Le goût des pépins de pommes (Katharina Hagena)

Hello à tous ! Aujourd’hui, une chronique littéraire pleine de douceur et de nostalgie avec cette nouvelle lecture !

Résumé:

« A la mort de Bertha, ses trois filles, Inga, Harriet et Christa, et sa petite-fille, Iris, la narratrice, se retrouvent dans leur maison de famille, à Bootshaven, dans le nord de l’Allemagne, pour la lecture du testament. C’est finalement Iris qui hérite de la maison. Si elle est d’abord tentée de la revendre, elle décide finalement, assaillie par les souvenirs, de la conserver. Chaque pièce qu’elle redécouvre lui raconte l’histoire de la famille, sur trois générations de femmes, aussi singulières les unes que les autres : pourquoi Tante Inga est-elle électrique ? Depuis quand Tante Harriett se teint-elle les cheveux au henné ? Comment est morte Rosemarie ? »

Mon avis:

Une belle plongée nostalgique dans un passé tantôt, lumineux, tantôt plus sombre. J’ai adoré cette histoire familiale qui renait peu à peu de la maison elle-même plutôt que que la narratrice !

Iris est une bibliothécaire compétente mais qui a perdu le gout de lire. À la mort de sa grand-mère, elle hérite de la grande maison familiale, encore pleine de secrets et de vieilles robes… Mais aussi des non-dits sur trois générations, qu’elle découvrira au fur et à mesure.

Il émane de ce livre un joli mélange de mélancolie, de douceur et paradoxalement de joie de vivre ! La mémoire a une place importante: que nous laissent nos familles et nos proches sinon des souvenirs? 

Dans le cas de Bertha, la grand-mère d’Iris, c’est d’autant plus dramatique que sa mémoire l’a fui au fil de ses derniers jours… Ayant connue ma propre grand-mère dans cet état, ces passages m’ont particulièrement touchée. Où vont les souvenirs quand ils quittent une personne? 

Il y a aussi Rosemarie, la voisine d’Iris, morte à 19 ans dans des circonstances troubles: suicide? Accident? Le choc de cette mort a eu un impact terrible et obscurci la mémoire des habitants autant que de la maison.

Car la demeure elle-même est un personnage à part entière. Ce livre aurait pu s’appeler « la mémoire des murs » car j’ai eu l’impression que la demeure avait littéralement « absorbé » l’histoire de cette famille ! Et c’est à la fois beau, troublant et fascinant !

Enfin, le cadre bucolique est superbement décrit ! Les fleurs, le verger, les fruits, le soleil qui réchauffe les coeurs blessés… L’autrice a su rendre l’atmosphère à la fois tendre et nostalgique, sans jamais tomber dans le larmoyant ou le mortifère !

Un livre tendre, bucolique et féminin, qui cache une belle profondeur derrière son histoire à priori banale ! À lire avec une pomme à portée de main !

Le temps est assassin (Michel Bussi)

Après la belle découverte des Nymphéas Noirs, j’étais curieuse de découvrir d’autres livres de Michel Bussi ! Je ne lis pas assez de policier/thriller !

Résumé:

« Été 1989. La Corse, presqu’île de la Revellata, entre mer et montagne. Sur cette route de corniche, au-dessus d’un ravin de vingt mètres, une voiture roule trop vite et bascule dans le vide. Une seule survivante : Clotilde, quinze ans. Ses parents et son frère n’ont pas eu la même chance.
Été 2016. Clotilde revient pour la première fois sur les lieux du drame, accompagnée de son mari et de sa fille adolescente. Elle veut profiter de ces vacances pour exorciser le passé. C’est au camping dans lequel elle a vécu son dernier été avec ses parents que l’attend une lettre… de sa mère. Vivante ? »

Mon avis:

Michel Bussi m’a beaucoup surprise et d’une très bonne manière ! 

Tout commence par un drame qui frappe la famille Idrissi: durant les vacances, leur voiture, en plein virage, bascule dans le vide ne laissant pour survivante que la cadette : Clotilde.

Marquée à vie, elle retourne sur les lieux du drame, 27 ans plus tard avec sa propre famille. Mais à trop vouloir remuer le passé, la jeune femme néglige son mari et sa fille adolescente. Ça, plus le fait qu’elle est devenue une légende locale, la « survivante » autant admirée que méprisée.

