The Crow (1994)

Aujourd’hui c’est Halloween: place au sombre, au glauque et la tragédie avec un grand classique, inspiré d’un comic book de James O’Barr:The Crow.

258710

Il s’agit du dernier film dans lequel joue l’acteur Brandon Lee, qui est mort pendant le tournage lors d’une scène de tir. 

The Crow a été réalisé par Alex Proyas, et est sorti en 1994.

CROW (THE) - C1C4.indd

La BD d’origine met en scène un couple séparé par la mort. L’un d’eux revient, aidé par une corneille aux pouvoirs mystiques, pour se venger. James O’Barr utilise cette histoire pour évacuer sa colère contre le destin (un chauffard ivre a tué sa fiancée en perdant le contrôle de son véhicule à Detroit) en s’inspirant de l’imagerie gothique et de groupes de rock.

Le film lui, va plus loin dans la noirceur: 

Eric Draven est un jeune guitariste de rock qui file le parfait amour avec sa compagne, Shelly, une jeune femme d’une beauté éblouissante. Lors d’une nuit diabolique, à l’heure où les bandes arpentent les rues obscures de Detroit pour y perpétrer meurtres et larcins, Eric et Shelly sont agressés chez eux par un gang de criminels conduit par le terrifiant Top Dollar.

8100e31f3be492c15019edd0339f7d00

Eric assiste, impuissant, au viol et meurtre de sa fiancée avant d’être exécuté à son tour. Cependant, un an après leur mort, un mystérieux corbeau apparaît sur sa tombe. Protégé et relié à l’étrange volatile, Eric se réveille alors d’entre les morts pour pouvoir assouvir sa vengeance…

g1201610

Se créant un personnage à partir d’un masque blanc appartenant à sa fiancée, il traque, sans pitié ceux qui lui ont pris sa vie, dans tous les sens du terme. Il devra aussi protéger Sarah, une jeune fille qui vient toujours fleurir sa tombe. 

Le film est en noir, rouge et pluie, sur des décor gothiques. Noir comme la rancoeur et le corbeau protecteur. Pluie comme la douleur et les larmes qu’Eric ne peut plus verser. Et rouge comme le sang, la vengeance et l’amour d’Éric pour Shelley. De ce fait, l’univers glauque et sombre de la BD est particulièrement bien respecté.

J’ai beaucoup aimé la symbolique du corbeau, à la fois guide, gardien et lien avec le monde des Vivants. C’est grâce à lui qu’Eric va se purger de sa colère en vengeant son Amour.

La femme a cependant le rôle dominant dans l’histoire: Si Shelley est la vengeance, Sarah est la rédemption d’Eric, car en la protégeant, il fait ce qu’il n’a pas pu faire pour son amour perdu. Ainsi, il rachète ses crimes et peut enfin partir, libéré…

The Crow est donc un film noir et fort en symbolique, sur l’amour éternel, l’horreur des gangs de rue, la vengeance et la paix de l’âme. Une claque !

Publicités

Tag: Ce qui me rend heureuse

diane_k_21. Quel plat simplissime (sauf des pâtes) aimes-tu particulièrement manger ?

273bfb578c208cc899c8a53f81374512

En ce moment, une bonne soupe au potiron !

2. La chanson qui te met de bonne humeur ?

3. Le moment de la journée que tu préfères ?

d09cv-800

Le matin, quand la brume commence à se lever…

4. Une des plus jolies surprises que l’on pourrait te faire ?

Si je le dis ce ne sera plus une surprise 😉

5.Ton vêtement fétiche ?

cb6622871b839dc8200b9722342a3fdf

Jeans, Dr Martens et pull

6. Le petit rien dans une journée qui pourrait te faire sourire ?

Une personne de bonne humeur. C’est tellement rare ces derniers temps !

7. Un de tes souvenirs les plus heureux ?

ALM-cest-un-garcon1000x1000

La naissance de mon neveu, il y a deux ans déjà !

8. Une fois où tu as pleuré de joie ?

Quand j’ai eu mon CAP de Vente. Ça faisait la deuxième fois que je le passais…

9. Une période de ta vie particulièrement cool ?

En ce moment ! Je me suis inscrite dans une chorale et ça me fait beaucoup de bien ! J’adore chanter en groupe !

10. Un lieu que tu aimes / où tu te sens bien ?

anigif_enhanced-buzz-13917-1369332981-25

Les parcs, les bibliothèques et les librairies 🙂

11. Le compliment le plus chouette que l’on pourrait te faire ?

« Tu m’a reboosté ! Je me sens beaucoup mieux » dixit’ un ancien collègue avec qui j’ai discuté un jour. Ne sous-estimez pas vos gestes ou vos paroles. Ils peuvent faire beaucoup de bien !

