Mélancolie bleue

Je voulais juste mettre cette magnifique vidéo qui correspond totalement à mon humeur du moment. J’adore les couleurs

Publicités

La mécanique du coeur

Edimbourg, 1874. Le jour le plus froid du monde. Un petit garçon, Jack, naît avec le coeur gelé au sens propre du terme. Pour le sauver,  la sage-femme, le docteur Madeleine, lui greffe une horloge à la place. Et le met en garde: « ne touche pas à tes aiguilles, deuxièmement, maîtrise ta colère, et troisièmement, ne jamais, jamais tomber amoureux. Car alors, pour toujours , à l’horloge de ton coeur, la grande aiguille transpersera ta peau, tes os exploseront, et la mécanique du coeur sera brisée de nouveau ». Mais le destin en décide autrement et Jack tombe amoureux d’une jolie chanteuse des rues: Miss Accacia…

Quelle petite merveille ce livre ! Profond, tendre et sombre, avec des clin d’oeil à Edward aux mains d’argent, Pinnoccio et l’étrange Noel de Monsieur Jack! C’est un joli conte sur les différentes facettes de l’Amour: la passion, le romantisme, la tendresse, l’amour maternel. Et l’écriture est très musicale, pleine de lyrisme et de poésie.  L’évolution de Jack m’a beaucoup plu, tantôt naïf, tantôt triste, tantôt menteur.  Mais j’ai une tendresse particulière pour la sage-femme, Madeleine. On dirait Gepetto au féminin. J’ai particulièrement aimé l’évolution de ce personnage, qui m’a beaucoup touchée. Et la couverture est magnifique ! Je n’ai jamais écouté l’album qui en découle par contre ! il faudrait que je remédie à ça !

Cédric Pollet, le chercheur d’écorces…

Né à Nice en 1976, Cédric Pollet est photographe, botaniste et ingénieur paysagiste. Grand amoureux des arbres, il s’est fait une spécialité: les écorcesIl les photographie comme des tableaux vivants. Et ouvre une toute nouvelle perspective des arbres. J’ai trouvé ce projet vraiment original. En effet, chaque écorce est unique, avec ses propriétés  et son esthétisme. On parle souvent des feuilles, des branches, des racines… mais jamais des écorces ! Elles sont pourtant propres à chaque espèce ! Prenez le chêne liège par exemple, ou encore la cannelle ! c’est quand même une écorce qui nous sert d’épice!

Il a sorti 2 ouvrages absolument fabuleux sur ce thème. Certaines de ces « peaux d’arbres » sont vraiment extraordinaires ! Colorées, craquelées comme du vieux cuir, noueuses ou lisses et blanches… Un superbe voyage ! Je n’ai lu que le premier livre pour l’instant, mais le deuxième est sur ma liste !

http://cedric-pollet.com/site/index.php

Marina

« Interne au pensionnat, Oscar aime faire le mur, errer dans les rues désertes, les pinèdes, les villas d’un quartier laissé à l’abandon. Il suffira d’un chat et d’une montre en or pour qu’il bascule au pays des merveilles. Un royaume hanté par des amour mortes, un savant fou et les fantômes de Gaudi. Une Barcelone de rêve et de cauchemar, de théâtre et et de cimetière, souterraine et baroque, d’où seul s’évadera le souvenir de son guide: l’inoubliable Marina. »

Quelle claque ! Autant j’ai eu du mal à rentrer dans l’intrigue du Jeu de l’Ange, autant Marina m’a happée dès la première ligne! Oscar est un jeune homme comme je les aime, anticonformiste et rêveur, qui s’ennuie ferme à l’internat d’où il s’échappe le plus possible. Au cours d’une des ses excursions , il découvre une inquiétante batisse d’où il vola une montre en or. C’est en voulant la rendre à son propriétaire qui rencontre la mystérieuse Marina. Belle, lunaire comme une apparition et aux phrases parfois déroutantes, elle le fascine tant qu’elle l’entraîne dans des lieux où il ne penserait jamais mettre les pieds. Comme ce cimetière où une étrange femme constamment voilée fleurit une tombe sans nom. A partir de là, les deux jeunes gens vont remonter dans le passé de Barcelone, et découvrir une histoire macabre et triste dont aucun ne sortira indemme.

