Coup de coeur BD: Chemin Perdu (Amélie Fléchais)

Aujourd’hui, place à une vraie petite pépite ! Découverte totalement par hasard, l’auteur s’appelle Amélie Fléchais ! Un nom à retenir assurément !

Résumé:

« Vous qui possédez flair, sensibilité et goût de l’aventure, munissez-vous de votre carte des copinoux et lancez-vous dans cette fabuleuse chasse au trésor ! « T’es sûr qu’en passant par là, on va arriver plus vite ? ». Ainsi commence l’extraordinaire chasse au trésor lancée par Le Camp du bonheur. Munis de leur carte des copinons, “monsieur je-suis-le-meilleur », son petit frère qui s’imagine être un robot et leur copain, fils d’un chasseur en sont sûrs : ils seront les vainqueurs ! C’est simple, il leur suffit de suivre « le chemin des arbres déguisés en Apaches » et de répondre à une devinette… Mais c’était sans compter, la rencontre d’étranges créatures oniriques : un cerf géant au chapeau melon magique, un renard à la poursuite de sa bicyclette folle, un ogre branchu ou encore, une fée aux intentions ambiguës… Mais où donc cet étonnant jeu de piste les mènera-t-il ? »

Mon avis:

Vous êtes fans de Miyazaki, de lutins, de bêtes étranges et de boyscouts? Ne cherchez plus ! Foncez sur cette petite merveille !!! Regardez-moi cette superbe « bande-annonce » ci-dessus !

Tout commence par un conte tragique: Un couple se déchire dans une mystérieuse maison, belle, mais hantée d’Esprits Mauvais. En fait Deux Esprits, qui se disputent le pouvoir de la Forêt.

Le temps passe puis place à notre époque.

Nous suivons à présent, les aventures de trois enfants: Elliot, Charlie et Arthur. Tous les trois font partie du Camp du Bonheur, qui a organisé une chasse au trésor dans la Forêt. Mais voilà qu’ils se perdent et font de bien étranges rencontres !

Tout d’abord, un magnifique Cerf dont l’un des enfants perdu vole le Chapeau Melon, sans se douter qu’il est en fait le point de départ de tous leurs ennuis !

Car ensuite, arrivent toute une ribambelle de créatures bizarres: un renard qui a perdu sa bicyclette folle, un énorme Ogre-boule-de poil terrifiant, des porcs-épics danseurs et même une chouette à mocassins assez flippante!

Complètement déboussolés, nos trois compères vont provoquer bien malgré eux un Combat opposant Les Deux Esprit de la Forêt.

Le style de dessin, qui alterne aquarelle douce et noir et blanc pour les scènes plus dures, est juste somptueux ! C’est poétique et inquiétant à la fois. L’histoire est très déconcertante, un conte de fées sombre où le peuple de la forêt n’a rien à voir avec de gentils lutins !

Un bel univers étrange et envoûtant, que j’ai adoré découvrir ! Amélie Fléchais a sorti également L’Homme Montagne une collaboration avec la scénariste Séverin Gauthier (Coeur de Pierre), tout en aquarelle là aussi !

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Coup de coeur: Stéphanie Ledoux

Voici très certainement, l’artiste française que j’admire le plus avec Sandrine Gestin !

Stéphanie Ledoux est une globe-trotteuse infatigable qui ramène de ses voyages les portraits les plus incroyables que j’ai jamais vus ! On dirait que les personnes vont sortir du papier ! 

D’origine toulousaine, cette voyageuse a choisi le portrait pour nous faire découvrir toute la diversité de l’humanité à travers ses différentes ethnies. Comme la musique, le dessin est un langage universel propice à créer des liens. Des rencontres inoubliables pour la jeune artiste !

Avec plus de 60 carnets de voyages à son actif, elle est allée de Madagascar à la Birmanie, du Yemen au Cambodge en passant par la Thaïlande et la Chine ! Elle fait aussi du dessin botanique !

Bref une artiste talentueuse qui nous fait découvrir le monde, non par des paysages, mais par des portraits saisissants de beauté et de force.

Une grande et belle artiste que je vous invite à découvrir !

Site officiel 

Le Conte de la princesse Kaguya

Résumé:

« Adapté d’un conte populaire japonais « Le couper de bambou », un des textes fondateurs de la littérature japonaise, Kaguya, « la princesse lumineuse », est découverte dans la tige d’un bambou par des paysans. Elle devient très vite une magnifique jeune femme que les plus grands princes convoitent : ceux-ci vont devoir relever d’impossibles défis dans l’espoir d’obtenir sa main. »

 

Mon avis:

Une histoire atypique et déroutante que j’ai beaucoup aimé !

Un vieux paysan découvre un jour une minuscule princesse à l’intérieur d’une tige de bambou. Il la ramène chez lui en pensant qu’il s’agit d’un don du ciel et la présente à sa femme. Le petit être se transforme alors en bébé que le couple de paysans élève dans la montagne. Les enfants de la région la surnomment « Pousse de bambou » car elle grandit à vue d’œil.

Les dessins à l’aquarelle sont juste sublimes ! C’est un plaisir des yeux que voir se mouvoir toutes ces couleurs ! Les expressions des personnages sont très subtiles et même le doublage français est très bien fait !

L’histoire est intéressante et originale. Par l’intermédiaire de cette princesse peu ordinaire, de très beaux thèmes sont abordés avec pudeur et finesse: le désir d’enfant, la cupidité, l’aristocratie, mais aussi l’Amour et la beauté des choses simples. La fin m’a beaucoup touchée, bien qu’elle m’ai tirée quelques larmes !

Une fois de plus, une petite perle japonaise qui m’a juste émerveillée !