12. La personne avec qui tu pourrais rester des heures ?

ivvnnp

Mon chat,  est-ce que ça compte? 😀

13. Qu’est-ce qui te ferait plaisir actuellement ? (achat ou autre)

Un peu de soleil, ça ne me ferait pas de mal !

Je ne tague personne en particulier ! Si le coeur vous en dit , n’hésitez pas 🙂

Mon bel oranger

Aujourd’hui, je voudrais parler d’un livre jeunesse que je voulais lire depuis bien longtemps: Mon bel oranger de José Mauro de Vasconcelos

couv11800857

Résumé:

« Quand il sera grand, Zézé veut être « poète avec un noeud papillon… » Pour l’instant, c’est un petit brésilien de cinq ans qui découvre la vie. À la maison, c’est un vrai diablotin qui fait bêtises sur bêtises et reçoit de terribles fessées. À l’école au contraire, José est un « ange » au coeur d’or et à l’imagination débordante qui fait le bonheur de sa maîtresse tant il est doué et intelligent. Cependant, même pour un enfant gai et espiègle, la vie est parfois difficile dans une famille pauvre du Brésil. Alors, quand il est triste, Zézé se réfugie auprès de son ami, Minguinho, un petit pied d’oranges douces, à qui il confie tous ses secrets. »

Mon avis:

Un superbe classique ! Le genre de livre qui fait réfléchir sur notre condition, sur ce qui fait de nous des hommes et de l’innocence (loin d’être naïve) des enfants. Il aborde aussi un problème cruellement d’actualité: les parents sans emploi.

José, dit « Zézé », est un enfant de cinq ans, qui vit au Brésil. Il est doté d’une extraordinaire maturité et plénitude, usant de son intelligence avec laquelle il a déjà appris seul à lire.Issu d’une famille pauvre, son père est sans emploi, sa mère travaille dans une fabrique pour un salaire de misère. À l’exception de sa sœur aînée Gloria et de son petit frère Luís, ses nombreux frères et sœurs le battent car il enchaîne les bêtises. Zézé s’invente un monde imaginaire et fantaisiste dans lequel un petit pied d’oranges douces est son confident (l’arbre lui parle…).

Révolté contre le monde des adultes, il noue petit à petit des liens avec un homme surnommé « Portugâ », lequel, assez aisé financièrement, est ému de la détresse de l’enfant. L’amitié tourne à l’affection et dans une scène émouvante, Zézé demande à Portugâ de l’adopter, ce dernier refuse mais lui promet de veiller sur lui.

Malheureusement, un événement va les séparer définitivement et Zézé en devient malade…Parallèlement, son père, retrouve enfin un travail décent…mais ne regagne pas pour autant l’affection de son fils, car croyant bien faire, il a détruit son dernier pilier, son seul réconfort: son oranger

Un livre poignant sur l’enfance maltraitée, le manque de communication dans les familles et l’amitié qui n’est jamais là où on l’attend.

La fille Damnée (Cécile Corbel)

Dis moi combien, combien de deniers
Forgeron pour ferrer mon coursier
C’est cinq sols pour vous mon prince
Seulement cinq sols et un denier

J’entends chanter
J’entends chanter
La fille damnée
J’entends chanter
A la lune montante
J’entends l’oiseau chanter
Ma jolie, ma si jolie
File dans la nuit

Au premier fer que tu mettras
Mon bon père il va t’appeler
Au premier clou que tu poseras
Il va t’appeler mon père

J’entends chanter
J’entends chanter
La fille damnée
J’entends chanter
A la lune montante
J’entends l’oiseau chanter
Ma jolie ma si jolie
File dans la nuit

Qui est ce diable qui m’appelle, Père
Dis moi qui était sur le champ
C’est ta fille, ta chère fille Jeanne
Ta fille morte et enterrée

J’entends chanter
J’entends chanter
La fille damnée
J’entends chanter
A la lune montante
J’entends l’oiseau chanter
Ma jolie ma si jolie
File dans la nuit

Dis moi ma fille, qui t’a damnée
Là-bas, sur la lande et les blés
C’est cet homme, le long de la mer
Chaque jour, il venait me trouver

J’entends chanter
J’entends chanter
La fille damnée
J’entends chanter
A la lune montante
J’entends l’oiseau chanter
Ma jolie, ma si jolie
File dans la nuit

