Belles femmes, final round: la beauté intérieure

Je termine mon dossier sur une note plus sensible avec les femmes qui m’ont marquée par leur « beauté d’âme » plus que par leur physique. Parce qu’une jolie frimousse n’est pas tout dans la vie. Voici ma sélection « Beauté Intérieure ».

Alexandra David-Néel: quel incroyable parcours! Une ténacité et une intelligence hors du commun: je suis actuellement en train de lire Voyage d’une Parisienne à Lhassa et j’en suis toute chamboulée, émerveillée, impressionnée par sa force. Une force non seulement physique, mais aussi psychologique et spirituelle. Pensez donc: la première femme occidentale à s’être rendu à Lhassa, le Tibet interdit.  Plus qu’une ville, un monde à part, complètement fermé aux occidentaux! Il lui aura fallu 8 mois de marche épuisante, dans le froid, les chemins escarpés, le plus souvent de nuit, et le tout, sous l’apparence d’une mendiante ! Un incroyable pèlerinage, plein de rebondissements et de spiritualité.


Brooke Fraser. Une chanteuse qui n’est pas qu’un joli visage. Elle a participé à un très beau projet: donner de l’eau potable en Éthiopie ! Et d’ailleurs, lors de son anniversaire, elle a préféré que ses fans offrent un don à l’association Charitty Water, plutôt que des choses futiles ! En plus, sa musique est super! There’s something in the water me donne vraiment de l’optimisme à revendre ! J’ai bien envie d’écouter son album! Très belle surprise musicale et humaine. On n’a pas fini d’entendre parler d’elle ! Rien à voir, mais sur cette photo, elle me fait penser à l’actrice Anne Hattaway…



Ani choying Drolma. Là encore, un parcours extraordinaire. Pour ceux qui ne me lisent que depuis peu, sa biographie, Ma voix pour la liberté fait désormais partie de mes livres de chevet. Une voix magnifique et une grande force d’âme et de compassion.  Elle a même fini par voir quelque chose de positif dans son enfance difficile. Si elle n’avait pas été malheureuse, elle n’aurait peut-être jamais eu le courage de se rebeller et de changer l’ordre des choses. Une leçon de courage et de dignité.  

Emmanuelle Laborit: j’ai vraiment un très grand respect pour cette femme. Elle fait partie de mes rares modèles français. Non pas, parce qu’elle a été la première comédienne sourde à recevoir un Molière, mais parce qu’elle se bat constamment contre nos préjugés d’entendants. Nous ne savons pas ce qu’est le silence, le vrai, le perpétuel. Il y a toujours quelque chose: le vent, les voitures, un oiseau qui passe… Lorsque nous avons à faire au silence, nos oreilles résonnent, parce qu’elles ne sont plus habituées. Je ferai très prochainement une critique sur son livre, le cri de la mouette que je voulais lire depuis longtemps !

Et enfin, je termine avec Zlata Filipovic,pour son témoignage de la guerre de Sarajevo (Le journal de Zlata aux éditions Pocket).  Son journal est simple et brut, les textes courts. Ce qui m’a d’ailleurs d’autant plus touchée. Zlata ne tourne pas autours du pot. Elle crie et pleure de colère, de chagrin, d’incompréhension surtout. Aujourd’hui journaliste, Zlata a publié un autre livre de témoignage: Paroles d’enfants dans la guerre. Parce que les enfants sont les premières victimes. Et que les blessures les plus graves ne sont pas forcément les plus visibles. Là aussi, une leçon de courage. Et il en faut pour oser témoigner.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s