Sunshine Blogger Award

Ça faisait bien longtemps que je n’avais pas été tagguée et je ne peux que remercier Kim !

Petit rappel: 

le blogueur nominé doit répondre à 11 questions. Une fois les réponses données, c’est à ce blogueur de trouver 11 autres questions et de nominer, à son tour, 11 blogueurs !

Les questions de Kim :

Ton blog a-t-il beaucoup changé/évolué depuis ses débuts ?

Oui, surtout dans la longueur des articles ! Je me suis diversifiée dans les thèmes abordés. Je ne me prends moins la tête et écrit suivant mon humeur !

Blogueuse du soir ou blogueuse du matin ?

Le soir. Ou le matin, quand c’est le week-end !

Selon toi, quelle est la qualité principale que doit avoir un blog ?

Je dirais la convivialité. Un blog doit être un espace d’échange où chacun doit se sentir comme chez un(e) ami(e). Pour moi, c’est primordial.

Un blog coup de cœur à nous recommander ?

Persephone et the Cheshire Cat, que je suis depuis des années ! Ce blog m’a décomplexée à lire de la romance ! Après tout, que l’on soit fan de policier, de Young Adult ou de roman Harlequin, l’important c’est de se faire plaisir !

Un article qui te rend particulièrement fière ?

Tous ! Parce que chaque article me prend du temps. Et je suis surtout contente que ça intéresse toujours !

Ta prochaine destination de vacances ?

Le Pays Basque ! Hâte de découvrir cette région !

Si tu étais un super-héros, qui choisirais-tu ?

Quand j’étais ado, j’aimais beaucoup Malicia des X-Men ! Son pouvoir est particulièrement dangereux, puisqu’elle peut absorber l’énergie vitale d’une personne par simple toucher ! Avant les films des années 2000, il y avait le dessin animé, que j’aimais beaucoup ! Est-ce que quelqu’un connait ? 

Le pays qui fascine la plupart des voyageurs mais qui ne t’intéresse pas ?

L’Angleterre et Londres en particulier. J’y suis déjà allée et personnellement, je n’ai pas plus accroché que ça…

Si tu devais te décrire en 3 mots, quels seraient-ils ?

Gentille. Rigolotte. Lectrice compulsive !

Une chanson préférée du moment ?

Children of the Universe de Molly (via une fanvidéo de Star Trek signée Kados’ka FM ^_^)

Ton dernier coup de cœur (dans tes hobbies en général) ?

Je suis abonnée au magasine Flow depuis peu et j’a-dore !!! En plus d’articles intéressants sur la psychologie et le bien-être, ils ont des posters magnifiques ! Sans parler des marque-pages dont j’ai à présent toute une collection !

Mes questions:

  1. Est-ce que bloguer à changé ta vision de la blogosphère et si oui, en quoi?
  2. Beaucoup de blogs que je suis ont Instagram: n’avez-vous pas peur de trop exposer de votre vie privée sur ce réseau?
  3. Comment vois-tu l’évolution de ton blog, dans les mois/années à venir?
  4. Un coup de coeur ciné?
  5. Plutôt saison chaude ou saison froide?
  6. Un plaisir coupable (film, séries, bouquins ou autre) ?
  7. Aime-tu les jeux vidéos? Si oui, lequel?
  8. Quelle est ta couleur préférée?
  9. Il y a une panne de courant/internet, que fais tu?
  10. As-tu un passe-temps/hobbie qui surprend les autres?
  11. Pense-tu que les Funko Pop vont finir par envahir/dominer le monde? 

En revanche je ne tague personne ! Libre à vous de répondre (ou non) à mes questions 😉

Publicités

Le château de Cassandra (Dodie Smith)

Je continue ma découverte des classiques méconnus britannique avec Dodie Smith ! Avec une si belle couverture, comment vouliez-vous que je résiste?

Résumé:

«J’écris ces mots assise dans l’évier de la cuisine»: la première phrase culte du roman nous plonge au coeur des années 1930, dans un château en ruine du fin fond de l’Angleterre. Cassandra, narratrice aussi romanesque que sa famille est excentrique, tient un journal émouvant et plein d’esprit. Quand deux beaux et riches Américains s’installent dans le manoir voisin, la vie au château est bouleversée…

Mon avis

Si Le Château de Cassandra (I Capture the Castle en VO)  est son premier roman, l’autrice est surtout connu pour Les 101 Dalmatiens, paru en 1956, adapté par Disney en 1961 !