Prenez mon corps, ma bague et ma robe
Sous la lune, il faut les brûler
A la brume, vous jetterez mes cendres
Au vent, au vent, vous les jetterez

J’entends chanter
J’entends chanter
La fille damnée
J’entends chanter
A la lune montante
J’entends l’oiseau chanter
Ma jolie, ma si jolie
File dans la nuit

Troisième humanité tome 2: Les Micro-Humains

3eHvol2_600_

Résumé:

« Demain, l’espèce sera Plus petite Plus féminine Plus résistante Plus solidaire… A l’ère de la 3e Humanité, Que restera-t-il de nous ? Composée de chercheurs et de militaires, la société française Pygmée Prod commercialise les services d’une nouvelle race d’humains créée de toute pièce : les Emachs, des femmes et des hommes ne dépassant pas 17 cm. Ces êtres réduits servent sur la planète entière à diverses tâches : leur petite taille et la minutie de leurs gestes font des merveilles ; certains se sont même illustrés dans des actes héroïques. Tout pourrait continuer ainsi, si un fait divers sordide ne venait tout bouleverser. En Autriche, un adolescent se filme en train de torturer trois de ces Emachs. Sur internet, la vidéo fait un buzz. Le Dr Wells, à l’origine du projet, prend alors conscience que ses créatures ne sont pas considérées comme des êtres humains. Il milite activement pour que les grands de ce monde changent leur point de vue sur ces minis humains et leur donnent des droits. De leur coté, les Emachs prennent le maquis et entrent en résistance… »

Mon avis

Lentement, mais sûrement, je continue l’aventure ! Un an après les événements narrés dans Troisième Humanité, les humains de taille réduite, appelés Emachs, sont acceptées dans le monde. Leurs créateurs, David Wells, Aurore Kammerer, Natalia Ovitz, Nuç’xia et Penthésilée, gèrent la nouvelle population en louant les services des Emachs pour des interventions diverses nécessitant un travail de haute précision. Cependant, une affaire va poser la question du statut juridique et biologique de cette nouvelle espèce : est-ce une simple nouvelle race animale ou une véritable nouvelle humanité ?

Un débat houleux et controversé fait rage parmi les humains. Certains n’y voient qu’un ridicule cloporte technologique. D’autres comme une arme providentielle et discrète pour les trafics en tout genre…  Et ce, d’autant plus que les Micro-humains sont immunisés contre les radiations nucléaires ! Et leurs créateurs qui les voient comme la génération d’après, ce qui constitue un avenir tout tracés..  Comme tout peuple qui évolue, les Emachs veulent décider par elles- mêmes, loin de leurs Géants-créateurs. Seule 109, une des leurs, cherche à comprendre cette race de géants qui les ont créée…

Parallèlement, on suit les autres « candidats » au changement du monde: notamment le projet « Papillon des Étoiles » dont le livre existe réellement ! C’est une des particularité de Werber, croiser d’autres de ses oeuvres dans ses histoires. Il en fait un peu trop d’ailleurs et ces divagations, en plus des extraits historiques issus d’autres de ses livres, loin de rythmer le récit, le plombe davantage.

De son côté, la Terre, observe, calcule, ressent comme une vraie personne et ça, c’est vraiment ma partie préférée de ce roman ! Elle nous fait prendre conscience du mal qu’on lui fait subir en la maltraitant constamment. Mais aussi du danger de la surpopulation et de l’épuisement de nos ressources naturelles…

Un livre engagé donc, qui se lit non sans mal au vu de toutes les informations que l’auteur nous donne. Ça donne le vertige par moment ! J’avoue que je préfère quand Werber écrit des nouvelles ! C’est plus digeste ! 

 

 

 

 

Coup de coeur web-série: Carmilla

Et encore un coup de coeur web série! Et là, ça relève de l’exploit étant donné que que je n’ai jamais été fan de nos amis suceurs de sang !

c1

Laura Hollis, une jeune étudiante de province est admise à la Silas University.

Mais lorsque sa colocataire disparaît pour être remplacée sans son autorisation, ni explication, Laura se jure de découvrir ce qui est arrivée à son amie. Et ce, d’autant plus qu’elle n’est pas la première étudiante à disparaître.

C’est sans compter sur sa nouvelle colocataire, Carmilla, une jeune femme aussi belle qu’étrange qui se révèle être une vampire. Méfiante, Laura va dans un premier temps la « capturer » pour la faire parler. Mais tout n’est pas aussi simple…et les deux jeunes femmes se rapprochent dangereusement.

