DVD du week-end: Bride & Prejudice

Pour ce week-end, j’ai décidé de parler d’une adaptation aussi inattendue que sous-estimée: Bride & Prejudice réalisé par Gurinder Chadha, (de qui on doit Joue la comme Beckham) sorti le 6 octobre 2004.

83623

résumé:

Mme Bakshi n’a qu’une seule idée en tête : marier ses quatre filles – Jaya, Lalita, Maya et Lakhi. Comme toute mère, Mme Bakshi est exigeante : son futur gendre se doit d’être indien et surtout… riche. Quand William Darcy voit Lalita à une réception fastueuse où son meilleur ami Balraj Bingley rencontre Jaya, la sœur aînée de Lalita, il n’a d’yeux que pour elle. Mais pas elle. Elle le trouve prétentieux, vaniteux, arrogant et surtout, plein de mépris pour l’Inde et ses coutumes, ce que ne supporte pas Lalita, très fière de son pays. Rien à voir avec ce jeune anglais, Johnny Wickham, rencontré sur une plage de Goa et qu’elle invite à venir à Amritsar. Il se révèle être un ennemi intime de Darcy et n’hésite pas à noircir son caractère déjà peu resplendissant pour Lalita. Entre temps, survient un Indien qui a réussi en Amérique, M. Kohli, ridicule et d’un manque de classe patent, qui vient chercher une épouse indienne au pays. Tenant tête à sa mère, Lalita le refuse avec le soutien de son père, puis apprend que son amie Chandra l’a accepté. Mais Balraj Bingley est reparti à Londres et Jaya attend en vain de ses nouvelles. La famille Bakshi, invitée au mariage de Chandra, qui doit avoir lieu à Los Angeles, fait étape à Londres, mais y rencontre seulement Kiran Bingley. Cependant Lakhi y croise Wickham et Darcy rentre aux États-Unis par le même avion qu’eux. Finalement Lalita découvre que Wickham n’est pas digne de confiance et que Darcy, par amour pour elle, est prêt à respecter les coutumes indiennes.

Mon avis:

Déjà, j’ai adoré l’idée: transposer le roman de Jane Austen Orgueil et Préjugés dans l’Inde contemporaine, mêlant la tradition du film britannique avec les codes de Bollywood. Les couleurs sont superbes, et l’histoire est modernisée avec intelligence. Le parallèle culturel entre le xixe siècle britannique et le xxie siècle indien concernant le mariage arrangé est un pari audacieux qu’il faut saluer. La construction du film est également très bien vue.

Le film est en effet divisé en deux grandes parties : l’une montrant des occidentaux plongé dans l’Inde traditionnelle (Amritsar et Goa) et l’autre montrant la famille indienne plongée dans l’Occident (Londres et Los Angeles). J’ai aimé cette façon de plonger dans le monde (culturel) de l’autre pour sortir de ses à priori…

Si l’intrigue suit ouvertement celle du roman d’origine, le sujet du film pose plus un message de métissage culturel, avec une satire sociale autant du côté américain (le côté matérialiste) que du côté indien (le côté sexiste). Et ça,il fallait oser ! Le casting est plutôt agréable, même si je n’aurais pas spécialement choisi Aishwarya Rai dans le rôle l’alter ego de Lizzie ! En revancheMartin Henderson en Darcy est tout à fait crédible ! 

Une comédie surprenante et pétillante, très agréable à visionner !

Publicités

7 réflexions au sujet de « DVD du week-end: Bride & Prejudice »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s