Test Tag PKJ: 12 Livres à lire en 2017

On ne perd pas les bonnes habitudes ! Petit tag Pocket Jeunesse pour bien démarrer l’année!

12-livres-a-lire

1) Le livre le plus attendu en 2017.

La plupart des livres que je veux lire sont déjà sortis ! 🙂

2) Un livre de votre pile à lire que vous voulez absolument lire cette année.

6237858

« L’allée du roi » de Françoise Chandernagor dont j’avais adoré l’adaptation télé !

3) Un roman PKJ. 

Aucun pour une fois ! C’est assez rare !

4) Un livre d’un auteur que vous aimez beaucoup.

31349377

 Je suis curieuse de lire sa vision de nos amis félins !

5) Un livre d’un auteur que vous n’avez jamais lu auparavant.

11740183

« Mille femmes blanches » de Jim Fergus. Un pavé mais qui l’air super !

6) Un livre que vous êtes sûr d’aimer.

1566371

« Geisha » d’Arthur Golden, m’a l’air prometteur ! Il y a eu aussi un film !

7) Le livre qui vous intrigue le plus.

17401142

Du domaine des Murmures de Carole Martinez sera ma prochaine lecture !

8) Une suite de série.

29553777

« L’Esprit empoisonné », la suite des aventure de Maliki version roman !

9) Une fin de série.

18686566 Le dernier volet du Cas Jack Spark, que j’appréhende un peu de lire !

10) Un livre que vous avez envie de lire mais dont vous ne savez presque rien.

26803879

Je sais seulement que c’est l’histoire d’un jeune papa de 17 ans ! On parle souvent des « filles-mères » mais rarement des « garçons-pères » ! Ça m’intéresse pour le coup !

11) Un livre d’un auteur de votre nationalité.

7974117

« Une nouvelle vie » de Françoise Bourdin. Même si ce n’est pas de la grande littérature, ça reste sympa à lire !

12) Un livre avec une narration proposant des points de vue multiples.

16048441

Ma lecture en cours: On en reparle bientôt !!!

Et vous quelles sont vos lectures prévues cette année ? 

Publicités

Body Positive

S’il y a bien une chose qui me sort par les yeux à notre époque, c’est la pression sociale et psychologique sur le physique.

tumblr_mxrsm8i4aj1sm8jheo1_500

Toute l’année, les médiats nous pressent le citron avec leurs injonctions aussi énervantes qu’absurdes: plus mince. Plus jeune. Pas de cheveux blanc. Faites du sport….ect

Sans parler des images photoshopées et ses mannequins squelettiques qui ne font plus rêver depuis bien longtemps. 

C’est aussi pour ça que je ne regarde plus le défilé des Miss. Non pas que je les trouve laides ou sottes. Mais pourquoi se restreindre à une seule personne quand la féminité peut avoir tant de beautés diférentes ? 

Mais le pire concerne les commentaires et réactions, d’autant plus violents qu’ils sont cachés par l’anonymat des pseudos. 

Il suffit d’aller sur internet pour tomber sur des réflexions détestables, injustes, dégueulasses. 

L’humanité est belle par sa diversité, ses couleurs et ses « défauts » physiques. Et laide par sa méchanceté, son hypocrisie et son refus de comprendre. Je m’inclue dans le lot d’ailleurs, sinon je serai moi-même une hypocrite.

Car c’est un vrai défi de lutter contre ces pensées toxiques qui font tant de dégâts lorsqu’elles deviennent paroles. Pourquoi cette violence ? Qu-est-ce qui me dérange autant chez telle personne et pas une autre? 

Alors en 2017,  j’ai choisi de me chouchouter, mais aussi de changer mon regard sur moi comme les autres. Commencer par le « Body Positive » me semble être un bon début .

Il n’y a pas de « corps parfait ».  Mais de belles personnes. 

 

Le chant du monde (Jean Giono)

Le Chant du monde est un roman de Jean Giono publié en 1934.

jean_giono_le_chant_du_monde

Résumé:

« Le matin fleurissait comme un sureau. Antonio était frais et plus grand que nature, une nouvelle jeunesse le gonflait de feuillages. – Voilà qu’il a passé l’époque de verdure, se dit-il. Il entendait dans sa main la truite en train de mourir. Sans bien savoir au juste, il se voyait dans son île, debout, dressant les bras, les poings illuminés de joies attachées au monde, claquantes et dorées comme des truites prisonnières. Clara, assise à ses pieds, lui serrait les jambes dans ses bras tendres. »

Mon avis:

Avec un extrait aussi poétique, et la belle surprise qu’a été Colline, je devais lire ce livre ! Si vous n’êtes pas familier des récits de terroir mais que vous aimez la nature, cet auteur pourrait bien vous plaire ! 