J’ai beaucoup aimé l’écriture qui nous montre deux facettes de Clothilde: l’ado rebelle de 1989 et l’adulte bornée de 2016.

Le roman alterne entre le journal intime de la jeune fille et les événements de son « retour » en Corse 27 ans plus tard. Une bonne idée qui donne du rythme au récit !

Je dois avouer que j’ai plus accrochée à l’ado qu’à l’adulte ! La jeune Clothilde est en pleine période gothique depuis qu’elle a découvert le film Beetlejuice ! Elle préfère écrire plutôt que se lier aux autres et la presqu’île de la Revellata est son petit paradis qu’elle aime plus que tout !

La femme elle, est plus amère, voulant à tout prix donner un sens à la tragédie qui l’a frappée. Car elle est persuadée d’avoir « loupé un truc », un infime détail qui expliquerait tout. Mais à trop chercher la petite bête, prisonnière de ses souvenirs, elle se heurte à l’incompréhension et la colère de Franck, son mari, et l’inquiétude blasée de Valentine, sa fille, qui veulent juste profiter des vacances ! 

Car, insidieusement, la personne « qui sait ce qui s’est passé » va en profiter pour accomplir une vengeance aussi cruelle qu’injustifiée. Tout ça, à cause d’un événement qui date de bien avant l’accident ! Je n’en dirai pas plus ! 

Car la Révélation finale m’a vraiment horrifiée ! C’est un thème assez grave, qui donne une toute autre lumière à « l’accident ». Que sait-on de sa famille ? Pas grand chose, au final !

En contraste avec cette histoire tortueuse et sombre, le cadre corse est magnifique ! Comme dans son précédent roman, Bussi met un point d’honneur à soigner son décor et son ambiance ! L’écriture est très agréable à lire !

Enfin, le livre se termine sur une note d’espoir en nous donnant un joli aperçu de la prochaine génération de cette famille peu ordinaire !

Un très bon cru, qui se lit plus à la plage qu’au coin du feu !

 

« Star Trek Beyond » de Justin Lin (2016)

Enfin, j’ai pu visionner le troisième opus de Star Trek ! Et comme les deux autres, j’ai vraiment bien aimé ! Cette nouvelle version a le mérite de donner un nouveau souffle à la saga culte ! Pour ce film, c’est Justin Li, ainsi que Simon Peg (qui joue Scotty) qui ont créé le scénario !

Résumé:

« Alors que le vaisseau U.S.S. Enterprise doit se rendre aux confins de l’espace inexploré en mission de sauvetage, il subit une attaque de Krall, l’ennemi impitoyable de la Fédération. Le vaisseau s’écrase en catastrophe dans un endroit hostile inconnu et le capitaine Kirk, Spock et leur équipage se perdent de vue. Ils sont tous coincés, sans possibilité de s’échapper. »

 

Mon avis:

J’ai toujours une certaine appréhension des troisièmes volets ! J’ai peur que le scénario s’essouffle ou que les personnages évoluent dans le mauvais sens ! Mais heureusement, ce n’est pas du tout le cas ici !

Tout d’abord, Justin Lin réussit l’exploit de faire une histoire surprenante et culottée: l’Interprise se crash ! Face à un nouvel ennemi aussi sournois que cruel, Kirk et son équipe vont devoir se serrer les coudes pour survivre !  

J’ai adoré la façon dont chacun veille l’un sur l’autre ! Justin Li a eu la bonne idée de montrer ce lien particulier qui unit l’équipage en les filmant par duos: Spock et Bones (qui se ressemblent en de nombreux points, finalement !), Huhura et Sulu, (tout deux calmes et réfléchis), Kirk et Chekov, qui ont une relation très fraternelle.

La surprise de ce film est incontestablement Scotty, qui nous montre une facette des plus héroïques ! J’ai adoré son évolution dans le film ! Derrière son côté fanfaron, c’est un homme sensible et maladroit, qui ferait tout pour être utile à son équipage !

Nous faisons aussi la connaissance d’une nouvelle venue, Jayla, une Alien dont la famille a été décimée par Krall, un nouvel ennemi, qui en veut à mort à Starfleet ! 

