« Lettre d’une inconnue » et « Le joueur d’échec » de Stefan Zweig

En ce moment, j’ai des envies de lecture pas trop longues. Et je me rend compte que je n’avais jamais chroniqué « Lettre d’une inconnue », suivi du « Joueur d’échecs » de Stefan Zweig: commençons par la lettre !

Résumé:

« À toi qui ne m’as jamais connue. » La lettre, anonyme s’adresse bien à lui, l’homme qu’il était et qu’il est demeuré, l’écrivain célèbre pour son talent, sa frivolité et ses conquêtes. Comment se souvenir de cette femme qui lui déclare sa passion de toute une vie, de cette adolescente de 13 ans qui l’épiait et l’adorait naguère en silence? Comment revoir le visage de cette inconnue qui se donnerait à lui, plus tard et de leur brève idylle dans Vienne enneigée?

Une bien belle et déchirante nouvelle ! Un écrivain célèbre reçoit une lettre anonyme. Et quelle lettre ! Ce n’est pas juste une déclaration. C’est une Claque Magistrale.

Cette lettre nous conte comment une jeune fille s’éveille à une passion telle, une idolâtrie si folle, que ces tourments la poursuivront toute sa vie. C’est d’abord une simple curiosité enfantine. Puis de la fascination romantique. Et enfin l’éveil des sens.

Et plus ses sentiments grandissent, plus la jeune fille s’y dissout. Elle s’oublie littéralement dans son amour pour cet homme inaccessible. Elle l’épie, l’espère, le désire. Mais elle ne recevra en retour que de petites miettes d’attention: un regard, un sourire, quelques belles paroles. La jeune fille grandit, devient elle-même une des conquêtes de cet homme. Mais jamais, il ne reconnaitra en elle la modeste jeune fille qu’il croisait tous les jours. 

Entre fantasme et déception, l’attente ardente devient frustration, amertume et surtout le pire sentiment qui soit: l’impression d’être invisible… Et pourtant, il n’y a aucune rancune dans ce texte. Juste une tendresse mélancolique. La fin m’a laissé un goût amer. Vous imaginez si Roméo avait oublié Juliette

L’écriture est très agréable, fluide, lyrique. J’ai adoré m’immerger dans la tête, le coeur, les tripes de cette femme.  Au point de trouver l’homme fade à côté. Lui, je ne l’ai pas trop aimé par contre. Ce n’est pas tant le fait qu’il ait des conquêtes. C’est plutôt la façon dont il vit complètement dans sa bulle sans se rendre compte des ravages qu’il peut faire sur les femmes qu’il convoite. Pour ça, la fin m’a beaucoup plue, car comme je l’ai dit au début, cette lettre, c’est une claque in the face !

Une histoire triste mais quel beau portrait de femme !

Le Joueur d’échecs

Résumé:

« Sur un paquebot reliant New York et Buenos Aire, une partie d’échecs entre deux passionnés que tout oppose et que le jeu réunit. Une partie à la fois envoûtante et dérisoire aux allures de confession… »

Mon avis:

Autre histoire, autre ambiance ! Si la première était triste et romanesque, la deuxième est un huis clos psychologique des plus étouffant.

Le narrateur, un Autrichien en partance pour l’Argentine, est informé de la présence à bord du champion mondial des échecs, Mirko Czentović. Homme intelligent et passionné par la psychologie, il se met en tête de mieux comprendre ce curieux personnage.

Quel étrange gars que Czentovitz ! Orphelin élevé par le curé du village, les échecs sont tout ce qui l’intéresse: hermétique à toute autorité, il ne sait ni lire ni écrire, parle sans finesse et prend plaisir à battre froidement ses adversaires, surtout les bourgeois et autres intellos. C’est un homme froid, calculateur, méprisant. 

Mais voilà qu’un rival inattendu va lui donner plus de fil à retordre que prévu ! Un des spectateur de la dernière partie, M.B, se révèle extrêmement brillant pour contrer la stratégie de l’arrogant Czentowitz ! Grisés par le jeu, les spectateurs encouragent cet inconnu à enfin fermer le clapet de ce denier…

C’est là que l’histoire bascule dans une ambiance beaucoup plus oppressante ! En effet ce mystérieux M.B se révèle avoir un passé des plus tourmenté! Un passé où le jeu d’échec a une place bien particulière…et totalement différente.

Comme son rival, M.B a été obsédé par ce jeu, mais chez lui, c’était une question de survie ! Je n’en dirai pas plus sinon ceci: Pour Czentovitz, l’échec est un gagne-pain qui lui permet de se moquer de la haute-société. Pour M.B, c’était un refuge qui l’a sauvé par le passé. Mais le jeu lui est devenu aussi dangereux qu’un verre pour un alcoolique sévère.

La tension psychologique est suffocante dans cette nouvelle ! Il ne s’y passe  pas grand chose et pourtant, je suis restée fascinée par les stratégies d’échec ! Les parties sont décrites comme une sorte de « boxe mentale » où les coups les plus subtils sont permis ! Si je suis restée de marbre pour le taciturne Czentovitz, l’histoire bien tourmentée de M.B m’a fascinée autant que touchée.

Car des thèmes bien sombres sont abordés: l’arrogance, la peur, l’effet drogue que peut avoir le jeu, la compétition, la trahison. De plus, le cadre « confiné » de l’histoire m’a particulièrement remuée vu le contexte actuel.

Une histoire sombre et fascinante qui change de mes lectures habituelles ! 

Si vous avez d’autres romans/nouvelles de Stefan Zweig à me faire découvrir, je suis preneuse ! J’ai beaucoup aimé !

6 réflexions sur “« Lettre d’une inconnue » et « Le joueur d’échec » de Stefan Zweig

  1. Je me souviens avoir préféré « Lettre d’une inconnue » à « Vingt-quatre heures de la vie d’une femme ».
    Est-ce que tu as lu « Amok » ? J’avais bien aimé pour son côté plus exotique.

  2. Je connais (et apprécie) surtout le Stefan Zweig biographe-romancier mais je me rappelle que « Le joueur d’échec » avait fait forte impression sur moi. Du coup « Lettre d’une inconnue » me fait envie aussi.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s