A propos clairebelgato

aime tout ce qui sort de l'ordinaire!

Dvd du week -end: « Horton » de Twentieth Century Fox (2008)

Aujourd’hui, une petite découverte animation bien sympathique ! Découvert grâce… à mon neveu de 4 ans ! Quand je pense que ce film a déjà dix ans !

Résumé:

« Imaginatif et extravagant, Horton est un éléphant qui sait prendre la vie du bon côté. Lorsqu’il entend un appel au secours en provenance d’un tout petit grain de poussière flottant dans les airs, son sang ne fait qu’un tour : il est convaincu que même s’il ne peut pas la voir, il existe une forme de vie sur ce petit bout de rien.
Horton ne se trompe pas : c’est même une ville qui y est installée, Zouville, et cette cité et ses microscopiques habitants, les Zous, sont en grand danger ! Mais lorsque Horton répand la nouvelle auprès des autres animaux de la jungle de Nool, personne ne le croit. Certains menacent même de détruire le grain de poussière !
Horton décide alors de tout faire pour protéger ses nouveaux amis et si leur monde est minuscule, leurs aventures s’annoncent gigantesques… »

 

Mon avis:

Quelle jolie découverte ! Une version moderne des Voyages de Gulliver pour les enfants !

Horton est un éléphant espiègle qui adore raconter des histoires aux autres enfants animaux. Un jour il trouve sur une petite fleur rose un grain de poussière…qui se révèle habitée par une ville entière ! Il le sait, il les a entendu !

Surexcité, il en parle d’abord aux enfants.. puis aux adultes.  Mais évidemment, personne ne le croit, en particulier une mère Kangourou, particulièrement cassante et prétentieuse. Persuadée d’avoir raison, elle persuade les autres animaux qu’il faut châtier Horton et détruire la fleur (avec son grain de poussière) !

Dans ce petit grain, se trouve  Zouville,  une mini-civisation qui m’a beaucoup fait penser au village du Grinch. Son maire, Ned McDodd  est un homme débordé, tant dans ses activités professionnelle que familiales. Entre le président du Conseil qui le prend de haut et 97 enfants (dont un seul garçon !)  à s’occuper, ses journées sont harassantes !

La rencontre entre Horton et Ned sera …tonitruante ! D’abord persuadé d’être fou, Ned finit par établir une connexion avec l’éléphant. Car la ville est en danger ! Les habitants doivent faire savoir à l’autre monde qu’ils existent vraiment s’ils ne veulent pas disparaître.

En parallèle, nous suivons aussi deux relation parent/enfant: Le maire et Jojo son fils aîné, qui se cache dans un observatoire pour « être vraiment lui-même ». Et la mère Kangourou, qui empêche systématiquement son fils de s’exprimer en le congédiant dans sa poche !

Le graphisme est rigolo et coloré; les personnages ont tous leur personnalité.La morale est mignonne et intelligente. Ça bouge, ça danse, ça se chamaille et se réconcilie. Et il y a une jolie morale sur la valeur d’une personne. 

J’ai beaucoup aimé l’ambiance joyeuse de ce film ! À découvrir en famille !

Publicités

« La maison des frères Conan » de Daniel Cario

Et voici un livre qui m’attendait bien sagement ! J’ai toujours aimé la littérature de terroir qui me fait découvrir à la fois différentes régions mais aussi des contextes historiques riches et des métiers oubliés… Alors quand en plus, l’un des personnages possède un handicap, je me suis jetée dessus !

Résumé:

« Louis-Marie et Céleste Conan ont grandi dans la forêt de Camors, en Bretagne, avec leur père sabotier. Anaïs, la mère, « épuisée de vivre comme des bêtes » dans leur hutte humide et bouleversée par la naissance de son cadet trisomique, a fui. On ne l’a plus jamais revue. Ne plus être à la marge, différent des autres… Depuis l’enfance, Louis-Marie a à coeur de concrétiser son rêve : construire sa maison. Une vraie, en pierre, avec un toit. Le jeune homme est tout à son oeuvre, à son immense chantier. Alors que son frère Céleste, adolescent à la face de lune et à la force colossale, perçoit autour d’eux les dangers d’un monde troublé, en pleine Occupation. »

Mon avis:

Une belle fresque familiale au coeur de la Bretagne

Tout commence avec drame familial: Simon Conan, sabotier de son état est à la fois impatient et angoissé pour sa femme, en plein « travail ».  Mais voilà, leur deuxième enfant naît trisomique. Et pour la mère, Anaïs, c’est une punition. Elle était persuadée d’avoir une fille et voulait l’appeler Célestine. Finalement, ce sera Céleste.