Cet Alien se sert dabeilles tueuses pour décimer toutes vies, humaine ou non. Plus que la survie de l’équipage, Kirk devra aussi aider d’autres créatures prises en otage par Krall, et les emmener en lieu sûr ! Mais les événements vont prendre une tournure surprenantes car il va découvrir une page sombre de l’histoire de Starfleet ! Je n’en dirai pas plus !

La relation entre Spock et Nyota est plus en retrait, mais toujours présente ! Leur couple a pris de la maturité, malgré quelques maladresses! Finalement je les aime bien, tous les deux !

 

ils sont pas mignons tout les deux ?

Mais la révélation du film c’est Jayla, que j’ai adoré  !!! Belle, bad-ass et traumatisée par la mort des siens, elle va se lier à Scotty d’une façon plutôt inattendue ! J’ai adoré leur duo, qui a une tendresse maladroite ! Ça change des romances habituelles !

Elle est interprétée par l’actrice algérienne Sofia Boutella, qui a su lui donner une belle allure, à la fois fière, sensible et combative ! En plus elle est plutôt mignonne sans maquillage ! Je suis curieuse de la voir dans d’autres films !

Bref, Star Trek Beyond est un très bon film de SF, dans la lignée des deux autres ! C’est plein d’action, d’humour et surtout, ça nous montre une belle leçon de fraternité inter-espèce ! À voir !

 

Les témoin de la mariée

Hello à tous ! Aujourd’hui encore une jolie lecture avec ce court roman de Didier van Cauwelaert !

Résumé:

Nous étions ses meilleurs amis : il nous avait demandé d’être ses témoins. Cinq jours avant le mariage, il meurt dans un accident de voiture.
Ce matin, à l’aéroport, nous attendons sa fiancée. Elle arrive de Shanghai, elle n’est au courant de rien et nous, tout ce que nous savons d’elle, c’est son prénom et le numéro de son vol.
Comment lui dire la vérité ? Nous nous apprêtions à briser son rêve ; c’est elle qui, en moins de vingt-quatre heures, va bouleverser nos vies.
Mais cette jeune Chinoise est-elle la femme idéale ou bien la pire des manipulatrices?

Mon avis:

Je n’avais plus lu de Cauwelaert depuis son journal intime d’un arbre  qui m’avait beaucoup plu ! Les Témoins de la mariée est très différent mais tout aussi réussi !

Après la mort de leur ami Marc, quatre personnes se retrouvent totalement perdues car elles doivent annoncer la nouvelle à sa fiancée chinoise…dont ils ignoraient l’existence. D’un commun accord, ils décident de ne rien lui dire. En tout cas, pas tout de suite. Mais rien ne va se passer comme prévu. Car c’est cette étrangère, qui, subtilement, va les remettre d’aplomb.

Entre amitié, jalousies, mensonge et famille éclatée, Cauwelaert brosse un joli portrait contemporain où se mêle beauté orientale, amours contrariés et fascination artistique. Mais surtout persiste cette Amitié indefectible envers Marc, qui va au delà des mots, des cultures et de la mort. 

L’écriture est pleine d’humour et de pudeur, alternant les point de vue des 4 amis qui donnent chacun leur vision du défunt. Mais c’est la fin qui m’a le plus émue. Je l’ai trouvée originale et très positive. C’est un nouveau départ plutôt qu’un point final.

Une histoire tragi-comique et émouvante, qui aborde le deuil de façon subtile. À découvrir !

 

 

Playlist 2019

Ça faisait un moment que je n’avais pas fait de playlist ! Et en ce moment, c’est assez éclectique: de la pop 80’s au rock , country et petits classiques 90’s

  • On commence dans la douceur avec la magnifique Sarah McLachlan et la chanson « Bulding a mystery », un clip poétique et subtil comme je les aime !

 

  •  La belle Norah Jones et son Chasing Pirates ! J’adore son look dans ce clip !

 

  • Parce que j’ai vu récemment le dernier Astérix au cinéma, je ne pouvais résister à partager ce classique des années 80 ! Le look du mec déchire tout quand même !!!

 

  • Toujours dans les 80’s mais dans un registre plus sexy, la trop méconnue Alannah Myles et son « Black Velvet », très blues rock. J’adore !

