Il était une rivière

Il arrive parfois que le hasard fasse bien les choses ! J’ai acheté ce livre par pure impulsion, simplement parce que je trouvais la couverture jolie. Et là… BIM ! Coup de coeur !

21848023

 Résumé:

« Une petite cité ouvrière du Michigan, dans les années 1970. Margo Crane y a vécu toute son enfance. Elle aime plus que tout nager dans la Stark, y naviguer, et elle sait aussi manier le fusil comme personne. Elle a seize ans lorsque son père, victime d’un voisinage familial nourri de haine et de violence, est tué. Margo décide alors de remonter la rivière à la recherche de sa mère, qui les avait quittés deux ans auparavant. Au fil de la rivière, son errance va se muer en voyage initiatique, au sein d’une nature parfois violente. Façonnée par de nouvelles rencontres et par l’éclosion des sentiments amoureux, la jeune fille sauvage et obstinée se transforme, se construit, et doit décider du prix à payer pour rester libre et trouver la paix intérieure. »

Mon avis:

Comme je l’ai dit lors de mon dernier article, oubliez la Margo de John Green ! Celle-ci est beaucoup plus intéressante ! C’est même probablement le plus beau personnage féminin qui m’ait été donnée de lire depuis Hester Day !

Ce livre m’a envoûtée, emportée comme la rivière dont il parle. Margo n’a rien à voir avec un perso Young Adult. C’est plutôt une cowgirl avec un mental d’indienne ! Avec elle, il faut savoir montrer patte blanche où alors elle vous plombe comme du gibier !

C’est une jeune fille qui ne se sent à sa place qu’en pleine nature, qui parle peu, chasse à la carabine et qui ne supporte pas qu’on lui dise quelle vie elle doit mener. Elle est à la fois sauvage et farouche, dure et calme. Il faut dire qu’avec une famille aussi disfonctionnelle, il y a de quoi: un oncle qui l’a violée lors d’une beuverie, une mère qui est partie vivre ailleurs, un grand-père aimant mais taciturne…

Quand son père meurt, victime d’un voisinage haineux, elle n’a d’autre choix que de partir à la recherche de sa mère. Ce qui m’a énormément plu, au delà de l’évolution de Margo, c’est la place d’une nature belle et rude, sauvage et rassurante à la fois. La rivière elle-même est une compagne vivante, vibrante, un point de repère. Elle est le plus grand amour de Margo.

Et au fil de ses rencontres, la jeune fille évolue, s’ouvre un peu plus, tout en se forgeant sa propre identité. J’ai aimé son côté sauvageonne, une sorte de Manon des sources américaine. Elle est d’ailleurs surnommée la Nymphe, l’enfant loup ou encore Elfe !

L’écriture est à la fois fluide et rugueuse; j’ai adoré l’ambiance sauvage, parfois sombre. Les personnages sont authentiques, dans leurs forces et leur faiblesses: il n’y a au fond, ni bons, ni méchants. Juste des personnes qui prennent leur décision en connaissance de cause, mais qui n’assument pas toujours les conséquences.

Un parcours digne d’une Odyssée, une héroïne atypique et un beau passage à l’âge adulte. Si vous avez aimé Into the wild et Huckleberry Finn, ce livre est pour vous !

Publicités

5 réflexions au sujet de « Il était une rivière »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s