Pour l’amour de l’Inde (Catherine Clément)

Ha ! L‘Inde ! Quel fascinant pays qui m’intrigue depuis l’enfance ! C’est pourquoi, dès que je trouve un roman qui s’y intéresse je n’hésite pas !

Résumé:

« 1947. Le dernier des vice-rois des Indes britanniques, Lord Mountbatten, est intronisé à New-Delhi. Lady Edwina, sa femme, est l’une des grandes dames de l’aristocratie anglaise, l’une des plus libertines, et sans doute la plus émancipée. Leur interlocuteur privilégié, le pandit Nehru, vient d’être libéré de sa prison. Bientôt, il deviendra le Premier ministre de l’Inde libre. Tout semble opposer Edwina et Nehru et pourtant, entre l’Indien rebelle à l’Angleterre et la lady anglaise naît une passion impossible que Lord Mountbatten, le mari, accepte avec noblesse. Ils se débattent dans les sanglants événements qui suivent le partage des Indes en deux pays, le Pakistan et l’Inde. En quelques semaines, massacres religieux et épidémies font plus de cinq cent mille morts dans les villages et sur les routes. Seul un vieil homme de soixante-quatorze ans a compris l’imminence de ce désastre: Le Mahatma Gandhi« 

Mon avis:

Quel roman ! Je m’attendais à une banale histoire d’amour entre une blanche et un indien. Mais ce livre est bien plus que ça ! En fait l’histoire d’amour est totalement secondaire. C’est avant tout l’histoire d’un pays vers son indépendance que Catherine Clément nous raconte. 

La première rencontre de l’histoire est de taille: Gandhi ! Un Gandhi vieillissant mais toujours debout, qui se bât (sans violence) pour la paix de son pays. Hélas, Les Musulmans se déchirent contre les Hindouistes. Le sang se répand dans les deux camps. Le peuple veut son indépendance et surtout se délimiter du Pakistan.

Au milieu de tout ça, le vice Roi des Indes britanniques, Lord Louis Mountbatten, et sa femme ont traversé les tourments de la seconde guerre mondiale pour tomber dans une troisième. Une guerre intestine, irréversible qui les laissent aussi impuissants que révoltés. 

J’ai beaucoup aimé Nehru, le premier ministre de l’Inde libre, qui a reçu une éducation anglaise mais dont la guerre a changé en résistant. Il sort de prison au début de l’histoire. C’est un homme enthousiaste, cultivé qui sera tout de suite intrigué par la jeune reine Edwina. Quant à Lord Mountbatten, c’est un homme assez désabusé, qui ne comprend pas les fantaisies de sa femme ainsi que ses prises de risques !

Edwina cache un beau caractère derrière son allure de jeune fille candide. Elle s’est occupée des blessés durant la guerre et est d’autant plus secouée par les meurtres qui deviennent peu à peu quotidiens. Si elle a aimé le « Roi des Indes » à une époque, il se mue progressivement en un mélange d’agacement et de frustration. En revanche son « amour » pour Nehru m’a beaucoup plu, parce que ce n’est pas une « passion exotique ». Elle admire l’enthousiasme et la la soif de justice chez le jeune Indien qui lui, est émerveillé par la beauté et la force intérieure de la jeune femme.

Le trio amoureux est cependant en retrait par rapport au reste de l’histoire.

Malgré tout ses efforts, Gandhi finira assassiné par son propre peuple qui va approfondir encore plus ses inégalités. Mais ce sera le prix à payer pour que l’Inde ait enfin son indépendance et la séparation définitive entre Hindouistes et Musulmans. Cette bataille entre monothéisme et polythéisme m’beaucoup rappelé celle de l‘Antiquité qui opposa les Romains aux Chrétiens ! Au fond, rien n’a tellement changé au fil des siècles…

On y parle aussi une autre religion indienne plus méconnue: Le Sikhisme. Cette religion monothéiste de l’Inde a été une totale découverte pour moi ! Lors du « partage » de lInde et du Pakistan, le territoire des Sikhs se retrouve coupé en deux ; leur peuple est massacré par les Musulmans comme par les Hindous. Habituellement réservés, ils sombrent à leur tour dans la spirale de la violence et des blasphèmes allant jusqu’a égorger un cochon dans une mosquée ! Bref, lInde va s’embraser jusqu’à la folie meurtrière, déchirée entre Musulmans, Hindouistes et Sikhs. Les derniers colons anglais finiront par rentrer chez eux, apeurés et impuissants dans un pays à feu et à sang.

