Job Hunters: meilleur que Hunger Games !

C’est officiel, l’année 2013 est l’âge d’or des Webséries ! Là ou le public n’en a que pour la saga dystopique Hunger Games, j’ai, de mon côté craqué sur la web-série Job Hunters:

Dans un futur proche, les nouveaux diplômés sont enfermés dans une maison ultra-sophistiquée où les candidats doivent se battre jusqu’à la mort… pour décrocher le poste convoité dans la société  MAEWIN corporation, où leur carrière serait assurée.  Il y a en tout 20% de chances pour qu’un candidat soit accepté! C’est aussi une façon pour le gouvernement de réguler la population !

job_hunters_promo

Si, comme dans Hunger Games, la mission principale est de survivre, l’aspect malsain façon télé-réalité macabre est bien plus vicieuse ! Comme par exemple, désactiver le système de sécurité pendant une dizaine de minutes pour laisser les candidats « s’éliminer » entre eux !!! L’humour est féroce et la critique sous-jacente de la recherche d’emploi à peine voilée ! Les personnages sont également intéressants avec une alternance de plans dans la maison et des « souvenirs » de leur vies d’avant, un peu comme dans Lost ! J’ai regardé les six premiers épisodes de la première saison et j’ai trouvé cette web-série aussi jubilatoire que terrifiante ! Entre Max, le geek à tête de psychopathe, Avery, la fille populaire mais un brin schizophrène (dans ses moments de grande panique elle n’hésite pas à demander de l’aide… au grille-pain de la cuisine !) Devon Monroe, le médecin pas si calme que ça, qui teste ses mixtures par injections, (ce qui du coup, lui fait voir des licornes 0_o), Paige, la photographe prudente dont la famille a été décimée (par le dernier « recrutement »?) qui cache son arme sous son oreiller et enfin Tiffany, la « pétasse » qui veut devenir populaire et essaie désespérément de se faire des amies ! Les personnages secondaires sont également intriguants comme ce mercenaire qui en veut personnellement à Max… 

Bref, c’est noir, trash et drôle ! La deuxième saison est déjà en cours de tournage et j’ai hâte de la visionner ! La première saison est disponible sur YouTube et c’est ici !

Publicités

Une rose pour Epona

Et voici une chanson folk-métal celtique du groupe Eluveitie: A Rose For Epona. Un clip magnifique et une certaine recherche historique aussi ! 

Do you feel the thorns? 
Est ce que vous sentez les épines?
Do you see the tears? 
Est que vous voyez les larmes?
Do you see the blood 
Est que vous voyez le sang
Shed in this fell war? 
Versé dans cette guerre
Have you forsaken us?
Vous nous avez abandonnés
Have you forgotten our 
Avez-vous oublié nos
Faithful men calling your name? 
Hommes fidèles qui appellent votre nom?

While I stand before you 
Alors que je suis devant vous
While we perish 
Alors que nous périssons
While I lay down a crimson rose 
Alors que je donne une rose rouge
While holding hands are forced apart 
Alors que les mains dans les mains sont écartées
While hopes bog like condemned men
Tandis que les espoirs s’enliser comme des hommes condamnés

Were you there? 
Vous y étiez?

The sky is falling on me 
Le ciel tombe sur moi
As your hand’s turning old and weak 
Comme vos mains deviennent vieilles et faibles
I’m giving myself up to thee
Je me donne à toi
A futile sacrifice gone sere
Un sacrifice inutile devient morne

(Falling on me) 
(Tombe sur moi)

In your nemeton
Dans votre nemeton 
These grey stone walls
Ces murs de pierre grise
Are cold and silent 
Sont froid et silencieux
As the fallen
Comme les soldats décédés
Mother gone deaf 
La Mère est devenue sourde
Mistress of shattered hopes 
Maîtresse des espoirs brisés
And forever broken dreams
Et les rêves brisés à jamais

Were you there? 
Vous y étiez?

The sky is falling on me 
Le ciel tombe sur moi
As your hand’s turning old and weak 
Comme vos mains deviennent vieilles et faibles
I’m giving myself up to thee
Je me donne à toi
A futile sacrifice gone sere
Un sacrifice inutile devient morne

Sacrifice 
Sacrifice 
(Epo, epo, why hast thou forsaken me?) 
(Epo, epo, pourquoi m’as-tu abandonnée?)
Together we go unsung 
Ensemble nous devenons méconnus
Sere
desséchés
(Into thy hand I commend my spirit)
(Dans ta main je remets mon esprit) 
Together we go down with our people
Ensemble, nous descendons avec notre peuple

Were you there? 
Vous y étiez?
Were you there? 
Vous y étiez?

