Un instant de plus ici-bas (Alice Hoffman)

Et voici une lecture que j’ai mis un temps à mettre en route. Acheté impulsivement, j’ai logtemps hésiter avant de le lire…pour au final être mi-figue mi-raisin !

9782352871620

Résumé:

« Ce ne devait être qu’un bref séjour à l’occasion d’un enterrement. Mais, en arrivant à Jenkintown, la petite ville de Nouvelle-Angleterre où elle a grandi, Marcie comprend que son passé l’a rattrapée.
En retrouvant Hollis, l’orphelin que son père avait adopté, elle voit se dérouler le film de son adolescence. L’arrivée du jeune homme avait tout bouleversé : le frère de Marcie, jaloux de l’affection que son père portait au nouveau venu, était devenu violent et taciturne ; Marcie, elle, était fascinée par ce jeune homme au passé mystérieux et qui entretenait avec la nature une relation fusionnelle. Les deux jeunes gens étaient tombés amoureux, mais le caractère possessif de Hollis avait précipité leur rupture. Marcie avait épousé Richard, le fils des voisins, et quitté Jenkintown.
Vingt ans plus tard, la jeune femme est ébranlée par ses retrouvailles avec Hollis. Veuf et désormais riche, ce dernier n’a jamais quitté Jenkintown, où il mène une vie oisive dans une somptueuse propriété. Mariée, mère d’une petite fille qui l’accompagne dans ce retour aux sources, Marcie cèdera-t-elle une deuxième fois au charme de celui dont certains prétendent qu’il a empoisonné sa femme ? »

Mon avis:

Un parfum d‘Emily Brontë plane indubitablement dans ce livre ! J’ai tout de suite pensé à une adaptation moderne des Haut-de-Hurlevent, avec ses personnages ombrageux et son décor tourmenté. Contrairement à ce dernier, on entre tout de suite dans le vif du sujet.

Revenue dans sa petite ville natale avec sa fille Gwen pour un enterrement, March, dite « Marcie », a le choc de revoir son amour d’adolescence, Hollis. Et il a bien changé: devenu riche, il mène une vie oisive où il a l’air de s’ennuyer. Mais qui est-il vraiment? D’un tempérament étrange et d’une violence contenue, ce dernier est un enfant abandonné recueuilli par le père de March, Henry Murray. Si la jeune fille est d’emblée fascinée par ce jeune homme trouble qui parle peu, son frère Alan, lui voue une haine farouche.

En effet, Hollis a tout de suite reçu les faveurs de son père, qui a toujours dédaigné son propre fils. L’ambiance est électrique entre eux. De plus, Alan sent chez Hollis une noirceur, une menace pour sa famille. Mais ni son père, trop naïf, ni sa soeur, amoureuse ne veut le croire. Aussi, il se venge en le battant à mort avec un groupe d’amis…Mais Hollis survit et Alan perd définitivement le peu de considération de son père. De plus, March est totalement sous le charme (ou devrais-je dire l’emprise) de Hollis. Telle Catherine folle de son Heathcliff, elle le veut pour elle toute seule. Mais le tempérament imprévisible du jeune homme aura raison de leur relation, déjà bien houleuse. 

Leurs retrouvailles dix ans plus tard est donc une douche froide. À la place du jeune vagabond mystérieux, elle retrouve un gentleman glacial qui la prend de haut. Son évolution, au cours de l’histoire est particulièrement glaçante. À côté de lui, son homologue victorien me paraît presque sympathique ! Aucune pitié, ni concessions. Plus les pages passaient, plus j’avais envie de le secouer, le giffler, l’engueuler ! 

C’est d’autant plus compliqué que March est désormais mariée et mère d’une adolescente au caractère bien trempé. Elle est troublée de revoir cet homme qu’elle a passionnément aimé. Malheureusement, elle va vite déchanter en voyant que son « amoureux » est plus instable et hargneux que jamais. Pire, qu’il la déteste de l’avoir abandonné. Et là où Catherine se consummait dans sa folie, March trépigne telle une gamine capricieuse. À l’effarement de sa fille Gwen, qui peine à reconnaître sa mère ! J’ai bien aimé ce personnage sauve le livre par son caractère vif, et sa volonté d’ouvrir les yeux à sa famille ne la rend que plus admirable. 

L’écriture est fluide à lire et ne part pas dans des descriptions longues comme le bras. Puis les événements se précipitent de façon totalement incohérente ! J’ai levé les yeux au ciel à plusieurs reprises !

L’ambiance se fait plus opressante au fil des pages….pour mieux retomber comme un soufflé à la dernière ligne. La fin m’a parue particulièrement ridicule par rapport au début si prometteur !

Un roman décevant, pâle copie des Hauts de Hurevent ! Je ne le conseille pas à ceux/celles qui ont lu ce classique !

Publicités

Une réflexion au sujet de « Un instant de plus ici-bas (Alice Hoffman) »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s