Du domaine des murmures (Carole Martinez)

Je continue ma découverte des moeurs médiévales avec cette surprenante lecture ! Encore merci à Girl Kissed By Fire pour cette découverte !

17401142

Résumé:

« En 1187, le jour de son mariage, devant la noce scandalisée, la jeune Esclarmonde refuse de dire «oui» : elle veut faire respecter son vœu de s’offrir à Dieu, contre la décision de son père, le châtelain régnant sur le domaine des Murmures. La jeune femme est emmurée dans une cellule attenante à la chapelle du château, avec pour seule ouverture sur le monde une fenestrelle pourvue de barreaux. Mais elle ne se doute pas de ce qui est entré avec elle dans sa tombe… Loin de gagner la solitude à laquelle elle aspirait, Esclarmonde se retrouve au carrefour des vivants et des morts. Depuis son réduit, elle soufflera sa volonté sur le fief de son père et ce souffle l’entraînera jusqu’en Terre sainte… »

Mon avis:

Un livre aussi déroutant qu’envoûtant sur le refus d’une vie toute tracée d’une jeune fille hors du commun.

Esclarmonde est une jeune fille pleine de grâce, qui fait la fierté de son père et dont le mariage semble inévitable. Mais sous ses airs discrets, la jouvencelle se refuse à sceller un mariage de convenance. Et pas seulement parce que son promis n’est qu’un goujat coureur de jupons. Elle refuse d’avoir le même destin morne que les autres femmes du royaume.

Aussi, c’est la douche froide lors des noces: non seulement, elle refuse la main de son promis devant l’Église et son père, mais elle fait le voeu de n’être qu’à Dieu et de se faire emmurer vivante ! D’abord sous le choc, son père fini par accéder à sa requête. Non par respect, mais par haine pour celle qui a renié son sang et son rang. Comment ose-t-elle un tel outrage alors qu’il lui a plus donné que beaucoup de pères à ses filles !

Du fond de sa « tombe nuptiale », elle se donne à la prière sans se douter du remue-ménage dans le monde extérieur…mais aussi en elle. Car c’est de là qu’elle va devenir le symbole du royaume, la Sainte Emmurée qui écoute les lamentations de son peuple et le guide vers la paix du Christ

Et ce peuple change: son soupirant, jadis brutal, devient doux comme un agneau; les récoltes n’ont jamais été meilleures; la Mort elle-même semble avoir déserté le domaine.

Dans une France médiévale pleine de superstitions et de guerre sainte, Esclarmonde devient une Légende. Elle mettra même au monde un enfant: un petit ange aux mains percées comme Jésus ! 

Mais le Destin est retors et chacun portera sa Croix. J’ai adoré l’univers du livre, qui m’a beaucoup rappelé l’Enchanteur de Barjavel. Il y flotte le même parfum de Quête spirituelle et d’amour interdit.

Un livre fascinant, entre superstitions et foi, entre amour humain et amour divin. Si vous aimez les chevaliers, les monastères et les fables féodales, je vous conseille ce livre !

Publicités

La Tempête (Shakespeare)

Je continue ma découverte des classiques de Shakespeare avec sa dernière pièce: La Tempête

9782253082484-t

Contrairement à d’autres pièces, la Tempête n’est pas une tragédie, ce qui m’a beaucoup surprise ! 

J’ai voulu découvrir ce livre suite à l’adaptaton théâtrale de Jeremy Herrin en 2013, avec Colin Morgan (Merlin) dans le rôle d’Ariel ! Déjà dans la série, je trouvais qu’il avait un physique de lutin mais là c’est encore plus flagrant avec son costume…assez spectaculaire je dois dire ! 

1c1c5b3a6346316f799501bd054ae5fd

Ariel est d’ailleurs un personnage plutôt attachant, à la fois naïf et maladroit, rien à voir avec la sirène du même nom ! La version de Colin est très dynamique et physique puisqu’il n’hésite pas à grimper un peu partout sur la scène ! 

Mais revenons à l’histoire:

Le duc de Milan, Prospero, après avoir été déchu et exilé par son frère, se retrouve avec sa fille Miranda sur une île déserte. Grâce à la magie que lui confèrent ses livres, il maîtrise les éléments naturels et les esprits ; notamment Ariel, esprit positif de l’air et du souffle de vie ainsi que Caliban, être négatif symbolisant la terre, la violence et la mort.

