Coeur de pierre (Séverine Gauthier et Jérémie Almanza)

Aujourd’hui, place à une très jolie BD, très courte mais vraiment touchante !

Résumé:

« Le jour où la fille au coeur d’artichaut rencontre le garçon au coeur de pierre, elle tombe éperdument amoureuse de lui. Dès lors, elle lui offre chaque jour une feuille de son coeur que chaque jour celui-ci rejette plus méchamment. Le coeur de la petite fille se rétrécit et bientôt elle perd sa joie de vivre. Visiblement, le garçon au coeur de pierre ne semble pas du tout prêt à se laisser aimer… »

Mon avis:

Si vous êtes fan de Tim Burton, Mathias Malzieu ou simplement, si vous aimez les univers à la fois sombres et poétiques, cette petite histoire est à découvrir !

Un petit garçon naît avec une pierre à la place du coeur. Incapable d’éprouver la moindre émotion, il grandit seul, ses parents ne s’en étant jamais occupé. Pour eux un enfant au coeur de pierre est considéré comme mort !

Parallèlement, on découvre une adorable petite rouquine qui a un coeur d’artichaut ! Choyée et pleine de vie, elle est très intriguée par ce petit garçon toujours sombre et en tombe amoureuse… Malheureusement, il ne répondra jamais à ses sentiments. Pour la simple raison qu’il ne sait pas ce que c’est !

Nous découvrons aussi un troisième personnage, Le garçon au Coeur d’Or, qui sera le « rival » de Coeur de Pierre

Une histoire mélancolique aux dessins magnifiques, tout en contraste ! J’ai beaucoup aimé l’ambiance et les couleurs, dans un style naïf. En plus, l’histoire est racontée en rimes, ce qui lui donne un charme supplémentaire !

Un bel univers graphique et une histoire touchante ! J’ai beaucoup aimé !

Publicités

Le mystère de Crystal Gardens (Amanda Quick)

Je continue mon exploration des romances historiques, avec le premier volet de série « Les Ladies de Lantern Street » d’Amanda Quick. Et, j’ai eu la surprise de tomber sur une romance plus paranormale qu’historique !

Résumé:

« En apparence, Evangeline est une simple demoiselle de compagnie. En réalité, grâce à ses capacités extrasensorielle, elle est détective au sein d’une agence un peu spéciale. Victime d’une tentative de meurtre, elle est contrainte de se cacher à Crystal Gardens, un immense domaine où un botaniste fou a mené d’étranges expériences avant d’être tué. Evangeline se croyait à l’abri, elle découvre que la mort rode dans ces jardins hanté par des forces maléfiques. Et le charme de Lucas Sebastian, le propriétaire des lieux n’est pas le moindre dangers qui la guettent… »

Mon avis

J’ai beaucoup aimé l’intrigue, entre policier, surnaturel et secret de famille.

Lucas Sebastian est un jeune homme à la beauté inquiétante qui s’occupe d’un domaine tout aussi mystérieux. En effet, les plantes de son jardin sont le fruit d’expériences de son grand-père, botaniste renommé mais aussi scientifique. Il se passionnait particulièrement pour les énergies paranormales, sujet ô combien controversé.

Mais entre les rumeurs de « sorcellerie » et celle , (plus alléchante) d’un trésor caché, on ne peut pas dire que Lucas mène une vie tranquille.

C’est sans compter l’arrivée d’Evangeline Ames, une demoiselle de compagnie assez particulière, puisque non seulement, elle est agent secret, mais elle possède des pouvoirs paranormaux. 

Pourchassée par un psychopathe qui a tenté de l’assassiner durant son sommeil, elle frappe à la porte la plus proche de chez elle: chez Lucas Sebastian. Et tout de suite, elle comprend que la demeure baigne dans le surnaturel, surtout le jardin et son labyrinthe. Elle est aussi troublée par le maître des lieux, qui, elle le sent, porte un secret aussi lourd que le sien.

Bon. si j’ai aimé le côté victorien-monstroplantes, on ne peut pas dire pour autant que les scènes « piquantes » entre nos deux tourtereaux m’ont transcendée. Autant les échanges de regards, les répliques pleine de sous-entendus, ça va encore. Mais les scènes de sexe sont juste… AAAARgh ! Ça m’a un peu énervée, quoi !