Mais chaque personne aimera (je ne dis pas personnages parce que c’est une histoire vraie !) à sa façon ce pays si particulier qu’est l’Inde, que ce soit pour sa culture, sa richesse…ou ses hommes ! Pour ça, le titre du livre est très bien choisi.

Un livre passionnant, mais dont le résumé n’est pas fidèle à son contenu !

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Publicités

Clip du jour

Un peu de fantaisie signée Natoo et son clip « Je sais pas danser » ! Très rigolo !

Et là je bouge mon boule
Je bouge mon boule

Écartez-vous d’la piste
La bombe vient d’arriver
J’commence par m’échauffer

Mais j’crois qu’vous êtes pas prêts
J’ai bossé toutes mes chorés
Sur les clips de Beyoncé
Spotlight sur moi, bouge de là
Baby, shake, shake, aïe !

Je viens de m’vautrer par terre
J’ai l’allure d’un veau
En fait j’sais pas danser
J’ai deux pieds gauches, c’est chaud
Aussi rigide qu’un balai
Quand je danse, c’est trop laid
Regarde ce move, c’est la loose

Baby, twerk, twerk, berk !

Je me fiche des rageux
Seul Chris Marques peut me juger

Je sais pas danser
Je bouge comme un boulet
Et t’as mal aux yeux
Même si je fais d’mon mieux
C’est pas d’ma faute
Si j’ai le style d’un retraité

Une meuf lance une battle
Un cercle s’est formé
J’commence j’fais le robot
Mais il a l’air rouillé
Elle fait shaker son bassin
Puis se déplace sur les mains
Je fais une vague toute pétée
Niveau pédiluve !

J’enchaîne sur une chenille
Mais personne m’a suivie
J’décide de tout donner
La foule est juste choquée
La sécu s’est ramenée
Pour me faire évacuer
C’était si moche qu’ils m’ont crue
En crise d’épilepsie !

Je me fiche des rageux
Seul Chris Marques peut me juger

Je sais pas danser
Je bouge comme un boulet
Et t’as mal aux yeux
Même si je fais d’mon mieux
C’est pas d’ma faute
Si j’ai le style d’un retraité
Twerk, twerk, twerk, twerk

Assise dans ma sueur
Je bois un verre au bar
Soudain le roi d’la piste
Attire mon regard
Aussi à l’aise qu’un garçon
Trop serré dans son caleçon
Il me sourit
J’m’approche de lui
Baby, shake, shake, go !

On sait pas danser
On bouge comme des boulets
Et t’as mal aux yeux
Même si on fait d’notre mieux
C’est pas d’notre faute
On a un style de retraité

Je sais pas danser
Je bouge comme un boulet
Et t’as mal aux yeux
Même si je fais d’mon mieux
C’est pas d’ma faute
Si j’ai le style d’un retraité
Le style d’un retraité

La mort de la télé

J’avais déjà écrit un coup de gueule sur la pauvreté des programmes. Mais là, ce n’est plus possible. Pas France 4. Pas la chaîne qui m’a fait découvrir le Docteur !!! Et pourtant si. Sa fin est programmée pour 2019 !

Fini le temps où je m’enfilais les épisodes du Docteur le dimanche après-midi ! (De toute façon, ils n’étaient jamais dans le bon ordre ! ) Maintenant, C’est que des programmes pour enfants. Comment je vais pouvoir regarder la Tuerie Cosmique que va être la 11e saison??? L’actrice est magnifiiiiique !!!!

France Ô n’est pas au mieux de sa forme non plus. Mais pour le moment, elle tient le choc: je vais pouvoir continuer à regarder Meurtres au Paradis, le temps que ça dure. Je comprends pourquoi tout le monde se tourne vers Netflix. La télé « classique » meurt à petit feu. Il suffit de regarder les programmes pour être déprimés:

moi quand je lis le programme du soir

-Films vus, revus et re-revus

-Séries policières en surdose (bon OK, j’en regarde deux: Meurtres au Paradis et Nicolas Lefloch)

-Vaine tentatives de téléfilms « inédits » (en général, soit du policier, soit un téléfilm niais, voire, un mix des deux)

-Le retour de Patrick Sébastien et son Cabaret 

-Michel Drucker et son VIP  de vieux

-Des reportages « en immersion » qui descend en flèche ma foi en l’humanité.

