigolo !

Résumé:

Rassurez-vous, il n’y a pas de vrai tyrannosaure dans cette histoire.
Mais il y a Félix, un paléontologue peureux à qui sa grand-mère ordonne de quitter la femme avec laquelle il vit pour affronter ses pires angoisses. S’il y parvient, il aura droit à une immense surprise…
Et puis il y a Olive, sur le point de se marier, qui annonce à sa famille que son couple ne désire pas avoir d’enfant. Scandale, indignation et machinations de la mère et de la belle-mère !
On évoque Tom, aussi ? Un flic désabusé et terriblement romantique, trop sans doute pour la fille capricieuse qu’il va rencontrer.
Et n’oublions pas Ava, vendeuse d’escarpins de luxe, qui reçoit un jour d’une cliente millionnaire  un bijou hors de prix, et qui quitte illico cet emploi qu’elle déteste tant. Jusqu’à ce que son bijou disparaisse…

Mon avis:

Une lecture très agréable, qui m’a fait penser au film Love Actually dans sa forme. En effet, ce sont plusieurs histoires qui se croisent et finissent par se rejoindre.

Il y a d’abord Félix, paléontologue aussi intelligent qu’angoissé. Il faut dire qu’entre son asthme et sa relation conflictuelle avec Yolanda, il est au bord de la crise de nerfs ! Heureusement, il a Lutèce, sa grand-mère excentrique et Tom, son ami flic ! 

Tom, justement, est en pleine déprime depuis sa séparation. Mais sa rencontre mouvementée avec Régine, une femme au caractère bien trempé, va lui donner le coup de fouet dont il avait besoin ! Leur couple vif et maladroit est la touche comique du livre !

Olive, elle, est, incontestablement, le personnage qui m’a le plus parlé ! Sans enfants par choix, la voilà qui se fait remonter les bretelles par sa famille juste avant son mariage ! Indignation, incompréhension, réaction puérile, tout y passe ! J’ai eu envie de baffer les mères respectives du couple à plusieurs reprises ! Une rencontre inattendue va lever le voile sur la motivation réelle de la jeune femme et là… j’arrête ce serait un grand spolier mais, ce que je peux en dire, c’est que ça m’a fait monter les larmes ! 

Il y a aussi Ava, la vendeuse de chaussures de luxe, qui se fait larguer le jour de son anniversaire alors qu’elle n’en peut plus de son boulot… Heureusement, les copines sont là ! Mais voilà qu’une cliente richissime va lui permettre de voler de ses propres ailes.

Félix prend sa vie par les cornes en osant enfin s’affirmer. Tom fait le deuil de sa séparation et reprend gout à la vie. Ava prend conscience de la valeur inestimable de l’amitié. Régine finit s’attacher réellement à quelqu’un. 

Enfin, le personnage qui m’a le plus effarée est Yolanda. Comment peut-on s’accrocher de façon aussi malsaine? Même si je comprends ses motivations, ce n’est pas une raison pour emprisonner quelqu’un de la sorte ! Le pire, c’est qu’elle est persuadée de bien faire !

Bref, chaque personnage traverse une période compliquée et chacun va évoluer, à sa manière. Ce qui donne un portrait humain sufisemment éclectique pour que chacun se retrouve dans au moins un personnage !

L’écriture est pétillante, facile à lire. Je pouvais presque les visualiser pendant ma lecture ! En tout cas, je compte bien lire d’autres livre de cette autrice ! 

Un livre qui aborde des thèmes importants avec le ton léger, ça ne court pas les rues ! Si ce genre de lecture vous intéresse, n’hésitez pas !

 

Chronique lecture: Romain Puértolas

Hello à tous ! Aujourd’hui, place à une nouvelle chronique livresque ! Ça faisait longtemps ! J’avais envie de découvrir Romain Puértolas et plutôt que son célèbre fakir, j’ai opté pour son deuxième roman.

Résumé:

Alors que la jeune et jolie factrice parisienne s’apprête à se rendre à Marrakech chercher ce qu’elle a de plus précieux au monde, un volcan islandais se réveille, paralysant l’ensemble du trafic aérien européen. D’aéroports en monastère, commence alors pour elle le plus haletant et le plus prodigieux des voyage.

Mon avis:

Ce livre avait tout pour me plaire: une héroïne fraîche, un voyage, des personnages pittoresques.