Heureusement, il y a tout de même un point positif dans ce livre: les tensions familiales. Et plus particulièrement entre Lucas et sa belle-mère, Judith, qui le méprise ouvertement. Mais derrière cette façade se cache une femme forte et digne, qui veut protéger ses enfants (car Lucas a aussi un frère et une soeur, issu de ce second mariage). J’ai beaucoup aimé cette femme, très digne, qui est en fait terrifiée par le surnaturel et pour le coup, de son beau-fils.

L’enquête policière est assez bien menée, avec de bons rebondissements et l’écriture est facile d’accès. Ça se lit tout seul et il n’y a pas de longues description assommantes.

Une romance sympathique, qui change de la chic-litt et dont le décor original m’a beaucoup plus ! Pour le coup, je lirais bien le tome 2: La femme mystère

 

Citation du jour

Un baiser, mais à tout prendre, qu’est-ce?
Un serment fait d’un peu plus près, une promesse
Plus précise, un aveu qui se veut confirmer,
Un point rose qu’on met sur l’i du verbe aimer;
C’est un secret qui prend la bouche pour oreille,
Un instant d’infini qui fait un bruit d’abeille,
Une communion ayant un goût de fleur,
Une façon d’un peu se respirer le coeur,
Et d’un peu se goûter, au bord des lèvres, l’âme !

Acte III, Scène X, « Cyrano de Bergerac » d’Edmond Rostand

 

 

L’étonnante disparition de mon cousin Salim

Je voulais absolument lire ce livre depuis que Patrick Ness l’a mentionné dans la préface de « Quelques minutes après minuit « ! Aussi, dès que je l’ai vu à la bibliothèque, je n’ai pas hésité !

Résumé:

Ma sœur et moi avons emmené notre cousin Salim à la grande roue de Londres parce qu’il n’y était jamais allé. Lundi 24 mai, 11 h 32, nous avons regardé Salim monter dans une nacelle. Lundi 24 mai, 12 h 02, la nacelle est redescendue, les portes se sont ouvertes, tous les gens en sont sortis. Sauf Salim, qui s’est volatilisé.
La police ne sait pas où donner de la tête. A-t-il été enlevé comme le pense tante Gloria? Moi, Ted, j’ai échafaudé neuf théories, dont celle de la combustion spontanée, et je vais toutes les vérifier.

Avec Ted, jeune autiste terriblement attachant et inoubliable, menez une enquête captivante et pleine d’humour. Un roman irrésistible.

Mon avis

Vous le savez maintenant, je suis touchée par les livres abordant le thème du handicap sous toute ses formes ! Et il faut reconnaître que la littérature jeunesse fourmille de petites perles dans ce registre !

Après Mélodie et August, voici Ted, un jeune autiste, passionné de météo et de temps. Enthousiaste, intelligent, son cerveau peut mémoriser des encyclopédies entières mais peine pour les choses anodines de tous les jours. 

Sa famille doit accueillir sa tante Gloria et son cousin, Salim, venus de Manhattan. À sa grande surprise, il s’entend d’emblée très bien avec ce dernier, Aussi, il est d’autant plus désemparé lorsque Salim disparaît mystérieusement, lors d’une virée au célèbre London Eye. Dès lors, Ted, et sa grande soeur Kat vont tout faire pour le retrouver.

Je me suis tout de suite attachée à la famille Spark, très soudée malgré leurs différences ! La relation entre Ted et sa soeur Kat notamment, touchante et dynamique à la fois ! Leur complicité pour échafauder des plans est vraiment cool ! Mais aussi Faith, la mère de Ted, qui a une relation des plus houleuse avec la fameuse tante Gloria !

Enfin, le sympathique Salim, qui est un jeune ado plus triste qu’il en a l’air. La vraie raison de sa « disparition » donne une touche douce-amère et fait la lumière sur la solitude et les événement qui nous pousse à commettre des folies.
La Famille est vraiment le thème central du livre: fratrie, divorce, handicap, mais aussi les amitiés inattendues et l’aveuglement des adultes quant à la souffrance de leur enfant..

