Les lumières de septembre

Comme vous le savez, j’aime beaucoup l’univers de Carlos Ruiz Zafón, entre le gothique et le fantastique ! Et avec un titre pareil, ce livre était parfait pour débuter l’automne !

9782266212571WEB

Résumé:

« 1937. Au manoir de Cravenmoore, en Normandie, la jeune Irène et son frère Dorian arpentent pour la première fois les couloirs interminables, les pièces interdites peuplées de marionnettes et d’automates, tout un univers étrange et fascinant… Sous l’oeil de leur mère, Simone, récemment embauchée comme femme de charge auprès du propriétaire des lieux, l’inventeur de jouets Lazarus Jann, les enfants redonnent vie à la vieille demeure. Mais leurs jeux et leurs rires réveillent bientôt quelque chose…
Une ombre maléfique, oubliée depuis vingt ans, qui ne demande qu’à faire à nouveau couler le sang… »

Mon avis:

Même si les thèmes sont les mêmes que les deux autres ouvrages du Cycle de la Brume, (à savoir: secret de famille, bâtisses anciennes et Esprit Tourmenté), c’est avec plaisir que j’ai retrouvé l’atmosphère si particulière de cet auteur.

Nous suivons les aventures de la famille Sauvelle, qui peine à joindre les deux bout suite à la mort de leur père. Criblés de dettes la jeune cadette de 16 ans Irène, va même jusqu’à travailler à l’insu de Simone, sa mère. Mais voilà que celle-ci reçoit une lettre pour un travail de femme de ménage en Normandie, chez un certain Lazarus Jann. Le cadre est en apparence idylique: un château de conte de fées, un village charmant, un salaire au delà de toute espérance.

Irène s’aclimate assez vite au village, et se lie d’amitié avec la pétulante Hanna, la cuisinière de leur bienfaiteur: une jeune fille très bavarde, et un brin prétencieuse, aux antipodes de son cousin Ismaël, un aprenti marin, timide et assez mignon.

En revanche, le manoir de Cravenmoore la met de plus en plus mal à l’aise, et pas seulement à cause des automates plus vrais que nature. Il s’est passé un événement grave au sein de cette demeure, elle en est persuadée. D’autant qu’une Ombre, acidentellement libérée sème la terreur au sein de cette étrange maison.

Dorian, de son côté est beaucoup plus replié sur lui-même, se réfugiant dans ses rêveries.  Sa rencontre avec le mystérieux Lazarus va le chambouler. Fasciné par les automates et l’étange personalité de leur nouveau maître, il est beaucoup plus influençable et sensible que sa petite soeur.

Le travail de Simone va bien plus loin que le simple ménage. Elle doit aussi s’occuper de la paperasse et autre courrier en tout genre…sauf pour un destinataire particulier. Elle fait son travail sans rechigner, ni se mêler de ce qui ne la regarde pas.

Quant au maître des lieux Lazarus, c’est un homme de prime abord aimable et cultivé, qui souffre d’une profonde solitude depuis la mort brutale de sa femme d’une maladie inconnue. La famille Sauvelle lui mettra du baume au coeur pendant un temps. Mais ses demandes excentriques et sa façon de fuir le monde réel en font un personnage ambigü, pas spécialement inquiétant mais déroutant. Il semble cacher un lourd secret (malédiction?) qui l’empêche d’aller de l’avant.

J’ai adoré la façon dont le décor change et s’assombrit au fil de l’histoire. L’auteur joue avec nos nerfs sans jamais tomber dans le trop glauque/gore comme dans un thriller par exemple. On est plus dans l’émotion que dans l’horreur, ce qui est pour moi plus intéressant. La tension s’insuffle progressivement, jusqu’à la révélation finale, plutôt bien tournée j’ai trouvé !

En conclusion: Si vous aimez les ambiances fantômatiques à la Crimson Peak ou encore la Dame en noir, ce livre répondra à vos attentes ! 

Publicités

4 réflexions au sujet de « Les lumières de septembre »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s