Bref, c’est la mort de la télé ! Alors, je file sur youtube et ses web-séries; les dvd de la médiathèque ou je déniche en magasin quelques séries oubliées, comme Farscape, Grimm, ou Babylon 5 ! Heureusement qu’il y a  aussi les livres et le ciné ! Au fond, la télé, je m’en passe fort bien !

La télé est morte. Vive les dvd ! 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Audrey Hepburn, la vie et moi (Lucy Holliday)

Hello à tous ! Aujourd’hui, je vous présente un sympathique roman contemporain qui mêle romance, famille compliquée et une touche de surnaturel !

Résumé:

« Quand elle touche le fond, Libby Lomax connaît un remède imparable : se rouler en boule dans son canapé pour savourer un de ces films hollywoodiens dont elle est une fan inconditionnelle. Son icône absolue ? L’exquise Audrey Hepburn. Son film préféré ? Diamants sur canapé… De la pure magie…
C’est justement un de ses jours « sans » qu’une chose totalement folle se produit : Audrey Hepburn sort de l’écran ! Une Audrey Hepburn parée de sa petite robe noire, de ses perles et de son fume-cigarette. Venue aider Libby à relancer sa vie en lui prodiguant conseils d’élégance et d’art de vivre. Hallucination ? Bonne fée ?… ou charmante calamité? »

Mon avis:

Lucy Holliday n’a pas volé son nom. Son roman  m’a fait l’effet d’un film de vacances !

La plume pétille comme du champagne, les aventures de Libby sont aussi cocasses que rocambolesques ! Toutefois, je noterai un léger too much en ce qui concerne l’un des perso masculins: Dillon O Hara. S’il y a quelques moments où il peut se montrer d’une certaine maladresse… On se dit alors que « peut-être », il n’est pas si faux jeton…  mais en fait, non ! Il m’a fait beaucoup penser à Daniel Cleaver dans Bridget Jones: séduisant de prime abord mais tellement vantard qu’il en devient détestable !

Non Daniel,ce n’est pas une raison pour t’incruster ! Retourne chez ta maman tu seras gentil !

On ne peut donc pas dire que le côté romance m’ait attirée, rien de bien nouveau de ce côté ! Non, c’est l’aspect familial qui m’a le plus intéressée dans ce livre !

En effet, notre héroïne, Libby Lomax enchaîne les auditions depuis l’âge de neuf ans avec sa mère comme agent ! Une vraie galère car elle n’a souvent que des rôles de figuration, sans parler des costumes ridicules.

Sa mère est un dragon en affaire. Sa soeur est prête à se transformer en Poupée Barbie vivante si ça peut lancer sa carrière. Quant à son père écrivain, il est bien trop plongé dans son monde imaginaire pour daigner s’occuper de sa fille. 

C’est son père, cependant, qui a fait découvrir Audrey Hepburn à Libby ! Ses films lui font office de refuge, de doudou en cas de déprime. Alors, imaginez sa surprise quand elle voit l’icône du glamour sur le vieux canapé miteux qu’elle a (involontairement) hérité lors de son déménagement ! 

Rêve ou réalité ? Toujours est-il qu’Audey est une femme charmante mais un peu maladroite ! Avec elle, Libby prendra conscience qu’elle vaut mieux qu’actrice de figuration. Mais aussi prendra ses distances avec une famille qui ne lui a jamais fait prendre le temps de choisir son avenir. C’est la relation avec son père qui m’a au final le plus touchée dans sa mélancolie. Je n’en dirais pas plus ! 

