« Un clafoutis aux tomates cerises »

Bonjour à tous ! Aujourd’hui, une petite chronique d’un roman feel-good et nostalgique ! Et j’adore le titre !

Résumé:

Au soir de sa vie, Jeanne, quatre-vingt-dix ans, décide d’écrire son journal intime. Sur une année, du premier jour du printemps au dernier jour de l’hiver, d’événements minuscules en réflexions désopilantes, elle consigne ses humeurs, ses souvenirs, sa petite vie de Parisienne exilée depuis plus de soixante ans dans l’Allier, dans sa maison posée au milieu des prés…

Mon avis:

Une jolie pause à la fois légère et grave. Je n’ai pas pu m’empêcher de penser à ma grand-mère, mais aussi mes propres parents en lisant ce livre. 

Jeanne est une dame de 90 ans pleine de vie, d’humour et d’entrain. Elle adore les mots croisés, le thé, les copines, les bons légumes du potager. Elle voue un culte à son jardin et mène une vie bien plus remplie que l’on pourrait le croire !

La première partie du livre est désopilante de légèreté. C’est un hommage aux plaisirs simples de la vie: rire entre amies, les petits enfants turbulents, le voisin qui sait tout faire… la vache échappée qui débarque sans prévenir dans le jardin … le tout dans une belle maison à la campagne…

Gastronomiquement, c’est aussi un festival de bonnes choses: tartes, soupes, thé, vins… framboises cueillies en foret… J’ai fait un petit retour en enfance ! 

Petit à petit, Jeanne prend conscience que la vieillesse est différente pour tout le monde: une de ses amies perd la tête, une autre se bat contre un cancer, d’autres ont perdu leur mari, voire même des enfants !

Jeanne elle-même a des pertes de mémoire, a de plus en plus de mal à conduire et perd ses forces…Mais jamais sa dignité ! C’est une qualité que j’ai toujours admiré chez les personnes âgées ! Elles ont une pudeur touchante sur leur états d’âme, qu’elle cachent souvent derrière l’humour ou le silence.

Enfin, et c’est le plus surprenant, je me suis reconnue dans beaucoup de ses réflexions ! La technologie qui évolue trop vite, le temps qui file et surtout la mort qui frappe nos voisins, nos proches… vieux ou moins vieux, chamboulant les repères d’une vie. Ce passage m’a particulièrement parlé parce que c’est un sentiment universel !

Une lecture douce et tendre qui m’a beaucoup émue !

 

« Fantômes contre fantômes » de Peter Jackson (1995)

Hello à tous ! Aujourd’hui, une nouvelle chronique ciné (j’en vois pas mal en ce moment) ! Et en fan de Micheal J Fox, je me devais de voir Fantômes contre fantômes !

Résumé:

« Frank Bannister,  un architecte  devenu médium, arnaque les habitants de sa ville avec l’aide de ses amis revenants. Lorsque plusieurs habitants ont des infarctus, il est le coupable idéal aux yeux de la population. Il va devoir faire appel aux fantômes pour s’en sortir et affronter un véritable spectre-tueur… »

 

Mon avis:

Et dire que je ne connaissais de Peter Jackson que « Le Seigneur des anneaux ! Voilà un film beaucoup moins cité et c’est dommage !

L’histoire se passe en 1990, à Fairwater en Californie. Un couple se fait attaquer par une force inconnue qui dévaste leur maison et décide , à contrecoeur pour le mari d’engager un médium : Frank Bannister

Frank est un ancien architecte devenu arnaqueur. Il déplume les habitants de la ville avec une fausse carte de médium. Seul ce point n’est pas une arnaque. Frank peut réellement voir les morts depuis l’accident tragique qui a couté la vie de sa femme. Mais depuis l’apparition d’un ectoplasme se prenant pour la « Faucheuse », Frank se voit investi de la mission de l’arrêter avant que la ville ne finisse dévastée.

Quand on lit ce genre de résumé, on pourrait croire à un thriller fantastique classique. Et bien non ! 

Déjà le héro est bien plus triste qu’il ne paraît; Frank se considère responsable de la mort de sa femme. Aussi, lorsque la veuve de la dernière victime de l’ectoplasme demande son aide, il accepte. Pour moi c’est une manière de racheter sa faute. J’ai adoré le personnage, dont la voiture est un indéniable clin d’oeil à Colombo !

 La particularité de ce film, c’est que les morts sont comme les vivants: il en a des bons…comme des mauvais ! Sur ce point, j’ai trouvé le scénario original et assez cohérent dans son ensemble.

Le casting est très bon, il y a de l’humour mais aussi de beaux thèmes abordés: la culpabilité, le deuil, l’amour, la justice.Tous les acteurs sont talentueux, et le message final est très positif !