La scène s’ouvre sur le naufrage, provoqué par Ariel, d’un navire portant le roi de Naples, son fils Ferdinand ainsi qu’Antonio, le frère parjure de Prospero. Usant de sa magie et de l’illusion, Prospero fait subir aux trois personnages échoués sur l’île diverses épreuves destinées à les punir de leur traîtrise.

Gonzalo, un conseiller du roi de Naples, leur est secrètement venu en aide en approvisionnant leur bateau en nourriture, en eau et en vêtements, ainsi qu’avec les plus précieux des ouvrages de la bibliothèque de l’érudit Prospéro.

Sur l’île, Prospéro a libéré Ariel, un esprit emprisonné dans un arbre par la défunte sorcière Sycorax, et s’est ainsi acquis ses services. La situation n’enchante guère Ariel, à qui Prospéro promet régulièrement de rendre sa liberté. Le fils de Sycorax, une créature monstrueuse du nom de Caliban, vit également sur l’île.  

Lorsque celui-ci tente de violer Miranda, Prospéro le soumet et fait de lui son esclave. Caliban hait Prospéro et Miranda, qui n’ont que mépris et dégoût pour lui.

Mais ces épreuves aboutiront non pas à un drame familial mais bien une réconciliation, chaque personnage suivant son propre propre cheminement. 

Un classique étonnant et au final, assez méconnu de Shakespeare !

 

 

La couleur des sentiments (Kathryn Stockett)

Depuis le temps que ce livre m’intriguait ! Après La couleur pourpre, Beignets de tomates vertes et Sweet Sixteen, j’ai enfin lu « La couleur des sentiments » !

16048441

Résumé:

Jackson, Mississippi, 1962. Dans quelques mois, Martin Luther King marchera sur Washington pour défendre les droits civiques. Mais dans le Sud, toutes les familles blanches ont encore une bonne noire, qui a le droit de s’occuper des enfants mais pas d’utiliser les toilettes de la maison. Quand deux domestiques, aidées par une journaliste, décident de raconter leur vie au service des Blancs dans un livre, elles ne se doutent pas que la petite histoire s’apprête à rejoindre la grande, et que leur vie ne sera plus jamais la même.

Mon avis:

Un ouvrage poignant, intéressant et très attachant ! Nous suivons les aventures de 3 femmes dans Mississippi des années 60, alors considéré comme l’état le plus dur des États-Unis à l’égard des populations noires.

D’abord, Aibileen, une domestique noire de 53 ans chargée d’élever les bébés des familles blanches.  Elle porte une blessure terrible, reportant son affection sur Mae Mobley, l’enfant de sa patronne. La tendresse entre ces deux-là est vraiment bouleversante !

Minnie, autre domestique noire, est rebelle mais soumise à la violence de son mari ivrogne. C’est une femme qui n’a pas froid aux yeux, ni la langue dans sa poche, ce qui l’amènera à se faire renvoyer à plusieurs reprises et être l’objet de rumeurs douteuse.

Et enfin, Eugenia dit « Skeeter » Phelan, 23 ans, la fille blanche des propriétaires d’une plantation de coton,qui cherche à savoir ce qu’est devenue Constantine, la bonne qui l’a élevée, et à laquelle elle était très attachée, qui a quitté le service de la maison et a disparu sans explications, après ses études universitaires.

Elle manque de confiance en elle et mène une vie assez fade. Elle rêve d’être écrivain et réussi à trouver un travail. C’est le manque affectif de sa bonne qui lui donnera une idée: un livre de témoignages sur la façon dont les bonnes noires voient leur relation au quotidien avec les familles qui les emploient.

Mais à l’époque, dans cet État, les relations entre blancs et noirs étaient punies par la loi. Elle est donc loin de se douter des conséquences de son projet.

Mon personnage préféré est indéniablement Skeeter: La jeune étudiante Blanche, blessée par l’injustice du départ de sa bonne, est pleine de courage! Sa rencontre avec Aibileen est cependant assez froide au départ ! Mais peu à peu, elles s’apprivoisent et une belle amitié va prendre forme. Mais les événement s’enchainent et deviennent vite incontrôlables. Les humiliations répétées et un ras-le-bol généralisé vont donner un élan nouveau.

