The Company Men

Et voici un film touchant et d’utilité publique pour son sujet on ne peut plus actuel !

Résumé:

« Bobby Walker est l’incarnation même du rêve américain : il a un très bon job, une merveilleuse famille, et une Porsche toute neuve dans son garage. Mais lorsque la société qui l’emploie réduit ses effectifs, Bobby se retrouve au chômage, tout comme ses collègues Phil Woodward et Gene McClary. Les trois hommes sont alors confrontés à une profonde remise en cause de leur vie d’hommes, de maris et de pères de famille.
Bien loin de ses talents de cadre supérieur, Bobby se retrouve obligé d’accepter un emploi dans le bâtiment pour le compte de son beau-frère. Cette expérience va le pousser à découvrir qu’il y a peut-être plus important dans l’existence que de courir après la réussite… »

Mon avis:

Une bien belle surprise que ce film ! Il dénonce avec lucidité un problème qui ne touche pas que l’Amérique: Le licenciement économique.

Bobby Walker est responsable des ventes d’un chantier naval de Boston. Sous les ordres de son mentor, Gene McClary, cofondateur de la société et membre de la direction, la firme est devenue l’une des divisions d’un conglomérat coté en Bourse.

Cependant, à force de restructurations destinées à maintenir le cours de l’action, et enrichir ainsi davantage ses actionnaires et sa hiérarchie, Bobby et Gene sont licenciés.

Le film décrit la façon dont chacun de ces hommes réagit, les retombées de ce bouleversement sur eux-mêmes et leur famille. La galère de recherche d’emploi est très réaliste aussi:

Si ses stock-options permettent à Gene de garder son train de vie, le niveau de vie du jeune cadre en prend un coup : le cabriolet allemand, l’adhésion au club de golf s’en vont un par un, au fil des jours passés en formation à la recherche d’un emploi, obligé en définitive de demander l’aide de son beau-frère charpentier, qu’il critiquait pour son manque d’instruction mais qui devient sa planche de salut. Ce qui entraîne un resserrement des liens familiaux et une réévaluation de ses priorités.

Le casting est parfait: que ce soit Ben Affleck, le petit cadre modèle qui se retrouve au chômage, Tommy Lee Jones, le collègue déboussolé qui craint de perdre son chantier naval et Kevin Cosner, l’ouvrier bourru, qui prend son beau-frère sous son aile dans un emploi provisoire…

Un film réaliste et au final assez positif dans son point de vue ! À voir !

Publicités

4 réflexions au sujet de « The Company Men »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s