DVD du Week-end: Les Enfants Loups

Je continue mon exploration des animés avec « Les enfants Loups » de Mamoru Hosoda. 

57939eafe53e65d900b036df8f911927

Résumé:

« Hana et ses deux enfants, Ame et Yuki, vivent discrètement dans un coin tranquille de la ville. Leur vie est simple et joyeuse, mais ils cachent un secret : leur père est un homme-loup. Quand celui-ci disparaît brutalement, Hana décide de quitter la ville pour élever ses enfants à l’abri des regards. Ils emménagent dans un village proche d’une forêt luxuriante… »

Mon avis:

Là encore, une vraie petite perle ! Ce qui commence comme un vague remake de la Belle et la Bête, devient une ode à la vie de famille. Nous suivons donc Hana, une jeune étudiante qui tombe amoureuse d’un homme-loup. Leur histoire est toute douce et mignonne. Jusqu’au jour où celui-ci disparaît. Peinant à joindre les deux bouts malgré son travail et les économies de son compagnon, elle doit aussi gérer la double nature de ses enfants, à la fois humains et louveteaux, ce qui complique les choses quand on vit en appartement en ville…

Aussi, Hana décide de partir vivre dans un village isolé dans la montagne près d’une magnifique forêt où Ame et Yuki pourront jouer librement. Elle devra remettre en état une vieille maison délabrée, faire face à la méfiance des villageois, faire des kilomètres pour trouver un supermarché, galérer pour cultiver ses légumes dans une terre hostile. Mais Hana n’abandonne pas et se bat becs et ongles pour sa nouvelle vie.

De leur côté, Ame et Yuki grandissent et c’est là que ça se complique. Quand Yuki s’humanise de plus en plus et doit contrôler son côté louve pour ne pas blesser ses camarades, Ame lui, préfère la forêt, où il s’est trouvé un « maître » qui lui apprend à chasser et se repérer dans cette nature aussi belle que sauvage. Parce qu’ils sont à la fois humains et loups, ils ont le choix entre ces deux styles de vie. Ame ne comprend pas que sa soeur délaisse sa part animale. Et Yuki ne comprend pas qu’il délaisse sa part humaine…

Et Hana, tiraillée, déboussolée se retrouve face au choix terrible de laisser ses enfants devenir adultes et faire leur propre vie, loin d’elle en tant qu’humain ou loup. J’ai été très touchée par cette mère courage, qui ne se plaint jamais, et profite de plaisirs tout simples: un repas chaud, courir dans la neige avec ses enfants, cueillir des fleurs…

Une merveilleuse histoire, belle et mélancolique aux couleurs douces et aux personnages attachants. 

 

 

Voyage d’une parisienne à Lhassa

Comme vous le savez, un de mes modèles féminin est l’exploratrice et orientaliste française Alexandra David Néel, dont j’ai lu l’ouvrage « Voyage d’une Parisienne à Lhassa ». Je n’en avais jamais fait la chronique, alors je répare cette erreur !

9782266182768

Résumé:

1924. Pour la première fois, une femme étrangère réussit à entrer dans Lhassa, capitale interdite du Tibet ! Huit mois auront été nécessaires à Alexandra David-Néel pour relever ce défi extraordinaire ! Huit mois d’un long périple à travers les immenses solitudes du  « pays des Neiges »Huit mois d’une vie rude et dangereuse sous l’apparence d’une mendiante tibétaine ! À une époque ou personne ne parle de « raid », et encore moins quand il s’agit d’une femme, c’est un magnifique exploit et une aventure exceptionnelle que nous décrit ici l’auteur ! Elle y ajoute sa propre quête spirituelle, et ce regard fasciné qu’elle porte sur la civilisation tibétaine.

Mon avis:

Si vous ne connaissez pas cette légende humaine de l’exploration et de spiritualité, c’est LE livre à posséder ! Alexandra David-Néel, c’était une volonté, une soif de connaissance et de nouveau horizons. Voyageuse infatigable et intrépide, elle n’avait cependant rien d’une illuminée, bien au contraire: déguisée en mendiante pour ne pas éveiller les soupçons, elle bravera le froid, l’angoisse, la faim, les bandits, les militaires … et surtout le risque d’être reconnue à tout moment  ! Car à l’époque, Lhassa était interdite aux Occidentaux. 

Cette femme était d’une force (physique, mentale et spirituelle) absolument impressionnante ! Même dans les pires situations, elle trouvait toujours le moyen de la retourner à son avantage, aidée par son fils adoptif. Son humilité aussi était admirable ! D’ailleurs cette marche était plus qu’un pèlerinage ; un hommage à une culture qu’elle aime, respecte et admire.  

Ce livre peut se lire autant comme une quête spirituelle qu’un roman d’aventure ! Et c’est d’autant plus passionnant que tout est vrai !

original-598859-779

Il y a eu aussi un film : « J’irai au pays des neiges » avec la charismatique Dominique Blanc (que j’avais déjà adorée dans L’allée de roi !) dans le rôle de cette grande dame !