Coup de coeur: Les P’tites Poules (Christian Jolibois et Christian Heinrich)

Pâques est déjà passé mais je voulais vous parler de mon dernier coup de coeur en Album jeunesse: Les P’tites Poules  de Christian Jolibois  illustré par Christian Heinrich !

Cette sympathique série  raconte les aventures trépidantes de poules qui rêvent d’autres horizons que leur morne poulailler ! Je n’ai lu pour l’instant qu’un seul de leur livres : Les P’tites Poules sur l’Île de Toutégratos

« Classe de mer pour les P’tites Poules ! Carmélito, Carmen, Bélino et leurs amis ont débarqué sur une île merveilleuse. Dans ce pays béni des dieux, friandises et douceurs vous tombent généreusement dans le bec. Sans parler des collines de pop-corn et des rivières de menthe à l’eau glacée. Et ici, tout est gratuit ! Un vrai paradis. Mmouais… Peut-être trop beau ? »

Mon avis:

Ce livre est la chose le plus mignonne, drôle et savoureuse qu’il m’a été donné de lire ! Un bonbon littéraire tout sucré, qui fait du bien après mes lectures sombres de ses derniers mois ! ! Et pour cause, l’île de Toutégratos est comestible comme la maison de pain d’épices dans Hansel et Gretel ! Le sable est de pop-corn;  Plein de friandises sont suspendu aux arbres, il y a des jeux  partout et l’eau est du sirop de menthe ! Un cadre trop idyllique pour ne pas être dangereux !

L’Île est, en effet,  le territoire de deux étranges créatures, Cagne et Cocagne, à mi chemin entre des singes et des pandas roux au sourires de clown ! Elles attirent les vacanciers  à force de cajoleries et de regards sournois pour mieux les garder prisonniers ! Nos amies poulettes sont en danger ! Mais c’est sans compter l’aide inattendue d’un chien vagabond, Robinson et… d’un poulpe super-collant !

Une petite gourmandise trop mignonne qui se dévore comme des chocolats de Pâques  ! Le prochains sur la liste: La petite poule qui voulait voir la mer !

coup de coeur: Inge Löök

Dans un mois pile, c’est le réveillon de Noël. Je me mets donc dans l’ambiance (comme vous l’aurez remarqué vu mon thème ^^)  avec un petit coup de coeur !

Inge Löök (Ingeborg Lievonen de son vrai nom) est une illustratrice finlandaise née à Helsinki en 1951. Je l’ai découverte par hasard sur Pinterest et j’ai juste adoré son univers !

inge2

Ses illustrations vintages, pleine de douceur, d’humour et de poésie se prettent à merveille pour la période des fêtes ! 

776a582eca991abc

Avec un énorme coup de coeur pour ces deux mamies qui s’amusent comme des gamines !

14f69f18

016b8505fb1531491138b02cf60f5ade

Site officiel

Dvd du week end: Tante Hilda

Aujourd’hui, une nouvelle découverte animation… française, pour une fois ! Et tout en aquarelle ! Tante Hilda a été réalisé en effet par Jacques-Rémy Gired et Benoît Chieux et sorti en 2013. Le film a été tourné au studio Folimage et chez Mélusine Productions.

4f1ca89d1b07d4dc04d5fffc680f933a

Résumé:

« Tante Hilda, amoureuse de la nature, conserve dans son musée végétal des milliers de plantes du monde entier. Beaucoup sont en voie de disparition. Parallèlement, une nouvelle céréale, Attilem, mise au point par des industriels, se cultive avec si peu d’eau, sans engrais, et produit des rendements si prodigieux, qu’elle apparaît comme la solution miracle pour enrayer la faim dans le monde et prendre le relais du pétrole dont les réserves s’épuisent. Mais la catastrophe n’est pas loin… »

Mon avis:

Une jolie fable écologique engagée aux couleurs splendides ! Les dessins du film ont été entièrement réalisés à la main sans le moindre effet 3D, ce qui fait du bien ! 

La commune fictive où se déroule le film, Beaumont-les-Vignes, s’inspire des paysages du sud de la Drôme, région où se trouve le studio de Folimage où il a été réalisé.

Deux sœurs, Hilda et Dolorès, ont suivi des parcours diamétralement opposés.

Hilda, une jeune femme rousse à la silhouette dégingandée, est farouchement écologiste : elle se déplace à bicyclette, se préoccupe constamment de la préservation de l’environnement et a rassemblé un musée végétal où elle conserve toutes sortes de plantes.

Dolorès, elle, est devenue la PDG sans scrupules d’une entreprise multinationale de l’agroalimentaire recherchant le profit à court terme. Grâce à la technologie des OGM, qui consiste à modifier génétiquement les plantes, Dolorès a mis au point une nouvelle céréale, baptisée Attilem, une sorte d’artichaut géant doté de tentacules. Ce nouveau produit, capable de pousser avec très peu d’eau et sans engrais, qui devrait lui rapporter des bénéfices astronomiques. Elle affirme même qu’il pourrait résoudre le problème de la faim dans le monde et remplacer le pétrole comme nouvelle source d’énergie. Mais bientôt, les plantes Attilem commencent à pousser trop vite, hors de tout contrôle

Oscillant entre poésie et débat écologique, cette animation a le mérite de faire réfléchir, ayant même provoqué une certaine polémique.  En effet, elle dénonce les méthodes industrielles à outrance, qui arrivent parfois à corompre même des chercheurs les plus brillants. Et invite à la prudence quant aux OGM.

Une animation fraîche avec des personnages, certes un peu exagérés, mais c’est pour la bonne cause ! J’ai bien aimé pour ma part !