Mais malgré ces thèmes délicats, le livre ne sombre jamais dans le pathos et réussit l’exploit de traiter le sujet avec bienveillance et humour !

Une lecture très chouette à découvrir !

 

 

La femme aux milles secrets (Barbara Wood)

Aujourd’hui, place à une petite relecture ! J’ai cette histoire depuis quelques années mais je n’en avais jamais fait la chronique !

Résumé:

« Au XIVe siècle, dans la mer des Caraïbes. Arrivée sur l’île aux Perles dans un panier porté par la mer, Tonina a été sauvée des eaux par Huracan, devenu son grand-père. Aujourd’hui, l’eau est son alliée et l’esprit des dauphins la protège des dangers de l’océan. Mais grande, mince, la peau claire, aucun homme ne veut d’elle pour épouse. Guama, sa grand-mère, sait que le moment est venu pour sa petite-fille adoptive de rejoindre la Grande Terre et d’aller à la rencontre de son destin. Partie à la recherche d’une fleur médicinale pour sauver Huracan, Tonina découvrira un nouveau monde… »

Mon avis:

Une plongée au coeur de la culture Maya et Aztèque sympathique mais pas aussi dépaysante que je l’aurais souhaité !

À la manière d’un Moïse au féminin, un petit bébé est retrouvé dans un panier flottant à la dérive sur l’océan. Recueillie sur l’Île aux Perles, la petite fille est nommée Tonina, qui signifie Dauphin. Mais devenue adulte, elle ne sera jamais acceptée comme membre de la tribu à cause de sa peau claire et de sa taille hors-norme par rapport aux autres.

Aussi sa famille adoptive lui fait croire que son grand-père est gravement malade et qu’elle doit partir sur la Grande Terre (nom donné au continent) pour lui trouver son remède: une fleur rouge. De cette manière, ils la chasse du territoire sans le lui dire en face. Si pour ses « parents » c’est un crève-coeur, c’est un soulagement pour les autres et en particulier pour un jeune guerrier hautain qu’elle avait osé défier à la nage…

Au cours de sa quête, qui sera aussi celle de ses origines, Tonina fera la connaissance d’un jeune homme étrange aux yeux dorés, un nain borgne voleur, qui au départ n’est intéressé que par sa bourse de perles, Et enfin Khan, un jeune joueur qui comme elle a grandi dans une culture étrangère à ses origines. Leur ennemi commun sera Balem, un guerrier Maya prêt à tout pour une gloire immortelle.

Si la quête identitaire est intéressante, j’ai eu beaucoup de mal à rentrer dans l’histoire à cause des lourdeurs d’écriture. C’est d’autant plus dommage que les cultures Maya/Azteques m’intéressent beaucoup ! Notamment le symbole de l’Aigle, qui apparaît sous forme humaine avec le personnage d’Aigle Courageux, le jeune homme aux yeux dorés ! J’ai regretté que ce personnage ne soit pas plus longtemps dans l’histoire !

Si j’ai eu du mal avec la « romance » entre Tonina et Khan, j’ai en revanche beaucoup plus accroché à sa rivalité avec Balem, très proche de celle de…Ramsès et Moïse (oui je sais, encore cette référence !)

Enfin, j’ai malheureusement détesté la naïveté de l’héroïne, qui m’a vraiment porté sur les nerfs ! Ça a complètement gâté une quête identitaire pourtant enrichissante sur une culture au final, peu connue ! Et il n’y a rien de pire que de ne pas accrocher au personnage central d’une histoire !

Un livre qui semblait plein de promesse mais qui donc s’est révélé assez décevant ! Vraiment dommage, car l’univers de l’histoire était sympa !

Tag PKJ: Les belles couvertures

Aujourd’hui, un petit tag littéraire parce que ça fait longtemps ! Comme le 11 est mon chiffre fétiche !

1) Quel livre de votre bibliothèque a, selon vous, la plus belle couverture?

2) Quel livre vous fait très envie à cause de sa belle couverture?

J’ai une pal spéciale légendes arthuriennes et je suis très intriguée par ce livre: Et si Guenièvre n’était pas celle que l’on croyait?