Providence Dupois aurait pu être la nouvelle Amélie Poulain. Ne pouvant plus avoir d’enfants, elle fait la connaissance d’une petite fille malade, Zahera, lors d’une crise…d’appendicite. Elle s’attache à elle et décide de l’adopter. Pourquoi pas.

J’ai aimé leur complicité, leur douceur, la force de cette gamine. J’aimé la façon dont sa maladie des poumon était expliquée, comme un conte. Car c’est ça le Nuage. Un énorme nuage qui pollue son organisme et l’empêche de vivre normalement.

J’ai aussi aimé le ton de l’histoire, à la fois ironique et fantaisiste. La suite de l’histoire part tellement en live que je m’attendais à trouver une fin en barbe à Papa. J’ai adoré cette factrice en quête de maternité, prête à tout pour retrouvé sa fille adoptive. Oui, la famille n’est pas forcément une question de sang. 

Il y a aussi, Léo, son « amoureux », avec qui elle noue une jolie romance, pleine d’espoir et de péripétie. Sans parler des autres personnages aussi loufoques que déroutants que Providence va croiser sur sa route. J’aimais de plus en plus ! Et puis, il y a eu la fin et là… Pfiouuuuuuu…..

Tout est retombé comme un soufflé ! Je suis restée aussi choquée pour Libby Lomax ! Sans parler que l’auteur conclut avec une morale à 2 centimes d’euros, genre « il faut continuer à croire en nos rêves »…et patata.

Bref une grosse déception ! Si je veux du loufoque, je v’ais en tenir à David Safier !

 

Harry Potter et l’Enfant Maudit ( John Tiffany)

Hello à tous ! Aujourd’hui, une petite chronique littéraire d’un livre qui traînassait depuis bien trop longtemps dans ma bibliothèque !

Résumé:

« Être Harry Potter n’a jamais été facile et ne l’est pas davantage depuis qu’il est un employé surmené du Ministère de la Magie, marié et père de trois enfants. Tandis que Harry se débat avec un passé qui refuse de le laisser en paix, son plus jeune fils, Albus, doit lutter avec le poids d’un héritage familial dont il n’a jamais voulu.
Le destin vient fusionner passé et présent. Père et fils se retrouvent face à une dure vérité : parfois, les ténèbres surviennent des endroits les plus inattendus. »

Mon avis:

Enfin la suite de l’épilogue ! Et sans être époustouflante, cette fiction m’a agréablement divertie. Comme beaucoup, j’ai eu l’impression de lire une fanfiction… ce qui n’enlève en rien à sa qualité !

Dix-neuf ans après la mort de Voldemort, Harry travaille au ministère de la magie, Ron s’occupe de la boutique de son frère et Hermione est carrément devenue ministre  !

Mais un événement grave couve au sein du ministère: un Retourneur de Temps a disparu !

Les cicatrices du passé s’ouvrent, en particulier la mort tragique de Cédric Diggory. En effet, son père voudrait carrément faire ressusciter son fils !

Pire, voilà que la cicatrice de Harry recommence à lui faire mal ! Comme si Harry n’avait pas assez à faire entre ses affaires au ministère et sa relation conflictuelle avec Albus. 

De plus, son fils, se retrouvant à Serpentard, devient ami avec …Scorpius Malfoy, le fils de Draco ! Et tous les deux refusent de devenir ennemis, comme leurs parents ! Leur amitié transcende toute l’histoire et ça m’a fait chaud au coeur !

Le couple Ron/Hermione est beaucoup plus en retrait mais présent ! En revanche, l’éternelle rivalité Harry/Draco m’a tapé sur le système ! Grandissez un peu les gars ! D’ailleurs, j’ai beaucoup aimé l’évolution de Draco, plus mélancolique, moins dur. Le masque du rival a laissé place à un homme brisé par une enfance de guerre et débordant d’amour pour son fils. Il n’en est pas de même pour Harry, complètement dépassé par un fils qu’il ne comprend pas.

Cependant, le véritable « héro » de l’histoire… c’est le Retourneur de Temps, lui-même ! C’est une arme plus redoutable qu’une baguette magique ! Jouer avec, même avec les meilleures intentions du monde, peut faire des ravages !

C’est la belle morale que je retiendrai de cette histoire !

Côté écriture, j’ai beaucoup aimé lire en format théâtre ! C’est plus léger et surtout, on rentre mieux dans l’action ! Ça change des romans, dont les longues descriptions ont souvent freiné ma lecture !

Une suite originale dans sa forme et plutôt efficace dans le scénario ! Une pause agréable !