Bref, un personnage historique hors du commun ! Surtout à notre époque, où la marche est ultra-équipée, ultra-sponsorisée et où le pèlerinage est devenu un phénomène de mode comme un autre. Là, il y a une autentique démarche spirituelle ! 

Un livre à découvrir, pour les rêveurs de grands espaces, autant que pour les philosophes !

Le Loup Blanc et le Loup Noir

3210270017_1_2_Vp28DZh6

C’est l’histoire d’un enfant qui, comme tous les enfants, joue, rêve et se pose beaucoup de bonnes questions.
Un jour, il va voir son grand-père considéré comme le vieux sage du village.
Il lui demande « Dis-moi, Grand Père, qu’est-ce qu’un Homme ? »
Alors son grand-père, avec ses mots, l’emmène en voyage. Il lui parle de territoires immenses, connus et inconnus, des loups qu’on y trouve.
Il lui raconte le loup noir, sombre, manipulateur, envieux, colérique, hargneux et menaçant, qui hurle la nuit, se cache, se bat avec les uns et dévore les autres, terrifie, domine par la peur et tue.
Il lui raconte aussi le loup blanc, accueillant, équitable, joyeux, solidaire et fraternel. Pacifique, lucide, il protège les siens et soutient les autres, attentif, généreux et confiant.
Puis il lui dit : « Tu vois, l’Homme a ces deux loups en lui. Chacun de nous abrite en lui un loup noir et un loup blanc qui ne cessent de s’affronter. »
L’enfant réfléchit et lui demande : « … et c’est lequel qui gagne ? « 
Alors, le vieux lui répond doucement :
« Celui qui gagne, …… c’est celui que tu nourris. »

Conte amérindien

De l’autre côté du miroir (James Bobin)

Regardez ce qui est prévu pour l’année prochaine ! Alice passe de l’autre côté du miroir l’été 2016 !!! S’il est toujours produit par Tim Burton, il sera cependant réalisé par James Bobin. 

ca3b3f51facce0f82869e6032231022b

On y retrouvera le Chapelier Fou, la Reine Rouge et un nouveau personnage: le Temps ! Un homme qui me paraît bien intriguant ! Un univers toujours aussi merveilleux, coloré… et plus steampunk, j’ai l’impression ! Première bande annonce francophone: ici, la québécoise 🙂

Dvd du week end: Le chant de la mer

Parce que je rêvais de voir ce dessin animé depuis sa sortie ! Voici enfin la chronique du magnifique « Chant de la mer » de Tomm Moore ^_^

449884.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

« Ben et Maïna vivent avec leur père tout en haut d’un phare sur une petite île. Pour les protéger des dangers de la mer, leur grand-mère les emmène vivre à la ville. Ben découvre alors que sa petite soeur est une selkie, une fée de la mer dont le chant peut délivrer les êtres magiques du sort que leur a jeté la Sorcière aux hiboux. Au cours d’un fantastique voyage, Ben et Maïna vont devoir affronter peurs et dangers,
et combattre la sorcière pour aider les êtres magiques à retrouver leur pouvoir. »

Mon avis:

Loin de la 3D habituelle, Tomm Moore nous offre un charmant conte sur la Selkie, une créature mi humaine mi-phoque issue du folklore celtique.

Ben est un petit garçon vif et turbulent qui rend chèvre son entourage. Entre son père dépressif depuis la disparition de sa femme et sa grand-mère autoritaire qui le regarde de haut, son seul réconfort est son chien, Jo (qui m’a beaucoup fait pensé à Max, le chien du prince Éric dans le petite sirène ^^ ).  

Sa mère lui racontait toutes sortes d’histoires et lui a légué un petit coquillage où l’on peut entendre la mer.  Quant à sa petite soeur, Maïna, c’est la petite princesse de la famille. Vive, intelligente et curieuse, son seul souci est qu’elle ne parle pas encore malgré ses six ans.  À cause de sa curiosité, elle finit par trouver un petit manteau blanc dans le coffre de sa mère qui lui donne un pouvoir singulier: celui de communiquer avec ce peuple invisible qu’est le monde des Esprits.

Cependant, sa petite escapade nocturne provoque la peur et l’inquiétude de la grand-mère, qui décide de les emmener vivre en ville. Qu’à cela ne tienne, nos deux chenapans ont plus d’un tour dans leur sac et finissent par s’échapper… C’est là que l’aventure commence vraiment: outre la découverte des êtres magiques transformés en pierre par une sorcière-chouette du nom de Macha, il découvre l’incroyable don de sa soeur Maïna: elle serait une Selkie, dont seul son chant peut les ramener à leur forme d’origine et les ramener chez eux. Or, elle ne peut pas parler…sans son manteau blanc !

J’ai eu l’impression d’entrer dans un livre d’enfant tant l’univers coloré et doux m’a emportée. Ce dessin animé est juste sublime dans ses couleurs, sa texture ronde et douce, ce bleu onirique…

Il porte aussi un joli message:on y parle à la fois d’héritage de valeurs, de la magie des histoires, de deuil, de jalousie frères soeur et de l’émerveillement de l’enfance.