La vie suit son cours et plus les années passent et plus Anais dépérit. Et commet l’impensable: elle abandonne sa famille et surtout cet enfant « différent » qu’elle n’a jamais accepté.  Les Conan vont devoir continuer à vivre sans elle. Heureusement, le fils aîné, Louis-Marie, ne laissera personne faire du mal à son frère !

J’ai beaucoup aimé le cadre rural rude et la tendresse bourrue des personnages ! La nature a une place mystérieuse qui m’a fait penser à Jean Giono !

Entre les superstitions, les suspicions politiques et les jalousies, nos deux frères vont devoir se battre pour réaliser leur rêve: construire leur propre maison en pierre. 

Il y a le rejet de certaines personnes du village, mais aussi le soutien d’autres, en l’occurence leur institutrice, qui accueillera les deux garçons à bras ouverts. J’ai été agréablement surprise par cette femme forte, qui se bat pour l’égalité de l’enseignement ! Il y a aussi l’intolérable cruauté des enfants entre eux, qui sans le savoir, reproduisent le même schéma que leur parents. 

J’ai été émue par la Dignité Exemplaire des Conan, que ce soit le père ou les frères. Louis-Marie prend littéralement Céleste sous son aile, devenant le nouveau pilier de la famille. Car Simon vieillit, et veut que son fils ait une meilleure vie que la sienne. Louis-Marie et Céleste iront donc à l’école, mais garderont toujours l’espoir de réussir à construire leur maison. Ils se feront une amie, Madeleine, qui les soutiendra jusqu’à l’impensable. Je n’irai pas plus loin sinon je vais finir par vous spolier la fin ! Mais ce que je peux en dire c’est que cette famille m’aura fait vivre un beau voyage, dans une Bretagne méconnue, plus du côté forêt que du côté mer !

Tout ça pour dire que j’ai beaucoup aimé cette belle fresque familiale, riche en histoire et en personnages touchants. 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

La femme mystère (Amanda Quick)

En attendant la suite des Autodafeurs, je me fais une petite pause romance avec le tome 2 des Ladys de Lantern Strreet, dont j’avais apprécié la première aventure !

35581681

Résumé:

« Béatrice Lockwood est médium, formée aux techniques paranormales par son mentor, le Dr Fleming. Lorsque celui-ci est assassiné, elle se rend vite compte qu’elle est épiée par un certain Joshua Gage, un étrange personnage au charme ténébreux, qui est sur la piste d’un maître-chanteur en rapport avec le meurtrier de Fleming. Afin de lui tendre un piège, il réquisitionne les talents particuliers de Béatrice. Leur enquête va les entraîner dans une aventure terrifiante, mais le danger attise les passions et, bientôt, l’alchimie brûlante qui les relie n’a rien de surnaturel. »

Mon avis:

Après Evangeline Ames, voici Béatrice Lockwood une autre agent spéciale de la compagnie Flint & Marsh. J’aime beaucoup cette agence, dont les « dames de compagnie » sont en fait des espionnes qui possèdent des « dons » particuliers.

Béatrice a commencé à gagner sa vie en se faisant passer pour une voyante. Ses dons para-normaux, sont cependant bien réels: Elle peut lire les empreintes des gens. Non pas leur taille ou leur poids mais leurs énergie psychique, qui bouillonne lorsque les intentions sont mauvaises !

Tout commence par l’assassinat de Roland Flemming, un médium qui a pris Béatrice sous son aile. Témoin du meurtre, elle est contrainte de fuir son assassin et se retrouve engagée par l’agence Flint& Marsh, qui s’est spécialisée dans le paranormal. Mais voilà que son passé la rattrape.

Sauvant in extremis sa cliente sur le point d’être enlevée, elle fait la connaissance d’un bien étrange individu, se faisant appeler Le Messager.

Joshua Gage est un ancien agent secret qui oeuvrait au service le la Couronne. Mais un tragique accident l’a rendu infirme (il boite). Il arbore une longue cicatrice au visage qui le rend très inquiétant. D’un tempérament posé, il a un passé trouble et un certain « don », mais qu’il refuse de reconnaître. Car comme tout détective, il est cartésien et ne croit qu’à la Logique. 

