Le fantôme de l’Opéra (Gaston Leroux)

d201e5dc72e5e2648d16cdff0a5b3ede

Ce livre traînait dans ma PAL depuis pas mal de temps! Un grand classique de la littérature que j’ai pris plaisir à redécouvrir !

Résumé:

Des évènements étranges ont lieu à l’Opéra : le grand lustre s’effondre pendant une représentation, un machiniste est retrouvé pendu. La direction doit se rendre à l’évidence : un fantôme ou un homme machiavélique hante le théâtre. Certains affirment avoir vu le visage déformé de cet être qui ne semblerait pas être humain. Peu après, les directeurs de l’Opéra se voient réclamer 20 000 francs par mois de la part d’un certain « Fantôme de l’Opéra » qui exige aussi que la loge numéro 5 lui soit réservée.

18400051.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

adaptation ciné de 2004

Au même moment, une jeune chanteuse orpheline nommée Christine Daaé, recueillie par la femme de son professeur de chant, est appelée à remplacer une diva malade. Elle incarne une Marguerite éblouissante dans Faust de Gounod. Or, elle est effrayée. Au vicomte Raoul de Chagny, qui est secrètement amoureux d’elle, elle confesse une incroyable histoire. La nuit, une voix mélodieuse l’appelle : elle entend son nom et cela lui suffit pour inspirer son chant. En outre, l’ange de la musique visite fréquemment sa loge. Elle affirme avoir entrevu l’être qui l’accompagne dans son art. Mais Raoul et Christine ne tardent pas à découvrir que cette voix est celle du fameux fantôme, Erik, un être au visage hideux. Ancien prestidigitateur, il s’est réfugié dans son royaume souterrain, sous l’Opéra, pour y composer une œuvre lyrique. Passionnément épris de la jeune Christine, il l’enlève et l’emprisonne dans son repaire des sombres profondeurs.

Mon avis:

Le roman est inspiré par une histoire d’amour de l’ancien opéra et par des rumeurs qui ont couru sur de soi-disant mystères provenant des dédales souterrains de l’Opéra Garnier à Paris dans la deuxième moitié du xixe siècle et de l’incendie, très réel celui-là, du Bazar de la Charité le 4 mai 1897. L’histoire de Christine m’a fascinée: baignant dans la musique depuis son enfance, elle est persuadée que le Fantôme est l’Ange de la Musique, que son père lui a envoyé après sa mort. Il faudra toute la ténacité de Raoul pour lui ouvrir les yeux. Raoul est un jeune homme distingué, un brin efféminé, dont l’amour qu’il éprouve pour son amie d’enfance lui fait passer par beaucoup d’émotions contradictoires. Il faut dire que le comportement de cette dernière a de quoi dérouter ! Quant à Érik, il est aussi torturé que déroutant. Artiste déchu et amer, il voit en Christine sa rédemption, un espoir insensé et lui voue un amour exclusif et destructeur. C’est un personnage très cynique, passionné et romantique mais surtout d’une grande solitude. 

Un joli classique, donc, qui a fait l’objet de beaucoup d’adaptations et de clin d’oeil (le film V pour Vendetta y fait notamment une jolie référence !) En tout cas, sur cette photo, il y a une certaine ressemblance ! 

V-for-Vendetta-Promotional-Photoshoot-v-for-vendetta-23479133-407-550

 

Publicités

4 réflexions au sujet de « Le fantôme de l’Opéra (Gaston Leroux) »

  1. Je suis ravie de lire que ce roman de Gaston Leroux t’ait plu… Je trouve qu’il fait partie de ces oeuvres que l’on n’oublie pas… Et puis, il y a eu tant d’adaptations, dont celle de 1925 qui est sans doute la plus respectueuse de l’histoire originale, et le téléfilm de 1990 avec Charles Dance qui est la plus romantique, puis enfin le film tiré de la comédie musicale, qui délicieusement excentrique et baroque… !
    Il est vrai que l’histoire s’inspire de nombreuses rumeurs, mais aussi de faits tout à fait avérés, comme tu le soulignes. Le lac souterrain mentionné dans le roman, par exemple, existe bel et bien, puisque le bâtiment a été construit dessus… Et puis, comme dans tout édifice qui se respecte, il y a toujours des histoires de fantôme, que Gaston Leroux a recueilli, puis adapté dans son roman. L’Opéra Garnier continue d’ailleurs à s’amuser de ces légendes, tout en les entretenant. Il n’y a pas longtemps, le JT de France 2 avait consacré un petit reportage à la légende du Fantôme, que le directeur de l’Opéra racontait d’un air mi-sérieux, mi-amusé, qui était charmant à voir… !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s