Si vous aimez les comédies à la Beetlejuice et SOS Fantômes, je conseille très fortement ce film

 

« Le nouveau Stagiaire » de Nancy Meyers

Aujourd’hui voici une chronique ciné bien sympathique ! J’ai envie de films optimistes et pétillants et j’ai trouvé une petite perle ! 

résumé:

« Ben Whittaker, veuf de 70 ans, se rend compte que la retraite ne correspond pas vraiment à l’idée qu’il s’en faisait. Dès que l’occasion se présente de reprendre du service, il postule un poste de « stagiaire senior » dans une entreprise de vente de vêtements par Internet, start-up créée et dirigée par une jeune femme survitaminée mais inexpérimentée, Jules Ostin. »

Mon avis: 

Quand le charisme de Robert de Niro rencontre la fraîcheur d’Anne Hattaway, ça donne un film qui met du baume au coeur ! Déjà, ce film aborde un thème d’actualité: la dépression des séniors. En effet, Ben n’aime pas vraiment sa vie de retraité. Il s’ennuie ferme et veut à tout prix se rendre utile. Aussi quand une entreprise de vêtement propose des stages pour séniors, il n’hésite pas à postuler…avec nos moyens actuels !

Il découvre une entreprise pleine d’énergie, des collègues sympathique et surtout la patronne: Jules Ostin.

Jules est stressée, perfectionniste, passionnée par son boulot. Elle est aussi féministe et ne supporte ni la misogynie des cadres, ni les remarques des jeunes mères de famille. Elle a beaucoup de mal à mener de front sa carrière et sa vie privée. Intéressant de voir les rôles inversés: la femme au boulot et le mari au foyer !

Ben va lui apporter une stabilité bienvenue dans sa vie, tant professionnelle qu’affective… Alors oui, ça fait très (trop?) optimiste.Mais qu’est-ce que ça fait du bien !

J’ai adoré la personnalité de Ben: discret, curieux, ouvert. Il se fait vite adopter par l’équipe, qui gagne en confiance et en organisation. Il a beaucoup de compassion pour les autres et en fait un aout majeur ! 

Pas de patronne aux dents longues, pas de coup bas entre collègues. L’entreprise est comme une seconde famille. Dont Ben serait le Tonton au grand coeur. Par sa présence bienveillante, il redonne confiance à ses collègues et leur patronne. C’est leur jolie relation qui fait tout le charme du film.

J’aurais aimé un peu plus d’humour mais dans l’ensemble, j’ai beaucoup aimé voir ces gens se serrer les coudes au lieu de se tirer dans les pattes !

Un film-doudou, que donne le sourire ! À voir après un mauvaise journée !

BD du mardi: l’Homme-Bonsaï (Fred Bernard)

Hello à tous ! Aujourd’hui, place à un premier coup de coeur ! Ça faisait longtemps que je n’avais pas lu de BD et celle-ci est une bien belle trouvaille !

Résumé:

Durant une tempête, le capitaine O’Murphy et deux marins abordent un navire en perdition dans lequel est planté un arbre colossal. Incrédules, ils l’entendent lui demander d’écouter le récit de son destin tragique. Il s’appelle Amédée. Il fut enrôlé de force sur un navire pirate, puis abandonné sur une île. Là, il sentit une graine lui tomber sur la tête, et, très lentement, se transforma en arbre...

Mon avis:

Wow ! superbe découverte !

Un vieux capitaine raconte dans un bar une rencontre troublante et invraisemblable. Il dit avoir rencontré un arbre qui parle, planté au milieu d’un navire en pleine mer. Cet arbre aurait été autrefois un homme: Amedée. Potier de formation, son destin le projeta en mer, où il vit une existence misérable: insulté, battu, il est abandonné comme un déchet sur une ile déserte..

Là, il y retrouve un certain soulagement. Mais une petite graine tombée d’un arbre étrange va lui pousser sur la tête, envahir son corps… Mais il trouvera une aide inattendue grâce à l’art du « Bonsaï ». En taillant son arbuste comme les célèbres chinois le font depuis des siècles, il rééquilibre la part humaine et végétale, devenant ainsi une légende: l’Homme-Bonsaï.

L’histoire est poignante, les dessins de toute beauté. Je ne vais pas en écrire plus sur l’intrigue, car j’ai peur de spoiler l Ce que je peux dire c’est que la transformation du héro est vraiment saisissante et que j’ai été touchée par sa vie dure, son désespoir, sa peur, mais aussi sa colère !

Je ne connaissais pas du tout Fred Bernard et je vais me renseigner sur ces autres bd !

Si vous aimez les pirates, la culture asiatique, les histoires d’amour et de vengeance, je vous recommande cette très belle histoire

 

Bilan 2019: la fin d’un cycle

 

Hello à tous !

J’espère que votre réveillon a été comme vous le souhaitiez et cette nouvelle année vous apportera joie, sérénité et petits bonheurs. 

Pour moi, 2020 est le début d’un nouveau cycle. J’ai lâché les dernières « béquilles » qui m’entravaient et je commence enfin une vraie vie d’adulte.

Pour cette nouvelle année je me souhaite:

-de la compassion pour moi-même et les autres

 

-garder les rituels qui me font du bien

 

-Oser être créative

 

-Lire/voir/écouter des choses légères et positives

 

-être moins sur le blog et plus dans la Vie réelle

 

Je vous souhaite à tous/tes une bonne et heureuse année 2020.