The sky is falling on me 
Le ciel tombe sur moi
As your hand’s turning old and weak 
Comme vos mains deviennent vieilles et faibles
I’m giving myself up to thee
Je me donne à toi
A futile sacrifice gone sere
Un sacrifice inutile devient morne

(Falling on me) 
(Tombe sur moi)

Nemeton: Le mot gaulois nemeton ou nemeto- désigne le sanctuaire, le lieu spécifique dans lequel les Celtes pratiquaient leur culte, sous la direction des druides

Épona ou Epone était une déesse majeure de la mythologie celtique gauloise dont le culte est attesté en Gaule par des sources gallo-romaines.

Épona est associée au cheval, animal emblématique de l’aristocratie militaire gauloise, dont les expéditions ont entraîné la diffusion de son culte.

Épona a pour équivalent Rhiannon chez les Celtes du Pays de Galles et Macha chez ceux d’Irlande. Son culte cavalier a été accepté globalement par la civilisation romaine, adoratrice des eaux et des chevaux. Représentée par une jument et une corne d’abondance, celle-ci parfois remplacée par une corbeille de fruits, elle est la grande déesse cavalière ou déesse jument, une émanation de déesse-mère, célibataire, mobile et pourvoyeuse des âmes, qui orchestre le passage du monde des vivants au monde des morts. Ses offrandes était des roses…

Séquence nostalgie: Daria

Ha ! Daria ! mon idole d’adolescence, le premier personnage féminin auquel je me suis totalement identifiée ! Il était donc indispensable que je consacre un billet sur cette super série !!!

daria

Contrairement à ce que je croyais au départ, ce n’est pas une série originale mais un spin off !!! À l’origine, Daria était un personnage secondaire de Beavis et Butt-Head:  Un dessin animé aussi culte que trash où deux amis refaisaient le monde à coup de rire idiots, de slip sur la tête et de pets ! La série, qui a connu un véritable succès, fait désormais partie des archives de MTVVoici donc le premier look de Daria ! Et oui: elle n’avait pas encore sa cultisime veste verte !

Quant à la série Daria, celle-ci a d’abord été diffusée sur le réseau MTV entre le 3 mars 1997 et le 21 janvier 2002. Et débarque enfin en France sur Canal+ à partir du 4 février 1998.

daria-cast mar24

Résumé:

Cette série met en scène Daria Morgendorffer, une lycéenne à l’humour sarcastique, dont la vie est vouée à la marginalisation. Sa mère, Helen, est une avocate carriériste qui consacre plus de temps à ses affaires en cours qu’à ses enfants. Elle est le type de mère qui pense être parfaite. Son père, Jake, traumatisé par une enfance rude, a les nerfs fragiles et manque d’adaptation au monde qui l’entoure, bien qu’il fasse des efforts pour tenter de devenir un père exemplaire et dévoué. Sa sœur cadette, Quinn, est une jeune fille superficielle qui passe son temps avec le club de mode et les revues pour midinettes. Daria trouve du réconfort auprès de sa meilleure amie Jane avec qui elle partage une vision du monde très proche. Jane est la fille d’un couple de hippies rescapé des années 70. Une autre spécificité de cette série est son émission Sick Sad World (Triste Monde Tragique en vf), une émission télé trash et riddicule qui mettait en avant le pire de l’humanité !

66fa49eb80790e3fdbcd78dd4cd25e1f

Mon avis:

Que dire ? Cette série est juste culte pour moi ! Enfin, une série américaine qui montrait une ado aux ambitions autres que les garçons ou les bals de promo ! Et les personnages secondaires étaient tout aussi géniaux ! De Timothy O’Neill, le prof de littérature niais et sans aucun charisme à Trent, le frère rockeur de Jane Lane, qui a été un de mes premiers crush ! J’aurais vraiment voulu que Daria se mette avec lui !!!!! J’aimais bien Andréa aussi, une ado gothique, dont j’aurais voulu au moins un épisode la concernant ! Ce personnage m’intriguait beaucoup ! Sans parler de tous les autres: Brittany, la pom-pom girl pas si cruche que ça, le père de Daria au bord de la crise de nerfs, le quaterback sans cervelle…Chaque personnage avait sa particulartité, son caractère. Et ce que j’aimais beaucoup, c’est que le plus souvent, les élèves avaient un comportement plus mature que les adultes !

Malheureusement, aucun DVD n’est jamais sorti en France ! C’est d’autant plus dommage que le doublage français était particulièrement soigné et très proche de l’original ! Cette série est composée de soixante-cinq épisodes de vingt-deux minutes, répartis en cinq saisons de treize épisodes. À cela, s’ajoute un long métrage de soixante-douze minutes, Vivement la rentrée, entre les saisons quatre et cinq et un autre de soixante-six minutes, Adieu le lycée, après la cinquième saison. Enfin, il existe un épisode pilote de cinq minutes, tourné à partir de storyboards noir et blanc et jamais diffusé.