 

  • Quand j’étais ado, j’ai eu un gros crush pour le duo australien Savage Garden. Mais plutôt que le sirupeux Truly Madly deeply, qui l’a révélé au public, j’ai largement préféré « Break me Shake Me », très inspiré de U2 avec des accents de Micheal Jackson par moment ! 

 

  • Je vous parlais de country, voici la belle Sheryl Crow avec son premier single, « All I wanna do », que j’aime beaucoup! C’est à la fois tranquille et rythmé !

 

  • Et je termine avec le superbe  hommage de Bad Wolves au « Zombie » des Cramberies ! Ayant grandi avec ce groupe j’ai été très touchée par cette nouvelle version !

 

Et vous, qu’est-ce qui passe dans vos oreilles en ce moment?

« Le dernier pub avant la fin du monde » d’Edgar Wright

Hello à tous ! Aujourd’hui, une petite chronique ciné d’un film qui m’a totalement emballée! Ça fait bien longtemps que je n’avais pas autant rigolé ! Comme vous le remarquez, je n’ai pas mis la bande-annonce, mais c’est pour ne pas gâcher la surprise de l’intrigue !

Résumé:

« L’histoire débute le 22 juin 1990 dans la petite ville anglaise de Newton Haven : cinq adolescents au comble de l’âge ingrat fêtent la fin des cours en se lançant dans une tournée épique des pubs de la ville. Malgré leur enthousiasme, et avec l’absorption d’un nombre impressionnant de pintes de bière, ils ne parviennent pas à leur but, le dernier pub sur leur liste : The World’s End (La Fin du Monde).

Une vingtaine d’années plus tard, nos cinq mousquetaires ont tous quitté leur ville natale et sont devenus des hommes avec femme, enfants et responsabilités, à l’alarmante exception de celui qui fut un temps leur meneur, Gary King, un quarantenaire tirant exagérément sur la corde de son adolescence attardée. Il souhaite coûte que coûte réitérer l’épreuve de leur marathon alcoolisé. Il convainc ainsi Andy, Steven, Oliver et Peter de se réunir un vendredi après-midi.

Le défi : une nuit, cinq potes, douze pubs, avec un minimum d’une pinte chacun par pub. Mais les événements vont prendre une tournure inattendue. »

Mon avis:

Quelle belle découverte ! Voilà un film totalement barré comme je les aime.

Ça commence comme une comédie classique: cinq potes de lycée qui se retrouvent pour terminer leur dernier pari alcoolisé de leurs jeunes années. Sauf que les ados insouciants sont devenus des adultes blasés et amers. Seul Gary, le héro du film, s’accroche mordicus à ce pari idiot de tournée de pub. L’amitié est toujours là, mais cabossée par les rancoeurs et les déceptions. 

Ce pari, c’est un retour aux sources, une mise au point entre potes mais aussi une bonne dose de rigolade ! Et au fil du film, les événement prennent une tournure de plus en plus frapadingue ! C’est drôle, c’est déjanté, ça part en sucette, ça s’engueule et se pardonne.

Je ne spolierai pas l’intrigue du film. Tout ce que je peux en dire, c’est que j’ai adoré Simon Peg, que j’avais découvert dans la nouvelle version de Star Trek ! Le personnage de Gary King est très beau, à la fois  drôle, immature, déjanté, colérique et surtout bien plus triste qu’il ne paraît ! J’ai été très touchée par son évolution !

Il partage l’affiche avec le fringuant Martin Freeman, toujours aussi classe dans son humour ! Il est dans un rôle d’un agent immobilier blasé, un peu sage à mon gout mais tout aussi touchant. Belle découverte aussi, Nick Frost, dans le rôle de l’ami déçu qui tente vaille que vaille d’ouvrir les yeux de son pote. Andy est un homme attachant et plein de maladresse. 

Enfin parmi les rôles féminin on retrouve la belle Rosamund Pike, que j’avais bien aimé dans « Orgueil et Préjugés ». Et je dois dire que son rôle est au final, plutôt bad-ass ! Ça fait du bien de la voir dans ce registre ! J’aime de plus en plus cette actrice ! Je suis très tentée par Gone Girl !

Bref, Le dernier pub est une excellente surprise ! Je ne m’attendais pas à une histoire de ce genre et vraiment, si vous aimez le déjanté anglais, foncez sur ce film…mais sans avoir vu la bande-annonce !