Pour Minnie et Aibileen, c’est l’occasion d’enfin sortir du silence. Pour Skeeter, c’est une prise de conscience qui bouleverse sa vision de la société où elle est née. Elle est peu à peu amenée à prendre ses distances envers les attitudes discriminantes des siens,tant leur attitude lui fait horreur. 

Enfin, la « raison » du départ de Constantine m’a vraiment serré le coeur ! Je n’en dirai rien (pas de spoliers !) Mais, je dirais que c’est un thème encore trop peu abordé sur cette époque ! 

Un livre passionnant et féministe qui donne envie de se bouger les fesses pour changer les choses !

L’homme qui tua Lucky Luke (BD)

,Hello à tous ! Aujourd’hui, place à une jolie curiosité BD !

29756872

Résumé:

« Par une nuit orageuse, Lucky Luke arrive dans la bourgade boueuse de Froggy Town. Comme dans de nombreuses villes de l’Ouest, une poignée d’hommes y poursuit le rêve fou de trouver de l’or. Luke souhaite y faire une halte rapide. Mais il ne peut refuser l’aide qui lui est demandée : retrouver l’or dérobé aux pauvres mineurs du coin la semaine précédente. Avec l’aide de Doc Wesnedsay, Lucky Luke mène une enquête dangereuse, car il est confronté à une fratrie impitoyable qui fait sa loi à Froggy Town, les Bone… »

Mon avis:

Matthieu Bonhomme a réussi un exploit: donner une cure de jouvence au célèbre cowboy tout en respectant ses valeurs ! Fini le Lucky Luke souriant et « jeunesse ». Ici, c’est un jeune homme blasé et même assez irascible depuis qu’il n’a plus de tabac à sa disposition…

L’ambiance est électrique à Froggy Town où notre fringuant Lucky Luke s’est arrêté. L’or des mineurs du coin aurait été dérobé par un mystérieux Indien. Il est aidé dans son enquête par Doc Wesnedsay, un vieux gentleman rongé par la maladie. Mais les magouilles des frères Bone, qui dirigent la ville, l’empêchent de mener son enquête correctement: pénurie de tabac, vol de son arme et même de son cheval !

Mais plus que les frères, c’est le père Bone qui m’a particulièrement marquée: grossier, violent, alcoolique, on sent tout de suite un malaise chez ce vieil homme qui ne communique que par coups et insultes. La scène où on le voit battre l’un de ses fils m’a autant horrifiée que révoltée. Cet homme m’a donné la chair de poule !

L’ intrigue est bien ficelée, dans une belle ambiance sombre. J’ai adoré le graphisme travaillé, et les expressions des personnages ! Et nous découvrons un Luke bien loin de son flegme habituel ! Autre détail de l’histoire: l’auteur fait la transition entre la cigarette et le brin d’herbe que notre héro porte en permanence à la bouche ! 

Un très bel hommage donc, à découvrir pour les amateurs de western ! 

Playlist du jour: Envie de partir…

J’ai emprunté l’idée de cette playlist suite à une interview de Jared Padalecki et Jensen Ackles ! voici donc ma playlist à écouter à fond en voiture !

tumblr_mouamaf5od1qmacf6o1_500

  • Kid Rock : « Cowboy »: un mélange rock/rap/country drôlement efficace !

  • Kaolin : « Partons vite », une petite mignonnerie musicale

  • Elliott Smith : « Southern Belle »: une jolie balade découverte par hasard !

  • Black Strombe : « I’m a Man » ( bon, là j’ai pensé à Jensen j’avoue ^_^)

  • Rusted Root avec « Send Me On My Way », découvert dans…« L’Âge de Glace », si, si !!

  • Gérald De Palmas avec « Sur La Route »: Grand classique de la chanson française!

  • Et enfin, Wild Cherry : Play That Funky Music, découvert cette fois-ci par le film « Évolution » avec David Duchovny ! 

Et vous, quelles musiques vous donne envie de vacances? 

tumblr_lltszzweqt1qbdfj5