Défi écriture: coup de foudre

Hello à tous ! Aujourd’hui, place à un petit texte intimiste qui définit une émotion bien particulière: le coup de foudre. J’ai voulu écrire quelque chose de réaliste, loin des grandes envolées lyriques. On ne sait pas toujours du premier coup que c’est de l’amour. Parfois ça commence par un simple regard qui éveille l’intérêt. J’espère que ça vous plaira. En tout cas, j’ai pris beaucoup de plaisir à l’écrire !

5a48f1b8e24d9e2e09c232c3dfbc5b0b

À quoi ça tient parfois, un coup de foudre ? Et pourquoi une expression aussi violente pour un sentiment aussi doux ? Certains le sont, c’est vrai, mais pas tous. Son dernier en date est le plus inattendu qui soit.

C’était l’hiver. Le genre de temps maussade où il devait se forcer à sortir. À l’époque, il aimait flâner dans les cafés de la ville pour regarder les femmes passer. Garçonne mutine ou working girl distinguée, rousse incendiaire ou blonde polaire, il adorait la diversité de toutes ces beautés. Les femmes le fascinaient, l’émerveillaient.

Et puis il l’a remarquée, « elle ». Une petite brune à sac à dos. Le genre de femme qui paraît invisible au milieu de toutes ces gravures de mode. Elle l’avait d’abord intrigué.

Quel âge pouvait-elle avoir ? 23 ? 25 ans ? Elle dégageait quelque chose d’indéfinissable qui le touchait et le surprenait à la fois. Habituellement, son regard se portait vers les femmes qui savaient se mettre en valeur, quel que soit leur style.

Pas elle. Son jean fatigué, clairement trop large, débordait sur ses chaussures jusque dans une flaque d’eau. Son manteau vert avait déteint pour prendre une teinte marronasse et ses cheveux courts partaient dans tous les sens, plus par paresse que par style. Pas la moindre trace de maquillage.

Et pourtant, il était bouleversé, submergé par une émotion totalement nouvelle : ce n’était pas une simple attirance physique. C’était de la tendresse pure, comme il n’en avait jamais éprouvé pour quiconque. Un sentiment doux et fort, agréable et chaleureux.

Oui. Il était attendri par cette jeune femme aux joues rougies par le froid, aux lèvres tâchées du café qu’elle venait de boire. Ses yeux bruns chauds étaient agrandis à outrance par ses lunettes, qui lui mangeait le visage. Ce qui lui donnait un air étourdi, rêveur. Son visage était rond, sa peau pâle.

Alors, me direz-vous, qu’est-ce qui s’est passé pour qu’il tombe amoureux d’une femme aussi banale ?

Elle lui a souri. Un sourire d’enfant mangeuse de confiture. Un sourire tellement spontané, pur et sincère que ça lui a remué les tripes. Un vrai sourire qui donne de la joie et pas pour faire poli. À cette seconde, il fut sûr d’une chose: il voulait revoir ce sourire.

Et voilà ! Vous en pensez quoi?

illustration: Kuvsshinov Ilya

La prophétie de l’horloge

Hello à tous ! pour ce weekend, place à un bien joli film pour préparer Halloween ! J’aime de plus en plus Jack Black et ses comédies déjantées. J’ai donc voulu donné sa chance à La prophétie de l’horloge réalisé par Eli Roth en 2018. Et, ma foi, ce fut bien sympathique !

R.97dbd3aa610a71246bad960ab45ebf30

 

Résumé:

Lewis, jeune orphelin de 10 ans, part vivre chez son oncle Jonathan Barnavelt, un homme aussi fantasque que déroutant. Mais pas aussi dérangeant que sa demeure ancienne où l’on entend tous les soir un tic tac incessant à travers les murs…Et ce, malgré les centaines d’horloges de la maison ! Entre secrets et magie, le jeune garçon va vivre une aventure qu’il n’oubliera pas de sitôt !

Mon avis:

Quel beau film pour démarrer l’automne ! J’ai adoré cette histoire divertissante et originale ! Lewis est un jeune garçon de 10 ans brillant mais peureux. Il est aussi terriblement triste. La mort de ses parents est encore vivace chez lui. Sa rencontre avec son oncle Jonathan et sa voisine Florence va l’aider à la fois à grandir et vivre des aventures aussi farfelues que dangereuses !

On y retrouve un Jack Black au mieux de sa forme dans un rôle qui lui va comme un gant: Jonathan Barnavelt est un homme assez comique dans sa maladresse. Malgré ses lubies, il reste plus attachant que mystérieux…non sans un petit côté flippant ! À ses côté, l’excellente Cate Blanchett que j’ai juste adoré ! Son personnage, Florence Zimmerman, est un savoureux mélange de gouvernante strict et de Mary Poppins bad-ass ! Leur duo est très drôle dans le genre chien et chat !

Visuellement, le film est très réussi dans un univers travaillé et coloré ! La maison est un vrai personnage en soi, avec ses tableaux mouvants et…son fauteuil domestique ! L’histoire est prenante avec son lot de bonnes surprises, notamment l’excellent Kyle MacLachan dans le rôle du méchant ! Mais il n’est pas seulement question de magie: on y trouve des thèmes intemporels tels que l’amour maternel, la confiance en soi, le deuil, l’intégration scolaire. J’ai trouvé la fin assez mignonne !

Une petite confiserie fantastique à savourer au coin du feu ! Si vous avez aimé Stardust, foncez !