Il y a aussi le triangle amoureux entre Libby, Ollie et Dillon mais comme je l’ai dit plus haut, ce n’est pas le point fort du livre. Dès le début, il m’a paru juste évident qu’Ollie serait Le Vrai Prince Charming de Libby. Il est mignon, a le coeur sur la main, fait de bon petits plats (avec une prédilection pour le fromage) et est loin de la laisser indifférente ! Toutefois, elle est aussi flattée qu’un aussi bel homme que Dillon la remarque ! Elle hésite donc beaucoup ! Mais j’espérait tout de même qu’elle choisisse Ollie.

La fin a donc d’autant plus été un coup de massue ! J’étais en mode total WTF genre ça:

C’est sans doute pour lancer le deuxième volet où notre Libby va profiter des conseils… de Marilyn Monroe 😉

Ça reste cependant une sympathique comédie romantique, dans la veine de Très Chère Sadie de Sophie Kinsella dans son côté pétillant ! Les références ciné m’ont donné très envie de découvrir Diamants sur canapé et Vacances romaines !

En tout cas, Ça NE PEUX PAS finir comme ça c’est juste pas possible ! Je vais donc m’empresser de lire la suite !

 

« After Earth » de Shyamalan (2013)

Aujourd’hui, place à un film de science-fiction qui m’intriguait depuis sa sortie ! J’ai toujours été une grande fan de Will Smith, dont le choix des films dans ce domaine est souvent de qualité !

Résumé:

« Après un atterrissage forcé, Kitai Raige et son père, Cypher, se retrouvent sur Terre, mille ans après que l’humanité a été obligée d’évacuer la planète, chassée par des événements cataclysmiques. Cypher est grièvement blessé, et Kitai s’engage dans un périple à haut risque pour signaler leur présence et demander de l’aide. Il va explorer des lieux inconnus, affronter les espèces animales qui ont évolué et dominent à présent la planète, et combattre une créature extraterrestre redoutable qui s’est échappée au moment du crash.
Pour avoir une chance de rentrer chez eux, père et fils vont devoir apprendre à œuvrer ensemble et à se faire confiance… »

 

Mon avis:

Alors là ! Quelle CLAQUE ! Voilà une dystopie qui change de l’ordinaire !  Derrière ses décors impressionnant et ses monstres, ce film est bien plus intimiste qu’il ne parait.

La famille Raige vit sur la planète Nova Prime

Le père, Cypher est un militaire dur et froid. Son fils Kitai, fait tout son possible pour attirer son attention et son respect. Mais ses efforts ne paient pas. Le refus du grade de Ranger lui est refusé pour son comportement impulsif et téméraire, ce qui, pour lui est une ultime humiliation. Mais sa mère ne perd pas espoir de le réconcilier avec son père. 

Aussi, pour renouer le lien avec son fils, Cypher décide de l’emmener en mission avec lui. Mais c’est le drame: Échoués sur une Terre retournée à l’état sauvage, le père et le fils se retrouvent livrés à eux mêmes, tout le reste de l’équipage ayant péri dans le crash…

Kitai va devoir traverser seul la forêt interminable en communicant par radio avec son père. Entre survie et règlement de comptes père/fils, ce film m’a retournée par sa profondeur.

Jaden Smith n’a rien a envier à son père côté charisme ! Ce gamin dégage un truc de dingue !!! C’est lui qui porte le film ! Son personnage traverse toute sorte d’émotion: de la frustration, de la colère, de l’amertume mais aussi de l’amour pour un père qu’il ne connaît que trop peu.

Quant à Will Smith, j’ai été très surprise ! De prime abord fermé et froid, son personnage est un homme fatigué qui ne sait plus comment montrer ses émotions. Derrière le militaire implacable, se cache cependant un père maladroit qui découvrira le courage de son fils lors de la mission. Les jambes cassées lors du crash de leur vaisseau, il ne pourra accompagner son fils dans la jungle. Mais il le guidera jusqu’au bout.

J’ai adoré l’histoire et l’univers, qui alterne les scène de baston avec des flashs de souvenirs passés. D’une certaine manière, il n’y a pas que son père qui accompagne Kitai dans sa survie. Mais il y a aussi toute sa famille qui lui donne du courage par les souvenirs. Il trouvera même une aide des plus inattendue : un oiseau géant !

Les décors sont superbes et j’ai surtout été bouleversée par la fin: le père et le fils qui se retrouvent…dans tous les sens du terme !

Une dystopie originale, visuellement magnifique qui porte un très beau message. 