Depuis deux mois qu’il est monté au pays pour couper des sapins, le « besson » (jumeau dont le frère est mort en bas âge) et dernier fils de Matelot n’a pas donné signe de vie. L’eau endiablée, gonflée par l’automne n’a rejeté aux berges du fleuve ni corps, ni radeau. 

Matelot part à sa recherche en compagnie d’Antonio, dit « Bouche d’or »: un homme sauvage qui connaît la forêt comme sa poche. Ils finissent par apprendre l’enlèvement par le besson de Gina, la fille de Maudru, maître du haut pays et des troupeaux de taureaux. Cet enlèvement enclenche une « guerre de Troie » : poursuivi par les chiens et les hommes de Maudru, le besson tue le neveu à qui Gina était promise.

J’ai adoré l’ambiance : une nature sombre et rugueuse, où les hommes renouent avec leur part animale. La forêt est comme un monde à part entière. L’écriture est rugueuse et poétique. 

Un roman plein de « sève » au coeur d’une nature belle et vibrante. Un livre fort et surprenant à lire ! 

 

DVD du week-end: Comme un avion

Pour ma première chronique ciné de 2017, j’ai choisi un film français pour une fois ! Et c’est la jolie affiche, qui invite au voyage, qui m’a décidée !

commeunavion2

Michel, la cinquantaine, est infographiste. Passionné par l’aéropostale, il se rêve en Jean Mermoz quand il prend son scooter. Et pourtant, lui‐même n’a jamais piloté d’avion…

Un jour, Michel tombe en arrêt devant des photos de kayak : on dirait le fuselage d’un avion. C’est le coup de foudre. En cachette de sa femme, il achète un kayak à monter soi‐même et tout le matériel qui va avec. Michel pagaie des heures sur son toit, rêve de grandes traversées en solitaire mais ne se décide pas à le mettre à l’eau. Rachelle découvre tout son attirail et le pousse alors à larguer les amarres.

Michel part enfin sur une rivière inconnue. Il fait une première escale et découvre une guinguette installée le long de la rive. C’est ainsi qu’il fait la connaissance de la patronne Laetitia, de la jeune serveuse Mila, et de leurs clients ‐ dont la principale occupation est de bricoler sous les arbres et boire de l’absinthe. Michel sympathise avec tout ce petit monde, installe sa tente pour une nuit près de la buvette et, le lendemain, a finalement beaucoup de mal à quitter les lieux…

Mon avis:

Un très joli film qui met du baume au coeur ! Nous suivons les aventures de Michel, (Bruno Podalydès, acteur/réalisateur du film), qui, encouragé par sa femme Rachelle (Sandrine Kimberlain) décide de faire un long périple en kayak.

Michel rêve d’avions et s’ennuie ferme dans son entreprise. Aussi lorsqu’il découvre sur un site l’étonnante ressemblance entre un  canoë-kayak et un « avion sans ailes », sa décision est prise: il décide de prendre le large ! Il est d’autant plus enthousiaste que sa femme l’encourage vivement à réaliser son rêve.  

Lors de son voyage, il fera la connaissance d’une galerie de personnages aussi sympathiques que drôles: du vieux pêcheur grincheux (Pierre Arditi), au groupe de sportifs.

C’est dans une belle résidence champêtre que notre héros reprend vraiment goût à la vie. La convivialité des gens, l’absinthe fait maison, Mila, (Vimala Pons) une jeune femme rêveuse et sensible…qui aime aussi les avions !

Mais c’est Leatitia, (Agnès Jaoui) la patronne de la guinguette, qui va le plus charmer notre kayakeur amateur. D’abord hésitant, Michel prend du poil de la bête, se laisse « porter par le courant » et ressort à la fois grandi et détendu de sa balade en solitaire

J’ai pris beaucoup de plaisir à voir ce film lumineux, loin du programme télé déprimant à souhait ! Certes, on peut le trouver un peu désuet, mais parfois, ça fait du bien ! En plus, le cadre estival m’a donné envie de vacances !

Une bouffée d’optimisme et de fraîcheur ! À découvrir !

Le livre de Perle (Timothée de Fombelle)

Et encore une splendide découverte jeunesse ! Ça faisait un moment que ce livre m’intriguait  Je remercie ma médiathèque chérie de m’avoir fait découvrir cet ouvrage !

