Séquence nostalgie: Willow

Parmi mes films d’enfance, en voici un qui m’a fait découvrir le monde de l’heroic fantasy: Willow réalisé par Ron Howard, sorti en 1988. Le film est produit et coécrit par George Lucas.

ee0af068dfc440e3ea93445762a45be3

Résumé:

Il était une fois un royaume peuplé de petits habitants appelés les Nelwyns. Ce peuple paisible était dominé de temps immémorial par les Daikinis, gens de grand taille gouvernés par la cruelle reine Bavmorda. Or il advint qu’un prophète annonçât la naissance d’une princesse appelée à détrôner Bavmorda. La terrible reine ordonna alors de tuer céans tous les nouveaux-nés du royaume. Elora échappa au massacre et ce fut Willow, un jeune Nelwyn féru de magie, qui la recueillit. Mais Bavmorda n’avait pas dit son dernier mot…

Mon avis:

Un univers sombre, entre le médiéval et le fantastique qui m’avait pas mal impressionnée à l’époque ! Surtout la reine Bavmorda, charismatique et assez flippante ! 

George Lucas imagine l’idée de base de Willow (dont le titre de travail est alors Munchkins) en 1972 et cette idée lui tient autant à cœur que celle de Star Wars. Il doit cependant attendre le milieu des années 1980 et la fin de sa trilogie pour s’y consacrer, profitant des progrès en matière d’effets spéciaux pour concrétiser sa vision.

En 1982, durant le tournage du Retour du Jedi, Lucas propose à Warwick Davis, qui joue le rôle de l’Ewok Wicket, d’interpréter le personnage de Willow Ufgood. Lucas estime approprié qu’une personne de petite taille ait le rôle principal car beaucoup de ses films traitent d’individus luttant contre le système et «c’est une interprétation plus littérale de cette idée» estime-t-il. Dans le même temps, le réalisateur Ron Howard, jusqu’ici habitué aux comédies, ressent le besoin de s’immerger dans une histoire féerique afin d’élargir sa palette de cinéaste.

Ainsi naît l’histoire de Wilow:

Une prophétie annonce qu’une princesse verra le jour, qui mettra fin au règne tyrannique de Bavmorda (Jean Marsh), la reine maléfique des Daïkinis (nom donné aux humains). Apprenant la naissance imminente d’Élora, l’élue, Bavmorda s’empresse de donner l’ordre à ses guerriers de regrouper toutes les femmes enceintes du royaume pour empêcher l’accomplissement de la prophétie. L’enfant naît dans les donjons du château de Bavmorda mais sa nourrice réussit à s’échapper avec lui et l’abandonne au fleuve juste avant d’être rattrapée. Le bébé est recueilli par Willow,(Warwick Davis), un fermier magicien amateur  Nelwyn (peuple nain). La présence du bébé mettant en danger tout le village, Willow est chargé de ramener l’enfant au pays des Daïkinis pour le confier au premier Daïkini qu’il rencontrera. Il s’avère que c’est le mercenaire Madmartigan, (Val Kilmer), qui est enfermé dans une cage.

Réticent à confier le bébé à cet individu qui paraît fort peu recommandable, Willow finit par céder mais Madmartigan se le fait voler peu après par des Brownies (un peuple minuscule). Willow le retrouve et la fée Cherlindrea lui révèle le destin d’Élora, le chargeant d’être son protecteur jusqu’à ce qu’il la confie à la magicienne Fin Raziel.

À la fois quête initiatique, magie noire contre magie blanche, histoire d’amour et fierté d’un peuple, Wilow est un film très intéressant qui a marqué aussi l’histoire des effets spéciaux, car il a été l’un des premiers films à expérimenter le morphing !

Publicités

6 réflexions au sujet de « Séquence nostalgie: Willow »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s