Générique entier d’un groupe de rock féminin appelé Splendora et leur morceau You’re Standing On My Neck

Les vrais bonheurs

numérisation0001

Résumé :

J’ai toujours pensé que la beauté du monde était destinée à nous faire oublier la brièveté tragique de nos vies. Peut-être un cadeau de Dieu, s’il existe, comme je l’espère. Mais nous n’en sommes pas conscients, hélas ! Non seulement nous infligeons à la terre qui nous porte les pires blessures, mais nous ne savons plus voir à quel point elle est belle. Et pourtant, le monde vit. Auprès de nous. Sans nous ou avec nous. Regardez-le ! Ecoutez-le ! Il est source de bonheur…
Christian Signol.

Mon avis:

Et voici un livre que j’aime beaucoup ! Qu’est-ce que les vrais bonheurs ? Par ce petit recueil, entre souvenirs d’enfance et zénitude de terroir, Christian Signol ne donne qu’une envie: celle d’éteindre la télé, radio et ordi pour retourner dans la nature. Il invite aux plaisirs les plus simples et en même temps les plus nobles: regarder le ciel, aprécier la beauté de chaque saison, faire un feu de cheminée, se balader en forêt… Un livre qui se picore au fil des saisons, et que, pour ma part, j’emmène souvent avec moi en voyage ! Et la couverture de cette édition poche est vraiment apaisante, je trouve ! Un ouvrage court, poétique et nostalgique que je conseille à ceux qui veulent découvrir Signol sans commencer par de longues sagas paysannes ! Ici, il n’y a pas vraiment d’histoire, juste des souvenirs dont les chapitres sont répertorié par thème: le ciel, le feu, les arbres, les premiers gels, la mer… Idéal en lecture d’automne ! 

Couple alternatif: Sarah Page/ Connor Temple

Comme vous le savez, j’adore la série Primeval.

Je suis habituellement une inconditionnelle du couple Connor/Abby... mais l’idée d’un Connor/Sarah est très intéressante ! Sans être amoureux, ils avaient une certaine connexion tout les deux qui aurait gagné à être approfondie ! Je regrette que Sarah ne soit restée que deux saisons ! Ni garçon manqué comme Abby, ni femme fatale comme Jenny, elle avait une présence discrète que j’aimais beaucoup ! La façon dont elle a veillé sur Connor après la mort de son mentor, ma particulièrement touchée !Laila Rouass est une actrice magnifique ! Et une fois de plus, c’est un couple femme de couleur/homme blanc ! Va faloir que j’analyse ça !!! LOL

Montage: thetrueparadisecity

Musique: Running Up that Hill (version Placebo)

Dvd du week end: Cowboys & Envahisseurs

cowboys-envahisseurs-dvd-fr-3d

Pour ce week-end, j’avais envie d’un blockbuster de science-fiction ! Et je dois dire que j’ai vraiment adoré celui-là ! Un bon film-à-popcorn comme je le les aime !

Résumé (Allociné): 

Arizona, 1873. Un homme qui a perdu tout souvenir de son passé se retrouve à Absolution, petite ville austère perdue en plein désert. Le seul indice relatif à son histoire est un mystérieux bracelet qui enserre son poignet. Alors que la ville est sous l’emprise du terrible colonel Dolarhyde, les habitants d’Absolution vont être confrontés à une menace bien plus inquiétante, venue d’ailleurs…

Mon avis:

Même s’il ne révolutionne pas le genre, Cowboys & Envahisseurs a plusieurs mérites: Une esthétique parfaite tout d’abord. Les décors sont grandioses ! Et les effets spéciaux des extra-terrestres rendent un magnifique hommage aux classiques du genre, Alien et Rencontre du Troisième Type en tête. Enfin, l’histoire ne se borne pas à une simple gué-guerre Terrien/Alien. Chaque personnage suit un vrai parcours initiatique: de Daniel Craig, très charismatique en cow-boy amnésique, à Harisson Ford, génial en Colonel fatigué et déçu par sa tête-à-claque de fils, qui prend un petit garçon sous son aile ! Son personnage rude et bourru lui va à merveille ! Dans les personnages secondaires, j’ai aussi aimé  Sam Rockwell, dans le rôle d’un barman timide et nerveux, qui prend de de l’assurance et est près à changer son comportement pour sauver sa femme.  Olivia Wilde m’a surprise par sa sobriété: ni donzelle en détresse ni casse-cou, son personnage observe plus qu’il ne parle, ce qui m’a beaucoup plu ! Son rôle est déterminant dans l’histoire ! Il y a beaucoup d’action un brin d’humour, et des décisions importantes, comme s’allier aux Indiens pour être plus nombreux face à l’ennemi, je dois dire que l’idée était géniale ! 

Bref, Cowboy & Envahisseurs est un film que je conseille, si vous aimez l’action, les effets spéciaux et les mélanges des genres (à priori) improbables !