3) Citer un livre dont la couverture française est, selon vous, plus belle que la couverture VO.

4) Citer un livre dont la couverture VO est, selon vous, plus belle que la couverture française.

Magnus Chase et les dieux d’Asgard est magnifique ! Il m’intrigue plus que Percy Jackson car je suis fan de mythologie nordique (merci les chevaliers du zodiaque  ^_^)

5) Citer un livre dont la couverture reflète parfaitement le roman.

6) Citer un roman dont la belle couverture n’a aucun rapport avec l’histoire.

Je dirais Nord & Sud, même c’est très belle couverture ! 

7) Citer un livre avec une belle couverture minimaliste.

Ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre (que je trouve symbolique et pleine d’espoir)

8) Citer un livre avec un belle couverture qui a plein de détails.

 Mon tome préféré de la « Malédiction Grimm » ! Un livre parfait pour l’époque d’Halloween !

9) Citer un livre avec une belle couverture qui fait apparaître au moins un visage.

10) Citer un livre avec une belle couverture qui est majoritairement de votre couleur préférée.

11) Citer un livre avec une belle couverture dont le visuel est un dessin.

Un livre à découvrir, vraiment !!!

Et vous qu’auriez-vous répondu?

Mémé dans les orties (Aurélie Valogne)

Et voici une petite lecture de laquelle j’attendais beaucoup vu sa popularité ! J’avais eu d’assez bons échos et j’avais envie de me détendre un peu ! Malheureusement, ce fut un flop !

Résumé:

« Ferdinand Brun, 83 ans, solitaire, bougon, acariâtre – certains diraient : seul, aigri, méchant –, s’ennuie à ne pas mourir. Son unique passe-temps ? Éviter une armada de voisines aux cheveux couleur pêche, lavande ou abricot. Son plus grand plaisir ? Rendre chèvre la concierge, Mme Suarez, qui joue les petits chefs dans la résidence. Mais lorsque sa chienne prend la poudre d’escampette, le vieil homme perd définitivement goût à la vie… jusqu’au jour où une fillette précoce et une mamie geek de 93 ans forcent littéralement sa porte, et son cœur. »

Mon avis:

Mouais…Sans plus !  L’histoire m’a au départ fait penser à Et puis Paulette car le héros a le même prénom: Ferdinand. Malheureusement, je n’ai jamais réussi à m’attacher à lui…ni aux autres personnages d’ailleurs !

Ferdinand est un octogénaire grincheux, qui refuse tout changement dans ses habitudes. Son plus grand plaisir est de rendre chèvre ses voisines. Notamment la terrible concierge Madame Suarez, qui ne peut pas le voir en peinture.

Mais ses plans vont être réduits à néant par deux événements imprévus: 1) la disparition de Daisy, sa chienne et 2) l’arrivée de Juliette, une petite fille de 10 ans, qui a décidé d’en faire son ami. 

Mémé dans les orties est une comédie assez satirique sur les relations entre voisins, les conflits familiaux et les amitiés inattendues. J’ai notamment bien aimé Béatrice, la voisine de palier geek qui va initier Ferdinand aux « joies »de la technologie. C’est l’une des rares surprise du livre !

 J’ai instantanément détesté Juliette, énervante au possible et qui pour moi, n’est pas crédible pour une gamine de 10 ans. Je n’arrivais pas à la « visualiser » quand je lisais et c’est très désagréable !

La relation houleuse de Ferdinand avec sa progéniture m’a en revanche beaucoup plus intéressée. Mais ce sujet n’est que survolé, ce qui m’a pas mal énervée, il faut le dire !

Car j’ai été touchée par Marion, sa fille, qui n’hésite pas à rabattre le clapet de son père et aurait gagné à avoir une plus grand place dans le livre !

Daisy, la chienne de Ferdinand est aussi intéressante; on ne parle pas assez de l’importance d’un animal pour une personne âgée ! Je trouve que c’est un beau thème trop rarement évoqué !

Un livre certes sympa mais loin d’être hilarant ! Une lecture facile et rapide qui s’oublie hélas, tout aussi vite ! Dommage !