Dvd du week end: Time out

Ça faisait une éternité que je voulais voir ce film ! 

912Eq8JrFyL._SL1500_

Résumé:

En 2070, dans le ghetto de Dayton, Will Salas et sa mère vivent au jour le jour, afin de gagner du temps… littéralement. Le temps est la nouvelle unité monétaire mondiale, payant factures, péages, denrées alimentaires ou biens de consommation depuis que l’être humain a été génétiquement modifié afin de ne plus vieillir après l’âge de 25 ans. À partir de cet âge, un compteur intégré à l’avant-bras de chacun, crédité d’une année, se met en marche : s’il tombe à zéro, l’individu meurt. Ce compteur est rechargeable au moyen d’appareils se plaquant sur le bras ou par apposition d’un bras sur le bras d’un autre, permettant un transfert. On gagne du temps sur ce compteur de bien des manières : par son travail, par la solidarité entre amis ou au sein de la famille, en volant dans le compteur d’un autre, par le jeu, par la charité, etc…

Quand Will Salas sauve la vie d’Henry Hamilton, un homme ayant une fortune de plusieurs millénaires, mais n’ayant qu’un siècle au compteur sur lui, Hamilton lui offre cette durée de vie avant de se suicider. Will Salas n’aura pas le temps de faire profiter sa mère de ce cadeau inespéré, cette dernière mourant après n’avoir pu se payer le bus. Will Salas part alors pour la zone de New Greenwich, où les habitants sont nantis de centaines d’années au compteur, contrastant avec le ghetto où une semaine fait de quelqu’un une personne « riche ». Les zones des riches ne sont accessibles que par des péages en temps coûteux, hors d’atteinte des habitants des ghettos.

Amanda Seyfried dans le rôle de Sylvia:  un registre très différent des films romantiques où elle apparaît habituellement !

Après une partie de poker dans un casino prestigieux où il gagne près d’un millénaire contre Philippe Weis, propriétaire d’une banque de temps et milliardaire en années, il se fait inviter à une soirée chez ce dernier. Il y fait connaissance de Sylvia Weis, sa fille, avant d’être rejoint par des gardiens du temps. Ces derniers agissent comme une police pour réguler les crimes concernant le temps possédé par chacun. Raymond Léon, leur chef, le suspecte d’avoir assassiné Henry Hamilton pour lui voler son siècle de vie. Will prend alors Sylvia en otage pour s’échapper. Elle devient ensuite sa complice pour cambrioler les « banques » de son père, qui stockent des fortunes en appareils de recharge de temps, temps qu’ils vont ensuite distribuer à des pauvres. Mais Raymond Léon les poursuit sans pitié.

Mon avis:

Si je ne suis pas spécialement une groupie de l’artiste, je dois reconnaître que Justin Timberlake se défend très bien en tant qu’acteur ! Dans ce film, il interprète Will Salas, une sorte de Robin des Bois du futur, qui vole aux riches pour donner aux pauvres. Mais il ne vole pas d’argent. Il vole du Temps. Dans son monde, les humains cessent de vieillir à l’âge de 25 ans. Après, c’est la course contre la montre, littéralement: ayant un compte-à rebours, genre bombe à retardement sur l’avant-bras, ils gagnent et dépensent  par unité de temps de vie. D’un côté, il y a les gens du ghetto, comme Will, qui vivent au jour le jour dans la peur de leur mort prochaine. Et de l’autre, il y a les riches, qui disposent de tellement de Temps qu’ils ne savent qu’en faire. Si Will est bien dérouté lorsqu’un de ces « riches » lui donne son Temps avant de se suicider, c’est la mort de sa mère qui lui donne le déclic pour changer le cours des choses !  Quant à Silvia Weis (Amanda Seyfrield, surprenante !), elle est la fille d’un riche banquier (de temps) qui étouffe dans sa famille étriquée. Sa rencontre avec Will lui ouvre les portes vers le monde extérieur et surtout, lui permet de donner un sens à sa vie morne.  Mais en donnant du temps aux pauvres, ils dérèglent tout un système…et tant mieux ! Car pour les deux jeunes gens, l’humanité n’est pas faite pour être immortelle.

Un conte futuriste sur cette fascination de l’homme pour l’immortalité mais aussi le revers de cette dernière: l’ennui, voir le monde mourir autour de soi… J’ai trouvé qu’il y avait un certain équilibre, dans le sens où rien n’est tout blanc ou tout noir, dans les deux camps. Côté casting, il y a du beau monde: Cillian Murphy, impeccable de froideur en gardien du Temps, Olivia Wilde (Cow-boy & Envahisseurs) dans le rôle de la mère de Will ou encore Johnny Galecki de Big Bang Theory dans le rôle du meilleur ami ! C’est cependant Alex Pettyfer qui m’a le plus surprise ! Je ne m’attendais pas du tout à le voir en méchant ! Sans en faire des tonnes, il a su être assez crédible ! Le couple Justin/Amanda fait des étincelles mais la fin, trop ouverte, du film  m’a un peu laissée sur ma faim…

Mais ça reste un très bon divertissement, efficace avec une histoire novatrice et un univers déroutant ! À voir donc, même si je reste fidèle à Bienvenue à Gattaca, que j’ai envie de revoir, pour le coup !

Publicités

7 réflexions au sujet de « Dvd du week end: Time out »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s