Le jour où j’ai appris à vivre (Laurent Gounelle)

Ça faisait un moment que je voulais lire Laurent Gounelle. Et c’est grâce à ma maman, que j’ai découvert ce livre, qui fut une belle découverte. 

gr_9782366580983

Résumé:

« Et si tout commençait aujourd’hui ?

Imaginez : vous vous baladez sur les quais de San Francisco un dimanche, quand soudain une bohémienne vous saisit la main pour y lire votre avenir. Amusé, vous vous laissez faire, mais dans l’instant son regard se fige, elle devient livide. Ce qu’elle va finalement vous dire… vous auriez préféré ne pas l’entendre. À partir de là, rien ne sera plus comme avant, et il vous sera impossible de rester sur les rails de la routine habituelle. C’est ce qui va arriver à Jonathan dans ce nouveau roman de Laurent Gounelle. À la suite de cette rencontre troublante, il va se retrouver embarqué dans une aventure de découverte de soi ponctuée d’expériences qui vont changer radicalement sa vision de sa vie, de la vie… »

Mon avis:

En lisant le résumé, je pensais que l’histoire était basée sur celle de Jonathan tout du long. Pas du tout. On est plus sur un portrait croisé entre plusieurs personnages:

D’abord, il y a (donc) Jonathan, un bureaucrate désabusé entre son collègue égoïste et profiteur et son ex-femme, qui ne lui adresse plus la parole. Une rencontre aussi innatendue qu’explosive avec une bohémienne va lui ouvrir les yeux sur la fadeur de sa vie. Mais aussi faire face à l’hypocrisie de ses collègues, et aux retrouvailles avec sa vieille tante Margie, dont les discussion philosophiques vont l’aider à prendre sa vie en main.

Puis, il y a Ryan, un blogueur qui décide de filmer les gens de sa ville à leur insu pour mieux les critiquer sur son site. Mais il devient vite dépassé par son succès et ce qui était de simples moquerie vire au mépris. Jusqu’à la débandade, si je peux me permettre l’expression. Il y a toujours un revers à la médaille.

Il y a aussi Austin Fisher, un tennisman de haut niveau, qui veut être reconnu à sa juste valeur. Mais son visage toujours fermé et les magouilles de son entraîneur Warren lui feront voir le sport sous son jour le plus hypocrite. Et c’est d’une toute autre manière qu’il aura sa première « victoire ». C’est de loin, le personnage dont l’évolution m’a le plus intéressée !

Enfin, Gary, qui a tout du voisin hargneux de base. Mais au fil de la lecture, on découvre la tristesse derrière cette colère. Il n’arrive même plus à être tendre avec ses propres enfants…Mais là aussi, les événement l’amèneront à changer pour le mieux.

Alors, oui, ce livre peut paraître très « Monde des Bisounours » mais pas que ! Au delà de la morale où « tout le monde peut changer s’il s’en donne les moyens », j’ai trouvé qu’il y avait une certaine critique de notre société actuelle: la pression des médiats, le profit, le manque de communication dans le couple ou encore la peur de la mort…qui au final redonne goût à la vie ! 

Autre bon point: L’histoire d’amour est assez secondaire. L’auteur met plus en avant la « vision » de chaque personnage au fil de son évolution, que ce soit dans le bon où le mauvais sens. J’ai trouvé la fin très juste, bien moins guimauve que ce à quoi je m’attendais. Et un livre « feel-good » qui ne tombe pas dans la niaiserie, c’est plutôt rare !

Une jolie surprise, mi-philosophique, mi-satire sociale, qui fait du bien à lire ! 

Publicités

Une réflexion au sujet de « Le jour où j’ai appris à vivre (Laurent Gounelle) »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s