23261332

Résumé:

« Tombé dans notre monde une nuit d’orage, un homme emprunte le nom de Joshua Perle et commence une vie d’exilé. Cette nouvelle vie fugitive, déchirée par un chagrin d’amour, est aussi une quête mystérieuse.

Au fil du siècle, Perle rassemble un trésor pour défaire le sort qui l’a conduit loin de chez lui. Mais ceux qui l’ont banni et le traquent le laisseront-ils trouver le chemin du retour?

Perle a-t-il raison de penser que la fille qu’il aime l’attend toujours là-bas? »

Mon avis:

Le moins que l’on puisse dire c’est que ce livre se démarque de toutes les histoires mêlant rêve et réalité que j’ai pu lire !

Que se passe-t-il quand les histoires (racontées au coin du feu) rencontrent la grande Histoire, bien réelle qui marque au fer rouge nos vies?

C’est ce qui arrive à notre héro, venu d’un royaume lointain qui se retrouve au coeur d’un conflict qui ne l’intéresse pas. Ce qu’il veut, c’est retrouver son amour interdit, sa Fée et son Royaume

Élevé dans une boutique de confiserie spécialisée dans les guimauves, les Perle, il prend le nom de leur fils décédé, Joshua

Si j’ai eu un peu de mal au début, je me suis vite plongée dans l’ambiance très particulière de ce livre, où le merveilleux cotoie l’aventure et où notre héro suit un vrai parcours initiatique. Mais qui est-il vraiment?

Et qui sont ces brigands qui le poursuivent ? Et son amour interdit, Oliä, est-elle vraiment une Fée ?

C’est un livre dont il m’est très dificile de parler tant il est dense et particulier. Il y a en fait plusieurs histoires qui s’alternent, se superposent pour finalement s’assembler comme un puzzle magique. 

D’un côté il y a Ilian, qu’un sort projette dans notre monde et dont le Destin promènera de part le monde à le recherche de son royaume perdu.

C’est aussi un petit garçon qui rencontre un vieil homme dans une cabane en pleine forêt… Une rencontre qui changera radicalement sa vie. 

Ou encore une Fée captive qui est prête à tout pour retrouver son Amour, même devenir humaine…

De nombreux thèmes sont abordés avec justesse et finesse: la Guerre, la Famille, l’Amour, l’Honneur, l’Injustice…mais surtout la notion de Foyer, cet endroit unique qui n’appartient qu’à nous…

En tout cas, c’est un livre très original qui change des contes habituels ! J’ai beaucoup aimé, même si ce n’est pas un coup de coeur ! 

 

Deaf Sentence (David Lodge)

Aujourd’hui, place à un livre qui trainait dans ma PAL depuis… un moment! Comme vous le savez, je cherche des livres ayant pour thème la surdité sous toutes ses formes, que ce soit de naissance, liée à l’âge ou à l’environnement extérieur.

J’avais déjà repéré en librairie « La vie en  Sourdine » de David Lodge. Mais je dois dire que son titre original est encore plus pertinant : Deaf Sentence. Le mot « deaf » (sourd) se confondant avec « death » (mort).

capture-decran-2010-08-14-a-10-16-021

 

Desmond Bates, 65 ans, est un professeur de linguistique qui a pris sa retraite suite à des pertes d’audition de plus en plus importantes.  Sur un ton à la fois drôle et ironique, il décrit sa difficulté à communiquer avec les autres. 

Son épouse, Winnifred, 59 ans, de religion catholique, divorcée puis remariée avec lui, tient une boutique de décoration d’intérieur qui marche bien. 

Son père, 89 ans, ancien musicien professionnel de jazz, vit à Londres, dans la maison de « Brickley »Bates a passé son enfance (le quartier d’enfance de David Lodge est Brockley, dans le district de Lewisham).

Alex Loom, 27 ans, est une doctorante américaine émigrée en Grande-Bretagne. C’est par elle que l’histoire va commencer.

Une collaboration va naître grâce à la thèse de la jeune femme sur un thème assez glauque: les lettres de suicide !

Mais entre ses problèmes d’oreilles, son couple qui bat de l’aile et les intrigues d’une étudiante sans scrupules, notre pauvre Edmond va en voir de toute les couleurs !

Deaf Sentence est un livre drolatique et grinçant, qui dénonce sans état d’âme le mépris des entendants pour les sourds et autres « durs-de-la-feuille ». 

À lire assurément !