Le roman relate la vie des Mortmains, une famille relativement pauvre vivant dans un château en ruines dans lAngleterre des années 1930. Il est rédigé sous forme de journal intime, tenu par Cassandra, l’héroïne de 17 ans, cadette de la famille.

Elle y décrit son père, un écrivain taciturne connu pour son seul ouvrage Jacob Luttant (référence biblique), son étrange belle-mère Topaz, modèle pour peintres, sa sœur ainée Rose, qui rêve d’une vie moins austère, et son petit frère de 15 ans, Thomas, espiègle et intellectuellement brillant. Il y a aussi le jeune jardinier, Stephen Colly, un jeune homme plein de bonne volonté fou de Cassandra. J’avoue avoir beaucoup aimé ce personnage ! Mais les événements n’ont pas tourné comme j’aurais cru !

En effet, le quotidien des Mortmain change lorsque Neil et Simon Cotton, deux frères américains, arrivent au château, suscitant l’intérêt de la narratrice et de sa sœur. 

Pour Rose, c’est l’occasion de sortir d’une vie de misère, quelle ne supporte plus. Cassandra, elle, est très attirée par Simon. Elle se sert des événement pour peaufiner son écriture. Mais ses sentiments vont se troubler. D’autant qu’elle apprend que Stephen, son ami d’enfance, est amoureux d’elle depuis des années ! 

Il y a aussi le père de Cassandra, qui a eu le coup de foudre pour le château, persuadé que la noble bâtisse ravivera son inspiration. Le château est superbement décrit, comme un personnage à part entière, de sa grandeur passée à son déclin. Il y a dans ce livre une belle ambiance champêtre et romanesque qui m’a bien plu ! 

L’écriture est vive, espiègle, à l’image de son héroïne en pleine inspiration. J’ai aimé son optimisme et son mordant. En tout cas, ça change des drames adolescents comme Le faire ou mourir ou Treize raisons !

J’ai  aussi beaucoup aimé les références littéraires et artistiques, qui fourmillent dans ce livre: de Jane Austen à Marcel Prousten passant par la musique baroque, ou même la Bible !

À tenter pour ceux qui aiment les romans vintage, les châteaux et les ambiances bucoliques !

 

Kuzco, l’empereur mégalo de Walt Disney (2000)

J’avais envie de me revoir les Disney en 2D, et j’en voulais un drôle ! Aussi, je me suis tournée vers le plus groovy : Kuzco, l’empereur mégalo !

Résumé:

A la tête d’un royaume mythique se trouve Kuzco, un jeune empereur aussi capricieux que méprisant. Secondé par la perfide Yzma qui rêve de lui ravir le trône, il projette de bâtir une somptueuse résidence d’été sur une des plus jolies collines de l’empire. Il fait d’ailleurs venir le chef du village, l’imposant Pacha, pour le prévenir qu’il aura le grand honneur de voir sa maison détruite.
Kuzco congédie Yzma. Folle de rage, la diablesse élabore un plan délirant et fatal. Flanquée de son sbire, Kronk, elle se prépare à éliminer le jeune empereur et à régner.
Yzma invite son neveu à souper. Kronk est supposé verser du poison dans le plat de Kuzco, mais il se trompe et verse une potion qui transforme le prince en lama. Se rendant compte de leur erreur, Yzma et Kronk assomment le jeune souverain avec un vase et le balancent dans la charrette de Pacha qui part hors de la ville.

 

Mon avis:

LE Disney anti-déprime par excellence ! J’avais oublié à quel point c’était drôle !

Kuzco est un jeune empereur inca très égoïste et capricieux. Pour ses dix-huit ans, il décide de raser un village afin de se faire construire une résidence, « Kuzcotopia ». Ce qui est loin de réjouir Pacha, le chef du village en question. 

Mais la conseillère de l’empereur, Yzma décide de se débarrasser de Kuzco en l’empoisonnant et ainsi lui prendre le pouvoir. Cependant, son complice se trompe de fiole et la potion, au lieu de tuer le souverain, le transforme en lama !

Si Yzma est la méchante dans toute sa splendeur, son complice Kronk a une certaine humanité. Derrière son aspect costaud sans cervelle, il a néanmoins assez de sens moral pour penser aux conséquences de ses actes. J’ai adoré la façon dont il se parle à lui-même avec ses deux consciences ! 

