Arté: Jane Eyre (Cary Fukunaga)

Jane Eyre de Charlotte Brontë a toujours été mon classique préféré ! C’est donc avec curiosité (et une certaine apréhension, tout de même) que j’ai visionné cette nouvelle adaptation.

e5d877056f14233abe56664075aa3a22

Résumé:

Jane, orpheline, est d’abord recueillie par sa tante, Mrs. Reed, tenue par une promesse faite à son mari avant sa mort. Jane Eyre est toutefois élevée comme étant inférieure à ses cousins qui n’hésitent pas à la maltraiter, surtout son cousin John. À la suite d’une forte rébellion contre sa tante, précédée par une punition disproportionnée qui la fait tomber en syncope, Jane Eyre, dix ans, est envoyée en internat à Lowood le quinze janvier. Elle s’y fait une amie sincère, Helen Burns, qui décède de la tuberculose due aux très mauvaises conditions de l’internat. 

Dix ans plus tard, Jane veut changer de vie et passe une annonce dans un journal pour trouver un poste de préceptrice. Mme Fairfax lui répond afin qu’elle vienne faire l’éducation d’Adèle, la protégée de M. Rochester, riche propriétaire du château de Thornfield-Hall…

Mon avis:

Tout d’abord les points positifs: visuellement c’est vraiment magnifique, tant au niveau des décors, des costumes, que des paysages. Il y a dans ce film une belle atmosphère, à la fois romantique et opressante qui, je trouve, illustre plutôt bien l’ambiance du roman.

Le sénario de l’histoire est abordé de telle manière qu’on a l’impression d’être dans la tête de Jane Eyre et j’ai trouvé que sur ce point, le film se démarque des autres. 

Choisir Mia Wasikowska  m’a paru intéressant: elle aporte à Jane une beauté discrète et douce. Son interprétation est touchante, mais trop vulnérable. Elle m’a paru triste et désespérée, loin du côté fort et battant que j’imaginais. 

Autre choix qui m’a paru étrange: Micheal Fassbender en Edward Rochester… Je ne conteste pas le talent de l’acteur, d’une certaine subtilité. Dans cette version, c’est surtout un homme maladroit, seul et désemparé. Mais je l’ai trouvé trop lisse, trop beau pour un homme aussi torturé et ténébreux. Il manquait cette part inquiétante et mystérieuse qui m’avait tant plu dans l’interprétation de Toby Stephens (le Rochester de la mini-série, beaucoup plus crédible !)

En revanche, j’ai été agréablement surprise par les seconds rôles: à commencer par Sally Hawkins (que j’avais adoré dans Persuasion) qui incarne la terrible Mme Reed: un rôle diamétralement opposé, strict et engoncé ! Il y a aussi la superbe Imogen Poots, très fraîche dans le rôle de Blanche Ingram ! Elle a su faire une rivale de taille pour Mia !

Autre belle performance, celle de Valentina Cervi, qui m’a donné la chair de poule dans le rôle de « l’épouse » de Rochester ! Elle a très bien cerné cette pauvre femme prisonnière de sa folie ! J’ai trouvé intéressant de mettre cette scène, à peine abordée dans le livre !

Une adaptation audacieuse dans sa forme, magnifique dans son esthétique et ses décors mais qui aurait pu avoir plus de fond. Il n’en reste pas moins agréable à regarder ! Je préfère cependant la mini-série !

Publicités

3 réflexions au sujet de « Arté: Jane Eyre (Cary Fukunaga) »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s