Le DVD du week end: Dorian Gray

J’en avais parlé il y a un moment, il était grand temps que je fasse une critique en bonne et due forme. Et si vous êtes fan d’Oscar Wilde, ce film a sûrement dû vous décevoir. Ou du moins, vous dérouter. En effet, cette adaptation est loin d’être une copie conforme. Mais je dois dire, que Ben Barnes s’en est plutôt bien tiré. Son Dorian est séduisant, paumé et influençable. Il a su montrer une image plus torturée que cruelle à son personnage. Car c’est surtout ça, à mon avis, le message de ce film: le danger de tout prendre au pied de la lettre, de se lier à des personnes fourbes. La sexualité est nettement plus montrée, mais pour moi, ce n’est pas un tort: le film ne fait que dire crûment se qui n’est que suggéré dans le livre. J’ai adoré Rachel Hurd-Wood, qui a fait une Sybil Vane particulièrement troublante et pleine de douceur. Ainsi que Ben Chaplin, qui campe un Bazil très touchant. Mais je n’ai accroché ni à Rebecca Hall (Emily Wotton), que j’ai trouvée assez fade, ni à Colin Firth, qui m’a passablement énervée. Je ne sais pas, je m’attendais à un personnage plus mordant, plus vicieux. Mais c’est surtout son arrogance et son ironie qui prédomine son personnage. Je pense qu’il ne faut vraiment pas mettre les 2 oeuvres dans le même panier, sinon, le débat risque d’être long! Par contre, là où je suis d’accord, c’est que la fin fait retomber tout le film comme un soufflé ! Vraiment dommage. Bref, pas un chef d’oeuvre, mais pas déplaisant non plus.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s