Just Kids

Aujourd’hui j’avais envie de vous parler du livre que j’ai emporté dans mes bagages durant mes vacances: Just Kids de Patti Smith

smith-just-kids-cov_147859c1

Résumé:

C’était l’été où Coltrane est mort, l’été de l’amour et des émeutes, l’été où une rencontre fortuite à Brooklyn a guidé deux jeunes gens sur la voie de l’art, de la ténacité et de l’apprentissage. Patti Smith deviendrait poète et performeuse, et Robert Mapplethorpe, au style très provocateur, se dirigerait vers la photographie. Liés par une même innocence et un même enthousiasme, ils traversent la ville de Brooklyn à Coney Island, de la 42e Rue à la célèbre table ronde du Max’s Kansas City, où siège la cour d’Andy Warhol. En 1969, le couple élit domicile au Chelsea Hotel et intègre bientôt une communauté de vedettes et d’inconnues, artistes influents de l’époque et marginaux hauts en couleur. C’est une époque d’intense lucidité, les univers de la poésie, du rock and roll, de l’art et du sexe explosent et s’entrechoquent. Immergés dans ce milieu, deux gamins font le pacte de toujours prendre soin l’un de l’autre. Romantiques, engagés dans leur pratique artistique, nourris de rêves et d’ambitions, ils se soutiennenet et se donnent confiance pendant les années de vache maigre. Just Kids commence comme une histoire d’amour et finit comme une élégie, brossant un inoubliable instantané du New York des années 60-70, de ses riches et de ses pauvres, de ses paumés et de ses provocateurs. Véritable conte, il retrace l’ascension de deux jeunes artistes, tel un prélude à leur réussite.

Mon avis:

J’ai juste dévoré ce livre de bout en bout, complêtement fascinée. Patti Smith nous offre bien plus qu’une biographie: c’est une totale immersion dans une époque intense et troublée. J’ai aimé sa gouaille, son physique androgyne. J’ai adoré son parcours, en tant qu’artiste mais surtout en tant que femme: tantôt calme et posée, tantôt rebelle et caustique. Elle a ses moments de faiblesses et de doute, comme de beau moments d’inspiration… J’ai surtout  adoré  son anti-conformisme et son amour de l’Art sous toutes ses formes, mêmes les plus étranges.. 

Robert Mapplethorpe par contre, m’a laissée sur un certain malaise. Lunatique, torturé, je ne sais pas trop sur quel pied danser avec lui. Sa façon de passer d’un extrême à un autre m’a beaucoup agacée par moment ! Mais le lien, tant artistique qu’affectif, qu’il partage avec Patti est la plus belle réussite de ce livre. J’ai été très touchée parce que c’est une histoire d’amour qui sort réellement des sentiers battus, ni « sursexualisée » , ni guimauve. J’ai d’ailleurs été surprise par la sobriété de l’écriture. Patti Smith est une femme cultivée et passionnée, qui m’a laissée pleine d’admiration.  

Un livre surprenant !

Publicités

2 réflexions au sujet de « Just Kids »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s