Au départ, il convoite Béatrice pour un sombre projet. Mais il se rend compte au fur et à mesure qu’elle est trop droite pour être une meurtrière, ni même un escroc. En fait, elle utilisait vraiment ses dons lors de ses séances. Son charme certain n’est aussi pas étranger à sa décision. Il décide donc de l’engager pour retrouver le coupable de son enquête en cours. Il va  ainsi retrouver un ancien camarade, lié au mentor de Béatrice qui va rassembler un puzzle un peu bancal mais original dans son ambiance et ses sujets abordés !

Entre secrets familiaux, dons fantastiques mais aussi jalousie et fantasme d’éternité, La femme mystère remplit bien son rôle: Une lecture romanesque et mystérieuse qui a le mérite de ne pas tomber dans le cliché de la femme soumise, ce qui est rare dans une romance historique ! Le côté fantastique est très intéressant, avec cette histoire d’aura psychique que nous laissons aussi sûrement que notre ADN sur les scènes de crimes ! J’aime assez ce concept ! La mythologie égyptienne, très présente donne une touche mystique et sombre qui m’a beaucoup plu ! 

Enfin, il y a la romance entre Béatrice et Joshua, qui se tournent autour de façon très (trop?) poussée mais ça fait partie du charme du livre ! Bon, on n’échappe pas aux scènes de sexe mais je m’y suis habituée ^^ ! Leurs joutes verbales sont toutefois très drôles dans leur côté policé ! 

J’aime le fait que Joshua ne soit pas vraiment un gentleman, sans pour autant être cruel. Il y a une vulnérabilité plaisante chez lui, qui compense joliment avec la fougue de Béatrice ! Pour une fois que les rôles sont inversés ! Le sentiment de culpabilité a aussi une place particulière chez nos deux tourtereaux, qui ont en commun la perte d’un être cher. Il n’est donc pas seulement question de séduction entre eux, il y a une complicité ! C’est très agréable !

Un livre sympa, dans la lignée du premier opus, un peu niais par moment mais ça se lit bien ! Une lecture parfaite pour l’automne par son ambiance brumeuse et fantastique !

EnregistrerEnregistrer

Tag Disney !

1) Quel est ton Disney préféré ? 

Bonne question ! Je serais incapable de le dire, il y en a tellement !

2) Quel est le Disney que tu as le moins aimé ?

La petite sirène ! Oui, je sais, c’est un scandale mais je n’aime pas vraiment Ariel !

3) Si tu étais une princesse tu serais laquelle ?Megara, (Hercule) l’une des premières princesse à être « du mauvais côté » au départ ! Elle n’est pas spécialement belle, mais j’aime beaucoup sa personnalité !

4) Quel est ton super héros préféré ? 

Baymax des Nouveau Héros ! J’adore cette scène, clin d’oeil à Toy Story autant qu’à Iron Man !

5) Quel est ton couple Disney préféré ? 

Sans hésiter Bernard et Bianca ! Ils sont tellement choux !

6) Quelle est la chanson Disney que tu connais par coeur ?

Le Cercle de la Vie du Roi Lion ! Je l’ai chanté avec ma chorale et c’est juste génial !

7) Quel est ton animal de compagnie préféré de Disney ?

Roublard d’Oliver et Compagnie ! Encore un personnage trop peu cité !

8) Quel est le méchant que tu préfère ?

Humm… là encore, bonne question ! J’hésite entre Jafar et Hadès !

9) Quel est le premier Disney que tu as vu ?

Merlin l’Enchanteur ! J’ai très envie de me le revoir d’ailleurs ! J’ai appris l’existence des livres issus de cette version du roi Arthur ! Je suis curieuse pour le coup !

10) Quel est le dernier Disney que tu as vu ?

J’ai découvert Les mondes de Ralph (que je n’ai pas encore chroniqué d’ailleurs !) Très sympa !

11) Princesse ou super héros ?

Ni l’un, ni l’autre ! Je serais plutôt une Fée ! Je suis une grande fan de Pimprenelle, la fée bleue de la belle au bois dormant ! C’est la plus drôle des trois !

12) Une scène Disney qui t’as fais pleurer ?

La Trahison de Hans dans la Reine des Neiges ! Tiens ! Ça t’apprendra !

13) Si tu devais être un prince, lequel serais-tu ?