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Mes coups de coeur du moment

Tout d’abord, un peu de gourmandise : J’ai été à un mariage cet été, et je voulais faire un petit coup de pub: plutôt que les traditionnelles Dragées, optez pour les Tommes de Savoie en chocolat ! Original et délicieux !

Toujours en alimentaire mais côté beauté: des recettes de gommages au marc de café ! Je n’y avais pas pensé mais bonne idée ! Je vais évitez l’huile d’olive par contre ^^

Côté Youtubeurs je découvre Amixem et Trash depuis peu ! L’un me fait découvrir les curiosités nippones, les jeux en réalité virtuelle et surtout l’un des prof d’histoire les plus cool depuis Jamy ! Et l’autre comble mon côté otaku/fan de l’Espace avec des vidéos aussi intéressantes que ludiques !

Mais mon petit chouchou du moment c’est lui: Et tout le monde s’en fout, une série youtube créé par Fabrice de Boni et Axel Lattuada; pédagogique et arrosé d’une bonne dose d’ironie, tout en abordant des thèmes d’actualité comme les femmes, la Guerre, l’écologie ect … Deux saisons au compteur déjà et j’adore toujours autant!

Après ma PAL, je me suis concocté une petite liste de films/séries à voir ! Si vous avez des propositions, je suis aussi preneuse !

Et vous que regardez-vous?

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Bonjour tristesse (Françoise Sagan)

Et voici le livre parfait pour les vacances ! Ça faisait des années que je voulais découvrir Françoise Sagan et ce livre a illuminé mon été !

Résumé:

« La villa est magnifique, l’été brûlant, la Méditerranée toute proche. Cécile a dix-sept ans. Elle ne connaît de l’amour que des baisers, des rendez-vous, des lassitudes. Pas pour longtemps. Son père, veuf, est un adepte joyeux des liaisons passagères et sans importance. Ils s’amusent, ils n’ont besoin de personne, ils sont heureux. La visite d’une femme de cœur, intelligente et calme, vient troubler ce délicieux désordre. Comment écarter la menace ? Dans la pinède embrasée, un jeu cruel se prépare. »

Mon avis:

Une parenthèse estivale subtile et très bien écrite ! 

Cécile, est une lycéenne parisienne qui vient de rater son baccalauréat. Elle passe l’été de ses dix-sept ans dans une belle villa de la Côte d’Azur avec son père Raymond et la maîtresse de ce dernier, Elsa. Cécile et son père qui ont une relation fusionnelle veulent faire du plaisir un programme et du bon temps un mot d’ordre en profitant du soleil, des joies de la baignade et de la lecture, des sorties et des discussions nocturnes.

Ce père âgé de quarante ans, veuf depuis quinze ans, est un homme plutôt riche et attirant qui enchaîne les conquêtes. Cécile et Elsa, jeunes, d’un caractère facile et surtout intéressées par la vie mondaine, s’entendent assez bien. Cécile tente de paraître adulte et apprécie la compagnie d’hommes du même âge que son père. Sa vie amoureuse est sans relief jusqu’à sa rencontre avec Cyril, un étudiant en droit.

L’ambiance change radicalement à l’arrivée d’Anne. Différente des autres conquêtes de Raymond, Anne est une femme stricte et moralisatrice qui apprécie la culture, les bonnes manières et l’intelligence. Dès son arrivée, un combat subtil commence entre les trois femmes pour garder les faveurs de Raymond.

Cécile voue une certaine admiration à Anne, mais en même temps elle ne veut pas perdre la complicité qui la lie à son père, ainsi qu’une liberté qui lui permet de négliger ses devoirs de vacances et plus généralement ses études, au profit de journées passées à la plage. Car Anne veut refaire toute son éducation, ce que la jeune fille est loin d’apprécier. 

Cette jalousie mal placée va tout gâcher, car sans le savoir, Cécile va provoquer la chute d‘Anne et se rendra compte (trop tard) que cette femme ne voulait que leur bien. Elle devra, avec son père, vivre avec la culpabilité d’avoir détruit un bonheur qui était à leur portée. 

Une superbe lecture, qui m’a fait penser à Expiation, pour sa langueur estivale et ses personnages passionnés.