 Pacha, le chef du village est aussi un très beau personnage. S’il n’a pas le physique d’un prince charmant, il a le sens de l’honneur et une épouse au caractère bien trempé ! Dévoué à sa famille et son village, il sera le celui qui tentera d’ouvrir les yeux au jeune empereur-lama, qui est d’ailleurs bien plus drôle sous sa forme animale !

Tout deux vont devoir collaborer pour  retourner au palais et redonner forme humaine à l’empereur. Mais celui-ci est très têtu et il y aura autant d’embûches que de prises de bec !

L’histoire est rythmée, pleine de gags et de répliques très drôles ! L’humour est le vrai point fort de ce Disney, où pour une fois, il n’y a pas d’histoire d’amour en premier plan ! Les musiques sont entraînantes et même le sort de la méchante est drôle !

Un Disney vitaminé et rigolo que je devrai voir plus souvent !

Dvd du week-end: « Le goût des merveilles » d’Eric Besnard (2016)

Cette année, j’ai décidé de me faire plaisir côté ciné: je regarde ce qui me fait envie, films récents ou non. Et pour ce week-end j’ai opté pour un film français ! Je n’en vois pas assez et je compte bien en voir davantage !

Résumé:

« Au cœur de la Drôme provençale, Louise élève seule ses deux enfants et tente de préserver l’exploitation familiale. Un soir, elle manque d’écraser un inconnu au comportement singulier. Cet homme se révèle vite différent de la plupart des gens. Et sa capacité d’émerveillement pourrait bien changer la vie de Louise et de sa famille. »

 

Mon avis:

C’est la critique de Kim et la jolie affiche qui m’a donné de voir ce film !

J’ai beaucoup aimé l’audace du réalisateur: une histoire d’amour entre une veuve et un homme atteint du syndrome d’Asperger, une forme d’autisme. Alors, oui, ça peut paraître improbable. Mais pourquoi pas ? 

Louise est une femme pleine de caractère qui se bat pour les siens, entre ses enfants et l’exploitation arboricole de son mari décédé. Derrière une façade douce, elle mène sa barque avec difficulté mais beaucoup de dignité.

Sa vie va être bouleversée par une rencontre inattendue: Pierre, un jeune homme étrange, toujours étriqué dans son costume, avec un débit de voix impressionnant, mais aussi un grand sens de l’observation et un émerveillement enfantin devant la nature.

Leurs rapports sont au départ très conflictuels: Louise est déroutée et même quelques peu agacée par ce jeune homme rigide et maniaque, d’autant qu’il s’installe chez elle contre son gré.

Mais peu à peu, elle s’attache à lui. Et comprend qu’il n’a pas choisi d’être ce qu’il est: autiste. La relation entre Pierre et les enfants de Louise est aussi très touchante. Ce sont eux, qui l’accueillent en premier sans le juger. Il va, sans le savoir, réussir à réunir cette famille éclatée par l’absence d’un père qui pèse encore lourd. Surtout pour Louise.

Côté casting, c’est un sans faute: Virginie Efira porte son rôle avec sobriété et douceur ! J’aime beaucoup cette actrice, simple et naturelle. J’ai très envie de la découvrir dans d’autres films ! Des suggestions ? 

Benjamin Laverhne, lui, est impressionnant. Beaucoup de dignité et de poésie chez cet homme-enfant, plein de tics et d’angoisses, mais intelligent et sensible. Et là aussi, sans jamais tomber dans la parodie. Un rôle pas évident ! Il se dégage de ce duo une jolie tendresse qui met du baume au coeur. 

Si le thème de l’autisme est abordé de façon intelligente, il est surtout question de famille, de sang et de coeur. Ces personnes qui nous aident et nous aiment inconditionnellement. J’ai particulièrement aimé la fin, toute en délicatesse, surtout dans la dernière scène.

Les plans de nature sont magnifiques, un bel hommage à la Drôme provençale et ses marchés, ses couleurs… En plus, l’histoire se passant durant les beaux jours, j’ai fait le plein de soleil !  C’est très agréable, surtout quand le temps est maussade chez soi !

La cuisine a une place particulière. D’où les Merveilles, spécialité du Sud-Ouest de la France, auxquelles le titre fait référence. J’en ai déjà mangé, c’est délicieux !

En tout cas, c’est un bien joli film, tendre et chaleureux, aux interprètes justes et aux superbes paysages !