Basée sur le roman éponyme de J. Sheridan Le Fanu, cette web série canadienne remodernise et dynamise un classique, qui a inspiré le mythique Dracula, excusez du peu ! Décalée et ironique, l’histoire s’enchaîne très bien.  Nos deux héroïnes ont une jolie complicité qui m’a beaucoup plu !

Les autres personnages sont assez attachants et sympathiques ! Et pour une fois que l’héroïne ne tombe pas amoureuse d’un prof ou d’un quarterback ! C’est un bien agréable changement ! Bon, par contre, ne vous attendez pas à des scènes d’hémoglobine, il n’en a aucune. L’histoire est plus focalisée sur les relations entre les personnage et l’humour !

Une première saison très sympa, parfaite pour cette période de l’année !

Gatsby le magnifique (Baz Luhrmann)

C’est avec grand plaisir que j’ai (enfin!) visionné cette splendide adaptation du très bon roman de Francis Scott Fitzgerald (que je recommande chaudement au passage !)

e756efd58815ea233b2bb2632d9a60b235d3c2437851fd54ade7f24004d28f8896853fd446aebb0e45f4c106d5004e8egatsby-le-magnifique-character-poster-1

Résumé:

Printemps 1922. L’époque est propice au relâchement des mœurs, à l’essor du jazz et à l’enrichissement des contrebandiers d’alcool… Apprenti écrivain, Nick Carraway quitte la région du Middle-West pour s’installer à New York. Voulant sa part du rêve américain, il vit désormais entouré d’un mystérieux millionnaire, Jay Gatsby, qui s’étourdit en fêtes mondaines, et de sa cousine Daisy et de son mari volage, Tom Buchanan, issu de sang noble. C’est ainsi que Nick se retrouve au cœur du monde fascinant des milliardaires, de leurs illusions, de leurs amours et de leurs mensonges. Témoin privilégié de son temps, il se met à écrire une histoire où se mêlent des amours impossibles, des rêves d’absolu et des tragédies ravageuses et, chemin faisant, nous tend un miroir où se reflètent notre époque moderne et ses combats.

Mon avis:

Baz Luhrmann a su très judicieusement marier le faste des années 20 à la musique moderne, ce qui est une façon intéressante de rapprocher l’époque de Gatsby à notre propre époque ! Ça m’a rappelé l’impression de de modernité que j’ai eu en lisant le livre !

À travers les fêtes, le clinquant et les couleurs chatoyantes, la noirceur des desseins et l’hypocrisie aristocratique est d’autant plus frappante. Et au milieu de tout ça, Nick Carraway, un jeune ambitieux, un peu naïf, se retrouve voisin d’un mystérieux millionnaire, Jay Gatsby, sur lequel court les rumeurs les plus folles. 

Amis à l’écran comme dans la vie, Leonardo DiCaprio et Tobey Maguire, ont une bonne alchimie et j’ai trouvé la relation Nick/Gatsby plutôt bien exploitée.

Tobey a su montrer toute l’admiration candide de Nick. Et DiCaprio, incarne un Gatsby têtu, infantile et torturé par son amour pour la jolie Daisy, interprétée par la superbe Carey Mulligan (qui m’avait déjà bluffée dans « Never Let Me Go ! ») Tout deux forment un couple plaisant et charismatique qui n’a rien à envier à leur précédents interprètes !  

Dans le rôle de Tom Buchanan, on compte l’imposant Joel Edgerton, que j’ai trouvé très intéressant, à la fois inquiétant, hypocrite et bourru. 

Il y a aussi la très élégante Elizabeth Debicki, dans le rôle de Jordan Baker: son allure féline et longiligne m’a beaucoup plu, même si j’aurai souhaité son personnage plus exploité. Je l’imaginais plus vive, moins prétentieuse.

Quant à Carey Mulligan, c’est une Daisy pleine de douceur espiègle, mais aussi de doutes et prise entre deux feux, deux amours, deux destins. Moi qui n’ai pas aimé la Daisy du livre, j’ai pu voir grâce son interprétation une image plus subtile, moins agaçante…plus humaine en quelques sorte.

Visuellement parlant, c’est un vrai conte de fée moderne aux décors assez spectaculaires ! On en prend plein les mirettes et les oreilles ! Ce film est un feu d’artifice visuel, qui pétille comme du champagne ! 

Enfin, il faut reconnaître que la bande originale est une vraie tuerie ! Que du beau monde:The xx, Lana Del Rey, Florence + The Machine… Un choix éclectique et audacieux, qui, selon moi donne toute la dimension moderne du roman d’origine !

Bref, une très bonne adaptation, colorée et moderne ! Ça m’a donné envie de relire le livre !