Le mystère de la chambre jaune (Gaston Leroux)

En ce moment j’ai envie de me remettre aux romans policiers ! Et j’ai opté pour un classique qui m’intriguait depuis un petit moment !

Résumé:

La porte de la chambre fermée à clef « de l’intérieur », les volets de l’unique fenêtre fermés, eux aussi, « de l’intérieur », pas de cheminée…

Qui a tenté de tuer Mlle Stangerson et, surtout, par où l’assassin a-t-il pu quitter la chambre jaune ?

C’est le jeune reporter Rouletabille, limier surdoué et raisonnant par « le bon bout de la raison, ce bon bout que l’on reconnaît à ce que rien ne peut le faire craquer », qui va trouver la solution de cet affolant problème, au terme d’une enquête fertile en aventures et en rebondissements.

Tenant en haleine le lecteur de la première à la dernière page, Le Mystère de la chambre jaune est devenu un classique du roman criminel.

Mon avis:

Une très belle lecture ! Un suspense soutenu, juste ce qu’il faut, des personnages aussi attachants que troubles, et surtout, un détective hors du commun ! J’ai tout simplement adoré Rouletabille, joli mélange de Sherlock Holmes, pour le sens de déduction, et de Tintin pour son côté jeune premier. Je l’ai trouvé impertinent et d’un certain caractère !

Tout commence au château du Glandier, avec une étrange tentative de meurtre dans une chambre fermée de l’intérieur. La victime, Mathilde Stangerson, faisait des expérience de chimie avec son père. C’est une femme assez mystérieuse, puisqu’on ne la voit au final que très peu dans l’histoire !

Toute l’intrigue repose sur une énigme à priori impossible: comment un homme peut-il s’enfuir d’une pièce fermée de l’intérieur?

Il y a tout d’abord le suspect principal, Robert Darzac, le fiancé de la victime. Tous les soupçons se tournent vers lui. Du moins concernant la police, car notre reporter, lui, est persuadé de son innocence. Il entre alors en compétition avec Frédéric Larsan, habile enquêteur de la police française. Leur rivalité ne fera que croître, tout le long de l’intrigue.

Il est aussi question d’amour destructeur, de jalousie, mais aussi de secret de famille. L’enquête est rythmée et pleine de rebondissement !

La dernière révélation, met la lumière sur le comportement, assez déroutant de Rouletabille au début de l’enquête ! Car notre reporter aussi, a ses zones d’ombres, qui seront développées dans la suite du livre: Le Parfum de la dame en noir !

J’ai d’ailleurs très envie de découvrir l’adaptation de Bruno Podalydèsdont on doit le très joli « Comme un avion » !

Bref, un classique qui n’a rien à envier à Conan Doyle et Agatha Christie !

 

 

EnregistrerEnregistrer

Publicités

2 réflexions au sujet de « Le mystère de la chambre jaune (Gaston Leroux) »

  1. Il me tarde de le découvrir, car j’aime beaucoup la plume de Gaston Leroux (j’avais tout simplement adoré La poupée sanglante et sa suite, La machine à assassiner).
    Et puis c’est très bête, mais ça fait aussi du bien de lire des polars-récits à suspense à la française. Même si j’adore Hercule Poirot et Agatha Christie. Disons que ça change un peu !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s