Ce roman est fascinant, avec une ambiance assez gothique. Barcelone est décrite comme un personage à part entière avec ses lumières et ses zones d’ombre. L’histoire d’amour entre Marina et Oscar est très tortueuse, la jeune fille ayant un tempérament imprévisible. Et Oscar en est totalement désarçonné. Quant à l’intrigue avec la mystérieuse femme voilée, elle est digne d’un roman d’Edgar Allan Poe !

Bref, un grand coup de coeur !

Becoming Jane

Enfin, grâce à la chaîne Arte, j’ai  pu voir le film « Becoming Jane » de Julian Jarrold . Et plus qu’une vision de ce qu’a été la vie de Jane Austen, c’est une véritable étude des moeurs de son époque. Une femme n’avait aucun droit, aucun point de vue à avoir, et pour ça, miss Austen était très mal perçue par son entourage. Jane voulait se marier par amour, et non par souci des convenances ou pour l’argent.  Elle était passionnée, intelligente et pleine d’ironie. Mais elle finira par comprendre que l’amour n’est pas tout. Ce film retrace surtout la période de ses 20 ans et de son amour pour un jeune avocat, Tom Lefroy. Un personnage arrogant, ironique et immature qui  cache néanmoins une sensibilité  qui touchera beaucoup Jane.

Beaucoup plus sombre et amer qu’Orgueil et Préjugés, Becoming Jane est un film très intense, très féministe aussi.  Le casting est superbe: Anne Hathaway, en Jane plus vraie que nature, James Mcavoy ( décidément, j’aime beaucoup cet acteur !) en séduisant avocat,  Julie Walters en mère aimante mais désabusée et fatiguée et une Maggie Smith plus impressionnante que jamais! Elle est faite pour les films d’époque !  Un beau film romantique et triste, qui fait honneur à l’écrivaine anglaise. Et qui, mine de rien, aborde un thème encore trop d’actualité: le droit des femmes.

Belles femmes Round 5: étoiles noires (et métisses)

Après les brunes, les blondes, les asiatiques et les rousses, place aux Blacks et métisses: un peu d’exotisme et de soleil en accord avec les beaux jours qui arrivent!

Tout d’abord, la magnifique Rozonda Thomas du groupe TLC, qui était surnommée Chilli. C’était vraiment ma préférée du trio: Mince sans être maigre, une voix sexy sans hurler comme une dingue. Plus proche de Janet Jackson que de Witney houston. J’aimais bien le R&B des années 90 : à l’époque le style était un peu garçon manqué: des jeans trop large avec en opposition des Tshirt brassière et des bandana colorés !  pour les TLC j’aimais bien Creep  ( ou comment rester sexy en baggy et chemises trop larges! ça c’était génial !) et Unpretty du début des années 2000 ( avec un refrain… en langue des signes! *comme par hazard*) J’ai été très triste de la mort de Lisa « Left Eye » Lopes dans un accident  de voiture. Je préférais largement TLC aux Destiny’s Child !

On reste dans les 90’s avec Tatiana Ali, qui après la série « Le prince de Bel air » avait fait un joli crochet musical. j’avais bien aimé Boy you knock Me Out, qui avait un petit coté blues R&B très sympa.  Elle avait l’air de bien rigoler avec son « cousin » Will Smith. Dommage que l’on n’en entende plus vraiment parler.

Skye, la chanteuse du groupe Morcheeba, une voix très douce subtile qui contraste avec un  look original et déjanté! Je trouve juste qu’elle reste trop dans les chansons calmes. Dommage.

 Inna Modja, de son vrai nom Inna Bocoum, qui chante le fameux « Monsieur Sainte Nitouche! » j’aime assez  l’humour du clip d’ailleurs, même si le morceau m’a vite énervée. Cependant, il faut quand même reconnaître qu’elle est très jolie non? j’aime beaucoup son style !

Et enfin Crystal Kay, que j’ai déjà citée. Très sexy mais qui a, en même temps, une sorte de douceur dans le regard et le sourire. Chose que n’a pas Beyoncé, qui elle, est plus sophistiquée. Et puis, on ne parle pas assez des Blasiacs (métisses noires et asiatique). Et il faut reconnaître que Crystal est d’une beauté étonnante et unique en son genre.