Eugène dans Raiponce ! L’un des meilleurs princes Disney depuis bien longtemps !

14) Quel est le Disney Pixar que tu préfères ?

Monstre Academy m’avait beaucoup fait rire ! Surtout cette scène ! 

15) Quel est le Disney que tu as le plus vu ?

Bernard et Bianca, Merlin l’enchanteur et la Belle au bois dormant ! J’aimais beaucoup les Fantasia aussi !

16) Quel scène de film Disney aurais-tu voulu vivre ?

J’adore le passage où Aurore chante et que les oiseaux lui répondent ! J’aurais vraiment voulu réussir à faire ça ! Cette scène est ma préférée dans la belle au bois dormant !

17) La dernière fois que tu as été à Disneyland ?

Oh, il y au moins une vingtaine d’années !

18) Ton meilleur souvenir là bas ?

L’arrivée dans le parc avec la vue sur le château ! 

19) Ton attraction préférée ?

J’ai fait Space Mountain plusieurs fois d’affilées

20) Si un personnage de Disney était ton ami, lequel serait-il ?

 Sans hésiter, Stitch ! J’adoooore ce personnage ! Il me fait penser à un koala bleu ^_^

Je ne tague personne mais libre à vous !

Les mystères de Haven (série)

Je continue ma (re)découverte de séries fantastique avec Les Mystères de Haven. Et quelle découverte ! Bon déjà, l’histoire est inspirée d’un livre de Stephen King: Colorado Kid, qui m’intrigue pour le coup ! Je vais sûrement le lire un de ces jours !

Résumé

Au fin fond du Maine, aux Etats-Unis, Haven est une ville où les malédictions ont sévi pendant plusieurs décennies. L’agent du FBI Audrey Parker est chargée d’enquêter sur d’étranges phénomènes surnaturels qui ont refait surface récemment… Son arrivée va bouleverser sa vie et celles de ses habitants.

 

Mon avis:

Quelle belle surprise ! Haven est une série qui se démarque vraiment de la SF habituelle ! Ici, pas de créatures monstrueuses, d’aliens ou autres… Et pourtant !

Audrey Parker est une jeune agent du FBI. Son patron l’envoie dans la ville de Haven, dans le Maine, pour une affaire de routine. À son arrivée, elle découvre une ville en proie à des phénomènes inexpliqués. Météo imprévisible, route qui se fissure brusquement, comportements étranges…

Elle apprend que ces « phénomènes » s’étaient produits par le passé. Avec l’aide du policier local Nathan Wuornos, et du gentil malfrat Duke Crocker, elle résoudra son enquête et s’installera à Haven pour éclaircir enfin ses origines qui sont liées à cette ville singulière.

Comme le dit son titre français, c’est vraiment le mystère qui prime ! Et je dois dire que j’ai été bluffée par les idées présentes ! Déjà la ville, elle-même ! Les paysages sont magnifiques, à la fois rustiques et sauvages, avec un petit côté western par moment ! Haven, c’est comme si Storybrooke avait rencontré X-Files ! J’ai beaucoup pensé à cette série de mon adolescence par son côté mystérieux fantastique mais aussi à cause des personnages !

Audrey Parker est une sorte de croisement entre Dana Scully et Veronica Mars ! Elle est têtue, pleine de jugeote rationnelle, mais le mystère de ses origines et les phénomènes étranges de Haven vont l’amener à croire l’incroyable.

En effet certains habitants ont des pathologies assez étranges, allant de l’insensibilité physique (c’est le cas de Nathan) à la folie meurtrière qui dérègle le climat ! Appelés les « perturbés », ces personnes de contrôlent pas ce qui leur arrivent et sont aussi fragiles qu’imprévisibles.

À travers ses enquêtes, Audrey va les aider mais aussi tenter de reconstituer son passé et même… ses autres vies !

Car, comme dans Orphan Black, l’actrice principale joue plusieurs rôles différents ! Ce qui donne une intrigue fine et une ambiance assez spéciale que j’ai trouvé très réussie ! La tension et les événements montent en flèche mais on ne tombe pas pour autant dans l’horreur ou le gore ! C’est bien plus subtil que ça !

Bien sûr on n’échappe pas à la romance entre Audrey et Nathan, qui ne retrouve sa faculté à sentir (dans tous les sens du terme) qu’auprès d’elle. Mais j’ai aussi beaucoup aimé l’amitié/rivalité entre Duke et Nathan, qui se cherchent des noises depuis l’enfance ! Ces deux-là forment un duo plutôt sympathique ! J’ai un petit faible pour Duke, j’avoue ! Et pourtant, les bad boys, c’est pas mon truc d’habitude !