Un petit bijou de douceur et de poésie et le plus beau graphisme visuel depuis Kerity et la maison des contes ! À voir en famille !

Message de paix: Place à l’Unité

114857513

Parce que cette chanson de 2001 ne m’a jamais paru plus actuelle qu’en ce moment ! Merci Nuttea pour ces paroles pleines d’espoir ! On en a bien besoin..

Refrain
Laissons place à l’unité
Devant nous se lève un jour nouveau
Et si l’enjeu est de taille
Sache que nous n’aurons pas de faille

Marchons, car unis, nul ne nous fera taire
La voie des bas fonds, passe au-delà des frontières
Le son résonne du paradis jusqu’aux enfers
Ayant les pieds sur terre, et surtout l’esprit ouvert
La route tourne pour tous, du pasteur au gangster
La route est longue, donc l’union salutaire
Dieu sait qu’à la fin, les premiers seront les derniers

Refrain

Laissons place à l’unité
Devant nous se lève un jour nouveau
Et si l’enjeu est de taille
Sache que nous n’aurons pas de faille

Uni jusqu’à la fin, riche ou dans la misère
Souder par la passion, quelles que soient les galères
Ici, chacun est le gardien de son frère
Marchons, levons la tête, tout sera plus clair
Plus le temps de pleurer, ni de regarder en arrière
L’Union est l’arme du prochain millénaire
Je prie pour le futur et pour des jours plus clairs
Sachant que des ténèbres, jaillira la lumière
Laisse-moi prêcher l’Unité pour nos frères !

Le cas Jack Spark Saison 2: Automne traqué

Je continue ma découverte de l’étonnante saga Jack Spark avec ce deuxième tome riches en péripéties!

le-cas-jack-spark,-tome-2---automne-traque-1696992

Résumé:

Washington, New York, Dublin, Tokyo : dans la nuit des grandes villes a commencé une course-poursuite secrète… mortelle. L’enjeu ? La survie de la planète.
Les hommes ne le savent pas encore, mais le monde qu’ils ont toujours connu est sur le point de disparaître.
Jack Spark s’est donné pour mission de les protéger.
S’il réussit à échapper aux forces invisibles qui veulent sa mort.
L’automne, c’est la saison des grandes chasses ! La traque est lancée !

Mon avis:

C’est avec grand plaisir, que je retrouve Jack Spark et sa petite troupe, qui ont réussi à s’échapper du terrible camp Redrocks. Le retour s’annonce mouvementé: se faisant passer pour un humain, le Dr Krampus s’infiltre parmi les secours où se trouve Marie-Ashley, l’une des pensionnaire (et fille du Préfet) à des desseins maléfiques. Ils décident donc de se cacher dans l’avion pour le dénoncer.

Mais rien ne se passe comme prévu. Ils sont séparés les uns des autres et se retrouvent au coeur d’un conflit politique. Et découvrent des adultes encore plus hypocrites et menteurs qu’ils le croyaient. On essaie de leur faire oublier ce qu’ils ont vécu, par tous les moyens. Les Fés n’existent pas, tout est dans leur tête. Mais comment les croire quand justement l’un d’eux leur a sauvé la vie ? 

Qui plus est, les retrouvailles avec les leurs ne se font pas sans heurts: Josh, par exemple, doit faire face à son père, prêtre à cause de qui il a fait sa tentative de suicide. Jack retrouve son grand-père…accompagné d’une certaine Morgane, une Fée puissante qui l’intrigue et le trouble. J’ai aimé cette réinterprétation inédite du personnage !

Enfin, une menace venue du ciel menace la Terre: Les Fés veulent y faire définitivement leur retour et, tels des vampires, se gaver du Flux des humains. Le Flux, c’est leur énergie vitale, celle-la même dont Jack s’est nourri au cours de son séjour au camp lors des Thérapies. Et pour lui, c’est juste impensable: lui, le Fé élevé par une famille humaine, qui a fait des pieds et des mains pour le garder en vie. 

Dans ce second tome, c’est donc le moment des choix et des convictions. Chacun choisit son camp, mène ses batailles où l’ennemi n’est pas forcément surnaturel. Comme pour tous les peuples, il y des bons Humains, de bon(nes) Fé(es) et inversement. J’aime cet équilibre.
Et surtout, j’ai trouvé très originale cette idée de « masculiniser » les Fés ! C’est vrai, pourquoi ces créatures seraient forcément féminines ?

L’ambiance est clairement plus fantastique, pleine d’action et de révolte aussi. C’est aussi l’occasion pour Jack de découvrir ses véritables origines, tout en luttant contre ses démons. Peu à peu, il prend confiance en lui, grandit et se jure de protéger ses amis. 

Un très bon tome donc, plus dans l’action, la protection de ceux qu’on aime et le combat du Bien contre le Mal…qui n’est pas forcément là où on le croit !