 

 

 

« Un clafoutis aux tomates cerises »

Bonjour à tous ! Aujourd’hui, une petite chronique d’un roman feel-good et nostalgique ! Et j’adore le titre !

Résumé:

Au soir de sa vie, Jeanne, quatre-vingt-dix ans, décide d’écrire son journal intime. Sur une année, du premier jour du printemps au dernier jour de l’hiver, d’événements minuscules en réflexions désopilantes, elle consigne ses humeurs, ses souvenirs, sa petite vie de Parisienne exilée depuis plus de soixante ans dans l’Allier, dans sa maison posée au milieu des prés…

Mon avis:

Une jolie pause à la fois légère et grave. Je n’ai pas pu m’empêcher de penser à ma grand-mère, mais aussi mes propres parents en lisant ce livre. 

Jeanne est une dame de 90 ans pleine de vie, d’humour et d’entrain. Elle adore les mots croisés, le thé, les copines, les bons légumes du potager. Elle voue un culte à son jardin et mène une vie bien plus remplie que l’on pourrait le croire !

La première partie du livre est désopilante de légèreté. C’est un hommage aux plaisirs simples de la vie: rire entre amies, les petits enfants turbulents, le voisin qui sait tout faire… la vache échappée qui débarque sans prévenir dans le jardin … le tout dans une belle maison à la campagne…

Gastronomiquement, c’est aussi un festival de bonnes choses: tartes, soupes, thé, vins… framboises cueillies en foret… J’ai fait un petit retour en enfance ! 

Petit à petit, Jeanne prend conscience que la vieillesse est différente pour tout le monde: une de ses amies perd la tête, une autre se bat contre un cancer, d’autres ont perdu leur mari, voire même des enfants !

Jeanne elle-même a des pertes de mémoire, a de plus en plus de mal à conduire et perd ses forces…Mais jamais sa dignité ! C’est une qualité que j’ai toujours admiré chez les personnes âgées ! Elles ont une pudeur touchante sur leur états d’âme, qu’elle cachent souvent derrière l’humour ou le silence.

Enfin, et c’est le plus surprenant, je me suis reconnue dans beaucoup de ses réflexions ! La technologie qui évolue trop vite, le temps qui file et surtout la mort qui frappe nos voisins, nos proches… vieux ou moins vieux, chamboulant les repères d’une vie. Ce passage m’a particulièrement parlé parce que c’est un sentiment universel !

Une lecture douce et tendre qui m’a beaucoup émue !

 

BD du mardi: l’Homme-Bonsaï (Fred Bernard)

Hello à tous ! Aujourd’hui, place à un premier coup de coeur ! Ça faisait longtemps que je n’avais pas lu de BD et celle-ci est une bien belle trouvaille !

Résumé:

Durant une tempête, le capitaine O’Murphy et deux marins abordent un navire en perdition dans lequel est planté un arbre colossal. Incrédules, ils l’entendent lui demander d’écouter le récit de son destin tragique. Il s’appelle Amédée. Il fut enrôlé de force sur un navire pirate, puis abandonné sur une île. Là, il sentit une graine lui tomber sur la tête, et, très lentement, se transforma en arbre...

Mon avis:

Wow ! superbe découverte !

Un vieux capitaine raconte dans un bar une rencontre troublante et invraisemblable. Il dit avoir rencontré un arbre qui parle, planté au milieu d’un navire en pleine mer. Cet arbre aurait été autrefois un homme: Amedée. Potier de formation, son destin le projeta en mer, où il vit une existence misérable: insulté, battu, il est abandonné comme un déchet sur une ile déserte..

Là, il y retrouve un certain soulagement. Mais une petite graine tombée d’un arbre étrange va lui pousser sur la tête, envahir son corps… Mais il trouvera une aide inattendue grâce à l’art du « Bonsaï ». En taillant son arbuste comme les célèbres chinois le font depuis des siècles, il rééquilibre la part humaine et végétale, devenant ainsi une légende: l’Homme-Bonsaï.

L’histoire est poignante, les dessins de toute beauté. Je ne vais pas en écrire plus sur l’intrigue, car j’ai peur de spoiler l Ce que je peux dire c’est que la transformation du héro est vraiment saisissante et que j’ai été touchée par sa vie dure, son désespoir, sa peur, mais aussi sa colère !

Je ne connaissais pas du tout Fred Bernard et je vais me renseigner sur ces autres bd !

Si vous aimez les pirates, la culture asiatique, les histoires d’amour et de vengeance, je vous recommande cette très belle histoire