Mais c’est surtout l’atmosphère très particulière de Haven qui m’a plue ! Tout est dans l’ambiance, les zones d’ombres, l’ambiguïté. Les effets spéciaux sont cool sans en faire trop, privilégiant les personnes et les épreuves qu’elles traversent. La série ne manque pas  pour autant d’humour et les personnages sont très attachants !

Une série originale et drôlement sympa ! J’aime aussi beaucoup l’esthétique du générique !

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

playlist (et clips) du moment

Parce que ça faisait bien longtemps que je n’avais pas posté mes musiques du moment, je choisis le thème des clips forts (dans l’esthétique ou leur message)

On commence avec la sublime estonienne Kerli avec son envoûtant « Feral Heart« : Un univers féérique et une artiste encore trop méconnue en Europe !

 

Plus fantasque et bubble gum, le sympathique Thunderclouds de Sia, avec la jolie Maddie Ziegler, que j’aime de plus en plus !

 

Dans un registre plus dark, (Halloween est passé par là), Florent Dorin et Eléonore Coste (Le Visiteur du Futur) luttent contre les zombies … avec leur musique ! Une fantaisie rock appelée Rock Macabre !

 

Je n’étais pas fan de Vitaa jusqu’à ce superbe duo avec Slimane ! Très touchée par le clip, avec une histoire douce et originale !

 

Et je termine en force avec « Le pire » de Maître Gims, un clip engagé et puissant sur l’indifférence humaine et le désastre écologique de notre planète: le clip m’a fait pleurer !

Et vous, qu’est-ce qui passe dans vos oreilles, en ce moment?

Les filles sauvages (Pat Murphy)

Aujourd’hui, place à une jolie lecture qui s’est révélée bien plus surprenante que prévue ! 

Résumé:

Joan vient d’emménager avec sa famille près de San Francisco, à la lisière d’un bois. Là, elle rencontre une fille étrange qui prétend s’appeler Renarde et vit seule avec son père dans une maison délabrée, au cœur de la forêt. Les deux filles deviennent amies et participent ensemble à un concours de nouvelles. Elles remportent le premier prix et sont invitées à suivre un stage d’écriture pendant l’été. La porte d’un nouveau monde s’ouvre alors pour Joan : un monde merveilleux, plein d’ombres et de contradictions, mais aussi de lumières et de possibles…Un roman sur l’amitié et le pouvoir de l’imagination, où les deux héroïnes séduisent par leur audace, leur volonté de s’affirmer, de comprendre et de créer.

Mon avis:

Quelle belle découverte !

Pat Murphy va bien plus loin qu’une simple amitié entre deux ados !

Joan est une jeune fille en plein conflit avec son père, qu’elle ne comprend pas. Lors de son déménagement, elle fait la connaissance d’une autre jeune fille de son âge…qui dit s’appeler Renarde !  Si leur rencontre a lieu dans une forêt, leur amitié va grandir grâce à un stage d’écriture durant l’été. 

Grâce aux histoires qu’elles s’inventent, elles s’évadent d’un quotidien familial tendu et morose. Surtout Renarde, (Sarah de son vrai nom), une vraie sauvageonne qui ne se sent bien que dans la nature et ses fables. J’ai adoré la façon dont elles se forgent leur petite bulle dans cette forêt. 

Mais l’évolution la plus spectaculaire est chez Joan, qui, grâce à sa prof d’écriture, va changer son regard sur son père et tenter de le comprendre plutôt que de s’énerver contre lui, comme elle le fait d’habitude ! Leur relation tendue m’a beaucoup intéressée ! Surtout ce père colérique, totalement dépassé par sa fille qui pose des questions au lieu de le craindre ! La communication et les explications, très peu pour lui !

Bref, on ne peut pas dire que la famille brille par son côté chaleureux ! Et ce, des deux côtés, car Renarde aussi a ses propres difficultés familiales !

Au final, ce stage d’écriture aura permis à nos deux amies, non seulement de mûrir, mais aussi de tracer leur propre route. Le roman se termine sur une note douce-amère, qui m’a laissée à la fois songeuse et admirative.

Un beau roman, tant dans sa couverture que par les sujets qu’il aborde !