Note: Pour le film, le réalisateur s’est beaucoup documenté sur l’autisme avec des ouvrages de Daniel Tammet (dont je suis en train de lire un des livres d’ailleurs) et de Josef Schovanec

Birthday playlist

C’est mon anniversaire donc, je me fais une petite playlist pour me trémousser !

  • Can’t Stop the Feeling de Justin Timberlake (B.O de l’animation Troll)

 

  • Un petit souvenir français pour une fois avec « Tchi Cum Bah » de Superbus ! J’aime bien l’esprit BD du clip !

 

  • Toujours dans les souvenirs, rien de tel qu’une bonne « danse des cheveux » sur « Hippy Hippy Shake » de Big Soul !

 

  •  Dans un registre plus oriental, j’aime beaucoup « Lean On«  de Major Lazer & DJ Snake

 

  • Mon plaisir coupable du moment: Ways to Be Wicked du film Disney Descendants 2. Je n’ai jamais vu les films mais l’idée d’imaginer la vie des enfants des méchants Disney est très sympa !

 

  • Un de mes duos préférés: U2 et la belle Mary J Blige ! Elle a su mettre une nouvelle intensité dans cette version de One

 

  • Je termine un groupe rock pas assez cité: Gotthard. Je suis particulièrement fan de Lift U Up, qui me donne autant la pêche qu’un bon Aerosmith ! Le style est assez proche d’ailleurs !

Et vous qu’est-ce qui passe dans vos oreilles en ce moment ? 

Les délices de Tokyo (Durian Sukegawa)

Après le dépaysant restaurant de l’amour retrouvé, j’ai voulu continuer ma découverte de la littérature japonaise ! J’ai opté pour Les délices de Tokyo de Durian Sukegawa !

Résumé:

« Écouter la voix des haricots » : tel est le secret de Tokue, une vieille dame aux doigts mystérieusement déformés, pour réussir le an, la pâte de haricots rouges dont sont fourrés les dorayaki, des pâtisseries japonaises. Sentarô, qui a accepté d’embaucher Tokue dans son échoppe, voit sa clientèle doubler du jour au lendemain, conquise par ses talents de pâtissière. Mais la vieille dame cache un secret moins avouable et disparaît comme elle était apparue, laissant Sentarô interpréter à sa façon la leçon qu’elle lui a fait partager.

Mon avis:

Très belle lecture ! J’avais un peu peur de tomber sur les même thèmes que le roman d’Ogawa, mais ce n’est pas tout à fait le cas. Il est certes, aussi question de cuisine et de quête de soi …mais pas seulement !

Sentarô travaille dans un restaurant par nécessité. Sorti de prison, un ami lui a proposé ce travail afin de rembourser ses dettes. C’est un homme dépressif qui se noie dans le travail. Les affaires ne vont pas fort, ce qui le déprime encore plus. Mais une rencontre inattendue avec une vieille dame, Tokue va lui faire voir son métier autrement.

En l’embauchant pour un salaire de misère, Sentarô va réviser sa manière de cuisiner et se poser de plus en plus de questions: qui est cette dame étrange? Pourquoi a-t-elle les mains déformées? La réponse est assez troublante. Car malgré leur différences, Tokue et Sentarô partagent un secret : l’enfermement. Pas dans le même contexte, mais tout de même !

J’ai été très touchée par leur amitié, qui se dessine progressivement. Une troisième personne va les rejoindre Walkana, une jeune collégienne mélancolique. Ils forme un trio attachant et atypique qui m’a beaucoup émue. J’aime les liens inter-générationnels !

Des thèmes forts sont abordés comme la guerre, la dépression, la maladie, l’isolement, et bien évidement la cuisine. Chaque plat est si délicieusement décrit que j’en avais l’eau à la bouche !

Il y a aussi le handicap et les réaction (bonnes et mauvaises) qu’il engendre. Il pose une jolie réflexion sur le sens que l’on veut donner à sa vie, les épreuves qui nous façonnent. 

Mais j’ai surtout été marquée par le Sakura, le cerisier japonais qui illumine l’histoire. Cet arbre a vraiment une place à part dans la culture japonaise et ce livre l’illustre joliment ! 

Un roman gastronomique et délicat, à lire avec une bonne tasse de thé ! Note: il existe une adaptation ciné de cette histoire ! J’ai très envie de la découvrir du coup !